Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 15:35

 

1Cd BLUE NOTE/UNIVERSAL

Sortie nationale le 24 mars

ambroseakinmusireimaginedsavior

 

Voilà que paraît le troisième opus du jeune prodige de la trompette Ambrose Akinmusire, son second album sur le prestigieux label Blue note, après The heart emerges glistening.

 

 

Au-delà de son titre poétique, The imagined savior is far easier to paint, il confirme qu’Ambrose n’est pas seulement l’un des plus brillants trompettistes post bop de sa génération, un coloriste dans l’âme, un compositeur fécond mais aussi un humaniste préoccupé par les combats sociaux actuels.

Certains des invités ont écrit les paroles de leurs « chansons » puisque l’idée générale qui sous-tend la conception de cet album est de dresser des portraits précis, de tracer un contour, une esquisse que les  musiciens s’approprient et font évoluer. On est vraiment dans la vérité du jazz, dans la volonté d’inscrire cette musique dans son temps, plus encore que dans l’abstraction, même impeccable d’un jazz de chambre mâtiné de musiques actuelles. 

 

Le trompettiste franchit une étape supplémentaire  en invitant sur cet album des chanteurs formidables. Théo Bleckmann  stratosphérise  à merveille dans « Asiam  (Joan)» : comment ne pas être séduit par la beauté de la voix qui s’enroule autour du chant de la trompette, à moins que ce ne soit l’inverse, puisque l’un et l’autre ne font qu’un ?  Cold Specks est exceptionnelle, sa voix grave, rauque nous plonge dans une soul  gothique, spectrale dans « Ceaseless Inexhaustible Child » qui traite de prison et d’enfermement à vie. Les paroles des chansons de l’album traitent de sujets graves (des sans-abri  de « Our basement» de Becca Stevens) aux jeunes victimes des armes à feu « Rollcall for those absent »),et témoignent, comme dans le passé de l’inscription des jazzmen dans leur temps.

Par ailleurs, le plus béotien d’entre nous reconnaîtra la virtuosité du trompettiste, la beauté classique.de son travail. On croirait entendre Maurice André dans certaines attaques de solos, d’autant plus qu’il s’adjoint l’Osso string quartet  dans « The Beauty of Dissolving  Portraits ». Ambrose Akinmusire se laisse traverser par la musique, tentant l’aventure d’une création collective, aidé de son quintet et d’invités nouveaux comme le guitariste Charles Altura dans « Vartha ». La section rythmique se signale par une précision et une finesse non exemptes d‘intensité, Harish Ragavan est à la contrebasse et Justin Brown à la batterie, sans oublier  le saxophoniste  Walter Smith III ; au piano Sam Harris brosse l’arrière-plan  ou  joue en solo avec élégance. Le trompettiste, lové au creux de son quintet, s’avère d’un calme et d’une retenue impressionnantes, laissant la musique s’installer. L’ensemble fonctionne admirablement.  On vous disait « Une vraie réussite »...

 

Sophie Chambon

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Chambon
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj