Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 18:07

Ambrose Akinmusire (trompette), Sam Harris (piano), Harish Raghavan (contrebasse), Justin Brown (batterie)

New York, Village Vanguard, janvier 2017

Blue Note 002681402 / Universal

 

Un double CD qui rassemble le meilleur de quatre soirées dans le célèbre club de la 7ème Avenue, sanctuaire indiscutable de bien des sommets de cette musique depuis 60 ans, et plus. Le trompettiste nous avait habitué depuis son apparition dans le paysage jazzistique à une position constante de singularité, d'irréductibilité.... Et l'on s'épuiserait en vain à la circonscrire à quelque influence ou filiation. Il ne sort pas de nulle part, bien évidemment, et il est venu à nous, progressivement, avec dans son bagage le passé d'une musique déjà plus que centenaire. Qu'il évolue sur des canevas raisonnablement abstrait ou sur des thématiques aussi chantantes qu'un standard de derrières les fagots, le trompettiste nous subjugue par la force de son expression, liée à une intelligence musicale sans faille. C'est, penserez vous à juste raison, le propre du jazz que de mêler le feeling le plus intense à la densité musicale la plus exigeante. Mais cette règle de conduite, presque une règle de vie, se trouve ici magnifiée par l'étendue spectrale du propos. Nous avons là l'un de ces disques qui nous donnent la tentation, pour une heure et plus, de quitter le monde, de nous abstraire, de nous abymer dans les profondeurs de la perception intime et sensuelle d'une musique qui respire aussi l'urgence d'une pensée en mouvement. Les partenaires du trompettiste sont plus que des sidemen : ils partagent son aventure, et quand la voie singulière s'ouvre devant eux pour un solo, ils s'y plongent comme en des abysses où le chant des sirènes les appelle, presque sans retour. Et toujours, dans l'accompagnement, leur discours révèle une présence avérée, dans la tension comme dans la détente. Bref ce disque pourrait bien être un chef d'œuvre. Qu'on se le dise !

Xavier Prévost

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Chroniques CD
commenter cet article
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 18:39

Seconde et dernière semaine pour la programmation jazz du festival.

Lundi 24 juillet, le saxophoniste Christophe Panzani faisait revivre, sur scène, l'aventure du disque «Les Âmes perdues», où il avait dialogué en musique, à leur domicile et sur leur instrument personnel, avec sept pianistes. Trois d'entre eux, Yonathan Avishai, Édouard Ferlet et Tony Paeleman, se sont prêtés au jeu de la scène, avec un piano de concert et un piano droit, pour raviver ce beau moment d'intimité musicale.

.

 

     (photo David Abécassis)

Le lendemain le trio Das Kapital administrait une belle leçon de vitalité musicale, entre mémoire de l'héritage jazzistique et dérives transgressives : densité musicale, humour et chaleur communicative étaient au rendez-vous, le tout magnifié par les exceptionnels talents de solistes de chacun.

.

 

(photo David Abécassis)

Le mercredi 26 juillet, le pianiste Yaron Herman donnait en trio, avec grand renfort de technologies diverses, une belle version du programme de son disque « Y » paru voici quelques mois chez Blue Note. La version de scène offre plus d'espace à l'improvisation, à l'expression personnelle et à l'approfondissement musical du matériau thématique : un vrai beau moment de musique.

.

 

Et pour conclure, le jeudi 27 juillet, le saxophoniste Émile Parisien (qui, arrivé avec une journée d'avance, était venu la veille se joindre au rappel de Yaron Herman) nous a offert une magnifique apothéose avec son quartette, en état de grâce, et avec une musique exigeante, pleine de surprises et de détours inattendus. Le très nombreux public, pour qui cela n'était pas forcément conforme à l'idée qu'il se fait du jazz, a adhéré avec chaleur à cette belle proposition artistique.

Xavier Prévost

 

Ces concerts seront diffusés sur France Musique à la rentrée :

Christophe Panzani le 22 septembre à 18h dans l'émission 'Open Jazz'

Das Kapital le 11 novembre à 19h dans l'émission 'Le Jazz Club'

Yaron Herman le 15 septembre à 18h dans l'émission 'Open Jazz'

Émile Parisien le 29 septembre à 18h dans l'émission 'Open Jazz'

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 17:38

 

Après 7 jours de concerts, voici ce que l'on peut retenir de la première livraison des concerts de jazz qui se déroulent quotidiennement, et depuis 1986, dans le cadre de ce festival à dominante classique (mais pas que....)

