Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2006 6 02 /09 /septembre /2006 23:09

On y était. Pas vous ?

 

 

 

Il y avait comme tous les étés de la musique partout. La capitale s’était mise en quatre pour nous offrir quelques bons moments de jazz entre deux matchs de l’équipe de France.

 

Le théâtre du Châtelet ouvrait le bal au tout début de l’été avec une affiche de rêve. Nonobstant l’équipe de France qui faisait chavirer d’autres têtes et empêcha certains d’aller voir John Zorn avec Masada (on a des noms !) nous eûmes néanmoins droit à un concert très beau de Bill Frisell venu le 6 juillet présenter sa toute nouvelle formation avec Greg Tardy au sax, Ron Miles à la trompette, Tony Scherr à la contrebasse et Kenny Wollesen à la batterie. Il faut dire que Bill Frisell a le chic pour mettre du bleu sur ses mélodies sudistes avec ses accents de folksongs matinées de jazz. Jamais il n’abuse de la réverb mais utilise juste sa pedal street guitar chère aux joueurs de Country avec un grand sens du dosage subtil. On entendrait presque des sonorités simples à la Oscar Moore. En revanche la formation avec laquelle il évolue n’est pas la meilleure qui soit et l’on a pu assister après un premier quart d’heure brillant du trompettiste Ron Miles à l’éclipse totale de ce dernier au cours de ce bien agréable concert. Agréable mais par moments toutefois inégal.

 

Le lendemain nous nous faisons une fête d’aller entendre pour la clôture du festival l’immense Ran Blake. A 75 ans Blake n’a rien perdu de la magie de son discours. Incroyable profondeur des phrases monkiennes. Monk qu’il transcende. Monk qu’il ramène à Ellington. Pas l’Ellington chef d’orchestre mais Ellington le pianiste dont chaque attaque de note est un point de suspension. Mais Blake est vieux et suet à toutes les angoisses. Au bout de 20mn, parce qu’il était allé tout au bout de lui-même et qu’il ne pouvait plus rien rajouter, Blake se leva et quitta la scène très intime (des chaises avaient été placées sur la grande scène, autour du piano) devant un  public néanmoins conquis et compréhensif qui ne manqua pas de lui faire une véritable ovation. Beau moment de compréhension par le public de l’artiste en souffrance.

 

Au New Morning durant ce torride mois de juillet Carla Bley venait sur scène avec son éternel côté potache. Son Big Band venait là pour s’amuser. Mais avec l’âge Carla se rangeait moins du côté de Mingus que d’ Ellington (là encore) avec un trompettiste qui nous faisait penser à Ray Nance et un Gary Valente, tromboniste génial dans une forme éblouissante alors qu’à l’orgue la fille de Carla Bley, Karen Mantler (dans le rôle du parfait sosie) restait dans une posture sage. Carla Bley possède cette faculté d’écrire des choses complexes et de les rendre simples par son sens du swing. Elle assume carrément un clin d’œil appuyé Glenn Miller. Fait circuler d’une main toujours assurée une énergie bouillonnante à laquelle n’est pas étrangère la rythmique menée par Steve Swallow dont les yeux ne quittent pas d’un seul instant Carla. Sa reprise du morceau de Ray Noble (‘til you) fut un des grands moments de ce beau concert. Son Big Band se situe toujours quelque part dans les sommets du jazz. On comprend qu’il soit encore et toujours une référence prégnante pour grand nombre d’orchestre. Il nous donne furieusement envie de revenir rapidement l’entendre à la Villette

 

 

Dans un autre registre la venue du groupe Take 6 au New Morning nous donnait l’occasion de voir autant de spectacle sur scène (plutôt de show) que dans ce public afro américano antillais de Paris venu de toutes les églises adventistes de la capitale communier avec hystérie avec ce groupe aux allures de prêcheurs du temple. Sensations assurées. On se serait cru du coté de la Glide Church de San Francisco. D’ailleurs ce n’est pas un  hasard si le seul à avoir reçu l’autorisation de photographier et d’interviewer était le représentant de la Fédération Française de Gospel (que nous saluons ici pour nous avoir si gentiment permit d’utiliser ses clichés). Sur scène derrière 6 chanteurs d’exception, un manager cerbère façon Don King de 300 kgs en culottes courtes s’assurait qu’aucun voleur d’image ou de son n’était dans la salle. Parce que ces 6 performers du jazz vocal qui nous assène à longueur de temps que « God’s with you. Oh my Lord yeah !» n’oublient pas de vous inciter à acheter leur dernier album «  to help us to make money ». Eh oui on y est pas habitué ici mais il faut s’y faire, la bible se marie fort bien aux dollars de l’autre côté de l’Atlantique. Mais revenons à l’essentiel : la musique. Reste un véritable show bouillonnant. 6 chanteurs exceptionnels bourrés de vitamines. Derrière la façade à paillettes, des chanteurs immenses, des musiciens et arrangeurs de génie et une volonté de revenir un  peu plus au jazz. On buvait du petit lait malgré un son un peu saturé au premier set. Dans la fournaise du paradis ( !) les 6 nous ont littéralement scotchés avec une mention particulière pour le bassiste du groupe capable de  et faire trembler les murs de Jéricho avec un seule note et de danser à la manière d’un  pack entier de joueurs néo-zélandais façon Haka. Et des harmonies à tomber par terre qu’on vous raconte même pas. Un son unique qu’ils sont les seuls, depuis que Manhattan Transfer ne cesse de décliner, à maîtriser de la sorte. Une école en somme !

 

 

Et puis, pour finir en beauté, on a choisi  Ornette Coleman ! Ornette venu inaugurer le festival « Black rebels » à la Villette. Ornette , le free de la passion ! Ornette la légende. Concert magique comme souvent avec lui. Le maître du son c’est lui. Habité toujours par sa musique. Le maître du blues, à 76 ans c’est toujours lui. Même s’il semblait un peu fatigué, un peu moins capable de tenir de très longs chorus, un peu moins dans l’énergie du souffle, Ornette montrait un autre visage ce soir là ? Montrait qu’il reste une légende du jazz. Pas seulement par son jeu d’ailleurs mais toujours par ses compositions si intelligemment agencées. Décalages rythmiques, retour de thèmes, libres improvisation, digression puis à nouveau ensemble et coda abruptes et tout cela avec l’incroyable sentiment de facilité. De fluidité. Ornette qui vient de sortir un nouvel album en live « the grammar of the sound » était accompagné de son fils Denardo à la batterie (très mal sonorisé) et d’une géniale rythmique de choix, celle de Tony Falanga à la contrebasse (une découverte celui là) et de Al Mc Dowell à la basse électrique. Association géniale aussi que ce jeu d’archet de Falanga au son de Ornette Coleman où il est question d’un poésie un peu folle que seul Coleman est capable de dire. Sorte de complicité de saltimbanque. Un song X un  peu désorientant par le jeu binaire ternaire de Denardo et puis au final pour seul rappel, un Lonely woman simplement joué avec une sublime profondeur.

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2006 1 28 /08 /août /2006 23:27

KEITH JARRETT : TOKYO SOLO

 Enregistrement live du concert du Metroplitan festival Hall de Tokyo – oct.2002

 ECM 2006

 Ceux qui ont entendu Radiance n’ont rien vu ! Car, c’est une tautologie, il y a dans l’exercice  du piano solo, la mise en scène de l’insondable solitude du pianiste. Évidemment.

 Pour marquer son retour à la scène en solo, ECM a fait appel à une équipe de réalisation japonaise. Celle là même qui est habituée  à suivre le pianiste. Celle là même qui signe une réalisation incroyable de sobriété pour ce premier DVD réalisé pour le label et qui nous montre le pianiste seul sur cette immense scène dont l’espace est habité (dans les deux sens du terme) par le face à face du musicien avec son piano. Car finalement parce qu’il vit et respire avec son piano et dans cette mesure là justement, le pianiste en fin de compte est tout sauf seul.

 4 ou 5 caméras fixes saisissent Keith Jarrett. Certains plans hauts le survolent de dos pris au centre d’un cercle de lumière dessiné sur le parquet de cette belle salle. Moment de parfaite zénitude.

 Et dans ces plans de  « mouvement immobile » des caméras, parce que le réalisateur parvient à capter à l’image la part de plaisir/souffrance, à capturer l’extase qui passe sur le visage de Jarrett on pense immanquablement à un acte d’amour charnel, un corps à corps du pianiste avec son instrument qu’il maltraite ou caresse. Un acte sexuel explicite. De sa présence à cet instant, le public s’excuserait presque. On l’entend parfois ne pas applaudir à la fin du morceau. Juste son silencieux recueillement inhabituel à nos oreilles de public expansif.

 La magie de l’improvisation. Elle est  là palpable, visible à l’image. Le mystère du commencement ou de la fin d’un morceau  comme lorsque l’on voit le pianiste retenir ses mains au dessus du clavier parce que lui seul sait qu’il n’y a plus rien à ajouter. Que tout a été dit. Comme si le clavier devenait brûlant. Qu’une note supplémentaire serait superflue. Et toute la beauté de ce DVD est de nous permettre d’approcher au plus près sans nous le révéler pour autant la part de mystère non révélé de la création instantanée. Saisissant

 Jean Marc Gelin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 août 2006 5 04 /08 /août /2006 17:40

Les éditions BD jazz ont demandé à Jacques Ferrandez d’illustrer le dernier né de la collection consacré à Miles Davis. Et Jacques Ferrandez, c’était l’homme qu’il fallait pour s’attaquer à Miles. En effet Ferrandez grand amateur de jazz et de be bop devant l’éternel aurait tout aussi bien pu devenir musicien professionnel, contrebassiste en l’occurrence si sa passion du dessin n’en avait pas décidé autrement. A 50 ans Ferrandez est devenu un grand nom de la BD bien connu pour ses histoires algériennes (son pays natal) et surtout pour quelques titres phares de la BD comme l’Outremangeur chez Casterman (2000) ou La boîte Noire paru chez Gallimard tous deux en collaboration avec Tonino Benacquista. La série des carnets d’orient débutés en 1987 a marqué les esprits et il ne serait pas étonnant qu’elle soit à l’origine d’autres voyages orientaux rencontrés chez d’autres dessinateurs.

 Dans le Miles Davis qu’il nous livre aujourd’hui, Ferrandez s’attache à la quête parkérienne de Miles , c'est-à-dire cette période qui le conduit dans les années 44-45 dans les clubs de la 52ème rue à la recherche de Bird, sorte de but suprême pour celui qui fut un jour embauché dans l’orchestre de Billy Eckstine. Ayant quitté sa vie bourgeoise auprès de son père dentiste à Saint Louis et destiné à se retrouver à la Julliard School , Miles rejette alors l’enseignement blanc qui lui est proposé et se trouve bien plus attiré, aimanté pourrait on dire vers les musiciens de cette nouvelle musique que représentait le be bop, certain qu’il se passait des choses historiques autour de Parker et désirant farouchement en être.

 Rencontre avec Parker, d’un Miles que Ferrandez représente comme farouchement déterminé à forcer son destin mais dans le même temps un peu halluciné par sa belle aventure. Comme s’il assistait autant en acteur qu’en spectateur de sa destinée. Le Bird en revanche n’est pas trop crédible représenté là en sale type superstar particulièrement vulgaire et grossier acceptant sans aucun état d’âme le départ de Dizzy, plus occupé alors à lever les poules de luxe et à se procurer de l’argent pour sa dope. Un portrait sans doute un  peu caricatural mais inévitable compte tenu du format très court de la BD ( 20 pages à peine). Cette BD qui commence quasiment avec l’arrivée de Miles à New York se termine dans un face à face émouvant avec son père, à Saint Louis à qui Miles avoue qu’il veut quitter la Julliard School pour se consacrer à la musique et recueillant alors contre toute attente l’encouragement du paternel qui loin de le décourager lui intime simplement cet injonction «  Quoique tu fasse, fais le jusqu’au bout et surtout trouve ton son. Trouve le son de Miles Davis ».

