Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 09:55

JJ Louis Prima

Bd jazz – Nocturne 2006
1 BD  + 2 CD

 

 

 

 

  La collection BD Jazz de Nocturne (dans la série BD Voices) consacre un long box  au chanteur  et amuseur Louis Prima. Louis Prima, vous savez le gigolo que everywhere he go, people know the part is playing etc etc…..

 

Et bien Louis Prima à entendre les enregistrements de  1935-36 aurait pu tout aussi bien devenir un excellent trompettiste. Il ne manquait pas de talent pour cela. Pas crooner pour un sou, Louis Prima s’inscrit plutôt dans la lignée des clowns amuseur  dans la lignée des Cab Calloway et autres Slim Gaillard à la différence qu’il se découvre rapidement un filon en exploitant son coté rital dans ce que l’on a appelé le style Gleeby, sorte de farce à l’italienne (Angelina, Please no squeeza banana, falicia no capicia, ….). Louis Prima ne manque pas de titres de gloire. Souvent réduit à son  I’m Just a Gigolo, on a tendance à oublier que le fantasque trompettiste au swing et à l’énergie bouillonnante fut aussi le compositeur du fameux Sing, Sing, Sing véritable tube planétaire avant l’heure.  Qui se souvient encore qu’en 1967, Louis Prima sera la voix de King Louie dans le livre de la Jungle.  Faconde éternelle de ce troubadour saltimbanque qui sera aussi jettera allègrement dans le rock ‘n roll (Buona Serra) et dont on oublie qu’il participera à l’invention du twist. Comme le montre avec humour la bd, pour un peu si on lui avait demandé, Prima serait devenu le 5° Beatles….

 

Le dessinateur du livret François San Millan plutôt connu pour ses illustrations de livres éducatifs pour enfants est associé pour l’occasion au scénariste qui sous le pseudo de Stéphane Allégret cache un journaliste, un libraire, un auteur de polar, un adaptateur de dessins animés, un ghost writter pour Karl Zero et un scénariste pour le cinéma et la télévision. Toute cette bande de joyeux quinqua a volontairement placé ce livret sur le terrain de prédilection de Louis Prima lui-même, celui de la grosse farce, de l’humour et de l’amour des femmes. Louis Prima y est présenté sous les traits d’un personnage à la fois libidineux et grotesque. Humour grinçant au fil de ces pages que celui que les auteurs portent sur un personnage au clownesque pathétiquement sympathique. Un certain regard de l’Amérique d’après guerre.

Jean-Marc Gelin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires