Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 21:11
Berline :" Mes révérences"

Berline (chant), Louis Winsberg (guitares, mandoline, percussions….), Christophe Lampidecchia (accordéon, bandonéon), Jean-Luc Di Fraya (voix et percussions), Lilian Bencini (basse), Frédéric Pasqua (batterie). Musique additionnelle : Stéphane Huchard (batterie), Marc Berthoumieux (accordéon). Réalisé et arrangé par Louis Winsberg.

Such Prod-Harmonia Mundi.

Louis Winsberg n’est pas artiste à se laisser enfermer dans un registre. Guitariste (acoustique et électrique), de toutes les aventures du jazz de longue date, son penchant pour la chanson française est bien connu. On se souvient de sa collaboration sur ce terrain avec un autre guitariste, Sylvain Luc. Il a également travaillé avec Nougaro, Dee Dee Bridgewater et de manière régulière ces dernières années Maurane. Il n’est donc guère surprenant de le voir aux manettes –et de l’entendre en tant qu’instrumentiste-aux côtés d’une chanteuse, Berline, qui affiche caractère et authenticité.

Winsberg met au service d’une artiste à découvrir son amour du jazz et des musiques du sud, du tango au flamenco. Ainsi, le répertoire sélectionné – signé Adamo, Brassens, Brel, Christophe, Dalida, Gainsbourg, Moustaki, Régine-prend-t-il des accents nouveaux tout en conservant sa force initiale. La prise de risque était manifeste de reprendre Vesoul, Les Flamandes, la Javanaise, La Mauvaise Réputation ou encore les Marionnettes. Berline l’assume : « J’ai simplement voulu faire vivre ces chansons liées à mon enfance, celles que mes parents écoutaient à la maison. Toutes, elles témoignent d’une qualité qui m’a toujours touchée, l’engagement.»

Jean-Louis Lemarchand

Berline sera en concert les 15 et 16 mars au Zèbre de Belleville (75), le 18 mars au Petit Duc d’Aix-en-Provence et le 3 mai à Pont-Royal (Bouches-du-Rhône).

Partager cet article
Repost0
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 21:13
GRAND ENSEMBLE KOA « Ahimsa »

Grand Ensemble Koa : Alfred Vilayleck (guitare basse, composition, direction), Matthieu Chédeville (saxophone soprano), Armel Courrée (saxophone alto), Jérôme Dufour (saxophone ténor), Pascal Bouvier (trombone), Matia Levrero (guitare), Samuel Mastorakis (vibraphone), Daniel Moreau (piano, piano électrique, synthétiseur), Julien Grégoire (batterie).

Pompignan (Gard), juillet 2014

Arbalète / Muséa

Ce grand ensemble montpelliérain participe au Collectif Koa, qui rassemble 7 groupes, organise un festival au printemps, et constitue un vecteur important de la jazzosphère languedocienne. C'est leur deuxième CD, et il confirme l'indiscutable valeur de cette formation : qualité de l'écriture (la forme des pièces, la construction de l'ensemble du CD, et les alliages de timbres, avec de très subtiles couleurs), énergie et cohésion du groupe, maîtrise et créativité des instrumentistes. On est décidément en présence d'une phalange de haut niveau, avec des solistes d'une belle expressivité. Ici ou là, l'impression que l'un ou l'autre d'entre eux produit des phrases un peu prévisibles. Mais il faut dire que le disque a été enregistré voici presque deux ans, et que le concert auquel j'ai assisté en juillet dernier au Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon m'a fait oublier cette très relative faiblesse. Des langages divers (musiques répétitives, fusion, jazz ternaire et contemporain, souvenirs rythmiques de Stravinski ou Bartók....) se combinent ou s'entrechoquent avec pertinence et fantaisie. On est capté par la riche diversité de l'ensemble, et l'on se dit qu'une autre écoute apportera d'autres plaisirs, d'autres curiosités ; et c'est le cas. Le titre de l'album, « Ahimsa », fait référence à une notion de la philosophie indienne qui désigne la non-violence : les émotions et les sensations peuvent cependant y être fortes, et le groove sacrément offensif. Belle réussite, vraiment, qui se concrétise par l'invitation faite au groupe de venir faire un petit tour à Paris, au Carreau du Temple, dans le cadre de la « Jazz Fabric » programmée par l'Orchestre National de Jazz.

Xavier Prévost

Concert le jeudi 10 mars à 20h30 à Paris, au Carreau du Temple, dans le cadre de la série « Jazz Fabric » de l'Orchestre National de Jazz

Un avant-ouïr du CD sur Soundcloud

https://soundcloud.com/grandensemblekoa

Partager cet article
Repost0
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 22:33
AMIENS : TENDANCE JAZZ 2016

Pendant la balance, le 3 mars, Henri Texier et ses invités

Pour célébrer les 30 ans de Label Bleu, la relance de son catalogue, et la réouverture du studio Gil Evans après d'importants travaux, la Maison de la Culture d'Amiens a programmé, trois jours durant, des concerts de jazz avec des artistes liés à l'histoire du label. L'événement s'est conclu le 5 mars avec un concert de Rokia Traoré : la chanteuse malienne est en effet une des personnalités marquantes de la collection Indigo, versant du label consacré aux musiques du monde. La veille Henri Texier présentait le sextette de son disque tout récent, « Sky Dancers », et Thomas de Pourquery se produisait en qualité de crooner avec le Red Star Orchestra, avec lequel il vient de publier chez Label Bleu le disque « Broadways ». Et le premier soir la Maison de la Cuture avait donné à Henri Texier, pilier du label (près de 20 références en trois décennies), une sorte de carte blanche. Sous le titre « Henri Texier invite.... », le contrebassiste avait convié des partenaires de longue date (Michel Portal, Bojan Z, Manu Codjia), et aussi deux nouvelles signatures du label : Thomas de Pourquery (cette fois dans son rôle de saxophoniste alto), et Edward Perraud, qui vient de publier sous la même étiquette un CD avec son groupe Das Kapital.

Dans le grand théâtre de la Maison de la Culture, Henri Texier a proposé, avec ce All Stars amical, une sélection des grands moments de son répertoire : Ô Elvin, de son avant dernier disque ; les « tubes » (parmi lesquelsColonel Skopje, Don't Buy Ivory Anymore, Desaparecido ) ; et quelques thèmes moins souvent joués comme Serious Seb ou Barth's Groove. Michel Portal et Bojan Z ont aussi joué en duo un thème d'Eddy Louiss qu'ils avaient naguère enregistré ensemble. Le tout dans une débauche d'intensité, de lyrisme, d'improvisations débridées et de ferveur qui laissa le public, chroniqueur inclus, pantelant et heureux. Ce concert sera diffusé le 27 avril sur France Musique, partenaire de l'événement. Et d'ici là on peut retrouver sur le site les deux émissions « Open jazz »d'Alex Dutilh, et le « Jazz Club » d'Yvan Amar, programmes diffusés en direct de la Maison de la Culture les 3 et 4 mars.

Xavier Prévost

Label Bleu a entrepris pour cet anniversaire la publication de 3 coffrets de 10 vinyles chacun, avec de grandes références du label. Première livraison le 4 mars avec 10 vinyles signés Rokia Traoré, Henri Texier, David Krakauer, George Russell, Daniel Goyone, Stefano Di Battista, Michel Portal, Bojan Z, Enrico Rava & Stefano Bollani. Le coffret suivant (Portal, Ducret, Palatino...) dans quelques semaines. ET à l'automne prochain Boubacar Traoré, Louis Sclavis, Romano-Sclavis-Texier « Carnet de Routes » etc....

Réécouter l'émission « Open Jazz » du 3 mars

http://www.francemusique.fr/emission/open-jazz/2015-2016/les-30-ans-de-label-bleu-amiens-1-2-avec-michel-portal-bojan-z-edward-perraud-et-manu-codjia-03-03

Réécouter l'émission « Open Jazz » du 4 mars

http://www.francemusique.fr/emission/open-jazz/2015-2016/les-30-ans-de-label-bleu-amiens-2-2-avec-henri-texier-thomas-de-pourquery-et-johane-myran-03-04

Réécouter l'émission « Jazz Club » du 4 mars avec Henri Texier et son groupe « Sky Dancers »

http://www.francemusique.fr/emission/jazz-club/2015-2016/henri-texier-sky-dancers-amiens-03-04-2016-22-30

Et retrouver le 27 avril le concert « Henri Texier invite.... » dans l'émission « Les Mercredis du jazz »

http://www.francemusique.fr/emission/les-mercredis-du-jazz

Partager cet article
Repost0
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 09:18
Avishai Cohen, la flamboyance du silence

AVISHAI COHEN : « Into the silence »
ECM 2016

Avishai Cohen (tp), Bill Mc henry ( ts), Yonathan Avishai (p), Eric Ravis (cb), Nasheet Waits (dms)


Mercredi 2 mars. Lendemain de concert à guichet fermé au New Morning.
Il a beau avoir un nom qui est plutôt connu pour être celui de son homonyme qui s’illustre à la contrebasse, Avishai Cohen, le trompettiste commence sérieusement à faire parler de lui en France. On dit de lui qu’il se place aux côtés d’un Roy Hargrove, d’un Ambrose Akinmusire d’un Jeremy Pelt comme l’un des plus grand trompettiste au monde. Opinion que pour ma part je ne suis pas loin de partager.
Les initiés connaissent ses albums avec son groupe familial « Triveni ». Les français l’avaient aussi découvert aux côtés du contrebassite Israélo-New-yorkais ( comme lui), Omer Avital ou encore lors d’un mémorable trumpet summit organisé à Marciac il y a deux ans.
Si on lui connaissait la verve d’un trompettiste post hard bop, saignant et brillant, Avishai Cohen s’était aussi un eu « institutionnalisé » et avait participé, sur le label ECM au sublime album enregistré aux côtés du saxophoniste Mark Turner ( « Lathe of Heaven »). C’est d’ailleurs à cette occasion que Manfreid Eicher, le patron du label allemand était littéralement tombé sous le charme de ce trompettiste exceptionnel.

C’est donc sur le germanique label qu’Avishai Cohen signe aujourd’hui son nouvel album dans une démarche très intimiste et très forte puisqu’elle est liée à la mort de son père. Durant les six mois qui ont suivi son agonie, le trompettiste a écrit, beaucoup autour de la souffrance pour exorciser le silence inéluctable qui allait désormais à présent remplacer la propre voix de son père.
Cet album chargé d’émotion mais toujours sans aucun pathos ni mélodrame est une pure merveille d’écriture, d’osmose et de douce sérénité.


Avishai Cohen : « C’est quelque chose que je voulais exprimer. L’idée de ce silence qui s’installait. Je ne pouvais pas mettre de mots dessus, juste de la musique qui pour moi exprimait au mieux ce que je ressentais alors »

Les DNJ : « comment as tu fais pour faire passer cela aux musiciens qui t’accompagnaient durant ces sessions ? »

A.C : « J’ai un peu parlé individuellement avec chacun. Mais surtout chacun y a mis de ses propres expériences personnelles. Comme Nasheet par exemple qui a aussi vécu la mort du père. Ou encore avec Yonathan Avishai. Tu sais, je le connais depuis l’âge de 12 ans et depuis toutes ces années, nous jouons ensemble. Alors forcément il connaissait très bien mon père et comprenait intimement ce que j’avais écrit, ce que je voulais exprimer. Mais pour revenir à ta question je n’ai pas réuni les musiciens en leur donnant les partitions et en leur demandant de jouer. Il y a forcément autre chose, une part d’eux-mêmes dans ces émotions qui étaient les miennes. Mais ce que je voulais dire, c’est plus que ce que la musique elle-même peut exprimer »

Les DNJ : « tu joues habituellement avec ton frère et ta sœur. Leur as-tu fait écouter l’album. ? »

A.C : « Oui. Je ne sais pas si mon frère l’a fait mais je sais que ma sœur l’a écouté. Elle a trouvé qu’il manquait quelque chose de mon père. Et j’ai aujourd’hui compris ce qu’elle voulait dire »


L’album d’Avishai Cohen surprend par la nouvelle direction que semble prendre le trompettiste. Alors qu’on le connaissait dans l’incroyable énergie que ce familier des jams du Smalls, ce petit club New Yorkais, déploie avec force dans des registres post bop, c’est ici un son, un sens de l’harmonie qui nous enveloppe. Un calme et un silence rempli de musique qui s’installe dans l’album.
Parenthèse dans la carrière d’Avishai ou vraie rupture ?

A.C : « Je crois qu’effectivement cet album correspond à une évolution dans laquelle je souhaite aller et qu’ECM m’offre la possibilité de réaliser. Je me situe dans une démarche dans laquelle je souhaite désormais plus écrire et y mettre plus de moi-même. J’ai adoré par exemple les arrangements que j’ai apporté pour le SF Jazz Collective. Aujourd’hui je sens qu’il est temps pour moi de jouer autre chose, autrement. Je veux aussi donner plus de place à l’écriture pour piano. C’est une autre part de moi qui prend naissance ici ».

Alors que l’on entendait chez Avishai Cohen le mordant des saxophonistes flamboyants, ce que l’on entend ici c’est l’ampleur du son, beaucoup plus relâché, beaucoup plus dans le temps et moins dans l’urgence. Mais au fait quelles sont les grandes influences d’Avishai Cohen.

A.C : « Je peux te citer Lee Morgan, Clifford Brown, Kenny Dorham, Thad Jones, Art Farmer, Don Cherry »

Les DNJ : « Tu as déjà joué avec Roy Hargrove . C’est quelqu’un qui compte pour toi ? »

A.C : « Ma rencontre avec Roy est de celle qui ont changé ma vie. Pour moi jouer à côté de Roy Hargrove a été un choc, une vraie leçon de swing ! Je ne m’en suis jamais vraiment remis »

Les DNJ : « ton père vivait en Israël ou aux Etats-Unis ? »

A.C : « Il a passé 10 ans à New-York mais ensuite il est retourné vivre là-bas »

Les DNJ : « et toi tes racines sont où ? »

A.C : « un peu des deux côtés même si j’essaie de m’affranchir de ces notions »


Les DNJ : « Tu es lié à la scène juive de New York »

A.C : « Absolument pas. Je les connais. je m’intéresse à leur musique. J’adore John Zorn mais je raisonne absolument pas en terme de communauté. Ce n’est pas du tout un référentiel pour moi »

Le père d’Avishai Cohen vivait entre deux mondes. Sans être musicien lui-même, Avishai Cohen nous expliquait que la musique emplissait leur univers. Que le jazz était omniprésent à la maison.
Avec la mort de son père, Avishai Cohen semble s’inscrire aujourd'hui dans une sorte de rupture. Comme si humainement et musicalement l’insouciance de son jeu laissait la place à une forme de maturité musicale.
Il faut absolument se plonger dans cet album. Le chant de la trompette d’Avishai Cohen y est ample et superbe. Sa musique monte au ciel. C’est son plus bel hommage.

Propos recueillis par Jean-Marc Gelin

Partager cet article
Repost0
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 16:38
PERRINE MANSUY « Rainbow Shell »

Perrine Mansuy (piano, composition, voix), Jean-Luc Difraya (percussions, voix),

Rémi Décrouy (guitare, effets électroniques) , Éric Longsworth (violoncelle),

Mathis Haug (voix)

Solignac (Haute-Vienne), 1er-6 avril 2015

Laborie Jazz CD LJ28 /Socadisc

Perrine Mansuy, pianiste et compositrice, aime la chanson. De longtemps elle a accompagné chanteuses et chanteurs, et donné aussi en duo instrumental (avec le saxophoniste François Cordas) des musiques de chanteurs (Jacques Brel notamment). Sa participation récente à la reprise, sous l'appellation « Over the Hills », de larges extrait d'Escalator over the hill de Carla Bley et Paul Haines, œuvre où la voix tient une place de choix, dit encore ce tropisme persistant. Son disque précédent, « Vertigo Songs » (Laborie Jazz), témoignait aussi de son attachement au chant. Et celui-ci, inspiré par un poème de Katherine Mansfield, qui évoque un coquillage arc-en-ciel qui gît au plus profond de l'océan, se veut lyrique et mélodique. Les thèmes, articulés sur une belle assise rythmique, sont un peu de cette veine folky qui prévalait chez Keith Jarrett au tout début des années 70 (« Facing You », et le disque co-signé avec Gary Burton, entre autres....). Le violoncelle apporte à cet univers teinté de pop-rock une note mélancolique, les percussions soulignent les aspérités d'un phrasé qui récuse toute mollesse, la guitare fleure bon parfois l'esprit seventies, et les voix vont de l'onirisme à la rugosité : belle reprise par Mathis Haug de la chanson du western d'Otto Preminger La Rivière sans retour, où s'affrontaient Marilyn Monroe et Robert Mitchum ; et superbe interprétation du même sur Paying my dues to the blues, également magnifié par un beau chorus de piano, et un swinguant tutti vocal. Un beau disque, en somme, cohérent, bien produit, et habité par de vrais interprètes-improvisateurs.

Xavier Prévost

Le groupe jouera le 8 mars 2016 à Limoges, le 9 mars à Paris, au studio de l'Ermitage, et le 31 mars à Marseille, au Cri du Port

La première plage du disque en vidéo sur Vimeo

https://vimeo.com/147447410

Partager cet article
Repost0
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 16:14
FIVE IN ORBIT « Tribulus Terrestris »

Ramon Fossati (trombone & coquillages), Olivier Brandily (saxophone alto, flûte & cooquillages), Laurent Bronner (piano), Nicolas Rageau (contrebasse), Luc Insenmann (batterie)

Montoliu de Segarra (Catalogne), 21-23 septembre 2015

Fresh Sound New Talent FSNT 495 / Socadisc

Le tromboniste Ramon Fossati est un catalan de Paris, ou peut-être de l'Essonne, qui communique avec les autres (autres individus, autres nations, autres cultures....) par l'entremise de sa passion pour le jazz. Après Paris-Barcelona Swing Connection, il s'est retrouvé voici plus de 10 ans avec une autre équipe, aujourd'hui l'essentiel des membres de ce quintette, pour Five in Orbit. La communication, ou plutôt la communicabilité, paraît être la matière première de ce groupe : très forte expressivité, assumée, partagée, qui associe l'ensemble des instruments et des instrumentistes dans une expression très collective, selon ce qui pourrait être l'essence originelle du jazz (si tant est que le jazz ait une essence, alors qu'il est plutôt une musique d'existence, mais laissons là le débat philosophique....). Tout commence par de joyeuses dissonances, comme au début des Éléments de Jean-Féry Rebel (1737), tentative de description de la création du monde, laquelle commence bien entendu par le chaos qui précède l'édification du cosmos. Et le monde qui advient ici c'est le jazz, version hyper-expressive, comme au temps du jungle style de Duke Ellington et Bubber Miley, et jusqu'à Charles Mingus, et au-delà. Dès la première minute, la flûte aventurée dans des modes de jeu hétérodoxes et des sonorités extrêmes (souvenir de Roland Kirk, qui fit un séjour furtif chez Mingus : pas de hasard!) donne le ton. C'est du jazz hot, dans toute la vitalité originelle de l'idiome afro-américain, et dans un langage musical d'aujourd'hui ; c'est ce que suggère le titre de ce premier thème, Tribulus Terrestris, plante aux vertus vivifiantes, stimulantes, pour ne pas dire plus. La mélancolie s'installe ensuite, sur les traces d'Ibn Khaldoun et de ses pérégrinations philosophiques, méditerranéennes et européennes. Et le disque se dévoile progressivement, en plages très libres, toujours animées de cette espèce de vocalité des instruments à vent (y compris les coquillages) qui donne à l'expression sa force. Les compositions sont signées par les trois piliers constitutifs du groupe : Ramon Fossati, le tromboniste , Olivier Brandily, le saxophoniste-flûtiste, et Lauren Bronner le pianiste. Mais leurs partenaires ne déméritent pas de vigueur, de finesses dans le jeu collectif et d'inventivité : Nicolas Rageau et Luc Isenmann sont totalement immergés dans le projet collectif, qui porte le disque jusqu'à son terme : Lonsome Lover, une composition de Max Roach et Abbey Lincoln, extraite du disque « It's Time » (Impulse, 1962). Jusqu'au bout la flamme est entretenue, avec force, par ces gardiens fidèles d'un jazz toujours vif, et vivant ; vitalité magnifiée sur la pochette du CD par les illustrations tout aussi expressives du plasticien catalan Marcel.Lí Antúnez Roca.

Xavier Prévost

Le groupe jouera le 5 mars 2016 à Barcelone au festival Jazz de Terrassa, et le 31 mars à Paris au studio de l'Ermitage.

Un extrait sur Youtube en avant-ouïr

https://www.youtube.com/watch?v=_KcOr4ObmBc

Partager cet article
Repost0
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 19:52
Erik Truffaz : « on construit petit à petit »

Il émane d’Erik Truffaz une certaine force tranquille. Le succès ne lui a pas tourné la tête quand il remplissait les grandes salles voici deux décennies avec une musique pleine de fusion et d’échos (Dawn-Blue Note.1997), dans la mouvance du Miles Davis, période électrique. « Cela m’a fait plaisir mais pas planer. Je savais que c’était éphémère. Et puis, j’avais commencé sur scène à 25 ans et le succès est venu à 36 ans. Etait- ce tôt ? Non ».

La cinquantaine passée, le trompettiste savoyard né en Suisse s’avoue heureux d’être encore dans le métier d’artiste aujourd’hui. « Finalement je m’en suis bien sorti. Il y a tellement de groupes électriques qui ont disparu ». Il est vrai que la voie empruntée aujourd’hui appartient à d’autres contrées.

Son dernier album « Doni Doni » a pris naissance en Afrique du Sud lors d’un spectacle avec danseurs monté à Johannesbourg et repris au Musée du Quai Branly en 2014. Le titre, issu de la langue bambara, signifie « petit à petit ». Erik Truffaz s’y reconnaît pleinement : « on construit sa vie petit à petit ». On y retrouve le bassiste Marcello Giulani, complice d’un quart de siècle et co-directeur artistique du projet.

Acoustique et électronique se mèlent dans les parties instrumentales et trouvent une suite naturelle dans les chants de Rokia Traoré et du rappeur Oxmo Puccino. C’est ainsi qu’il voit son parcours, Erik Truffaz, dans un renouvellement des formes et des partenaires. « Le partage, c’est ce qui ce motive dans la vie ».

« Doni Doni » est disponible en CD et en vinyl. Quelle est la différence, lui demande son interlocuteur ? « La même que celle qui existe entre la chaleur du radiateur et d’une cheminée » , répond le jazzman philosophe qui a vécu quarante ans à Ferney Voltaire.

Jean-Louis Lemarchand

Doni Doni. Erik Truffaz quartet. Parlophone. 2015. Erik Truffaz, trompette, Marcello Giulani, basse, Benoit Corboz, claviers, Arthur Hnatek, batterie, et comme invités Rokia Traoré et Oxmo Puccino (chant).

En concerts en France : en mars, 26 à Aurillac, 29 à Lille, 31 à St Brieuc ; en avril, 7 à Besançon, 8 à Châlons/Saône, 9 à Rive de Gier, 10 à La Teste de Buch ; en mai, 6 à La Rochelle, 10 à Charleville-Mézières.

Partager cet article
Repost0
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 09:53
HENRI TEXIER « Sky Dancers »

Sébastien Texier (saxophone alto, clarinette alto, clarinette), François Corneloup (saxophone baryton), Nguyên Lê (guitare), Armel Dupas (piano, piano électrique), Henri Texier (contrebasse, composition), Louis Moutin (batterie)

Amiens, septembre 2015

Label Bleu LBLC6720 / L'Autre Distribution

Henri Texier a retrouvé en septembre dernier le studio Gil Evans de la Maison de la Culture d'Amiens, lieu pour lui coutumier en raison d'un fidèle compagnonnage avec Label Bleu ; un studio récemment rénové après une longue période d'inactivité. Le groupe respire l'intimité et la familiarité : il est construit autour du Hope Quartet , rejoint par deux musiciens que le contrebassiste apprécie tout particulièrement : le guitariste Nguyên Lê, et son univers de lyrisme et d'expressivité inimitables ; et le jeune pianiste Armel Dupas, qui conjugue magnifiquement maîtrise instrumentale, et profonde musicalité, avec une fougue qui fait merveille. Le groupe parfois se subdivise : ici le quartette originel, sans piano ni guitare ; ailleurs un quintette avec piano. Mais toujours l'exacte pertinence de l'effectif, en adéquation avec l'esprit et l'énergie du thème choisi. Beaucoup de compositions inspirées par les Amérindiens chers au cœur du contrebassiste, et souvent évoqués dans des albums précédents. Le répertoire est nouveau, élaboré au cours des concerts qui ont succédé au disque précédent. Le musique est souvent vive, d'un engagement rythmique profond, sans pour autant négliger le chant : Henri Texier excelle dans l'art de jouer le jazz au plein sens du terme (swing, cursivité, goût de l'aventure...) en conservant l'esprit des musiques populaires d'Europe et d'ailleurs. Ça commence sur un tempo vif, par un échange entre le piano électrique et la batterie, et le premier thème est exactement dans l'esprit évoqué à la phrase précédente. Le baryton prend sa liberté, tout en inflexions et relances ; l'alto le rejoint, d'un lyrisme torride, avant que le piano poursuive la course, en décontraction savante, pour construire la dramaturgie du solo. Puis vient la contrebasse du boss, plein jazz, mais libre, et la batterie enfin vient confirmer la tension rythmique, et la vitalité qui toujours doit prévaloir : un scénario familier, celui du jazz qui, comme la mer du Cimetière marin de Paul Valéry, est toujours recommencé … mais aussi, quand le vent se lève, il s'anime « Rompez, vagues ! Rompez d'eaux réjouies... ». Et tout le disque est à l'avenant de cet élan vital : dans un thème écrit en hommage à Paul Motian, joué en quartette sans piano, chaque saxophone répond au solo de l'autre d'un contrechant lointain ; dans Hopi, en quartette sans les sax, commencé tempo di jazz, la densité des échanges s'installe, sans violence, et la musique pourtant vibre de mille frissons.

Dans Comanche, la fureur expressive reprend ses droits, et ça déménage sérieusement ; et dans Paco Atao, à la mémoire du percussionniste martiniquais Paco Charlery, le recueillement reprend ses droits, dans une mélodie solennelle où clarinette et contrebasse portent un rythme de marche funèbre. Ainsi va ce nouveau disque concocté par Henri Texier : de l'expression la plus vive à l'émoi le plus tendre ; grande cuvée, assurément !

Xavier Prévost

« Sky Dancers » sera sur scène la 4 mars 2016 à la Maison de la Culture d'Amiens pour les 30 ans de Label Bleu. La veille Henri Texier aura carte blanche avec quelques compagnons de route, dont Michel Portal et Bojan Z.

« Sky Dancers » jouera également le 6 mai à Coutances pour Jazz sous les pommiers

Partager cet article
Repost0
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 20:50
LOGAN RICHARDSON : «  Slow »

Blue Note 2016

Logan Richardson (as), Pat Metheny (g), Jason Moran (p), Harish Raghavan (cb), Nasheet Waits (dms).

Attention, chef d'oeuvre !

Quelle claque !

Cela faisait bien longtemps que nous n'avions pas entendu un album que nous n'hésitons pas un seul instant à qualifier d'Oeuvre tant on sait d'emblée qu'elle fera date dans la carrière du musicien.

Il y a un an, alors que nous déjeunions tous les deux dans un petit restaurant non loin du Sunside, il m'avait parlé de ce projet et de ce formidable line-up. Tout en me pinçant j'avais un peu de mal à croire que Pat Metheny allait accepter ainsi d'intervenir en sideman sous le nom d'un jeune saxophoniste.

Et ce n'est pas là le moindre des exploits que de voir Logan Richardson aligner le guitariste du Missouri aux côtés de ce fabuleux all-stars. Et si parfois le name dropping donne des résultats qui ne dépassent pas l'effet d'annonce, ici c'est carrément l'inverse. C'est comme si la réunion de ces génies du jazz les avait amené à (re) découvrir la pierre philosophale. A se transcender.

Alors c'est tempétueux. Comme sur Creeper où Logan laisse son monde totalement

abasourdi par un solo d'anthologie sur lequel Metheny embraye le pas avec autant de feu que de flamme. A eux cinq ils font parler la poudre. Grand moment lunaire aussi sur Locked out of heaven où les espaces s'étirent en un moment de profonde nostalgie émouvante.

Et puis au travers des magnifiques compositions il y a de l'épaisseur et une réelle intensité dramatique tout au long de cet album. Ils tutoient le ciel. Il faut écouter la puissance de cette machine en marche qui explose sous le lyrisme de Metheny et de Logan. L'entente fusionnelle de ces deux-là y est admirable et si powerful. Il faut aussi écouter le jeu de Logan sur Alone. Absolument renversant. Quel son et quel phrasé ! Album superlatif s'il en est.

Rien qu'à l'ouverture avec Slow où cette intensité est portée à son plus haut point dramatique. C'est si fort qu'on en reste au bord des larmes. Et ça continue avec Imagine où la fusion est totale entre le son de Logan et celui de Metheny tous les deux arrivés à une sorte de summit sublime. Prenant !

On pourrait passer en revue les morceaux de cet album où chaque chef d'oeuvre succède à celui qui le précède.

Grosse claque nous vous disions.

Immense moment de jazz qui ne pourra pas vous laisser de marbre. D'ores et déjà inscrit dans les albums qui marqueront au moins l’année à venir et bien au delà.

Slow est un sommet d'intensité à la puissance quasi mystique.

Un choc.

Jean-Marc Gelin

Partager cet article
Repost0
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 19:10
JOACHIM FLORENT « After Science »

Joachim Florent (contrebasse solo & électronique)

Couffoulens (Aude), avril 2014 & Le Mans

Coax Records COAX029JOA1 / www.collectifcoax.com

L'exercice du solo de contrebasse est assurément périlleux, et pourtant Joachim Florent s'en tire à merveille. Ces plages, enregistrées au Théâtre dans les vignes de Couffollens, dans l'Aude, et à la Collégiale St Pierre la Cour du Mans (où le musicien avait joué en mai 2012) recèlent une diversité d'inspirations et de pratiques qui forcent le respect, et même l'admiration. Entre solo absolu, très acoustique, et solo démultiplié par les machines en un large spectre de sonorités mêlées, c'est une déclinaison des horizons possibles de l'instrument. En une trentaine de minutes, le contrebassiste parcourt des univers sonores et esthétiques parfois insoupçonnables (et en tout cas largement insoupçonnés). Une psalmodie suggérée par le souvenir du chant d'un muezzin va conduire, par développements successifs, à une large spectre de résonances presque polyphoniques. Une mise en boucle de pizzicati va créer un espace répétitif riche en variations, hypnotique et vivant tout à la fois. Ensuite un son très acoustique, largement réverbéré (l'électronique ? L'abbatiale du Mans ? L'une et l'autre à la fois?) va produire une brève marche majestueuse, où la mélodie porte en elle l'exacte perception de l'harmonie. Puis l'électronique reprend ses droits, à coup d'échos et de traitements, effet wah-wah, riches harmoniques, jusqu'à ce que le son acoustique établisse sur cet empire technologique et furtif toute sa majesté. Vient ensuite une partita virtuose que l'on jurerait de violoncelle, puis un jeu de percussions qui faite parler les cordes et le bois de l'instrument. Peu après, ce serait presque une viole de gambe élisabéthaine, avant de glisser de nouveau vers l'univers contemporain. Plus loin encore, l'électronique transforme l'instrument en une sorte d'orgue futuriste pour concert sous-marin, et conclusif. Cette laborieuse tentative de description de l'objet, ou d'épuisement d'un réel insaisissable, a pour seul but de donner l'envie d'en savoir plus en écoutant la musique (voir le lien en bas de page). Ce que suggère le titre, c'est peut-être que, lorsque la science musicale et le savoir instrumental sont conquis, maîtrisés, puis sublimés, un au-delà est atteint, qui ressemblerait à l'enfance de l'Art.

Xavier Prévost

Lien vers la musique du CD :

http://collectifcoax.bandcamp.com/album/after-science-joachim-florent

Joachim Florent jouera en solo à Rennes, le 25 février 2016, à la Maison de la Grève

Partager cet article
Repost0