Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 09:44

 

Christophe Leloil (tp, flgh), Carine Bonnefoy (fder), Eric Surmenian (b), André Charlier (dms)

  dist . : Ref : Durance-Lel042010 / Distribution Orkhêstra International

 leloil

Christophe Leloil est un garçon totalement iconoclaste et insaisissable. On avait applaudi des deux mains lors de la sortie de E.C.H.O.E.S et voilà que le  garçon  rebat aujourd'hui  les  cartes  et  se  remet  en  cause. Car, visiblement  Christophe  Leloil aime bien brouiller les pistes. Quand on le croit  groove  ( Bayou’s bounce) il se fait ultra cool (CCCP). Quand on le pense  acoustique  ( Free time ) il se fait électrique (Lost in the Tube). Toujours  là  où  on ne l’attend pas mais jamais vraiment non plus quelque part.

Qu’importe  ! C’est la marque de sa très grande liberté. Soucieux de ne pas se  laisser enfermer  dans  une  catégorie  distincte,  dans  une chapelle  étriquée mais revendiquant quand même son appellation «  jazz » ( du moins, à  l’écouter  je le suppose), le trompettiste du Sud montre une sensibilité ma  foi  fort  touchante.  A tomber  par terre. Ce n’est d'ailleurs pas un hasard  si  le trompettiste a joué avec les plus grands jazzmen français et tourné  dans  des  formations  aussi  prestigieuses  que celles  d’ Albert Mangelsdorff à Maria Schneider. Excusez du peu.

 

 

 

Dans  le  présent  album,  je  pense  à  Tom Harrell parfois ( même si lui, revendiquerait plutôt  le  jeu  de Booker Little ainsi qu’il le démontrait dans  le  précédent  album).  Car s’il y a ici moins de gnaque que dans le précédent  il  y  a  en revanche  un art du façonnage dans cette manière de construire  ses improvisations avec l'élégance d’un dandy qui, peu gêné par l’agitation  alentour  saurait prendre son temps. Un art de la déambulation sereine.

Avec Carine Bonnefoy au fender il s'amuse de sonorités lunaires pour livrer un  album qui a le mérite d’avoir sa personnalité propre, cette esthétique personnelle,  tout en blues et en atmosphère plus ou moins tamisée. Oui, je persiste,  je  pense à Tom Harrell. Mais il y a aussi beaucoup de groove et de  swing  dans  ce  qu'il dit. Et ceci même sur des tempi lents (CCCP) qui exhument  quelques  vapeurs  noctambules, déambulation de fin de soirée pas trop  alcoolisées. Des pages plus électriques sur la série courte des "Lost in  the  Tube"  et  toujours cette magnifique sonorité de Christophe Leloil qu'il  accommode  d'électronique.  L'idée étant certainement de dépasser la dimension  acoustique  du  quartet pour créer d'autres univers sonores dans

lesquels  s'immiscer.  On  notera  le rôle des accompagnateurs et notamment celui  de Carine  Bonnefoy  remarquable  dans le soutien harmonique (sur le Lotus Blossom de Billy Strahorn).  Ou encore  le  gros travail à la basse d'Eric Surmenian, qui dans nos contrées se fait beaucoup trop rare à notre goût.

Dans  ce  jeu  à  4, Christophe Leloil partage et construit le son avec ses camarades. Ce qui  semble  l’intéresser  est  moins  la  nature  de  ses improvisations  que  ce  son collectif  auquel il contribue. En ce sens-là c’est un album résolument apaisé. Une sorte de quiet cool.

 

 

 

Après,  il  faut  tenir  la  distance  et  varier  les  plaisirs. Passer de sonorités acoustiques à électriques n'est pas complètement suffisant pour relancer  l'intérêt de l'écoute. Ca ronronne un peu de temps en temps. Mais quand  même  de  quoi  se  lover confortablement  dans une écoute toujours délicieuse et brillante à la fois.

Jean-Marc Gelin

 

leloil.jpeg

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

Alain Soler 17/11/2013 11:42


Bonjour Jean-Marc


Merci pour ce bel article sur notre dernière réalisation "Line 4".


Toutefois, pourriez-vous rajouter les références du label ainsi que celles du distributeur ? 


Important pour ceux et celles qui souhaiteraient se procurer le CD...


Ref : Durance-Lel042010 / Distribution Orkhêstra International


Merci d'avance.


Amicalement


:O)


Alain Soler Pour le Label Durance.