Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 07:59

STREAMING

Karl Jannuska featuring Sienna Dahlen


www.karljannuska.com

www.parisjazzunderground.com

 

 streaming.jpg

 

C’est en fanfare, sur un rythme de marche impulsé par la batterie que commence l’album de Karl Jannuska et de sa compatriote canadienne, la chanteuse Sienna Dahlen. Il ne s’agit pas  de jazz vocal ni de voix qui stratosphérise , mais l’énonciation parfaite, sans étirement ou effet sophistiqué masquant la compréhension -fait souvent des non-anglophones- enjolive ces chansons, qui, sans être mièvres, sont un peu lisses parfois.

 D’abord décontenancé par cet album aux sonorités légères et raffinées, on se laisse vite prendre à l’ambiance poétique, aux climats nettement océaniques-on est loin de la lumière crue et insolente d’un sud aride.

On tombe vite sous le charme d’une musique étrangement familière. Sont-ce les accents de pop anglaise dans la voix délicate, fraîche et bien placée de Sienna Dahlen, son chant net et précis ?

Les musiciens paraissent en retrait  même s’ils assument parfaitement un accompagnement efficace au niveau des couleurs et timbres. Ils sont d’ailleurs nombreux et composent deux ensembles sans piano : Nicolas Kummert/ Joe Miller au ténor, Olivier Zanot/ Christine Jensen à l’alto,  Pierre Perchaud ou Ken Bibace à la guitare électrique et Mathias Alamane / Frazer Holins à la contrebasse. Sans que la substitution ne paraisse trop évidente, il y a un esprit commun à tout le disque, même si les trois derniers titres ont été enregistrés à Montréal avec la formation canadienne du batteur.   

 

Si Karl Jannuska et  Sienna Dahlen ont co-écrit les paroles des dix chansons de l’album, la musique est entièrement composée par le batteur dans ce troisième album en leader de sa jeune carrière, d’où la cohérence de ce Streaming, justement nommé. Cette musique coule, s’écoule sans l’obstacle de la virtuosité et de la performance individuelle. Timide et discret, ce batteur que l’on s’arrache sur les scènes parisiennes ? Il a, en tous les cas, chevillé au corps le sens de collectif, comme l’atteste son implication au sein de cet actif mouvement, l’intéressant PJU (Paris Jazz Underground), dont nous pouvons découvrir les albums en ce printemps 2010.

 

 C’est un album d’arrière saison, à écouter entre amis, au coin du feu, réconfortant, pas vraiment mélancolique. Ces chansons douces et tendres font rêver à l’harmonie et à la beauté du monde : « Timbuktu » ou « Sundogs » sont des comptines enfantines aux cadences douces et enveloppantes que souligne un chorus de saxophone aérien lui aussi.

Cette légèreté, pas du tout insoutenable, vous transforme en une plume qui vole au vent avec les nuages, les « merveilleux nuages ». Une idée persistante d’une musique de l’instant. Une sorte de petit bijou, miniature délicate, intimiste, éloignée de l’image que l’on pourrait se faire d’un batteur plutôt énergique. Ce n’est pas

un disque de batteur, disent d’ailleurs ses potes du collectif, même si cela groove en permanence.

Avec Streaming, on s’abreuve à la fraîcheur d’une musique désirante, ouverte au monde actuel. Entre réflexion, lucidité et croyance.

 

 

SYNAPSE ***

PJU records 2010

Synapse.jpg

Dans la continuité, retrouvons Karl Jannuska qui, en trio, nous offre cette fois avec la saxophoniste londonienne Amy Gamlen et le guitariste Pierre Perchaud un Synapse, absolument attachant et très prenant pour nos neurones. La composition qui nous a immédiatement accrochée, demeure l’arrangement de la saxophoniste de  « Skylark », standard de Carmichael et Mercer dont il existe un nombre effarant de versions. Voilà le plus long titre de l’album, plus de 8 minutes de musique qui s’étire comme une aile, une épure traitée avec douceur et poésie, en hommage à l’oiseau du matin. Rien que pour ce moment, nous recommanderions l’album, preuve que ses jeunes musiciens ont compris l’esprit du jazz et intégré ses repères. Ils peuvent ensuite emprunter d’autres voies, l’essentiel demeure, ce goût irrésistible et singulier.

Un trio très attachant vraiment, un jazz chambré sans contrebasse : il se déguste en suivant les méandres et autres sinuosités du phrasé de la saxophoniste, rehaussés des accords doux, aériens de la guitare-dentelle de Pierre Perchaud, soutenu par le drive continûment efficace, toujours juste de Karl Jannuska.

 On se plaît à partir avec eux sans connaître la destination de ce voyage musical dès le premier titre « Deeper », à remonter jusqu’à « La source », à s’envoler joyeusement dans ce « Big sky ». Les titres, souvent hermétiques, n’empêchent pas d’embarquer dans des contrées franchement exotiques, imaginaires aussi : « Dobroudjanska  Tropanka » ( ah, on ne soulignera jamais assez l’attrait des Balkans sur les souffleurs…)

 Sur un tempo plus vif, juste après le chant de l’alouette, «Flintabaty» nous raconte une petite histoire avec cette sonorité aigrelette, déconcertante du soprano, en accord avec cette course-poursuite qui tient du thriller, rendue haletante par le drive surchauffé du batteur. Amy Gamlen révèle  aussi un son véritablement plein et réconfortant à l’alto, et voilà, pour notre plus grand plaisir, la révélation féminine de l’album. Il faudra désormais compter avec cette jeune musicienne.

Il est courant de parler d’interaction, d’« interplay » : un coup d’œil au graphisme de la pochette, confirme que ce trio est parfaitement stable et équilatéral. Tous ont composé et proposent en alternance des pièces de leur cru mais se livrent aussi à des improvisations collectives.

Un chant continu, irrépressible comme dans cette dernière courte ballade « Vision »pour ce trio simple, efficace et discret. Un album serein,délicat et sensible de musiciens à suivre absolument. Sophie Chambon

Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Chambon - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj