Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 19:06


VrakTrio.jpg 

Label Manivelle

  Enregistrement les 20 et 21 avril 2010

Un drôle de titre, un nom improbable de groupe Vrak ‘ Trio, voilà l’ association  insolite d’un tuba, d’une flûte et d’une batterie, sans instrument harmonique ! Ce trio  sort de la formule classique, la fameuse triangulaire piano-basse-batterie peinant ces derniers temps à trouver un nouvel élan. C’est donc une découverte, celle d’un trio franco-espagnol de musiciens « régionaux » au sens d’ une « Eurorégion » entre  Catalogne et Languedoc Roussillon , le siège du label Manivelle étant situé à Narbonne (Aude). Le trio a d’ailleurs remporté le concours de jazz de Barcelone en 2007. Cet ensemble parfaitement équilibré joue sur l’équilatéral, du plain-chant au contrechant, et crée une texture sonore riche et très personnelle, la flûte s’adossant au tuba, cette union reposant efficacement sur le doux et incessant rebond de la batterie, subtile. Un travail sur le son qui nous a plu, original et poétique, aux frontières incertaines et souvent repoussées du jazz et de la musique contemporaine. Un climat insolite, onirique, « rage » de l’expression improvisée, complexe, constamment sous tension avec  une fascination du chant et de l’expression libre. La musique ne recherche pas ces vibrantes démonstrations de free, elle joue plutôt d’accords en demi-teinte, intimistes et pourtant rebelles : intemporelle, ne manquant ni de délicatesse ni de force, elle forme la bande-son d’un film imaginaire. Qui sont ces musiciens que nous avons eu plaisir à écouter ? 
ETIENNE LECOMTE à la flûte, responsable du mixage et du mastering,  LAURENT GUITTON au tuba, ORIOL ROCA à la batterie. Ils brossent tout un arrière-pays dans une tonalité sourde (instrumentarium oblige), à l’ émotion souvent contenue : babil, souffle, distorsions, notes tenues  dans un élan continu « Question 3 ». Les titres sont bien un peu bizarres mais il y a longtemps que l’on ne s’interroge plus sur le sens des intitulés et diverses dénominations. Les quinze compositions assez courtes mais nerveuses s’enchaînent en une suite continue, sans brutale transition. On écoute donc l’album dans sa cohérence, d’une traite jusqu’au dernier titre «Hypnotique » : l’enroulement du tuba autour de la flûte à moins que ce ne soit l’inverse, plonge dans une transe qui n’a rien d’oriental. Un festival-récital de modulations de la flûte, instrument  rare en jazz et pourtant si mélodique, que le tuba soutient et exalte. L’apport des cuivres, rond et souple, comme dans ce  « Brass »qui évoque fugitivement Ralph Vaughan Williams,  nous fait replonger au fond des graves et dans des « ailleurs » instrumentaux, au temps des musiques premières.Pour nous, voilà un album qui révèle un groupe des plus prometteurs qu’il faudrait suivre et même proposer …ailleurs qu’en région. Avis aux pros du spectacle !

 

Sophie Chambon

Partager cet article
Repost0

commentaires