Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 12:23
GÉRALDINE LAURENT « At Work »

Géraldine Laurent (saxophone alto), Paul Lay (piano), Yoni Zelnik (contrebasse), Donald Kontomanou (batterie)

Villetaneuse, mars 2015

Gazebo GAZ 123 / L'Autre distribution

.

ATTENTION : ESPRIT LIBRE !

Ce qui frappe chez Géraldine Laurent, dès l'abord, c'est la liberté : de ton, d'inspiration, de style, de choix. Esprit libre, elle se fie à sa réflexion autant qu'à son instinct, et choisit d'échapper aux enfermements stylistiques. Elle aime Rollins, même si elle joue de l'alto ; elle aime le jazz de stricte obédience (un contrebassiste « à l'ancienne », qui joue sans ampli ni cellule) mais dans ce jazz elle joue in and out, dans les harmonies et en dehors, franchissant les balustrades du possible en tout sens (en cela, elle est magnifiquement aidée par un pianiste saute-frontières qui ne possède les codes que pour mieux les transgresser) ; elle aime le lyrisme, et sait aussi concocter des rythmes vertigineux. Avec elle, la musique semble un jeu infini dans lequel on s'engage, sérieusement, mais sans affectation introspective : la réflexion est indissociable de l'action, la pensée se meut à chaque mesure, dans chaque intonation, dans chaque accent. Suivons le fil de l'album : Odd Folk, comme un emblème de singularité, et un découpage rythmique qui défie le confort. Puis le tempo s'affaire, et ce devrait être l'enfer, mais les diablotins qui l'accompagnent ont compris que les démons sont aussi des anges déchus, et que l'enfer est une des formes du paradis, l'Eden de la cursivité poussée à la limite de l'équilibre. Vient une valse mélancolique, avec un choix d'accents et d'accords qui rappelle For Tomorrow, de McCoy Tyner (et le solo de piano paraît avoir le souvenir de McCoy). Mélancolique encore, la ballade qui vient, ode à la ville d'origine, chorus tout en volutes irisées, qui saisit à chaque phrase la lumière de l'instant. Et l'on file à nouveau, cursif toujours, car c'est du jazz, et le vertige est au terme de chaque nouvel élan. Rien ne manque à ce disque : compositions vraiment originales, standard magnifié (Chora Coraçao de Tom Jobim), classiques du jazz réinventés (Epistrophy, joué un demi-ton plus haut, pour échapper peut-être aux automatismes qu'impliquerait le maintien dans la tonalité d'origine....). Dans cette reprise de Thelonious Monk (exercice périlleux entre tous !) Paul Lay donne la pleine mesure de son considérable talent : ne pas mimer Monk, tout en respectant infiniment son esprit. Et pour clore l'album, Géraldine Laurent a choisi Goodbye Porkpie Hat : l'hommage de Mingus à Lester Young porté en quatre petites minutes à son exact degré d'incandescence expressive et rêveuse. Géraldine Laurent est décidément une grande musicienne, excellemment entourée, et ce disque une grande réussite, jusque dans son parti pris sonore : respect des timbres, équilibre des instruments pour faire entendre UN groupe, refus des artifices.... On y voit la marque du pianiste Laurent de Wilde, qui l'a produit pour son label Gazebo, et à son complice en matière de son, Dominique Poutet (partenaire des aventures électro de Laurent sous le nom d'Otisto 21, preuve que les choix sonores ne sont ni univoques, ni exclusifs).

Et en guise de coda, je m'en remets à la conclusion de Noëlle Châtelet, essayiste et romancière, sur le livret du cd : « Géraldine Laurent, au saxophone, nous fait cadeau de ce chant de l'urgence. Elle a raison. Il lui est nécessaire. À nous aussi ».

Xavier Prévost

.

Le groupe se produira le 2 novembre à Paris au Duc des Lombards, le 22 janvier au Chorus de Lausanne, et le 23 janvier à la Maison de la Radio pour un concert « Jazz sur le vif »

Sur Youtube, un reportage sur l'enregistrement, et un entretien avec Pascal Anquetil

https://www.youtube.com/watch?v=GBDisTGlDeE

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 10:32
ARNAULT CUISINIER « Anima »

Arnault Cuisinier (contrebasse, composition), Jean-Charles Richard (saxophone soprano), Guillaume de Chassy (piano), Fabrice Moreau (batterie)

Malakoff, janvier 2015

Mélisse MEL666018 /Harmonia Mundi

Sur la première plage, dans une valse hyper expressive pleine de modulations, le saxophone soprano et le piano se jouent de ce parcours périlleux entre les accords, et la contrebasse dialogue, en une sorte de contrepoint rythmique et harmonique ; quant à la batterie, elle participe à cette joute amicale, combat de lignes antagonistes d'où surgit le sens et l'authenticité de l'objet musical. Toute prudence gardée en matière d'analogie, c'est un peu comme le conflit d'intelligence qui anime les mains droite et gauche de Glenn Gould quand il joue Bach. Et c'est cette profonde acuité musicale qui préserve cette musique, dans son caractère émotionnel, de toute sucrosité. Au delà des qualités instrumentales et musicales de chacun des membres du groupe, et de leur indiscutable vision esthétique, on se dit que ce n'est pas un hasard si le CD est produit par le pianiste Edouard Ferlet sur son propre label, et qu'il en assure la direction artistique. Il sait, comme les membres du quartette, que l'exigence musicale et l'intensité expressive se retrouvent quand on tutoie les sommets. Et cela se poursuit, de thème en thème : le lyrisme du deuxième, les rythmes segmentés du suivant, avec ici un tropisme hispanisant, façon Olé ! De Coltrane, obédience Dave Liebman.... Puis ce seront des accords mystiques,, avec un paysage en forme de sonate : dans cette tentative de décrire chaque plage, je mesure l'impuissance du langage à restituer la puissance d'évocation de la musique, et de la plage 9, Persona, je dirai simplement que c'est beau comme du Schubert.... Vous l'aurez compris, ce disque m'a enthousiasmé, notamment parce que le leader ne cherche pas à faire un disque de bassiste, mais fait un magnifique CD de compositeur- metteur en scène des talents qui l'entourent, une œuvre de groupe. Précipitez vous !

Xavier Prévost

Le quartette jouera le mardi 27 octobre à Paris au Sunside

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 20:27
Ce que le djazz fait à ma djambe !, le swing vu par Jacques Gamblin et Laurent de Wilde


« Il n’y a rien pour moi de plus enthousiasmant que la musique », confie Jacques Gamblin.

Et 90 minutes durant, il le prouve sur scène avec la complicité de Laurent de Wilde, compositeur-arrangeur-interprète. Le spectacle construit par l’acteur et le pianiste lors du 30 ème festival Jazz sous les Pommiers de Coutances (2011) s’est étoffé au fil des représentations. Donné un mois par an sur les scènes francophones, Ce que le djazz fait à ma djambe ! a conservé tout l’enthousiasme initial tout en s’approfondissant dans l’expression de la « troupe » (acteur et musiciens) restée inchangée.

Jacques Gamblin nous narre une histoire personnelle où il est question de ses premiers pas dans la musique (piano, guitare, batterie, zarb), de ses amours. Un texte sur un rythme enlevé où les mots s’entrechoquent et où le jazz est toujours là. « Je mets mes rêves en face de moi en la personne de Laurent de Wilde et des cinq autres musiciens et je les admire à distance. De temps en temps, je mets des mots sur mes rêves de musique et réciproquement ». On l’a compris, nous ne sommes pas là dans un récital où un déclamant est accompagné par un groupe. Le partage des émotions et des sentiments se manifeste en permanence avec humour et sensibilité. Gamblin retient l’attention du public -800 personnes chaque soir, plus de 10.000 sur la quinzaine !- quand il exprime son étonnement devant la création jazzistique : « mais comment faites-vous ? comment pouvez-vous jouer ensemble comme cela ? ». Il y a là une admiration non feinte qui touche et une belle déclaration d’amour pour le jazz. Quant à la réponse à la question comprise dans l’intitulé du spectacle, elle est aisée. Rappelez-vous la citation de Duke Ellington : « It don’t mean a thing if it ain’t got that swing ».

Jean-Louis Lemarchand


Théâtre du Rond Point. (75008) du 13 au 31 octobre à 18.30. Relâche dimanche et lundi. Avec dans l’orchestre sur scène : Laurent de Wilde (piano), Alex Tassel (bugle), Guillaume Naturel (saxophone ténor), Donald Kontomanou (batterie), Jérôme Regard (basse) et DJ Alea (platines).

Texte original de Jacques Gamblin avec des extraits de Really the blues de Mezz Mezzrow, Bop de Langston Hughes et d’un entretien de Laurent de Wilde avec Herbie Hancock. www.theatredurondpoint.fr

Et aussi les 5 et 6 novembre au Grand théâtre d’Aix en Provence.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 07:07
DAVID PATROIS TRIO : «  Flux tendu »

Avant Scene 2015

David Patrois (vb, marimba), Jean-Charles Richard (ss,bs), Luc Isenmann (dms)

Le vibraphoniste David Patrois a de bien belle manière de fêter ses 50 ans : en nous offrant, à nous la sortie d’un nouvel album en trio autour du saxophoniste Jean-Charles Richard et du batteur Luc Isenmann. Dans un format basique et intime il développe une musique de sa propre fabrique, émanation d’un jazz très français, assimilable à rien d’autre tout où, à l’exception d’un Monk et d’un Dolphy il en signe 8 des 10 compositions de l’album.

Dans ce trio, chacun dans son rôle contribue à la circulation de l’énergie autour des lignes claires et épurées du soprano ou du groove percussif et moelleux du vibraphone de Patrois, des lignes de basses profondes du baryton ou encore du drive toujours extrêmement stylé et inventif de Luc Isenmann.

Entre les trois l’entente est cordiale. La musique aux structures complexes et savante y est rendue limpide grâce à l’habileté des combinaisons sonores superbement orchestrées par un David Patrois inspiré et véritable maître de cérémonie. La musique mulitcolore prend des chemins de traverses, rebondit sur le groove du vibraphone, s’entrecroise, s’élance et nous la suivons comme du regard dans ses impromptus méandres.

Appel à tous les programmateurs, ce trio là est fait pour exister sur scène. C’est effectivement une question de flux. Communicatif.

Jean-Marc Gelin

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 16:29
JEAN-MARC PADOVANI « Motian in Motion »

Jean-Marc Padovani (saxophones ténor & soprano), Didier Malherbe (doudouk), Paul Brousseau (piano, piano électrique), Claude Tchamitchian (contrebasse), Ramon Lopez (batterie, tablas)

Villetaneuse, 8-10 décembre 2014

Naïve NJ 625671, avec le concours de MFA, Musique Française d'Aujourd'hui

D'entrée de jeu, pour évoquer les racines arméniennes de Paul Motian, la parole est donnée au doudouk, présent sur la moitié de plages, et joué en praticien aguerri par Didier Malherbe. C'est ensuite The Sunflower, un thème enregistré pour la première fois par Motian en 1979 (« Le Voyage »), où l'on retrouve une bonne part du lyrisme déchiré de la version princeps, et une exaltation de cette construction si typique du batteur-compositeur, que l'on pourrait dire « en procession dissymétrique ». L'une des forces de ce disque en Hommage à Paul Motian, c'est de n'être pas allé systématiquement vers ses compositions les plus connues (Le Voyage, Dance....), mais de picorer au fil du répertoire des œuvres du même intérêt, mais de moindre notoriété. Jean-Marc Padovani est totalement en phase avec cet univers, où se mêlent le jazz de stricte obédience de l'après guerre (Shakalaka et ses multiples breaks : à sa manière, Motian était un enfant du bebop) et la liberté du free et de ses prolongements (prolongements dont le compositeur-batteur fut un acteur). Paul Brousseau, au piano comme au piano électrique, épouse les contours de ces paysages sonores ; Ramon Lopez est au diapason de ces univers contrastés, auxquels il procure avec pertinence des accents très libres (quand on joue dans un hommage à Motian, c'est une qualité indispensable !) ; et, convié dans les morceaux qui requièrent la couleur instrumentale du doudouk, instrument arménien à anche double, Didier Malherbe sert exactement cette musique, en lui apportant les prolongements improvisés les plus idoines. C'est un musicien lié à l'Arménie, comme Motian, qui tient la contrebasse : Claude Tchamitchian est ici en terre de connaissance, et à la fin du brillant solo de contrebasse de It Is, après avoir éloquemment joué en pizzicato, il se saisit de l'archet pour ouvrir l'écrin où vont se lover les ornementations du doudouk. Quant au saxophoniste-leader, qui avait joué naguère avec Motian, il est totalement engagé dans la musique qu'il a choisi de servir, et de célébrer, exact de bout en bout, tout en laissant à ses partenaires l'espace requis par une conception ouverte et démocratique de cette musique. Pas de doute, même s'il nous a quittés en 2011, Paul Motian est toujours vivant, car il est en mouvement, comme le titre du disque l'indique.

Xavier Prévost

Le groupe est en concert à Paris, à La Chapelle des Lombards, rue de Lappe, du 20 au 22 octobre, à 19h30. Et il sera le 7 novembre à Nevers pour le festival « D'Jazz ».

Une présentation sur Youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=EHM8UPsZzc0

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 08:31

Salle presque comble hier pour cette soirée événement autour des 50 de l’AACM (Association for the Advancement of Creative Musicians), le très célèbre mouvement crée en 1965 à Chicago dans la lignée des mouvements protestataires du Black art Movement.

Trois invités emblématiques du mouvement, Henri Threadgill, Roscoe Mitchell et Wadada Leo Smith pour rythmer trois moments de cette soirée.

Autant la formation que dirigeait Henri Threadgill ( bien qu’atypique avec deux saxs alto, un violoncelle, deux pianos et un tuba) semblait un peu engoncée dans de vieux schémas pas vraiment renouvelés et franchement un peu endormie autant en deuxième partie Roscoe Mitchell su mettre très brièvement le feu en duo avec le batteur Mike Reed. 30 mn environ d’un solo quasi ininterrompu et dévalé dans un souffle continu et puissant au soprano, oubliant toute beauté du son pour offrir un discours fleuve radical.

Autre forme de radicalité avec les grands espaces minimalistes du trompettiste Wadada Leo Smith au son d’une ampleur magnifique, transperçant le plafond du théâtre de Châtelet rendu à la nuit rêveuse.

Et pour poursuivre : à lire absolument

« La Nuée – l’AACM : un jeu de société musicale », le livre référence d’Alexandre Pierrepont aux Editions Parenthèses

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 07:53
BERNARD SOUROQUE TIRE SA REVERENCE

(Communiqué du Festival Jazz des Cinq Continents)

Bernard nous a quitté ce dimanche 11 octobre 2015 et c’est avec une tristesse immense que le Marseille Jazz des cinq continents perd l’un de ses fondateurs.

Bernard était l’âme de ce festival et celui qui nous a pendant 15 ans propulsé vers les sommets de par son ambition artistique.

Bernard est et restera à jamais dans nos cœurs et dans l’ADN du Festival. Il sera toujours à nos côtés et nous poursuivrons son œuvre, celle d’un festival de Jazz ouvert vers le monde et l’amour de cette musique.

Marseille Jazz des cinq continents rendra hommage à Bernard Souroque dans quelques semaines.

Pour l’équipe du Festival, Régis Guerbois – Président de l’Association Festival international de Jazz de Marseille des Cinq Continents

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 07:39
Epistrophy, la nouvelle revue dédiée au jazz

Sortie d'une nouvelle revue dédiée au jazz, Epistrophy ( sous la direction de Mathieu Jouan) placée sur le terrain de l'étude musicologique, pour l'heure peu concurrencé si ce n'est par les très institutionnels "Cahiers du Jazz".

Au sommaire du 1er numéro (que nous n'avons malheureusement pas reçu )

http://www.epistrophy.fr/

  • Introduction :
    Christian Béthune
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 22:59
THE LOST STRING Marc RIBOT

THE LOST STRING Marc RIBOT

Anaïs PROZAIC

DVD sorti en 2007

La huit production en collaboration avec Mezzo

https://www.youtube.com/watch?v=PRNxdNfyH4E

Ah Ribot ! Voilà un portrait très complet qui suit de très près le musicien juif Newarkais (descendant d’un rabbin de Biélorussie), l’un de ces «guitar hero» capable de tout jouer, de « faire du bruit » mais aussi d’utiliser des fragments, des citations nombreuses dans ce qui est étiqueté parfois comme « downtown music », ou de l’entertainment, de la musique savante ou de la musique pour clubs. Difficile de le classer, comme le jazz d’ailleurs, depuis le bebop, précise-t-il. On suit avec intérêt son apprentissage de la musique qu’il commença par la trompette, avant que la pose de bracelets dentaires ne l’oriente vers la guitare, sans avoir pu vraiment entendre Miles, ce qui aurait peut-être changé la donne. Il apprécie beaucoup de travailler en 1979 avec l’organiste Jack Mc Duff dans le « Chiltin circuit » pour noirs, affirmant que le seul public qui l’ait jamais bien écouté était celui des amateurs de jazz qui applaudissaient la retenue alors que le public blanc avait tendance à confondre guitare et trompette, hurlant au prodige en entendant une note aigue ! Il a appris son métier en jouant dans toutes sortes de formations, avec les artistes de la Stax comme Solomon Burke enregistrant Soul alive, jugé par les critiques comme un album à l’ esthétique « rigoureusement noire », accompagnant aussi les tournées de RufusThomas, Wilson Pickett. Il semble alors vouloir inventer une nouvelle version du mythe du Nègre blanc. Obsédé à un moment par Prime Time et les possibilités de l’improvisation collective, plus proches du funk et de la musique africaine que du jazz, il pense que le courant du jazz qui commence avec Thelonius Monk, Ornette Coleman et Albert Ayler peut aussi s’inscrire dans l’histoire du rock. Voilà pourquoi il est dommage de l’avoir associé un peu trop rapidement à un style «anti rock» au lieu de le classer dans les «power chords».

Si le DVD privilégie les solos, on sent bien qu’il est à l’aise dans toutes les configurations, prêt à toutes les expérimentations, allant même à L.A pour jouer avec des surfers ! De longs extraits de concerts de diverses époques, en solo, en groupe, intercalés d’interviews du musicien ou de ses complices comme Anthony Coleman, ou Arto Lindsay qui avoue que Marc s’est éloigné de ce qu’il connaissait, survivant des époques troublées du sida et de la drogue.
Si Rootless Cosmopolitans est son premier groupe, il a participé à de nombreuses formations, joué avec Arsenio Rodriguez, les Lounge Lizards jusqu’à l’Electric Masada de son ami John Zorn. C’est un « performer » avant d’être un conceptualiste comme Zorn qui utilise son jeu pour véhiculer ses idées. Acteur de la nouvelle scène juive radicale avec Shrek, Ribot tente t-il de réécrire une « pastorale américaine » ? Une forme émerge du bruit, du subconscient collectif ou non. Plutôt que de jouer la bonne note, il préfère comprendre le sens du projet musical, et ne désire pas donner de leçons. Ayant appris la guitare classique, il avoue aussi avoir compris comment résoudre un immense problème en le fractionnant en tout petits. Les pièces de guitare classiques sont des « monstruosités physiques », contre nature, impossibles à exécuter. Approche utile que l’on peut appliquer ailleurs...Il cherche constamment, penché sur sa guitare, passe son temps à essayer autre chose, hésitant dans ses gestes, dans la veine des grands improvisateurs qui ont intégré toute l’histoire de la musique et de leur instrument. Gageons qu’à l’instar d’Hendrix, il vit avec sa guitare. Les bonus montrent bien l’étendue de sa palette de « I’m confessin » « gratouillé » doucement, à l’étude « Shevet » de John Zorn, expressionniste et bruitiste, sans oublier le support classique des « Recuerdos del Alhambra » et le blues poignant de « St James’Infirmary ».

Un document passionnant qui nous fait redécouvrir, avec ce musicien hors pair une histoire de l’instrument, à travers les variations d’une guitare caressée, frottée, pincée, qui résonne délicatement aussi. Une guitare harpe, célébrée, jamais torturée longtemps par les délires électrifiés qu’il maîtrise pourtant. Et puis quel titre intrigant que « la corde perdue ».

Sophie Chambon

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 10:22

A quelques jours d’intervalles sortent dans les bacs deux albums de guitaristes particulièrement inspirés. Celui du guitariste israélien Gilad Hekselman et celui du français Romain Pilon.

Tous les deux ont en commun d’avoir longtemps arpenté les clubs de jazz de New-York où ils élirent domicile, s’imprégnant de cette culture de ce jazz raffiné sur lequel Kurt Rosenwinkel laissa son empreinte. Tous les deux se sont frottés aux plus grandes pointures du jazz de Big Apple jusqu’à se fondre totalement dans le paysage de ce jazz modernisé.

Et si l’on retrouve chez les deux garçons le même terreau, qui passe autant par la mapitrise des grands standards que par les flottements harmoniques de Jim Hall, tous les deux affirment une personnalité bien différente.

Gilad Hekselman : « Homes »

Jazz Village 2015

Gilad Heksleman (g), Joe Martin (cb), Marcus Gilmore (dms)

Des cordes très sensibles : deux guitaristes d’exception, Romain Pilon et Gilad Hekselman

A 32 ans, Gilad Hekselman signe ici un nouvel album avec deux compagnons de route rencontrés de l’autre côté de l’atlantique, le superbe bassiste Joe Martin et le batteur Marcus Gilmore qui appris jadis les rudiments des baguettes avec son illustre grand-père, le légendaire Roy Haynes.

Gilad joue avec en background une vraie référence à Pat Metheny. Dans le son tout d’abord mais aussi dans sa façon de tourner autour des lignes mélodiques. Assez diversifié dans les compos qu’apportent le guitariste, «  Homes » s’écrit et s’entend au pluriel d’inspirations musicales multiples allant des espaces minimalistes à la profusion be boppienne d’un standard comme Parisian Thouroughfare de Bud Powell. Le trio fonctionne à merveille, en pleine communion musicale et les deux compagnons du guitariste lui offrent véritablement un écrin rythmique à sa dimension.

Raffiné et élégant, Gilad Hekselman  s’impose de plus en plus comme l’un des références de la six cordes, maître dans la souplesse et dans la sensibilité de l’improvisation terriblement et irrésistiblement cool.

 

 

Romain Pilon : «  The Magic eyes »

Jazz & People 2015

Romain Pilon (g), Walter Smith III (ts), Ben Wendel (ts), Yoni Zelnik (cb), Fred Pasqua (dms)

Des cordes très sensibles : deux guitaristes d’exception, Romain Pilon et Gilad Hekselman

Version:1.0 StartHTML:0000000105 EndHTML:0000007492 StartFragment:0000002359 EndFragment:0000007456

Romain Pilon lui, dispute à Gilad cette sensibilité douce mais la joue plus discret, moins exposé. C'est surtout en maître de cérémonie qu'il officie apportant ses compositions magnifiques et surtout en mettant ses partenaires flamboyants en situation d'un jeu exalté. Romain Pilon adore jouer avec des saxophonistes. On se souvient qu’il partagea longtemps la scène à New-York ou Paris avec le ténor David Prez. Il est aussi le co-fondateur du Paris Jazz Underground, collectif parisien de jazzmen amoureux de ce jazz New-yorkais qui porte aujourd’hui une très forte identité bien au-delà de big apple. Ici c’est avec deux très grosses pointures qu’il s’associe. Walter Smith III que l’on adore ici, est notamment un des piliers du groupe d’Ambrose Akinmusire alors que Ben Wendel brille avec le groupe Kneebody.

Romain Pilon, moins soliste que véritable metteur en scène et en espace, organise son monde autour de ses compositions très powerful. Le groupe monte en incandescence, offrant des plages d’héroïsme au groove funky où le lyrisme des deux saxophonistes emporte tout comme sur Triptuch par exemple qui atteint des sommets de lave en fusion d’une rare expressivité.  Il faut dire que l’association de ces deux nouveaux maîtres du ténor est un coup de génie qui fonctionne à merveille. Il faut les entendre sur ce presque boppien Tumbleweeds pour se convaincre qu’il se passe vraiment quelque chose de rare dans cet album.

Romain Pilon joue sur tous les formats que lui permet cette formation en quintet. Toujours, il apporte une rare sensibilité et une intelligence musicale qui  l’amène à explorer registres très intenses comme cet Oxygence Choice où l’on sent chez lui des propensions à flirter avec l’univers de Wayne Shorter ou de celui de Jim Hall sur Jumping at Shadows tout en subtilité aérienne et encore sur cette compo d’Ellington, Fleurette Africaine amenée sur un territoire différent de celui que l’on connaît, totalement réinventé et mis en lumière tamisée.

Là encore chez Romain Pilon un  travail d’orfèvre et au final une très belle réussite à découvrir absolument.

 

Jean-Marc Gelin

 

 

 

Gilad Hekselman sera en concert à Paris du 26 au 28 novembre au Duc des Lombars

Et

Le 3 decembre à Marseille au cri du Port

 

 

Partager cet article
Repost0