L'Amphithéâtre du Domaine d'O accueille dans son vaste lieu de plein air de quelque 1800 places ces concerts quotidiens de 22h, précédés à 20h30 d'un avant-concert (mais concert quand même !) qui se déroule sous la pinède, en contre-haut de l'Amphithéâtre, et accueille des groupes de la région. 

Depuis 2005 (avec une pause en 2010 où les concerts retournèrent à la Cour des Ursulines en raison de mésententes politiques locales....) les concerts sont accueillis dans ce grand espace en gradin qui, malgré sa taille, assure une vraie relation de proximité entre la scène et la salle (les artistes en attestent régulièrement).

La première soirée, le lundi 17 juillet, accueillait le Kelin-Kelin' Orchestra, co-dirigé par la saxophoniste Jean-Jacques Élangué et la batteur Brice Wassy, deux musiciens de la scène parisienne, issus du Cameroun, et qui fédèrent autour d'eux la diaspora africaine et antillaise, avec un renfort états-unien de Paris et périphérie. Musique dense et joyeuse, qui mêle un jazz richement arrangé (et joué par une belle section de souffleurs) avec les musiques d'Afrique de l'Ouest. 

Le 18 juillet la grande scène accueillait le chanteur Kevin Norwood, né en Avignon et désormais Marseillais, qui chante une musique originale, et des textes en Anglais dictés par ses racines familiales, avec un sens de l'expression, de la nuance et du jeu collectif qui emporte l'adhésion. Le lendemain la scène accueillait, en solo, le pianiste Bruno Ruder, dans exercice de haut-vol qui mêlait compositions et improvisations, à un niveau musical et pianistique qui laissèrent le chroniqueur pantois.

photo David Abécassis

Puis ce furent le batteur Antonio Sanchez, avec un suite très bien contruite, et servie par des solistes impeccables ; et le trio du batteur luxembourgeois Jeff Herr, dans une véritable défi (surmonté avec éclat) qui consiste à tenir le public en haleine durant 90 minutes en trio saxophone-contrebasse-batterie.

photo David Abécassis

Le guitariste Hervé Samb, avec le renfort du saxophoniste Olivier Temime, a fait briller de mille feux les liens entre le jazz et l'Afrique ; et enfin, le dimanche 23 juillet, le trio de pianiste cubain Alfredo Rodriguez, lequel a conquis le public (mais a laissé sur sa faim le chroniqueur) avec un jazz qui fait la part belle aux sources généreuses de la musique latine. Une belle première mi-temps en somme. La seconde à suivre dans quelques jours.

Xavier Prévost

 

Les cinq premiers concerts étaient en direct sur France Musique (liens de réécoute ci-dessous)

https://www.francemusique.fr/emissions/jazz-montpellier/kelin-kelin-orchestra-en-direct-de-l-amphitheatre-du-domaine-d-o-le-17-juillet-2017-35439 

https://www.francemusique.fr/emissions/jazz-montpellier/kevin-norwood-quartet-en-direct-de-l-amphitheatre-du-domaine-d-o-montpellier-2017-35453 

https://www.francemusique.fr/emissions/jazz-montpellier/bruno-ruder-au-piano-joue-son-nouvel-album-lizieres-l-amphiteatre-d-o-montpellier-2017-35467 

https://www.francemusique.fr/emissions/jazz-montpellier/antonio-sanchez-migration-l-amphiteatre-du-domain-d-o-montpellier-2017-35481 

https://www.francemusique.fr/emissions/jazz-montpellier/jeff-herr-corporation-revisitent-jimi-hendrix-david-bowie-ou-les-beatles-l-amphitheatre-d-o-montpellier-2017-35495 

Les autres concerts seront diffusés ultérieurement (dates ci-après)

Hervé Samb le 4 novembre à 19h dans l'émission 'Le Jazz Club'

Alfredo Rodriguez le 7 octobre à 19h dans l'émission 'Le Jazz Club'

Repost 0
Published by Xavier Prévoost - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 08:52
Guillaume Belhomme  LE JAZZ EN 150 FIGURES

 

Guillaume Belhomme

Le jazz en 150 figures

360 pages, Editions du Layeur

39,90€

J’aime beaucoup les anthologies et celle-ci ne fait pas exception à la règle, qui traite du jazz en 150 figures portraiturées, de King Oliver (né en 1885) à Martin Kuchen (né en 1966) ou encore 750 chroniques de disques. Pour chaque période, chaque style, un texte introductif, toujours bien écrit, donne un juste aperçu de la période et de l’insertion du musicien dans l’époque. Rien ne vaut l’angle chronologique pour aborder une musique aussi riche et savante que le jazz, qui ne s’est pas vraiment développée en ligne droite. Mais l’intérêt généalogique et les rapprochements stylistiques ne relèvent pas du seul désir de tracer une cartographie de cette musique, d’en montrer une certaine « continuité » : l’auteur assumant parfaitement sa subjectivité, n’écarte pas les dimensions proprement émotionnelles, esthétiques du jeu ou et de la personnalité de ces artistes.

Si vous désirez vous constituer une discothèque de base, voilà réunis avec cette anthologie de Guillaume Belhomme les principaux enregistrements des musiciens sélectionnés, les historiques et les autres jugés tout aussi passionnants, voire indispensables pour l’auteur, qui anime Le son du grisli, soutient et dirige les éditions Lenka lente. Il continue son travail « historique », commencé aux éditions du Mot et du reste, nous faisant toujours partager ses coups de cœur, autrement dit, ses choix personnels dans chaque discographie. Il n’est pas important, semble-t-il, d’infirmer ou non ses propositions, de « chipoter » sur l’absence de tel ou tel incontournable : laissons-nous prendre par cette vision d’un jazz pluriel, une approche plutôt complète après tout, reflétant aussi des musiques d’aujourd’hui . S’il évoque les grandes figures, Guillaume Belhomme s’intéresse aussi aux moins célèbres, les défricheurs pas toujours reconnus, il dresse une superbe galerie de portraits qu’éclairent les photographies et reproductions de pochettes de vinyls ou CDs : des double pages soit deux portraits pour certains musiciens (Konitz, Portal, Shepp, Braxton, D.S Ware, Peter BrÖtzmann, Misha Mengelberg…). Le choix des photos et photographes est original, on y retrouve très souvent Luciano Rossetti, photographe italien ami du guitariste Garrison Fewell (De l’esprit dans la musique créative , Lenka lente, 2016 ) et du New Yorkais Peter Gannushkin.

Ce sera toujours un plaisir de se plonger, au hasard (ou non) dans la lecture de ces pages, de se laisser porter, de remarquer alors des similitudes, des idées de classement, puisque l’amateur de jazz a une âme de collectionneur, d’obsessionnel…

C’est finalement à une réflexion d’ensemble que ce bel objet nous invite : penser aux formes toujours renouvelées, puisque le jazz s’est nourri de tous les apports générationnels et montre des contours toujours changeants. Evitant de figer le jazz dans une aventure, même singulière, Guillaume Belhomme replace ses figures dans l’évolution de cette musique, en soulignant leur personnalité, les caractéristiques de jeu, l’essence de leur art

Erudit mais jamais pédant, facile à lire, voilà un beau travail de recherche mis en valeur par le « montage » des Editions du Layeur . Vivement recommandé pour animer la partie jazz de votre bibliothèque, faisons-lui une place aux côtés, par exemple, du Dictionnaire du Jazz (Bouquins), des portraits de Pascal Anquetil (Tana éditions) ou encore des livres des éditions Lenka Lente, Parenthèses, Outre Mesure, du Mot et du Reste...

 

Sophie Chambon

 

Repost 0
Published by sophie chambon - dans Livres - BD
commenter cet article
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 11:19

GERALD CLAYTON : «  Tributary tales »
Gérald Clayton (p), Logan Richardson (as), Ben Wendel (ts), Dayna Stehens (bs), Joe Sanders (cb), Justin Brown (dms), Aja Monet (vc), Carl Hancock Rux (vc), Sashal Vasandani (vc), Henry Cole (perc), Gabriel Lugo (perc)
Motema 2017

Attention, moment fort.
Que tous les vacanciers retardataires, n’hésitent pas une seule seconde : ruez vous sur le dernier album du pianiste Gerald Clayton ! Et si vous vouliez vous baigner par ces temps de fortes chaleurs, nous vous garantissons ici une nage en eaux vives.

On le sent, le pianiste a beaucoup de choses à dire et les moyens de les exprimer tant il peut compter sur un quintet de très très haute volée avec lequel il peut explorer plusieurs formes du jazz des plus straights aux plus modernes. Magnifiquement écrit et dirigé, «  Tributary tales » possède le souffle épique des grands conteurs, de ceux porteurs d’une tradition  séculaire. Il le dit bien d’ailleurs dans ses liners : «  Faire du neuf avec du vieux » !
Gerald Clayton se fait le grand ordonnateur de cette album depuis son ( ou plutôt ses) claviers, juxtaposant les lignes simples et les harmonies complexes qu’il élève avec grâce vers le sommet des muses.
Ben Wendel ( ténor) tutoie ces cimes (sur Envisionnings !) alors que Logan Richardson à l’alto jette des braises sur un feu incandescent maintenu par le maîtres des forges, Justin Brown impérial drummer s’il en est !
Sur deux morceaux, se joignent les voix slamées de Aja Monet et, celle magnifiquement sombre de Carl Hancock Rux sur un morceau totalement envoûtant et fantomatique ( voir la video).

Superbement inspiré, ce nouvel  album de Clayton marque un vrai tournant dans son parcours.
Heureux, passionné et inspiré.
Tout ce que l’on aime en jazz !
Jean-Marc Gelin

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 13:04

Le saxophoniste-compositeur-romancier publie simultanément un CD en quartette intitulé « Unklar » et un 'roman et musique' de 164 pages, couverture recto-verso incluse, car tout est imprimé, y compris des inter-pages uniformément encrées de noir. Un roman titré De la violence dans les détails, dans lequel une alvéole découpée à l'emporte-pièce reçoit une minuscule clé USB contenant un fichier de 43 minutes de musique (également séquencées en fichiers séparés, dans un ordre différrent, d'environ 36 minutes), musique jouée par 16 musiciens, du solo au tentet au fil des plages. Et la clé comporte évidemment le texte du roman en format numérique. On se rappelle, concernant Nicolas Stephan, le sextette 'Le bruit du [sign]', avec Jeanne Added, Sébastien Brun, Théo Girard, Julien Rousseau & Jullien Omé : haut lieu de singularité créative. Nicolas Stephan poursuit sa route d'exigence talentueuse avec ces nouvelles œuvres.

 

Nicolas Stephan « Unklar »

Nicolas Stephan (saxophone ténor, composition), Fanny Ménégoz (flûtes), Antonin Rayon (orgue, synthétiseur basse), Benoit Joblot (batterie).

Vallée de l'Ouanne, décembre 2016

Discobole Records SD030317 / www.sophieaime.com

 

Les intervalles sont distendus, les tonalités flottantes, et c'est peut-être pour cela que la sensation d'un lyrisme entêtant submerge. La qualité de l'écriture n'est pas seule en cause : les considérables ressources des solistes-improvisateurs/trices étoffe la densité musicale de l'objet, comme il est de tradition dans cette musique que l'on appelle le jazz (au sens large) où le collectif contrebat l'idée d'une œuvre qui serait l'exclusif apanage du compositeur-leader (lequel assume assurément l'émergence et la pérennité du projet). Un beau parcours s'ouvre à l'écoute, entre écriture contemporaine, pulsation et liberté du jazz (et d'autres musiques pas moins libres !). Une vraie réussite.

Unklar sur Vimeo

https://vimeo.com/205685409

 

Nicolas Stephan : De la Violence dans les détails, Roman et musique

Un livre objet de 164 pages, contenant une clé USB avec une musique qui « sans être la musique de l'histoire […] développe une autre vision des thèmes du roman ». 

 

Nicolas Stephan (composition, saxophone & voix),  Julien Desprez (guitare électrique), Csaba Palotai (guitare électrique), Théo Girard (contrebasse), Anne Palomeres (danse sonorisée), Antonin Rayon (orgue, clavier et piano),  Sébastien Brun (Batterie), Pierre Alexandre Tremblay (guitare basse), Benjamin Body (contrebasse), Fidel Fourneyron (trombone basse), Julien Rousseau  & Brice Pichard (trompettes), Johan Renard  & Youri Bessière (violons), Cyprien Busolini (alto),  Julien Grattard (violoncelle)
Mézinville, Ivry, Huddersfield, Paris, entre 2010 et 2014
Disponible via le site  
www.sophieaime.com
 
Le roman procède d'une singularité qui le rend difficilement assignable à un quelconque genre : identités flottantes, lieux fluctuants, tout nous entraîne au plus loin de tout repère, au risque (assumé) de se (nous) perdre. De multiples récits s'interconnectent dans un flux dont on devine qu'il a été conçu pour défier la maîtrise. De leitmotiv en fausse piste il est possible (et souhaitable) de céder à l'égarement. La musique quant à elle, inspirée par le texte, s'affranchit de toute prétention illustrative et, de l'aveu de son initiateur « elle prend d'autres chemins que le roman, tout en passant par les mêmes points ». Enregistrée sur une longue période dans des lieux différents, et avec des effectifs variables, elle trouve cependant son unité dans ce qui semble être l'adhésion de chacun(e) à la folie prospective du projet. L'ensemble constitue une pièce de jazz contemporain où cohérence formelle et liberté d'escapade cohabitent parfaitement. Étrange et, il faut l'avouer, fascinant. À écouter/lire de manière synchronique ou diachronique, comme l'on veut, en s'offrant aussi le choix de bouleverser l'ordre des séquences puisque la clé USB offre la musique dans un flux unique, ou selon des séquences autonomes renvoyant à certains chapitres ou intertitres du livres.
Xavier Prévost
.
Le répertoire d'Unklar sera donné en concert le 16 septembre à l'O Gib de Montreuil (93) et le 18 novembre à La Fraternelle de Saint Claude (39)
De la Violence dans les détails sera présenté le 12 novembre à Paris, à l'Atelier du plateau

 

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Chroniques CD
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 00:10

Segré-en-Anjou bleu, rendez-vous des fans de la note bleue
Jean-Louis Lemarchand

 

@jean-Louis Lemarchand


Voilà une commune qui justifie à double titre sa couleur. Située au nord-ouest d’Angers, Segré a pris cette année l’appellation Segré-en-Anjou bleu, à l’occasion du regroupement de quinze communes, pour rappeler son attachement à cette ardoise réputée, richesse de la région et baptisée or bleu. En même temps, Segré est devenue un point de rencontre estival réputé des amateurs de la fameuse note bleue. Ils étaient quelque dix mille festivaliers –davantage que la population de la commune hôte !- pour la 8ème édition de Saveurs jazz festival (6-10 juillet) qui accueillit des têtes d’affiche, Herbie Hancock, Youn Sun Nah, habitués des festivals-mammouths (Nice, Vienne, Marciac) mais aussi des artistes prometteurs ayant accès à un nouveau public (le guitariste Pierre Durand, le pianiste Gauthier Toux, le batteur Damien Schmitt). C’est là l’une des spécificités de Saveurs jazz festival, premier né du réseau Spedidam , qui compte aujourd’hui  14 festivals dans l’hexagone dont quatre dédiés au jazz. « Nous entendons favoriser l’expression de la diversité du jazz français », souligne ainsi le programmateur dès sa 1ère édition, le trompettiste Nicolas Folmer. Programmé en 1ère partie, Pierre Durand a ainsi pu bénéficier du public-record (1200 personnes) attiré par Herbie Hancock.  Et chaque après-midi, en accès libre, les fans de jazz ont eu droit, dans le Parc de Bourg-Chevreau, à un plateau de groupes qui font les belles soirées des clubs parisiens (Samy Thiébault, David Chevallier, Manuel Rocheman…). L’ancrage local constitue également un point fort du festival avec des actions de découverte et promotion du patrimoine artistique, économique, et gastronomique couplées à des concerts délocalisés : exemple le 9 juillet à Pouancé , avec initiation matinale à la confection d’une tarte à l’ortie et prestation sur la place du Guesclin, à un jet de pierres d’un château-fort médiéval d’un trio angevin, le groupe Morse (saxo alto-basse-batterie) aux beaux accents West Coast. Cette implication locale se traduit au niveau financier : les collectivités territoriales contribuent à hauteur de 70.000 euros (30.000 pour Segré-en-Anjou bleu) pour un festival disposant d’un budget de quelque 400.000 euros. Cette édition  a bénéficié d’une contribution exceptionnelle de la Spedidam. Ainsi la société civile qui perçoit et distribue les droits des artistes-interprètes manifeste-t-elle son implication dans le jazz qui se traduit également par un accompagnement de quinze artistes (Ludovic Beier, Pierre Bertrand, Arielle Besson, Laurent Coulondre, Jimi Drouillard, Pierre Durand, Antoine Hervier, Régis Huby, Agathe Iracema, Didier Ithursarry, Jean-Marie Marrier, Emile Parisien, Damien Schmitt, Eric Séva et Auroire Voilque).