Le dessin de Ferrandez est vif, précis soucieux d’un réalisme presque documentaire. L’utilisation très maîtrisée des jeux de lumières, notamment sur les couleurs sombres dans les scènes nocturnes urbaines ( le noir lumineux des carrosseries de voitures, les visages des jazzmen, avec quelques traits de crayon disséminés pour accentuer les contrastes) parvient à nous mettre dans l’ambiance de Big Apple et des clubs de l’époque.

Pour la partie musicale les deux CD qui sont présentés représentent une sélection discographique de grande qualité montrant entre 1949 (l’époque de Birth of the Cool) et 1955 (« Milt and Miles ») un Miles en lente progression vers sa pleine maturité. On s’étonnera juste du choix de l’éditeur d’avoir volontairement écarté les enregistrements où Miles, d’ailleurs trompettiste très moyen à l’époque, joue avec Charlie Parker. Et ce sera notre seul regret dans l’histoire que de voir oubliées ces sessions de 1945 ou de 1947 comme ce Milestones par exemple qui ne pouvaient on ne peut mieux illustrer le propos du dessinateur et la progression de Miles Davis. Choix surprenant mais qui a sa propre logique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Xavier D’Almeida - Jean Marc Gelin

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 août 2006 2 01 /08 /août /2006 23:13

JJJJ CHARLES LLOYD : « Sangam »

 

 

 

 

Label Bleu 2006

Charles Lloyd (ts, as, fl, tarogato, p), Zakir Hussain (tabla, perc, voice), Eric Harland (dm, perc, p)

Cet album a été enregistré en live à l’occasion d’un concert donné par Charles LLoyd en mai 2004 en hommage à Billy Higgins. Le saxophoniste qui avait rencontré le jeune batteur Eric Harland en 2001 avait été totalement séduit par son jeu et avait décidé de l’intégrer à son groupe de l’époque. C’est peu de temps après cette rencontre que Charles Lloyd rencontra aussi le tablaïste indien virtuose, Zakir Hussain, l’homme capable de faire chanter son instrument en y mettant toute son inspiration à la frontière de la musique indienne et de ses racines arabes. Mais c’est là la première fois que les trois hommes se trouvèrent réunis. Et ce qui est acquis aujourd’hui, c’est qu’ils ont trouvé là une formule destinée à se pérenniser tant on conçoit à l’écoute de cet album qu’il s’est passé quelque chose ce soir là. Quelque chose de l’ordre de l’osmose.

 Pourtant il n’y a pas eu de répétitions avant ce concert. Pas même d’ordre des morceaux préétablis. Inutiles, car d’évidence les trois hommes partagent la même approche de la musique, la même écoute, la même compréhension. Une mystique quasiment religieuse très proche de la conception coltranienne. On ne sait pas trop si l’on est dans la danse rituelle ou la transe mystique. Parfois chant oriental (tales of rumi) parfois méditation psalmodiée comme lorsque Lloyd passe à la flûte. Magnifique moment où Charles Lloyd introduit le morceau au piano avant que ne s’envole le chant de zakir, telle la voix du muezzin dans Gunam, le seul morceau composé par le tablaïste.

Dans un trio où ne figurent aucun éléments harmoniques,  Zakir Hussain qui utilise les tablas et les percussions comme de véritables instruments mélodiques capable de déformer les sons et de faire chanter les peaux. Une sorte de compréhension quasi télépathique s’installe entre lui et Eric Harland chacun dédoublant l’autre dans une parfaite complémentarité. Ils forment alors un tapis volant rythmique et mélodique sur lequel s’installe Charles LLoyd au soprano comme au ténor ou au tarogato. Avec le lyrisme maîtrisé des vieux sages, Lloyd délivre de longues séances d’improvisation comme ce chef d’œuvre au ténor sur « Hymne to the Mother » qui figurait déjà dans un album de 1995. Au sommet de son art son soprano n’a jamais été aussi proche du discours coltranien comme sur ce titre éponyme qui atteint à la perfection post coltranienne.  Hommage explicite au maître.

 

 

 

 

 

 

Chaque morceau de l’album prend alors des airs de chefs d’œuvre. Nous emmène dans une sorte de voyage initiatique. Comme Coltrane jadis, Lloyd revient aux sources de la musique. Explore les modalités venues de l’Inde et des pays Arabes. Explore les ponts entre cette musique et le jazz. Atteint avec cette formation une plénitude de son art.

Jean Marc Gelin

 

 

 

Une formation faite pour la scène se fera largement entendre sur les scènes d’Europe. Elle sera au Paris jazz festival cet été

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2006 7 30 /07 /juillet /2006 23:32

MUSICA NUDA

1DVD

Petra Magoni et Ferruccio Spinetti

Bonsai music

 

 

 

Cette paire « chic et choc » (voix-contrebasse)  a réussi à traiter avec  une belle homogénéité  des chansons éminemment populaires qui courent du XVI ème au XXème siècle et font partie de  notre patrimoine collectif. 

 Assurément il y a une couleur Magoni,  celle du rouge de la robe de la chanteuse ;  prédilection partagée par son complice le contrebassiste Ferrucio Spinetti, comme on  le découvre dans le double portrait  du DVD de Musica Nuda,  réalisé par Bonsaï

  Un duo  qui joue à nu  une musique qu’il arrive à s’approprier le plus souvent  malgré un déconcertant brassage des genres.

  Petra Magoni et Ferruccio Spinetti restent convaincants qu’ ils s‘attaquent, en bons latins,  à des chansons populaires comme la berceuse sarde  Anninia ou  le traditionnel Mamma mia dammi cento lire,  qu’ils se risquent dans un madrigal de Monteverdi très long et triste, Volio di vita uscire ou reprennent  le célèbre Lascia chio pianga  de Haendel, où l’ensemble voix-cordes est en parfaite osmose avec l’esprit de cet aria baroque.

 Petra a le charme et la vivacité d’une jeunesse bien comprise, dévoilant une extravagance mesurée et surtout, elle fait preuve  de métier : question registre, elle assure et en plusieurs langues (bien que Couleur café de Serge Gainsbourg  et  La vie en noir de Claude Nougaro  ne soient pas les reprises les plus performantes) . Son compagnon (de scène)  partage avec elle une grande complicité : il la suit, l’entoure et l’accompagne véritablement avec une fraîcheur, une tranquillité  enthousiasmantes.  Avec l’insolence de leur âge, ils n’ hésitent pas à balayer  un répertoire des plus éclectiques et contrastés. Si on rit de la version marrante, absolument décomplexée  de Non ho l’eta (une des grandes réussites de la variété italienne des années 60), Like a Virgin qui propulsa dans les années 80 Madonna sur le devant de la scène, est repris avec vigueur et sur un tempo encore plus soutenu . I will survive introduit par un long solo à l’archet ne dépare pas l’antienne virile du mondial 98 ? célébrée par

 Si on a  un faible pour la version impeccable de Nature boy  où le duo s’ exprime avec une sensibilité peu commune, on sera plus dubitatif sur la reprise de Come together des Beatles entonnée avec des accents rauques et sauvages  à la Joplin qui confère  un aspect (d)étonnant à ce  tube historique de la « pop ».  De même, il est audacieux et tout de même très risqué de reprendre Roxanne de Police car la voix de Sting, tellement particulière, a marqué cette chanson et la version princeps aura du mal à être remplacée.

 Le concert Live au théâtre de Bagneux en mars 2006 est le morceau de bravoure de ce DVD ( 1h 38)et justifie à lui seul le concept de ce récital, dépouillé, épuré, en rouge et noir qui souligne la qualité de la voix et le travail d’interprétation des deux artistes.

 L’avantage du DVD est de montrer aussi  le duo au travail, dans des scènes de la vie de tous les jours (même si elles font un peu cliché,  comme celle où dans la cuisine ils se préparent un plat de pâtes). On les retrouve aussi pour une interprétation tonique  Io sono meta sur la plage ventée de Dunkerque, chantant Place des Vosges sous les arcades, ou pendant la fête de la musique sur les quais, chez eux en Italie, en Toscane, dans le Sud ou dans un club de Rome « La palma » avec des invités comme le trompettiste Roberto Piermartine et le guitariste Fausto Mesolella   (également  sur le double CD Musica Nuda 2) . Ainsi la version DVD  complètera le double album en proposant une représentation plus juste de ces artistes au travail.     

 Sophie Chambon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 23:33
Éditorial

 

 Ne le cachons pas ce début d'été commençait à nous inquiéter un peu. La situation devenait franchement préoccupante et il était urgent que le monde du jazz en prenne conscience. Peut être est ce dû à la chaleur de l’été ou aux échos qui nous arrivaient des tribunes allemandes, mais le fait est que la désaffection des clubs de jazz tend à se confirmer sérieusement. Songez que pour ses deux concerts à Paris, le grand saxophoniste américain Tony Malaby n’a réuni à peine qu’une dizaine de spectateurs. On pourra toujours objecter que la musique qu’il proposait ces soirs là était ardue et difficilement accessible mais l’argument est un peu fallacieux car, pour le savoir, encore fallait il y être.

Heureusement face à ce risque de voir les salles continuer à se vider et les clubs fermer les uns après les autres, une belle initiative est née du côté de la rue des Lombards. L’association Paris jazz Club créée autour de Jean Michel Proust, Alex Dutilh, Claude Carrière, Stéphane Portet et Maria Rodriguez est née de cette volonté de ramener le public dans les clubs. Cette initiative va permettre aux spectateurs, une fois toutes les six semaines de bénéficier d’un tarif unique pour naviguer entre les 4 clubs que compte la rue. Ces clubs qui contribuent tant à l'essor du spectacle vivant, à la création instantanée bref à l'essence même du jazz. C’était une idée aussi simple qu’évidente. Encore fallait il la mettre en oeuvre. Chapeau !

 Du côté de la programmation des festivals  on trouvait là encore quelques motifs d’inquiétude. Une certaine morosité nous gagnait à voir les grosses machines se mettre en route avec une programmation lourde et démago qui semblait dérouler quelques affiches sans surprises et surtout sans aucune prise de risque. L’impression aussi d’avoir à affronter des organisateurs plus enclin à faire de l’événementiel pour VIP façon Stade de France qu’à ouvrir un espace inédit à un public avide de choses riches. Un grand nombre de musiciens français, chroniqués dans ces colonnes même et qui se sont signalés cette année par de belles sorties d'album nous ont dit qu'ils n'avaient aucun engagement cet été. N'y aurait il pas quelque chose qui cloche dans le paysage ?

Mais voilà il y a quelques exceptions heureuses. Découvrir par exemple que Blandine Hermelin qui préside à la programmation du très select festival d’Enghien cherche tout au long de l'année des chanteuses inconnues du public sur le web, découvre des talents nouveaux, les écoute et prend le risque de les programmer est en soi une démarche qui nous plaît. Chapeau là aussi !

Ailleurs, à Maisons Laffitte, Nicole Bykoff pour son tout nouveau festival prend elle aussi le pari de faire découvrir une scène d’Europe. Pour cette première édition elle a programmé des artistes venus de la scène belge. Il fallait oser. Chapeau là encore !

Et ce ne sont que deux exemples parmi d’autres de ce que les vrais passionnés du jazz sont capables de faire. Ceux qui sont investis dans leur propre festival font partie de ceux là, et comme ont dit en ce moment Outre Rhin ailleurs, "ils savent mouiller le maillot".

 Et puis il y a ceux aussi qui font le pari de l’intelligence. Ceux qui misent sur l’explication de texte. La Cité de la Musique   nous offrira à la rentrée un festival somptueux avec des têtes d’affiches exceptionnelles. Mais dans le même temps et parce que c’est aussi sa vocation il saura s’ouvrir à des conférences avec des invités vedette ou encore au cinéma avec quelques belles programmations au MK2 Quai de seine. Manière de poser quelques débats sur la place du jazz aujourd’hui. Encore une fois Chapeau

 Et au travers de ces exemples on voit bien que c'est à nous tous, programmateurs, journalistes, propriétaires de clubs et musiciens de susciter l'envie, le plaisir et la curiosité du public.

 Il y a dans ce paysage de début d’été bleu pâle autant de raisons de s’inquiéter que d’autres de se réjouir. Un peu comme une coupe du Monde qui commencerait en demi teinte et qui pourrait bien finir en apothéose.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 23:23

RICHARD GALLIANO : Piazzola Forever Spetet en concert

 

Dreyfus  2006

 

 

 

 

 

Ce DVD présente le concert donné par le septet de Richard Galliano au Bouffes Du Nord en juin 2005 clôturant dans ce lieu magique une tournée de trois ans consacrée à la musique de Astor Piazzola. Nous y étions ce soir là, subjugués alors par ce qui se passait sous nos yeux et transperçait nos oreilles pour nous bouleverser l’âme. Et voilà ce que nous écrivions alors « Ce soir là les ocres rouges du théâtre des Bouffes du Nord servaient de toile de fond au septet de Richard Galliano pour un hommage à la musique d’Astor Piazzola. … associant l’accordéoniste à une section de cordes et un piano. Incroyable spectacle, propice à sa théâtralisation …Un exercice de pure beauté. De magie poétique. »

Franck Cassenti était là lui aussi  ce soir là pour capter avec ses caméras ces moments rares, tournoyant lentement autour des musiciens, s’attardant sur les visages ou sur des détails,  alternant avec les plans larges où la scène semble littéralement s’enflammer dans les ors et les rouges de ce beau théâtre à l’Italienne. Un théâtre qui va si bien à la musique poignante d’Astor Piazzola. Un espace d’intimité théâtrale pour une dramatisation farouche de la musique.

Malgré la pauvreté du contenant (aucune liner note, ni le moindre mot de présentation) il s’agit néanmoins d’un témoignage indispensable pour tous ceux qui n’ont pas eu la chance d’assister à ce qui fut selon nous l’un des plus beaux spectacle musical de l’année dernière.

Jean Marc Gelin

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 23:20

LL FANTOMES DU JAZZ – 22 histoires fantastiques présentées par Alain Puzzuoli

 Éditions Les Belles Lettres 2006 – France Inter

 303 p. – 21 €

  

 

Comment gagner de l’argent avec le jazz lorsque l’on a ni le talent des musiciens ni aucune idée originale à raconter et encore moins l’envie de construire quelque chose. Voilà ce que propose ce livre «concept marketing » dans lequel sont conviés 22 auteurs pour nous raconter, pêle mêle des histoires «fantastiques » autour du jazz. 

 Si la plus belle d’entre toutes est certainement la première qui nous est racontée autour de Louis Armstrong par Danny Walther en ouverture de ce livre, malheureusement tout le reste est terriblement décevant et relève d’un assemblage de clichés souvent mal écrits, collage des stéréotypes les plus conventionnels du jazz. Un alignement d’êtres à la dérive croisant sur leur chemin des fantômes du passé. Et comme il s’agit de jazz, forcément ces nouvelles sont écrites sur le mode polar black and White avec toutes les conventions du style. On voit alors passer des êtres dont le spleen, l’alcool et la dope charrient ces bons lieux communs du jazz, figé quelque part du côté de la 52° rue. Atmosphère glauque de ces fins d’êtres. Pourquoi pas mais dans le genre nous aurions préféré alors le talent d’un Marc Vuillard. Car le pompon est atteint avec l’instigateur de ce traquenard, Alain Puzzuoli qui fait apparaître le fantôme de Billie Holiday qui débarque dans les loges d’une chanteuse paumée au bord du suicide et lui dit tout de go « regarde moi bien. Tu ne me reconnais pas ? » Et l’autre forcément qui voit Lady Day avec son gardenia dans les cheveux, et qui se dit  bon sang mais c’est vrai elle me rappelle quelqu’un !

Passons sur ce pauvre Mezz Mezzrow qui ne digère pas le bop et a très mal au free, qui voudrait être noir et qui rencontre Miles et qui lui dis « Miles STP, tues moi  parce que (pour la faire courte) j’arriverai jamais à être noir».

Chet Baker forcément est dans l’histoire, forcément.

On peut en revanche se laisser séduire par « Nat King Cole » où, pour le coup, Robert de la Roche joue vraiment le jeu de l’histoire fantastique. Il y a dans cette histoire une vraie piste à explorer.

On peut aussi se laisser séduire par le petit texte assez court de Daniel Darc  (peut être le seul texte correctement écrit), sorte d’ode à « A Love Suprême »  mais dont on ne voit pas bien le rapport avec le fil conducteur de l’ouvrage.

Et ce qui est le plus gênant c’est que jamais les auteurs ne parviennent à créer l’osmose entre les jazzmen qu’ils évoquent et leur musique. Toujours un décalage venant d’un verbiage qui ne touche jamais à l’essentiel. A l’âme du lecteur. Trop de notes bleues tues la note blue. A vouloir faire «  genre » les auteurs ne parviennent qu’à la superficialité.

Amoureux des belles lettres si nous avons un conseil à vous donner fuyez, ce livre qui vraiment n’est pas pour vous. Un livre ectoplasmique et filandreux dont il ne vous restera assurément pas grand-chose une fois la dernière page tournée. Car dans ce livre on entre somme toute de la même manière que l’on en sort,  rapidement.

Jean marc Gelin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 23:18

JJJJRené Urtreger : « Tentatives »

1Cd Jazz 2006 Minium /Discograph

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 23:10

JJJ HADOUK tRIO : « Utopies »

 

 

Naïve 2006

 

 

 

 

 

Qu’il résonne du son du hautbois arménien, du doudouk ou de tout un tas d’instruments « exotiques », Didier Malherbe et ses camarades polyintrumentistes nous invite en toute intimité dans leur univers au groove délicat. Un  groove susurré où les sonorités boisées de Malherbe s’allient au jeu de balais de Steve Shehan dont les frottements sur la caisse claire murmurent le swing. Curieusement si l’on peut parler de jazz-world à propos de cet album cela ne vient pas de l’usage d’instruments liés à d’autres cultures mais bien plus du métissage des compositions. Côté jazz, le swing charmant de « toupie valse » fait écho à un « suave corridor » ou « Clefs des brumes »  où Didier Malherbe montre une grande sensibilité dans un jeu qu’il parvient à détacher des clichés de l’instrument faisant entendre au hautbois de subtils glissandos. Avec un sens évident de la mélodie les trois hommes nous entraînent aussi dans d’autres univers, plus ethniques cette fois. Au gré des compositions liées à d’autres folklores, Hadouk trio installe un univers plus « Roots ». C’est à juste titre que les liners notes parlent de « tourneries nomades » faites de petites danses tropicales d’inspiration parfois shamaniques que l’on pourraient croire tirées de quelques forêts tropicales. Malgré un sens évident de la mélodie chantante, c'est lorsque les couleurs deviennent moins subtiles et le trait un peu forcé que le trio peine à convaincre. C'est notamment le cas lorsque Didier Malherbe s'empare de la flûte. La superbe inspiration subtile s'efface alors. "Baldamore" aux accents gaéliques prend des airs de fez noz ; " Idalie" peine à séduire et malgré l'introduction d'un steel pan sur "Centaura" on est en plein générique de TV du genre à  voir apparaître Mabrouk ( vous savez le chien de 50 millions d'amis !). Heureusement le trio s'égare peu sur ces chemins lourdauds. A la fin de l'album, sur les trois  derniers titres il invite le trompettiste John Hassel qui avec une sonorité profonde contribue à apporter dans cet univers world-jazz dont on ne connaît pas les frontières exactes, un surcroît d'inspiration. Et ajoute sa part de mystère à cet album au swing multicolore et enchanteur.

 

 

Jean-Marc Gelin

 

 

Partager cet article
Repost0