Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 17:39

 « Screamin’ The Blues » et « Straight Ahead »

Richard Williams (tp, sur « Screamin’ The Blues » uniquement), Eric Dolphy (as, bcl, fl), Oliver Nelson (as, ts, cl), Richard Wyands (p), George Duvivier (b), Roy Haynes (dm). 27 mai 1960 et 1er mars 1961. 2 albums Prestige.

  screamin-the-blues.jpg                          straight-ahead.jpg                          

Beaucoup ne connaissent aujourd’hui Oliver Nelson que pour un seul disque, le justement célèbre « The Blues And The Abstract Truth », enregistré le 23 février 1961 pour Impulse. Mais qui se souvient de ces deux formidables albums que le saxophoniste et arrangeur grava respectivement juste avant et juste après ? Peut-être parce qu’ils ont été noyés dans l’abondante production du label Prestige, « Screamin’ The Blues » et « Straight Ahead » n’ont pas à mon sens trouvé la reconnaissance qu’ils méritent. Or, on pourrait presque considérer qu’ils forment avec « Abstract Truth » une sorte de trilogie, car au-delà de leur succession chronologique, il existe de nombreux points communs entre eux. Le casting tout d’abord : côté front line, on y retrouve l’association magique du leader avec Eric Dolphy aux sax, flûte et clarinettes. Entre ces deux-là, c’est une complémentarité parfaite, un équilibre miraculeux qui – comme chez Miles et Coltrane – repose sur l’antagonisme même de leurs styles respectifs : d’un côté, le lyrisme épuré de Nelson et son vibrato unique ; de l’autre les zébrures avant-gardistes de Dolphy. On notera également, comme dans « Abstract Truth », la présence de la batterie crépitante du grand Roy Haynes. Mais ce qui fait avant tout le lien entre ces disques, c’est bien sûr le blues, considéré à la fois comme l’essence de la tradition afro-américaine et comme une contrainte à partir de laquelle peuvent se développer de nouvelles explorations formelles. À la manière de « Kind Of Blue », le triptyque de Nelson est à la fois un retour au blues et un dépassement de celui-ci.

Mais penchons-nous maintenant sur les deux disques qui nous occupent. « Screamin’ The Blues », le plus ancien, est sans doute celui qui propose la lecture la plus charnelle, la moins « abstraite » du blues. En témoignent le morceau éponyme, où Nelson se fait preacher au ténor, le rythme militaire de March On, March On (sorte de pendant mineur de la Blues March de Benny Golson), ou encore le jeu de question/réponse si typiquement funky de The Meetin’ (un procédé qu’on retrouve sur « Abstract Truth » dans le titre Hoe Down). Sur Three Seconds, blues méditatif et dépouillé, on reconnaît cependant déjà cette ambiance feutrée et mélancolique qui fera toute la magie de Stolen Moments. « Screamin’ The Blues », c’est aussi l’occasion rare d’entendre un magnifique trompettiste à la carrière trop discrète : Richard Williams qui, après avoir enregistré aux côté de Mingus ou encore Max Roach, se retira précocement de la scène jazz au profit d’une carrière de musicien studio. On ne peut que le regretter à l’écoute des ses chorus où transparaissent une technique impressionnante et une rare fougue.

Neuf fois après cette superbe séance en sextet, et une semaine seulement après « Abstract Truth » en septet, Oliver Nelson retourne dans les studios d’Englewood Cliffs à la tête d’une formation plus resserrée. Paradoxalement, c’est à mon sens avec le quintet de « Straight Ahead » que son génie de compositeur et d’arrangeur éclate avec le plus d’évidence. Ici, chaque morceau repose sur une idée à la fois simple et géniale, qui en fait un moment unique : alternance entre les mesures en 6/8 et en 4/4 pour Six And Four, opposition entre parties lentes et rapides dans Mama Lou, exposé en canon à quatre voix du Ralph’s New Blues du Modern Jazz Quartet… Et que dire de l’ébourrifant chase d’altos auquel se livrent Nelson et Dolphy sur le tempo rapide de Straight Ahead, où chacun stimule l’autre dans sa folie créatrice ? Mais si cet album est vraiment à part, c’est surtout à cause de son morceau d’ouverture : blues bartokien à deux voix, Images est un moment de pure magie, un titre à la beauté mystérieuse et envoûtante, un univers à part. Pour moi, sans conteste le plus beau morceau d’Oliver Nelson, et peut-être même de toute l’histoire du jazz moderne. Vous trouvez que j’exagère ? Allez donc y jeter une oreille, vous m’en direz des nouvelles !  Pascal Rozat

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
<br /> Soyons encore plus précis, cher Lionel: " Soul Battle" le 09 septembre 1960 avec LES saxophonistes King Curtis ET Jimmy Forrest. Quel beau disque, les trois ténors avant l'heure!<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> Tout d'abord il faut préciser qu'Oliver Nelson enregistre deux disques entre "Scramin' the Blues" et "Blues and the Abstract Truth" , il s'agit de "Nocturne" le 23 août 1960, avec notamment le<br /> vibraphoniste Lem Winchester et le pianiste Richard Wyands et de " Soul Battle" le 09 septembre 1960 avec le saxophoniste King Curtis. Ensuite ce qui (pour moi) fait de "Blues and the Abstract<br /> Truth", le disque le plus intéressant d'Oliver Nelson et un des plus beaux disques du monde, c'est tout simplement la rencontre entre deux des plus grands génies du jazz que sont le pianiste Bill<br /> Evans et le saxophoniste Eric Dolphy. C'est quasiment la seule et unique fois où ils jouent ensemble (ils avaient participé auparavent, en décembre 1960, à une séance studio de Gunther Schuller sur<br /> l'album :"John Lewis Presents Jazz Abstactions"). Oliver Nelson a eu la géniale idée de remplacer son pianiste habituel (le bluesy Richard Wyands) par le grand Bill Evans. La recontre entre Eric<br /> Dolphy et Bill Evans, c'est l'union du soleil et de la lune, de la terre et du ciel, du déluge et de la rosée, de la musique afro-américaine et de la musique classique européenne, du noir et du<br /> blanc, du ying et du yang, du free et de l'écriture, du rythme et de la mélodie, du contrepoint et de l'harmonie , du blues et du spleen....Une rencontre magique, qui fait de "The Blues and the<br /> Abstract Truth" d'Oliver Nelson un disque unique et indispensable.....<br /> <br /> <br />
Répondre