 

Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 07:33

@Jean Thevenoux

 


Il était tout sourire dimanche à 21.45 Herbie Hancock. Le ciel de Segré était orné d’un arc en ciel et les mille deux cent spectateurs en avaient vu de toutes les couleurs pendant 90 minutes. Au sortir du chapiteau bondé, chauffé à blanc, le pianiste oubliait ses 77 printemps, prenait le temps d’un selfie et trottinait. Le bus partirait dans la nuit pour Stuttgart où le pianiste-compositeur donnait ce lundi un nouveau concert à 19 h.
Il était attendu, le jazzman de légende. Sa première sortie française de l’été à la Seine Musicale de Boulogne le 29 juin, avait laissé une impression partagée, en raison d’une sonorisation envahissante. Herbie avait au  Saveurs Jazz Festival de Segré (Maine-et-Loire) retrouvé son état de grâce. Il a privilégié le piano acoustique sans pour autant négliger les envolées électriques (et maîtrisées au niveau sonore). Aux anges, mon voisin, le guitariste Pierre Durand, qui avait assuré, inspiré, la première partie, confiait son admiration pour la capacité de l’artiste à perpétuellement se renouveler.
La formation a été remaniée ces derniers temps avec l’arrivée du saxophoniste ténor Terrace Martin, très actif dans l’univers du rap, qui rejoint des compagnons habituels du pianiste, James Genus (saxophone ténor), Vinnie Colauiuta (batterie) et Lionel Loueke (guitare). Sur la scène, ce 9 juillet, ils étaient tout à l’écoute du boss et le groupe tournait comme une limousine bien rodée, prenant un plaisir manifeste à reprendre deux tubes planétaires du maestro, Cantaloupe Island (1964) et Actual Proof (1974).
« Le public français a toujours soutenu ma musique dans toutes ses facettes », nous déclarait en octobre 2010 Herbie Hancock au moment où il recevait les insignes de commandeur des Arts et Lettres des mains du Premier ministre. Le jugement est toujours d’actualité sept ans plus tard.
Jean-Louis Lemarchand

Herbie Hancock sera en concert ce mois de juillet à Vienne (12), Nice (17), Marseille (28) et Marciac (29).

 

Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 10:33

DEJOHNETTE; GRENADIER; SCOFIELD; MEDESKI : «  HUDSON »
Motema 2017


Pour un all-stars c’est un all-stars ! Et pas des moindres. Le grand Dejohnette dont in faire cette année les 75 ans, Le guitariste maître du blues moelleux John Scofield, le calviniste de génie John Medeski dont on raffole des sons d’orgue un peu cargos et enfin l’immense bassiste ex camarade de jeu de Brad Meldhau, Larry Grenadier. Un quartet d’exception ? Plutôt un quatuor de génie !
 
Et pourtant si ces quatre musiciens (qui ont tous joué avec le gratin mondial du jazz) se connaissent bien et s’ils se sont souvent rencontrés que ce soit Scofield et Dejohnette vieux compagnons de route ou encore le guitariste avec Medeski + Martin & Wood avec lesquels ils ont enregistré plusieurs albums, ces quatre-là n’avaient jamais été réunis sur un même projet. Tout le mérite en vient ici à Jana Herzen, la-déjà-emblématique patronne du label qui a su les réunir pour un album dont on peut dire d’ores et déjà qu’il fera date.


Inspiré par une sorte de ballade le long des rives de l’Hudson, comme fil conducteur, cet album est une merveille d’inspiration improvisée. De blues moite et filandreux. D’espaces aériens. Mindfull ! Entre jazz et pop, cette musique tire son inspiration de cette vallée de l’Hudson qui a accueilli le festival de Woodstock et dont ils ont rapporté plusieurs compos : Hendrix, un suflureux Joni Mitchell ( Woodstock justement) un thème de Dylan ( Lay lady lay) interprété façon reggae ou encore a hard rain gonna all. D’autres thèmes ont été composés pour l’occasion de cet album notamment par John Scofield comme ce El swing aux lignes jazz et élastiques. De l’Hudson ils sont aussi allés puiser dans les chants vernaculaires des tribus indiennes, primitifs habitants de la vallée.

Cet album qui prend ses sources au fleuve des tubes de la pop sent bon l’Amérique profonde. De cette amérique que Scofield parvient à magnifier dans une sorte de moelleux enrobage. C’est du chocolat qui fond sous la langue mais avec une pointe de piment qui rend les choses juste un peu sales.
Dejohnette / Scofield/ Medeski/Grenadier : c’est plus que la naissance d’un groupe. C’est plus que powerful. C’est carrément jouissif !
Jean-Marc Gelin

Voir les commentaires

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 22:49

Jean-Louis Lemarchand
En 1947, Pierre Henry appelait dans un texte-manifeste, à « penser à une musique nouvelle ». Disparu le 5 juillet à la veille de ses 90 ans, le « pape » de la musique électroacoustique laisse une œuvre immense, dont la Musique pour le temps présent (avec Maurice Béjart) qui lui assura en 1967 un succès planétaire grâce à un air, Psyché Rock. Admiré par les compositeurs de musique électronique, dont Jean-Michel Jarre, Pierre Henry avait aussi fait une incursion sur la planète jazz en collaborant en 2001 avec le trompettiste Erik Truffaz. Le pianiste Laurent de Wilde analyse dans Les fous du son (Grasset.2016) l’apport de Pierre Henry, qui au même titre que Pierre Schaeffer « pense que la matière sonore peut et doit servir d’alphabet aux nouvelles compositions non plus sous forme de notes mais de sons. Autrement dit, le bruit d’une locomotive ou d’un couteau qui tombe est une expérience sensorielle qui peut, lorsqu’elle est mise en forme, exprimer des émotions aussi intimes qu’un instrument de musique traditionnel »/
Infatigable, sa dernière œuvre a été publiée en 2016 (Continuo ou vision du futur), Pierre Henry composait depuis 1971 dans une petite maison du quartier populaire parisien de Picpus, où chaque pièce était dédiée à la musique. Un pavillon qui semble hélas aujourd’hui promis à la démolition. C’est là qu’il avait donné au cours de l’été 2009 vingt quatre concerts «  à la maison ». Présent à l’un de ces évènements, j’avais rédigé un compte-rendu qui est reproduit ci-après dans son intégralité.
Pierre Henry donne chez lui « Dieu à la maison »
Chaque soir, à l’heure de l’apéritif, Pierre Henry reçoit chez lui. Le « pape » de la musique électroacoustique présente à quelques privilégiés-une petite quarantaine-sa dernière œuvre dans sa maison parisienne du quartier Picpus. Assurément l’un des évènements de l’opération Paris quartier d’été à laquelle le musicien participe pour la sixième fois.
Installé derrière sa console d’ordinateur, le compositeur de « Variations pour une porte et un soupir » propose « Dieu à la maison », nouvelle version de son poème sonore d’après le texte de Victor Hugo sorti en 1977. Un voyage musical au royaume de l’électronique qui donne toute sa vigueur à cette œuvre posthume publiée en 1891, au thème métaphysique : Dieu existe-t-il ?
Dans cette aventure, Pierre Henry, 81 ans, est accompagné par le comédien Jean-Paul Farré, auteur-interprète de « 20 ans de pianos forcés », qui fait vivre ce texte souvent sombre et parfois sarcastique, dont une terrible charge contre les prêtres.
Une heure durant, le spectateur est l’invité personnel du maître de la musique concrète, reçu dans l’une des petites pièces de  cette maison du 12 ème arrondissement, véritable antre de création où voisinent archives musicales et compositions personnelles faites de bandes magnétiques, bobines de fer, touches de piano…
Ainsi, en écoutant les nappes sonores transmises par les enceintes disposées de la cave au grenier, l’amateur a- t-il tout loisir de mesurer l’ampleur et la diversité de l’œuvre de Pierre Henry découvert en 1949 avec sa « Symphonie pour un homme seul ».
La version originale de Dieu (1977) figure dans un coffret Philips de 5 CD « Mix Pierre Henry 04.0 ».
Jean-Louis Lemarchand
 

 

Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans non classé
commenter cet article

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj