Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 12:05

Enja 2010

Florian Weber (p), Jeff Denson (cb), Ziv Ravitz (dm)

minsarah.jpg  Nous nous étions déjà emballés en 2006 pour le précédent album de ce superbe power trio constitué sous l’égide du pianiste de Cologne, Florian Weber et de ses deux acolytes américains, Jeff Denson et Ziv Ravitz. Les trois s’etaient rencontrés au cours des études américaines du pianiste. Après 4 albums dont le premier remonte à 2001, même emballement pour ce trio dont on se dit qu’il pourrait bien succéder à Svensson tant ils savent manier, sur des motifs simples, un groove irrésistible. Entre école nordique du piano et tentation Meldhienne, Minsarah affirme désormais une réelle maturité. Une façon de jouer sans détour, d’affirmer ce qu’ils savent faire sans trop tourner autour du pot. A force de jouer ensemble depuis presque une décennie, ils se trouvent aujourd’hui les yeux fermés et atteignent à une homogénéité et un son de trio cohérent et diablement efficace.


A 33 ans Florian Weber s’impose désormais comme l’un des pianistes majeurs de la scène actuelle. Pas forcément le plus bluffant sur le plan technique. Pas le meilleur improviateur. Mais assurément doué d’un sens hamrmonique et rythmique qui lui permet de créer le motif, l’alibi, le cadre. Et ce n’est pas un hasard si Lee Konitz, lorsqu’il ne joue pas avec Dan Tepfer s’en est fait un accompagnateur privilégié signant même plusieurs albums avec le pianiste. Disciple de John Taylor qui ne tari pas d’éloges sur lui et de Paul Bley, Florian Weber a gardé d’eux cette façon de faire swinguer l’intervalle, de rebondir sur la rythmique comme en témoigne ce Alone Together, l’un des deux standards de l’album qui prend des allures d’exercice de style où l’art du swing se mêle insensiblement à celui de la fugue,  ne reniant jamais complètement sa propre culture classique ( Bach et Bartok en filigrane).

Droits dans leurs bottes et à l’aise dans leur format, le trio, où chacun compose seul ou à plusieurs mains l’essentiel du matériau est toujours cadré, toujours en place. L’écriture est belle et les arrangements laissent respirer la musique avec beaucoup d’élégance et de légèreté. Ça fonctionne bigrement avec autant de fluidité que de fraîcheur. La musique évolue, insensiblement, restant toujours en parfaite cohérence, et si les chiens ne sont jamais vraiment lâchés c’est surtout que le trio a le swing élégant et subtil. Et nous, on marche dans le coup de ce trio moderne .

Jean-Marc Gelin

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj