Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 23:04

JJJJ (J) BILL CARROTHERS / MARC COPLAND: « No choice »

 

 

 

 

Minium 2006

 

 

 

 

Bill Carrothers ( p, left side), Marc Copeland (right side)

 Au départ il s’agit d’une belle idée de Minium (anciennement Sketch) : proposer à une dizaine d’artistes qui avaient formé l’ancien label de travailler sur un répertoire de standards, de les revisiter et d’en faire une véritable projet. On y trouvera des personnalités aussi différentes que Utreger, Stéphane Oliva avec Susanne Abbuehl, Linda Sharrock, Jean Marc Folz, Claude Tchamitchian, Joey Baron ou Giovanni Mirabassi (qui, lui explorera le répertoire de la chanson française).Seul point commun de tous les albums à sortir entre mai et octobre 2006, le «  Lonely woman » de Ornette Coleman.

 Pour inaugurer cette série Philippe Ghielmetti a fait appel à deux pianistes qui se connaissent bien, Bill Carrothers et Marc Copeland qu’il a réuni deux jours au Studio la Buissonne. A l’exception d’un thème composé par les deux pianistes, sur les 9 autres titres les deux hommes jouent le jeu et explorent le répertoire. Deux versions de Lonely woman dont l’une ouvrent l’album et l’autre le clôt, un Take the A train, 2 versions de Blue in Green de Miles, un Masqualero de Wayne Shorter, Bemsha swing de Monk et hors du jazz, un thème de Neil Young.

 Si l’exercice des duos de piano est souvent l’occasion d’une confrontation de style, souvent affaire de dialogue fructueux, ici c’est tout autre chose. Car bien au-delà d’une aimable rencontre c’est une véritable lecture commune, un intelligence partagée des thèmes qui amène les deux hommes à construire ensemble une véritable nouvelle œuvre en partant du thème connu. En principe Carrothers est restitué sur la gauche de votre chaîne et Copland sur la droite. Mais il est néanmoins assez difficile de pister l’un ou l’autre. Car tout se passe comme si les deux hommes s’étaient partagés les claviers avec la partie basse pour l’un et la partie haute pour l’autre pour donner cette impression de piano à 4 mains où la coïncidence des intentions touche à la perfection. Même inspiration, même compréhension des thèmes et surtout une rare intelligence dans la lecture des morceaux comme ce sublime Lonely Woman lourd de profondeur pour raconter l’histoire d’une femme solitaire. A la manière de la respiration circulaire chère à certain saxophonistes comme Sonny Rollins, il y a ici une circulation de l’énergie entre les deux hommes comme dans ce Take the A train ou dans You and the Night and the music où d’évidence l’un se nourrit de l’autre. A d’autres moments c’est la même conception du silence et, plus rare dans ce genre d’exercice, le même souci de mise en espace qui contribue à la dramaturgie des œuvres. La mise en tension de Masqualero revisite les idées de Wayne Shorter comme on l’avait rarement entendu et la reprise du thème de Niel Young (The Needle and the dammage done, qui figure sur le célèbre Harvest) semble inscrire au répertoire du jazz ce thème tiré de la folk song américain.

 De cet album on retient  tout décidemment comme un moment d’intelligence fulgurante dans l’approche du répertoire. Entre énergie et émotion les deux hommes touchent en plein cœur. Un pur chef d’œuvre.

 Jean marc Gelin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires