Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 08:25

CHRIS POTTER Underground : « Ultrahang » *****

ArtistShare 2009

http://www.artistshare.com/home/featured_releases.aspx

Chris Potter (ts, clb), Craig taborn (fder), Adam Rogers (g), Nate Smith (dm)



 Il y a de ces débats j’vous jure ! Se demander s’il faut autoriser la circulation du shit ou légaliser le chichon ! J’vous jure ! Y a pas à se poser de question et à tourner autour du pot’ : ce qu’il fut faire c’est mettre Chris Potter en vente libre, que ce soit remboursé par la sécu et tout ça. On devrait le trouver dans toutes les bonnes pharmacies ! Car avec cet album-là le saxophoniste qui avec Artistshare s’est affranchi des labels signe là l’un de ses meilleurs albums. Un truc avec une envie de jouer grosse comme ça ! Certes, il y a bien chez Chris Potter ce côté ultra-perfomer, « ultrahang » qui peut agacer plus d’un ronchon, mais que voulez-vous, moi au contraire j’adore ces saxophonistes qui ont enterré leurs complexes Post-Shorterien, toute la clique New-Yorkaise des timorés, sûrement trop intelligents pour moi. Ici avec Potter on se croirait plutôt à Kansas City il y a 50 ans.  Parce que Chris Potter c’est du physique, c’est du corps à corps. Parce que Chris Potter c’est une relation virile avec l’instrument dépoussiéré de toutes les évanescences très à la mode. Pas de ça avec lui. Debout avec son sax et sa bande de bandits pas manchots pour un  sou (l’association du guitariste Adam Rogers et de Nate Smith !), le quartet, cet Underground qui ne vole pas son nom et que l’on suit depuis longtemps passe aux choses sérieuses, entre sur le ring avec des manières de mauvais garçons de quartier. Ce n’est pas d’une incroyable nouveauté, mais ça « envoie » comme on dit, sans retenue. C’est crade à souhait, ça balance des riffs, un groove à perdre la tête. Chris Potter peut ainsi passer dans le même irrépressible élan, du ténor à la clarinette basse (Facing East) avec la même férocité maltraitant son instrument, le faisant rendre gorge jusqu’à aller chercher des notes dans un extrême aigu furieux. Sur un fond funky-groove furieux, Chris Potter nous rappelle un peu Maceo Parker mais en 1000 fois mieux (Rumples). Mais Chris Potter peut aussi s’emparer d’une ballade avec une superbe sensibilité jusqu’à la faire pleurer comme sur cet it ain’t be me, babe pris à la clarinette basse où Potter apporte la chaleur de son timbre à la ligne mélodique qui traîne quelques accents un peu country. Bien sûr il y a chez le saxophoniste le son projeté mais il y a aussi cet art de l’improvisation qui relève d’un flow puissant que rien n’arrête avec sa métrique intégrée et ses sinuosités qui ne se perdent jamais en chemin et savent le chemin avec une précision diabolique. Ce n’est pas un hasard si Potter joue avec le sax ténor ayant appartenu à Michael Brecker.

Pas de doutes comme dirait l’autre, le jazz bande encore. Ce jazz qui perpétue cette  autre tradition où le rock émerge toujours.

Avec Chris Potter et son Underground c’est un jazz farouchement indépendant, le jazz des hautes plaines, le jazz à l’état sauvage.

Jean-Marc Gelin

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

C

tout à fait d'accord... comme pour le dernier James Carter "heaven on earth"...


Répondre