Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 12:47

Neuklang 2014

Juan Camilo Villa (basse) et Miguel Altamar (batterie), elle invite Rhani Krija (percussionniste de Sting entre autres) et le trompettiste Joo Kraus.

 marialy.jpg

Sacrée découverte que cette pianiste cubaine. On sait bien qu'elle vient d'un pays où la maîtrise du piano est une chose si sérieuse qu'elle est souvent l'apanage des hommes. Voire une question de transmission de père en fils. Un pays où les maitres du clavier sont immenses et nombreux depuis Chuco et Bebo Valdes en passant par Gonzalo Rubalcabba, Omar Sosa, Harolp Lopez Nussa etc.....

Avec sa pochette racoleuse montrant la jeune femme dos nu et dessous affriolants on pouvait craindre au produit purement marketing. Et ce que l'on découvre est au contraire une grande pianiste de jazz matinée de rythme cubains. D'un Cuba que la pianiste à pourtant quitté dès l'âge de 20 ans pour vivre en Allemagne puis en Australie mais dont elle conserve l'empreinte génétique fortement imprimée.

On découvre alors une jeune femme jouant avec une rare intelligence, sans esbroufe une musique swinguante mais aussi et surtout pleine d'inventions rythmiques ou harmoniques. Jamais consensuelle et toujours alerte dans ses propositions, dans ses choix toujours inattendus et parfois décalés. On sent chez elle une énorme culture du jazz qui a dû aussi bien se nourrir des maîtres cubains que de Monk ou, plus près de nous, d'un Jason Moran. Toujours ancrée dans la musique cubaine mais en la relookant complètement à l'instar de ce tube, El manisero maintes fois entendu et ici totalement réinventé. Le cubain amené au jazz ou alors l'inverse à l'image de Afro-blue détourné en une Cuban suite impressionnante de savoir-faire. On pense parfois à Jamal avec ses stop chorus, ces silences intégrées à la pulse. Elle joue avec beaucoup de grâce et d'élégance, avec une rare compréhension de la mise en valeur du "texte". Marialy Pacheco s'amuse avec les rythmes et avec les phrasés, égrènne les triolets ou fait résonner les harmoniques. Mais elle ne tombe jamais dans une caricature et varie les plaisirs. Il faut l'entendre jouer avec les espaces sur El Manisero à la manière d'un Ahmad Jamal utilisant les silences comme autant de respirations sur un tapis de grive sous-jacent.

Marialy Pacheco à31 ans n'est pourtant pas une révélation si l'on en juge par ses 5 albums précédents et par son premier prix de piano solo gagné à Montreux. Elle était simplement passée au travers de nos radars. Il était grand temps de réparer cette injustice et de faire découvrir au public français une très grande pianiste à venir.

Jean-Marc Gelin

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires