Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 07:56

 

Mary Halvorson (g), Nate Wooley (t), Reuben Radding (cb)

Enregistré en nov. 2006

 

Bien qu’ils évoluent chacun sur d’autres scènes de la musique improvisée, ces trois-là se retrouvent régulièrement et semblent visiblement apprécier ces moments-là. Si chacun de ces trois musiciens évolue auprès des nouveaux maîtres de la musique improvisée américaine ( Taylor Ho Binum, Jessica Pavone, Daniel Carter, Andrea Perkins, Marc Ribot etc…. ) c’est surtout leur approche tirée des enseignements d’Antony Braxton qui semble être leur dénominateur commun. Et c’est bine ce que l’on entend au travers de ces 10 compositions collectives : un enchevêtrement d’une musique à la fois codifiée et totalement improvisée. Un système où l’idée lancée par l’un des membres du trio produit instantanément une réaction des deux autres. Une sorte de musicalité organique d’où émerge une palette sonore très large. Nate Wooley par exemple qui tire de son instrument, la trompette,tous les sons possibles depuis les petites incises, les pêches sonores, les cris et les grincements tandis que Mary Halvorson par ses attaques et son jeu piqueté, craquelé et sec donne là un change suréactif. Le tout emballé par une énergie circulaire dispensée par Reuben Radding et qui trace un sillon rythmique qui ne perd jamais en intensité.

Si l’on reconnaît dans cette musique une science quasi télépathique de l’improvisation, elle n’en reste pas moins, et bien qu’ils s’en défendent, un peu cérébrale et conceptuelle. Voire académique dans son approche Braxtonienne. Elle n’en est pas moins une trace formidable d’un théatre en mouvement  où les pièces d’un engrenage s’emboîtent automatiquement l’un dans l’autre et dont nous sommes les spectateurs in ou out. C’est selon. Jean-Marc Gelin

Partager cet article
Repost0

commentaires