Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 06:08

davidprez.jpg
PJU RECORDS 2010
Enregistré à NYC en 2004

David Prez (ts), Franck Amsallem (p), Johannes Weidenmueller (acc b), Bill Stewart (dr)


C’est avec l’adoubement du grand Michael Brecker que le  jeune David Prez arrive avec ce premier disque en leader enregistré en septembre 2004, en deux jours dans un studio du New Jersey, encouragé par « l’émulation musicale new yorkaise ». Alors agé de 24 ans, ce  saxophoniste ténor  a déjà une maîtrise impressionnante de l’instrument, un son divin, exquis dans les ballades  comme «  Illusions »  dont le chorus au ténor pose le climat dès les premières notes. Belle réussite que ce New life au titre justement évocateur car, selon David Prez, « j'ai vu la concrétisation de cet enregistrement comme un nouveau point de départ dans ma vie de musicien ». La musique  illustre remarquablement un  jazz « mainstream » éclatant, tendre et sensuel qui sait aussi swinguer. Une manière libre et enracinée qui a tout pour nous plaire avec une vraie « culture » de cette musique. Le soliste sait se laisser emporter par une rythmique efficace, à savoir  Bill Stewart, Johannes Weidenmueller et Franck Amsallem. La formidable énergie et le swing du batteur dopent  les  envolées du saxophoniste : difficile de retenir Bill Stewart quand il est lancé, et la tension, vite à son comble, ne retombe guère. Seule sur les deux ballades et en particulier sur « Illusions », la rythmique se radoucit, planante, vaporeuse. Le phrasé du ténor est sinueux, voluptueux, et l’on suit  ses volutes longues, charnelles, si souples et fluides, même si  chanter la ligne mélodique serait une tâche  abrupte !

New Life
est un disque prenant, qui convainc immédiatement  si on aime le jazz… Cette musique évite toute exhibition ou démonstration mais on sait d’où elle vient. L’écoute attentive de l’album le confirme : on se croirait en club dans cette atmosphère feutrée et chaleureuse, qui convient tellement au jazz.
Et il s’agit bien de cette musique que le saxophoniste connaît et veut encore servir  :  ce sont ses compositions que l’on entend, elles ressemblent étonnamment à des standards que l’on découvrirait aujourd’hui, elles en ont l’essence. Elles sonnent comme ces mélodies simples (en apparence) et délicieusement accrocheuses. Nul doute par exemple que le « Missing you » qui suit le seul standard du disque  « ‘Tis Autumn » de Henri Nemo  n’a pas à rougir de la comparaison : et pourtant suivre un tube qu’a joué autrefois Stan Getz ou Chet Baker est difficile. Il faut croire que David Prez a le sens de la composition et des belles mélodies soyeuses où les couleurs, les timbres retiennent notre attention.
Les compositions de David Prez sont d'une grande richesse thématique et les arrangements qui en découlent se déploient, eux aussi, selon une très large palette de couleurs, toujours en recherche d'harmonie, du sombre à l'éclatant, de la teinte pastel à la dominante cuivrée.
Les musiciens conviés sont au diapason, nul doute que ce quartet est en phase avec de beaux moments en solo, où ils se taillent des échappées enivrantes comme Franck Amsallem dès le titre inaugural « New life » ou encore  sur « Missing you ». On connaît Franck Amsallem, pianiste de tous les coups, terriblement efficace quand il s'engage : il épaule  le saxophoniste dans une course poursuite souvent haletante.
Johannes Weidenmueller, contrebassiste, profond, chantant et swinguant est juste et discret, mais c'est l'instrumentiste David Prez que l'on découvre dans le même temps. Ecoutez ce qu’il tire de son ténor et vous comprendrez comment on peut construire des phrases rythmiquement complexes avec le plus étonnant sens de l'envol qui soit  et en même temps du développement. De toutes les façons, un album profondément réjouissant pour ce beau printemps du jazz 2010!

Sophie Chambon

 

 

Site de David Prez
Myspace


Note sur le collectif/label Jazz Underground : 
Récemment, vient de naître un collectif de musiciens/compositeurs de jazz, Paris Jazz Underground, basé dans la capitale française. Partageant une esthétique commune, ces 6 musiciens indépendants se connaissent très bien et jouent ensemble depuis des années. Ils se sont rassemblés et combinent leurs efforts dans le but d’exposer leur musique à une audience plus large. PJU est composé de David Prez, Robin Nicaise, Sandro Zerafa, Karl Jannuska, Amy Gamlen et Romain Pilon.


Au mois de mai 2010, 3 sorties de disque sur PJU Records :
"New Life" de David Prez (en concert le 15 mai au Sunset)
"Streaming" le disque de Karl Jannuska (en concert le 5 mai au Sunset)
"Synapse trio" le disque de Amy Gamlen/Pierre Perchaud/Karl Jannuska.
Le 26 mai aura lieu la soirée de lancement du collectif Paris Jazz Underground à la Péniche Six-Huit (Quai Montebello, Paris). A partir de 19h, 4 groupes seront au programme: David Prez & Romain Pilon Group
Synapse trio
Sandro Zerafa "White Russian Quintet"
Robin Nicaise Quintet


Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie CHambon - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj