Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 21:33

Cordes et âmes 2013

Alexandra Grimal (ts), Jozef Dumoulin (p), Nelson Veras (g), Dré Palléamaerts (dms)

 Heliopolis-def-copie-1.jpg

 

Attention, choc absolu !

Album de toute beauté. Une sorte de beauté fluide, flottant avec grâce. D'où certainement le titre de ces morceaux ( Khamsin) qui évoque ce vent de sable dans le désert d'Israël.

La musique est là, dans la retenue de chacun des membres de ce beau quartet qui se laissent ensemble porter par ce flot, tous en retenue et tous en délicatesse. Il y a dans ces jeu à 4, une très grande attention au son. Comme s'il s'agissait d'un mobile fragile sur lequel ils prennent soin de souffler harmonieusement pour que ces motifs se meuvent dans l'espace dans un ordre serein. Car il se dégage de leur jeu une sorte de souffle Zen incroyablement apaisant. Le son d'Alexandra Grimal notamment. Un son rempli d'air, un esprit Lesterien dans une approche moderne. Un son sensuel.

La musique proposée par Alexandra Grimal est ici un moment de pure grâce comme il y en a peu en musique. Un moment où, débarrassée de toute forme de clichés, la musique prime et prend toute sa place, en libère toutes ses essences essentielles. En choisissant dans son quartet de remplacer la contrebasse par une guitare (et quelle guitare, celle de Nelson Veras ), Alexandra Grimal crée une texture musicale particulièrement intéressante. Dire que celle qui joua il y a peu aux côtés de Lee Konitz reste influencée par lui,et donc par ricochet par celle de Tristano est une hypothèse audacieuse. Mais tentons la. Dans la musique d'Alexandra Grimal il y a des moments forts, des pulsations vitales mais jamais exagérées. Des moments d'évasions portés  soit par le souffle de la saxophoniste, soit par les envolées de Jozef Dumoulin que l'on trouve ici au piano acoustique ou par les lignes et arabesques splendides de Nelson Veras.  Et le relief tout en drive fin de Dré Pallemaerts, grand batteur  d'un rare feeling. Les constructions de la musique de Grimal sont parfois complexes, jamais flatteuses pour l'auditeur qui doit aller les chercher et s'ouvrir à cette musique. Une musique qui joue sur les intervalles, sur les atonalités et sur les rythmiques impaires obligeant les musiciens à une concentration extrême entre écriture exigeante et libre improvisations.  Car la musique d'Alexandra Grimal ne se conçoit pas comme une succession de chorus mais comme une savante architecture en mouvement où chacun contribue à l'ensemble dans uns savant équilibre harmonique.  Comme dans ce sublime Suite for now qui nous fait pénétrer dans un monde onirique où tout bouge autour de nous.

Il y a des moments de flottements mais aussi de vrais moments de liberté presque free où Alexandra Grimal va chercher des sons dans le cri et le rugissement. Toujours avec cette même maîtrise qui donne le sentiment que la saxophoniste a une étendue de savoir-jouer exceptionnel. Et puis avant le morceau caché, un sublime Smile qui achève cet album en nous faisant prolonger l'aventure et en nous emmenant très, très loin.

Il y a dans cet album-là  une vraie profondeur qui nous a touché. Sans que l'on sache réellement pourquoi mais avec une conviction profonde d'avoir atteint là à l'essence de la musique de jazz.

Jean-Marc Gelin

Alexandra Grimal sera demain soir en concert au Duc des Lombards à Paris

pour la présentation de cet album exceptionnel.

Concerts à 20h et 22h

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 22:31

Toute l'équipe de Jazz Campus en Clunisois vous salue ce merveilleux printemps


 Notez bien les dates du festival :
 du samedi 17 au samedi 24 août 2013 !
 
 
- Et quelques nouvelles -
 
En 2012 nous avons eu une excellente vague de stagiaires, dont un bon nombre de jeunes gens très motivés dans les divers ateliers et aux jam's du soir.
 
De plus en plus de spectateurs nous rejoignent lors des concerts toute la semaine, tant à Matour, Dompierre, Massilly que Cluny, même si, pour cause de météo pluvieuse, le double concert de clôture à Cluny à de nouveau dû se réfugier à la salle des Griottons, ce qui n’a pas été sans incidence sur la fréquentation générale.
 
Malgré ces inconvénients les comptes 2012 seront équilibrés.
 
Les perspectives pour 2013 sont plus délicates. Plusieurs subventions vont être abaissées, voire supprimées et pour la première fois nous envisageons d'engager notre réserve - constituée entièrement de l’apport de nos adhérents - afin de préserver la qualité des concerts à venir, tant dans le respect des artistes que des techniciens. Dans ce contexte, les spectateurs, stagiaires et adhérents à JAZZ CAMPUS seront d’autant plus les supporteurs essentiels de notre action. Au-delà de la dimension financière, c’est un grand support moral que de vous savoir nombreux associés à notre projet de développement des musiques improvisées sur le Clunisois.
 
L’équipe de Jazz campus en Clunisois vous remercie pour votre soutien.
En pièces jointes: bulletin d'adhésion et TOUT le Festival et les Stages
 


Bulletin d'adhésion ou de membre donateur 2013
Jazz Campus est une Association Loi 1901 reconnue d'utilité publique et dans ce cadre vous bénéficiez d'une réduction fiscale de 60% sur vos dons.*

Adhérent

Adhérent, membre donateur

□ 10,00 €

4,00 € après déduction fiscale

□ 25,00 €

10,00 € après déduction fiscale

□ 35,00 €

14,00 € après déduction fiscale

□ 50,00 €

20,00 € après déduction fiscale

□ 70,00 €

28,00 € après déduction fiscale

□ Ou plus !
.....,00 €

>

* Dans la limite de 20% de votre revenu imposable. Jazz Campus vous établit le rescrit à joindre à votre déclaration d'impôts.

>
Bulletin d'adhésion ou de membre donateur 2013 (figure également en pièce jointe)
>

>
Je soussigné(e), …………………………….................................................................................................................................................................................................
Domicilié(e) :………………………………………………………………………………………………...................................................................................................................................
.......................................................................................................................................
Téléphone :……………………………...............…….....................................……… Courriel :…………………............................................……...............................................
désire soutenir l’association Jazz Campus en Clunisois dans son action et à ce titre
je fais un don de........................................................................................€ (somme en lettres – chèque à établie à l'ordre de Jazz Campus en Clunisois)
Envoyer à Jazz Campus en Clunisois BP 16 71250 Cluny
>
□ J’accepte de recevoir par e-mail à l’adresse ci-dessus les informations concernant les activités
de Jazz Campus en Clunisois.

>
A ……………………………………………., le ……………………………..
SIGNATURE :

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz
commenter cet article
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 10:55

Deutsche Grammophon (Universal).

 

Cover-Galliano_Vivaldi.jpg« Je veux garder la personnalité de l'instrument, son histoire. Ce n'est pas parce que je joue avec un orchestre à cordes classique que je vais me mettre en queue-de-pie ! ». C’était il y a près de quinze ans. Richard Galliano se confiait lors de la sortie d’un album en compagnie de l'orchestre des solistes de Toscane.
Depuis, l’accordéoniste n’a cessé de naviguer dans toutes les sphères de la musique, du jazz au classique. Avec la même gourmandise. En signant chez Deutsche Grammofon, l’interprète admirateur de Piazzolla a fait un choix artistique indiscutable. Il renoue avec cette musique qu’il jouait et écoutait dès ses premières années d’exercice sur les rives de la Méditerranée.
 Après avoir abordé Bach et Chopin, avec modestie et respect, Galliano s’attaque au plus populaire du répertoire avec les Quatre Saisons de Vivaldi. Les versions se comptent par centaines dans les bacs et on a même entendu un violoniste serbe à la chevelure en folie ajouter une cinquième saison donnée avec fougue et brio. Galliano ne manque assurément pas de ces deux qualités mais il ne les exhibe pas. Il refuse ce qu’il dénomme « l’accordéonisme », cette volonté –cette velléité- de transformer le roi du bal populaire de la France de nos parents et grand’parents, en instrument royal du type orgue de cathédrale.
Par ses arrangements et son jeu, Richard Galliano met en quelque sorte son Victoria 1963, chef d’oeuvre du facteur italien Castelfidardo, en sourdine. L’important à ses yeux c’est de laisser entendre les mélodies de Vivaldi avec leur puissance émotionnelle et pulsionnelle, sans « en rajouter ». Certains assurément feront la moue devant cette approche révérencielle. D’autres préfèreront le traitement « jazz » dans les années 50 d’Hubert Fol (avec dans la phalange des saxophonistes Jean-Louis Chautemps) qui a fait l’objet d’une réédition dans la précieuse collection Jazz in Paris.
Reste que Richard Galliano, en symbiose avec ces compagnons de la sphère classique- Jean-Marc Apap, alto, Jean-Marc Phillips-Varjabédian, violon, Stéphane Logerot, contrebasse- apporte respiration et rythme à ces Quatre Saisons. Il ne se sert pas de cette œuvre illustre-à la différence de certains « jazzmen » dans le passé avec Bach, chacun pense à un certain pianiste « au collier » ou à un clarinettiste apprécié dans les églises- il lui rend hommage, de manière authentique et sincère. Et il assume ses choix, conscient du risque que « tout le monde lui tombe dessus (sic) ». Cette indépendance ce n’est pas la moindre des qualités-touchantes- de Richard Galliano.

En concert le 22 mai à l’Eglise Saint Eustache (75001) ; Bruxelles le 27 mai ; Joinville le 29 ; Soissons le 30 et Lésigny le 31 mai. .
Jean-Louis Lemarchand

Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans Chroniques CD
commenter cet article
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 21:05

 

ECM 2013

Craig Taborn (p), Thomas Morgan (cb), Gérald Cleaver (dms)

 

 craig-taborn-trio-chants.jpg

Marque de fabrique ECM : la qualité du son et la reverb donnée au piano.

C'est toujours, avec le label de Manfreid ERicher une impression d'espaces larges dans le traitement du son. Comme si  les trois membres du trio formaient un triangle et occupaient cet espace en mouvement en se rapprochant ou s'éloignant les uns des autres comme autant de combinaisons possibles. Il y a à la fois une école du piano nordique, faite de silence et de grandes respirations et une école plus américaine plus portée sur les improvisations jouées sur des motifs harmoniques complexes.

La musique ( des compositions de Craig Taborn) relève d'une conception très personnelle du trio jazz où l'on sent toute l'attention que le pianiste a apporté personnellement à chacun de ses camarades de jeu dans l'écriture. De ce fait il parvient à créer une réelle interaction de jeu entre les trois. Où l'on notera tout particulièrement le travail incroyable de musicalité de Gerald Cleaver qui va chercher des reliefs et des ornementations de jeu très subtils. Véritable coeur palpitant.

Le début de l'album fait mouche avec ses trouvailles harmoniques et rythmiques, ce calage de très haute précision qui bouscule un peu. Saints, un des morceau les plus réussi de l'album nous fait entrer dans cette belle machinerie. Craig Taborn fait surgir de véritables pépites au bout de ses doigts. Sa déambulation surprend, nous oblige à une écoute attentionnée pour suivre les méandres de ses improvisations. Idem sur les ostinatos qui ouvrent  Beat the ground et sur lesquels le driving de Gerald Cleaver

impressionne. Gerald Cleaver, toujours lui éblouissant, lyrique et bouillonnant. C'est notamment ce qui impressionne beaucoup : cette rythmique forte derrière le pianiste, doublée par le jeu de main gauche de Craig taborn qui l'ancre dans une profondeur dans laquelle on se laisse attraper. Mais cette musique de chambre prend souvent le travers, au fil de l'album, d'un intimisme qui connaît quelques moments de grandes lenteurs dans lesquels on aime divaguer et s'ennuyer un peu  ( All tru night, cracking heart, silver ghost). C'est une approche parfois très classieuse du piano jazz avec sa part de rêverie et d'errance comme les aime Manfreid Eicher. Mais parfois aussi la machine se met en branle sur des thèmes répétitifs comme sur Speak the name où la tension crée réveille un peu l'intérêt de l'auditeur. Qui saura c'est sûr en découvrir toutes les beautés cachées.

Jean-Marc Gelin

 

 

 

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 07:47

 

Double Moon Records 2013

Denis Gäbel (ts), Pablo Held (fender), Martin Gjakonovski (cb), Jonas Burgwinkel (dms)

 gabel.jpeg

C'est véritablement la découverte de ce saxophoniste ténor venu d'outre-rhin et qui, pour ma part m'a donné une claque du genre de celle que je prends parfois à l'écoute de Joshua Redman ou, dans un autre style de Chris Potter. Totalement inscrit dans la tradition des ténors issus de cette école au son ample, au groove incandescent, au placement rythmique exceptionnel. Il paraît que le garçon est très demandé en Allemagne. Tu m'étonnes !

Ecouter ce qu'il fait sur Halfway Trough avec une maîtrise du son incroyable. Denis Gabel est un saxophoniste au discours impétueux,épais et fluide, tranchant dans le lard du jazz funky ou du blues ( comme sur Devil woman de Charlie Mingus, seule composition non originale) avec une incroyable maîtrise. On pense sur le plan harmonique, au travail d'un Jerry bergonzi. C'est dire toute l'étendue du talent de ce saxophoniste sans aucun complexe et dont la maturité du jeu impressionne déjà. Bien sûr aussi parfois quelques inflexions coltraniennes ( I think I know you) mais toujours très discrètement évoquées au profit d'une expression du son plus personnelle. Le garçon donne le tournis, emporte tout sur son passage, c'est irrépressible. Peut être pourrions nous ajouter le bémol du fait que l'on aimerait l'entendre aussi dans un tempo plus lent. Et juger de sa sensibilité mélodique à laquelle il rechigne un peu. Mais quel groove ! écouter Neon light pour apprécier la souplesse du garçon, à l'aise dans le tempo comme un poisson dans l'eau. Avec, derrière lui une rythmique qui pulse comme il faut. Sacré groupe, pas manchots pour un sou et notamment un magnifique fender avec Pablo Held.

Haute température assurée. Jouissif.

Jean-Marc Gelin

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 07:34

 

Nonesuch / Tzadik 2013

Pat Metheny (tout !), Antonio Sanchez (dms)

Sortie le 20 main 2013

 metheny-tap-zorn-2013.jpg

Metheny/John Zorn : les deux hommes se connaissent bien et s'apprécient mutuellement. Et même si l'on imagine que Pat Metheny ne fait pas réellement partie de la cosmologie New-Yorkaise de Zorn, le guitariste du Missouri apprécie le travail de Zorn et le connaît parfaitement. Et cette collaboration inédite donne lieu ici à quelque chose d'assez rare dans le milieu musical : voir le projet sortir sous deux labels, celui de Zorn d'un côté ( Tzadik) et celui qui accueille Metheny de l'autre ( Nonesuch).

Que le guitariste se révèle un superbe interprète du Book of Angel pour en signer la 20ème album n'a rien de réellement surprenant. On sait que Zorn a l'habitude de faire appel aux musiciens les plus inventifs et les plus créatifs popur interpréter le song book de Masada. On a encore en mémoire les interprtéaion données par Medeski Martin and Wood ou encore celles de Joe Lovano dans le volume 12.

Mais qui mieux que Metheny pour en exprimer toute la richesse musicale, puisant à l'acoustique ou à l'électrique et surtout dans un instrumentum foisonnant dans toutes les richesses de textures de cette musique Zornienne décidément bine iconoclaste. Où l'on entend parfois Metheny jouer de la guitare comme une mandoline aux fines ciselures mélodiques ou encore comme instrument de bruitage pour plonger dans le magma des ténèbres. Il faudrait quelques explications sur les conditions de cet enregistrement. Ainsi Hurmiz,morceau presque free enregistré vraisemblablement en une prise dans des conditions qui semblent être celle de home studio ? (où l'on entend le cri d'un enfant à la fin du morceau et un "chuuut" qui ne sont pas partis au mixage) et qui  montre  qu'au delà d'être hyper ( et génialement) arrangé, Metheny sait aussi rester au coeur de l'instant brut. C'est qu'il y a chez le guitariste l'exigenc et le sens de l'artisanat de qualité, un compagnonnage rare. Car dans cet album Metheny fait presque tout avec le même talent d'instrumentiste que celui qui a donné naissance à son orchestrion. Il faut écouter ses chevauchées fantastiques  sur Mastena dans la pure tradition Methenienne faisant vibrer d'une force incroyable la musique de Zorn. C'est fort, intense ! Et quel travail de Antonio Sanchez, dont on ne cesse de dire dans ces colonnes qu'il est décidément l'un des plus grands batteurs de la planète jazz.

Metheny entre dans l'intime, c-a-d dans la compréhension très forte qu'il a de la musique de Zorn et de son potentiel émotif. Et la démonstration qu'il fait ici c'est qu'il est véritablement un génie de l'arrangement et de l'orchestration. Il faut écouter Sarieloù c'est tout son orchestre imaginaire qui se met en branle. Dans ce morceau : des mouvements, des tiroirs qui s'ouvrent, des intentions sucrées et salées, du doux et de l'épicé dans un même mouvement porté par la guitare Methenienne qui brille, qui brille. Exceptionnel !!

Que ceux qui pensent que le Book of Angel se répète inlassablement lèvent le doigt et se dénoncent. Car cet album va les ramener à la réalité d'une magnifique rencontre de deux génies musicaux du jazz et de la musique du XXIème siècle.

Jean-Marc Gelin

 

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 07:57


L’Espace Daniel-Sorano prend le tempo du jazz
les 24-25-26 mai 2013
Direction artistique : Vincent Bessières
    
 
Pendant trois jours du mois de mai, l’Espace Daniel-Sorano prend le tempo du jazz.
De son histoire, en rendant un hommage inédit au grand saxophoniste Dexter Gordon.
De son présent, en dévoilant la première d’une création de Christophe Dal Sasso pour big band.
De son avenir, en invitant le groupe Yôkaï mené par une jeune musicienne, Anne Paceo.
Cinéma, rencontre, concert pour les enfants, bœuf… le jazz prend ses quartiers à Vincennes. Amateurs et professionnels, petits et grands, profs et élèves, experts ou dilettantes, à l’air libre du jardin ou sous les projecteurs du théâtre, la porte de l’Espace Daniel-Sorano sera ouverte à tous les publics, pour fêter une musique qui n’a pas fini de nous enchanter.

 

Vendredi 24 mai 2013
Concert « YÔKAÏ » d’Anne Paceo
20 heures
Anne Paceo (batterie), Emile Parisien (saxophone ténor et soprano), Leonardo Montana (piano), Pierre Perchaud (guitare), Chris Jennings (contrebasse).

annepaceo.jpg
Composé de certains des représentants les plus doués de la nouvelle vague du jazz français, le groupe Yôkaï est le dernier projet en date de la jeune batteuse Anne Paceo. À 29 ans, la lauréate des Victoires du jazz en 2011 propose sous ce nom aux consonances exotiques un répertoire nourri de ses voyages, dont les développements alternent rêveries poétiques et élans lyriques. D’une musique en prise avec les sons d’aujourd’hui, marquée par l’influence du rock, Yôkaï est habité par l'inspiration du saxophoniste Emile Parisien (prix du musicien français 2012 de l'Académie du jazz) et du guitariste Pierre Perchaud (membre de l'actuel Orchestre national de jazz), avec le concours du contrebassiste canadien Chris Jennings et du pianiste d’origine brésilienne, Leonardo Montana. « Générosité de l’avenir. (…) Écoutons Yôkaï » intimait Francis Marmande dans Le Monde. Oui, et en direct, c’est encore mieux !
 
En amont de son concert, Anne Paceo mènera une action pédagogique auprès des élèves de la classe d’option musique du lycée Hector-Berlioz de Vincennes, sous la direction de leur professeur Jean-Philippe Baldassari, en partenariat avec l’Espace Daniel-Sorano.

 


Samedi 25 mai 2013
 « Jazz 4 kids » avec le trio de Jean-Philippe Scali
17 heures
Concert jeune public (5-10 ans)
Jean-Philippe Scali (saxophone alto et baryton), Frédéric Nardin (orgue), Manuel Franchi (batterie). Durée : 45 minutes.
 jean-philippe-scali-20120321104008.jpg
« Jazz sur l’herbe », apéro-jazz
18 heures
Animé par les musiciens de l’atelier jazz de l’Edim dans le jardin

Christophe Dal Sasso Big Band « LE HORLA » - création
20 heures
Christophe Dal Sasso (flûte, composition, arrangement), Julien Alour, David Dupuis (trompette, bugle), Boris Pokora (sax alto, flûte, clarinette), Sophie Alour, Lionel Belmondo (sax ténor, flûte, clarinette), Thomas Savy (clarinette basse, clarinette), Merrill Jerome Edwards, Bastien Stil (trombone), Pierre de Bethmann (piano), Manuel Marchès (contrebasse), Donald Kontomanou (batterie).
Compositeur-arrangeur dont la réputation n’est plus à faire, Christophe Dal Sasso a apporté sa contribution à quelques-unes des aventures jazzistiques parmi les plus ambitieuses de ces dernières années, dont l’Hymne au soleil de Lionel Belmondo et une création pour David Liebman et l’Ensemble Intercontemporain. Entre audace d’écriture et liberté de jeu, réminiscences personnelles et inventions formelles, son big band réunit la fine fleur des musiciens français, tels les saxophonistes Lionel Belmondo et Sophie Alour, le pianiste Pierre de Bethmann ou encore le clarinettiste Thomas Savy. Alors qu’il vient tout juste de faire paraître « Ressac » (Discograph), un album qui confronte un comédien, une pianiste classique et une formation de jazz, sur des compositions inspirées par son attachement à la Méditerranée, Christophe Dal Sasso s’attaque déjà un nouveau répertoire : une création inspirée du roman fantastique de Guy de Maupassant, Le Horla, point de départ d’une exploration orchestrale. Un imaginaire littéraire transmué en musique, aux confins du savoir-faire classique et de l’âme du jazz.
 
Ce concert qui verra la création d’une œuvre nouvelle de Christophe Dal Sasso d’après Le Horla de Maupassant, fera l’objet d’un enregistrement public en vue de la publication du prochain disque de la formation.
 
Bœuf animé par l'Edim
À partir de 22 heures

 


Dimanche 26 mai 2013
Journée spéciale "Our Man in Paris", hommage à Dexter Gordon

autour_de_minuit-1.jpg
Considéré comme le premier saxophoniste ténor à avoir adopté le be-bop de Charlie Parker et Dizzy Gillespie, Dexter Gordon (1923-1990) fut l’un des géants du jazz moderne, et pas seulement par la taille ! La carrière de ce grand interprète de standards et maître des ballades connut des haut et des bas, jusqu’à ce qu’il se fixe en Europe au début des années soixante, où il résida jusqu’en 1976. Dix ans plus tard, il fut, avec François Cluzet, l’interprète inoubliable du film « Autour de minuit » de Bertrand Tavernier, pour lequel obtint une nomination aux Oscars. En souvenir du temps qu’il passa à Paris, et dans le cadre des manifestations organisées à l'’occasion du 90ème anniversaire de sa naissance, Tempo Jazz célèbre ce géant du jazz pendant toute une journée.

14h30 : projection du film "Autour de minuit" (1986) de Bertrand Tavernier, avec Dexter Gordon, François Cluzet.

17h : table-ronde autour du film en présence de Bertrand Tavernier (cinéaste), Maxine Gordon (épouse de Dexter Gordon), Robert O’Meally (Columbia University).

18h30 : Concert "Our Man in Paris, Revisited" : Lew Tabackin rencontre  Vincent Bourgeyx Trio – Inédit
Lew Tabackin (sax ténor, flûte), Vincent Bourgeyx (piano), Pierre Boussaguet (contrebasse), Mourad Benhammou (batterie).
Connu pour le big band qu’il codirigeait avec son épouse, la pianiste Toshiko Akiyoshi, le saxophoniste Lew Tabackin (Philadelphie, 1940) est un saxophoniste puissant et véloce qui s'inscrit directement dans la lignée des grands ténors des années 1960. Partenaire de musiciens tels que Donald Byrd et Freddie Hubbard, passé par le groupe d'Elvin Jones, il a notamment cosigné des disques avec Phil Woods, Warne Marsh ou John Lewis. Aujourd'hui, il est l'un des derniers grands saxophonistes du hard bop et n'a rien perdu de son énergie.
Il rend hommage à l’une de ses sources d’inspiration, en compagnie du trio du pianiste Vincent Bourgeyx, formé à l’école du swing et du be-bop à New York, en revisitant le répertoire du mythique « Our Man in Paris » (Blue Note), enregistré par Dexter Gordon à Paris, le 23 mai 1963, soit, à trois jours près, un demi-siècle avant ce concert.

Exposition de photographies de Dexter Gordon à Paris par Francis Wolff (courtesy of Mosaic Images).
Entre 1963 et 1964, la compagnie Blue Note organisa à Paris plusieurs séances d’enregistrement avec Dexter Gordon pour lesquelles elle dépêcha l’un de ses responsables, Francis Wolff, également photographe attitré du label. Ce sont quelques-uns des clichés réalisés par Wolff à cette occasion, dont plusieurs inédits, qui seront exposés pendant Tempo Jazz, en hommage au saxophoniste et à ses liens avec notre capitale.
 
Cette journée spéciale s’inscrit dans la série de manifestations "Dex @ 90" organisée par la Dexter Gordon Society aux Etats-Unis, en France et au Danemark, pour célébrer le 90e anniversaire de la naissance de Dexter Gordon.

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 19:09

 

Emarcy 2013

Cecil Mc Lron (vc), aaron Dhiel (p), Rodney Whitaker (cb), Henri Riley (dms), James Chirillo (bjo, g)

 

 Cecile-McLorin-Salvant--WomanChild.jpg

Cecil Mc Lorin c'est THE Voice. La révélation de cette année ! Pour beaucoup, lorsque l’on nous annonça sa présence lors de la présentation du nouvel Attica Blues d’Archie Shepp à la Villette en septembre 2012, elle était totalement inconnue. Pourtant, en trois phrases la chanteuse parvenait ce soir là à renverser le public de la Grande Halle. Sarah Vaughan semblait avoir investi ce temple du jazz. Et puis il y eu peu après la parution du dernier album de Jacky Terrasson ( « Gouache ») sur lequel la chanteuse accompagnait le pianiste et là encore nous transportait. Il ne lui restait qu’à graver son propre album pour découvrir , au-delà de quelques Youtube pas toujours flatteurs, la vraie personnalité de la chanteuse.

Et la pari est bien au delà du probant, il fait plus que confirmer, il s’inscrit comme l’un des plus bel album de jazz vocal de ces dernières années. Car la chanteuse franco-haitienne qui gagna en 2010 le concours Thélonious Monk dans la catégorie du jazz vocal (ce qui n’est pas peu dire) a cette sorte de voix qui porte tout. Qui emporte tout.

