Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 07:06

  Chris Cheek (ts), Pierre Perchaud (g), Nicolas Moreaux (cb) + Sergio Krakowski, André Charlier

Gemini Records 2012

 pierre-perchaud-waterfalls.jpg

C'est avec beaucoup de courtoisie et de discrétion que Pierre Perchaud réalise son deuxième album. Loin d'une mise en valeur de lui-même c'est avant tout un écrin qu'il a décidé d'offrir au saxophoniste Chris Cheek. Sur des compositions de toute beauté signées du guitariste, écrites entre deux tournées avec l'ONJ ou au hasard des longs voyages entre deux concerts, Pierre Perchaud avoue avoir écrit spécifiquement en fonction du superbe saxophoniste ténor avec qui, depuis longtemps il rêvait d’enregistrer. Et le moins que l’on puisse dire c’est que celui-ci s’est totalement approprié la musique de Perchaud pour trouver dans les belles mélodies du guitariste matière à improviser avec des accents et un phrasé à la Stan Getz ( Le vieux piano et la lampe). Chris Cheek, saxophoniste incontournable du paysage New-Yorkais contemporain a un sens incroyable de la musicalité, le sens du soyeux, du velours qui enveloppe ces belles compositions Presque comme un chanteur de charme. Une façon de prendre son temps et de laisser s'écouler l'improvisation dans le prolongement naturel de la mélodie. C'est à la fois fort joli et très intimiste. Perchaud quant à lui passe de la guitare électrique à l'acoustique avec des inspirations parfois très folk (voire le très beau Montréal). Il a ce type d'élégance des guitaristes qui le rapproche de quelques uns de ses modèles comme notamment Jim Hall dont on le sens proche sur un standard comme No moon at all ( où l'on pense aussi à ce guitariste oublié, Oscar Moore qui joua notamment avec Nat King Cole).L’ensemble de l’album se déroule ainsi sur un mode soft d’une grande douceur où les trois membres du trio sont véritablement dans l’écoute d’une musique au charme irrésistible. Et c'est lorsque cette musique atteint ce degré de non –prétention, qu'elle se livre avec cette émouvante simplicité elle déploie alors tout son charme.

Pierre Perchaud sera au Duc des Lombards vendredi 25. Il serait vraiment dommage de manquer ce très bel instant de grâce

Jean-Marc Gelin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires