Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 11:22

 

1 CD PLUS LOIN

 

www.plusloin.net

www.sophiealour.net

link

www.myspace.com/sophiealour

 

 

sophiealour.jpg

 

Les Sophie sont souvent « sages » mais dans le cas de Sophie Alour, les choses sont un peu plus compliquées qu’il n’y paraît …  A  l’écoute de ce disque inspiré, on entendrait  plutôt  une folie bien maîtrisée que l’on sent monter progressivement. Un dérèglement très contrôlé pour un album  de jazz cérébral et percutant : le formidable Karl Jannuska n’est pas étranger à la chose, mais comme il accompagne beaucoup de saxophonistes ces temps derniers…il y a  décidément quelque chose de plus ici . « OPUS 3 »  est la troisième expérience en leader de la saphoniste avec ce trio à la  rythmique efficace et parfaitement accordée ( Karl Jannuska à la batterie et Yoni Zelnik à la contrebasse ) : une interaction réussie entre les musiciens qui se connaissent suffisamment pour tenter l’expérience d’un  travail collectif où chacun prend sa place avec aisance et sans virtuosité excessive. Ajoutons que la réalisation est confiée au pianiste Eric Legnini dont on connaît le talent et le sens artistique. Un souffle de « liberté surveillée » traverse cet album où Sophie Alour explore au ténor et au soprano des compositions sinueusement intenses. Ce qui  domine en fait, c’est le son de Sophie Alour aux divers saxophones, souple mais avec de la tenue, de l’autorité même, toujours sous tension. On  ressent  une énergie farouche, et peu à peu on se retrouve hypnotisé, comme pris au piège de certaines spirales voluptueuses « Mystère et boule de gomme » ou cette « Ode à Arthur Craven ». Ce ne sont pas tant les morceaux qui sont  réfléchis, posés même, que la voie tracée qui nous conduit sûrement après 11 titres, au final  « Petite anatomie du temps qui passe ». Ce climat étrange, étrangement familier même des compositions originales, courtes le plus souvent, et le goût d’ arrangements subtils  donnent  une cohérence mélancolique à cet OPUS 3. S’il y a une certaine pudeur à entrer dans la confidence,  si on pressent que le mystère ne sera pas dévoilé, on ne se sent pas exclu. Au contraire. Le délicatement voilé  « En ton absence » sait s’insinuer jusqu’à la blessure.  « Haunted»  est un autre thème un peu fétiche sur lequel Sophie Alour revient depuis son  dernier album  au titre déjà  révélateur « Uncaged ».  De la retenue  mais une invincible détermination, ce qui nous évitera les expressions clichés de « jazz féminin », ni même « jazz au féminin ». Mais en ce moment sur la place parisienne , une génération de jeunes saxophonistes femmes et une triade en particulier (Géraldine Laurent, Sophie Alour, Alexandra Grimal) osent, chacune à leur façon,  se frayer une voie (étroite) dans un monde musical très masculin. On évitera le piège des comparaisons  :  voilà des musiciennes qui parviennent à s’imposer par un caractère bien trempé, beaucoup de talent et une musicalité alliée à un réel amour du jazz.

Sophie Chambon

Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Chambon - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

Zhadum 21/07/2010 12:39



Très bel article!


 


Par contre les liens ne fonctionnent pas:


www.sophiealour.net


www.myspace.com/sophiealour



  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj