Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 08:09

www.imuzzic.net

www.facebook.com/imuzzic

Distribution Musea records

www.musearecords.com

 libresensemble.jpg Libre(s) ensemble symbolise l’aventure du jazz actuel que l’on peine parfois à définir quand il n’est pas revivaliste, ou trop bien défini par une nomenclature rigide.

Ce collectif au nom emblématique suit les traces du jazz, en continue l’histoire, la prolonge, là où le précédent album l’avait laissé : se retrouvent en effet les textures affranchies du premier trio, au nom évident de Résistances (Tocanne, Keller, Martin), ou les envolées excitantes du quintet New Dreams par exemple. Avec une évidence radieuse, cette formation à 8  (+ une clarinettiste sur deux titres) entre dans la nébuleuse imuZZic, donne à entendre que l’on peut encore réunir des esthétiques différentes, des effluves de la campagne, « le chant des marais», aux emballements rock «La coupe deTirésias», réconcilier des approches en apparence éloignées : les climats évoluent d’un titre à l’autre, brouillant les pistes, mais on en reconnaît l’état d’esprit dans les joyeux rebonds de Tocanne, ou la guitare volontairement électrique, emportée ou bruitiste de Philippe Gordiani.

Le jazz a la vie dure, il perdure, toujours sous tension dans «Free for Ornette», franchement  affirmé dans la Suite de Rémi Gaudillat dont le dernier morceau «La révolte des Canuts» rappelle l’origine régionale (Rhône Alpes) du collectif.

Avec des frissons ethniques, jungledans «Free KC to Gawa», voilà un univers clairement exposé (« Bruno rubato »), lumineux, jusque dans le final « Crépuscule avec Nelly » de Rémy Gaudillat où les souflants ont la hardiesse désordonnée de fauves hésitant à entrer en cage ou à retourner dans la savane.

Le répertoire de cet album (compositions de Philippe Gordiani (guitare), Bruno Tocanne (batterie), Rémi Gaudillat (trompette et flugelhorn))  est éclectique et pourtant homogène, à l’élégance savante, tout en sonorités de cuivres, bois, peaux, cordes, racontant une traversée initiatique, aux ruptures franches.

Précisément, la brisure fait éclat… A l’écoute immédiate se déploient certains implicites car on sent bien que tous ces musiciens arpentent un même rivage à la recherche d’un horizon partagé. Leur musique dense, profonde et engagée, marque la volonté obstinée de faire entendre un jazz porteur à la fois de sens et de vertus formelles. Ces musiciens qui vivent dans les monts du Beaujolais savent ce que jazz veut dire : faire du nouveau sans perdre ses repères, créer une musique qui évolue librement dans l’instant. Et ils agissent aussi… dans une diversité de projets, de pistes possibles pour une musique d'aujourd'hui qui soit reliée à l’actualité.

Sophie Chambon

Partager cet article
Repost0

commentaires