Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 23:02

 

 

Label La Buissonne / Harmonia mundi

Sortie le 28 janvier 2014

www.andyemler.eu 

 ete.jpg

 

Cet ensemble de belle facture  a vu le jour il ya dix ans sur le label au titre original  In circum girum, fondé par Olivier Aude et Thierry Pichon et promu par l infatigable Thierry Virolle.  Ce trio est en fait un quatuor, un quartet, appelez-le comme vous voudrez, mais sachez que  cette formation qui n‘a enregistré en fait que trois disques. C’est dire que ces musiciens prennent leur temps, élaborent des projets et une musique soigneusement réfléchis.  Et ce n’est pas seulement parce qu’ils sont engagés ailleurs, mais parce qu’ils sont soucieux de produire du sens : ils présentent une musique en expansion, « expansive » aussi, du jazz contemporain mâtiné de beaucoup d’autres influences. Leur univers est vite identifiable cependant,  une « abstraction lyrique » qui concourt à édifier une histoire, une fiction mentale dont on suit les épisodes à la sortie de chaque album, cette fois sur le label de la Buissonne.  Nos amis  reviennent  cette saison avec Sad and Beautiful que confirme le motif peint  de la pochette,  en belle résonance, comme un rideau de pluie zébrant  un ciel outre-mer,  « outre profond » à la manière d’un Soulages.

“Small and beautiful”, “sad and beautiful”…. On peut sourire de ces expressions  populaires,  si ce n’est qu’elles expérimentent quelque vérité, enfouie au plus profond du collectif et de son imaginaire.

Les musiciens du trio organisent une musique qui appartient à eux seuls, avec un désir et un plaisir communs du jeu : de  véritables voix se font entendre dans cette musique  fluide, étrangement palpitante qui circule entre inquiétudes et révélations,  avec toujours la même subtilité dans les traits et alliages de timbres : « A journey through hope » et un « Try home » sont révélateurs,  après « Tee time » (reprise de l’album éponyme de 2003.)

Fidèle au trio depuis leur création en 2003, ce que j’écrivais alors n’a pas été démenti par la suite : « entre énergie déployée en force, moments d’improvisation ouverte,  jeu de questions-réponses ,  ce TEE crée une voie rigoureuse et poétique  ... les potentialités musicales d’une telle formation semblent inépuisables. »

 La valeur hypnotique qui berce tous les titres ou presque comme « Elégances » provient du piano d’Andy Emler,  soucieux de nombreuses nuances,  impressionnistes entre autres. On sait aussi que Ravel  vient de mobiliser son imaginaire et d’accaparer toute son attention. Au centre de l’attelage, le contrebassiste Claude Tchamitchian  joue de l’archet à grands traits sombres et inspirés, souvent nostalgiques. On reconnaît sa patte, sa palette de compositeur de musiques. Le batteur, c’est évidemment Eric Echampard qui constitue l’une des rythmiques les plus solides  avec « Tcham ». Celui  qui passe souvent avec une vigueur inégalée, ralentit ici, imposant un rythme sûr et léger, aidé, il est vrai, dans sa démarche percussive par les assauts du piano qui se déchaîne comme dans « Tee time ».

On souhaite donc que ce T.E.E nous fasse encore voyager longtemps,  que ce bel   E.T.E persiste dans sa démarche esthétique d’un « solo permanent à trois », pour une musique savante et populaire, actuelle surtout. Séduisante entreprise que l’on aimerait voir programmée très vite....

Sophie Chambon

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Chambon - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj