Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 22:11

 

ECM – 2012

Andy Sheppard (Ten., Sop. sax), Michel Benita (Cb), Sebastian Rochford (dms)

 

TrioLibero.jpg

 Le nouvel album du saxophoniste et compositeur britannique Andy Sheppard ne laisse pas indifférent. Basé sur une orchestration classique du sax-contrebasse-batterie, ce « Trio Libero », composé du contrebassiste français Michel Benita et du batteur écossais Sebastian Rochford, nous offre l’occasion d’entendre des sonorités inédites organisées sous forme de dialogues instrumentaux riches en créativité. Enregistré sous le label mythique ECM à l’Auditorio Radiotelevisione Svizzera de la ville de Lugano en Suisse, cet album raconte une histoire bien particulière. Une histoire profondément ancrée dans un certain lyrisme plein de grâce et d’invention. En témoigne l’absence de tempo dans certaines compositions favorisant l’affluence d’un romantisme débordant de fraicheur, comme par exemple dans Libertino ou bien encore Dia da Liberdade. Alternant soprano et ténor, Andy Sheppard, comme à son habitude, vogue sur les sonorités diverses de son instrument, laissant en permanence libre cours à son imagination. La mélancolie émanant de certaines mélodies dénote une grande intelligence de composition, sans qui l’interprétation ne vaudrait pas grand-chose. Nous sommes bercés à chaque mesure par un onirisme voluptueux car ce projet s’inscrit définitivement dans une grande profondeur émotionnelle. La grande Musique qui en ressort, faite d’espaces excessivement larges, laisse se développer une savante intéraction quasi-perpétuelle entre les membres de l’orchestre. D’ailleurs, la patte sonore ECM ne va pas à l’encontre de cette démarche, en témoigne encore et toujours cette incommensurable passion pour la résonnance à outrance. Tout au long de l’année 2012, le « Trio Libero » entamera une vaste tournée de concerts à travers l’Europe. C’est l’occasion de découvrir la Musique instinctive de ce trio d’audacieux improvisateurs. Tristan Loriaut

Partager cet article
Repost0

commentaires