Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 08:23
 

Criss Cross Jazz 2009
Jonathan Kreisberg (g); Matt Penman (cb); Mark Ferber (dr); Gary Versace (p)
Le site de Jonathan Kreisberg


Le guitariste new-yorkais Jonathan Kreisberg, que vous connaissez bien grâce aux dnjs, est de retour avec son troisième album sur le label Criss Cross. Ce label new-yorkais existe depuis 1978 et a enregistré tout new-york et édité plus de 300 cds. Distribué en France par Dom, Criss Cross a son public: des amateurs, le plus souvent américains, de jazz américain qui aiment la tradition musicale personnifiée par un jazz propre et classieux, type années 50, où les standards revisités sont les bienvenus voire conseillés par la production. Le directeur du label, Gerry Teekens, continue d'enregistrer selon la bonne vieille méthode de la session - comme celles qu'ont connues des artistes comme Coltrane, Monk ou Mingus - qu'il soumet aussi bien à la jeune garde qu'aux musiciens plus expérimentés, pourvus qu'ils suivent son cahier des charges, et qui se révèle être une gageure: prises directes sans post-production dans un contexte musical inhabituel.
Night song propose neuf ballades, que des standards, dont certaines sont plus rarement rejouées ("Nefertiti" de Shorter, "Warm Valley" d'Ellington). Kreisberg joue ici avec son trio habituel (composé du contrebassiste Matt Penman et du batteur Mark Ferber), que l'on croise régulièrement en clubs à New York. Gary Versace vient renforcer le groupe sur le plan sonore sur quatre pièces dont "Laura" pour un très beau duo avec le guitariste. Kreisberg se sert également de la guitare acoustique ou électrique, sans effets s'entend, avec une profondeur de jeu qui croise beauté et béatitude, loin de toute performance. Cet excellent quartet moderne joue des ballades avec passion, en observant, dans le jeu, une respiration concertée qui libère des espaces d'expressions modernes et personnelles chez tous les musiciens. Le plaisir qu'ont ces musiciens à jouer simplement avec décontraction se traduit par un jeu soulful et essentiel ("Autumn in New York") et une sensibilité aigüe dans la mélancolie.
Jonathan Kreisberg, qu'on avait vu cet été à Paris au 9 Club en duo avec Nelson Veras pour une prestation éblouissante, est décidément un guitariste doué pour se transcender quelque soit la musique dans laquelle il est impliquée.



Jérôme Gransac



Partager cet article
Repost0

commentaires