 

Cette voix patiente et gourmande à la fois. Patiente parce qu’elle prend le temps nécéssaire, celui de donner le sens et le son à chaque mot qu’elle prononce avec un le goût de donner à la phrase le feeling. Gourmande parce que Cecil Mc Lorin aime les mots et les mélodies, le blues érotique et la ballade romantique avec la même passion. Et surtout avec la même classe que celle qui animait ses illustres aînées Cecil Mc Lorin peut effectivement tout chanter. Que ce soit des standards, des classiques ou même chanter en Français, exercice pourtant que l’on sait périlleux à faire swinguer ! Son timbre est absolument exceptionnel et lui permet de passer de l'hyper grave à l'aigu avec la même densité. Techniquement la chanteuse est exceptionnelle. Dans sa voix, si parfaitement posée,toutes les modulations possiblesCette voix qu'elle parvient à traîner dans quelques blues un peu trash (comme sur Nobody). Cette voix parfois sage mais aussi d’une sauvagerie (woman child) dont elle joue avec quelques facéties (You bring out the savage in me).

Les grandes chanteuses ressuscitent par la voix de Cecil Mc Lorin. Celle de Sarah,  celle d'Ella ou encore celle d'Abbey. Mais il ne s’agit pas pour autant d’un simple exercice de pure imitation. Car Cecil Mc Lorin parvient à nous convaincre qu’elle a intégré ces voix, se les a approprié au point de s’en faire une deuxième peau. La chanteuse a cette liberté qui émancipe, cette tradition qu'elle parvient à dépasser. Et pour s’en convaincre, ce sens de la réinterprétation comme sur ce What a moonlight can do où elle s'anticipe totalement jusqu’à faire (un peu) oublier Billie.

La chanteuse qui s’est ici entouré d’une équipe de grande classe avec un Aaron Dielh lumineux dans ses interventions au piano signe là un grand album de jazz. Et s’il fallait un titre pour vous en convaincre, laissez vous aller à écouter ce St Louis Gal qui ouvre l’album, éloge de la lenteur, éloge de la moiteur du blues, éloge du feeling.

Jean-Marc Gelin

 

 

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 15:27

sebtexierLabel Cristal records/ Distributeur harmonia mundi
Sortie 17 avril 2013

On aime le début en fanfare, faussement  joyeux, étrangement répétitif du dernier opus du clarinettiste poly-instrumentiste Sébastien Texier. Les élements se déchaînent dans ce premier thème, le rythme devient haletant.  Qui sont donc ces parasites toxiques? Pas les compagnons de son quintet, tous leaders à leur façon, Bruno Angelini au piano, Alain Vankenhove à la trompette et au bugle, la paire rythmique solide et ardente de Fred Chiffoleau et Guillaume Dommartin ? A moins qu’il ne faille prendre « toxique » au sens d’entêtants, enivrants... Ce sont plutôt la peur, l’insouciance, l’inconscience humaines qui s’avèrent  germes maléfiques. La fragilité humaine oblige à une certaine humilité, la colère militante monte face à l’absurdité du monde avec la dernière composition dédiée aux victimes de Fukushima....  Avec cet épilogue, à l’heure où il faudrait tirer des bilans, on a l’impression d’être au cœur des tensions entre raison et irraisonné, touchant de près à cette « contamination » rampante.
Mais revenons à la musique de Sébastien Texier, auteur des huit compositions de l’album. Quelle façon énergique et touchante de se jeter dans la musique comme dans cet « Are you sure ? » qui assurément l’est, intense, persistant. Sa musique produit son effet, relayée par un piano, fluide, sombre, presque toujours intrépide. On note la circularité des morceaux qui s’enchaînent dans une suite de belle continuité, avec un « Mumble blues » vibrant, qui n’échappe pourtant pas à une dimension hypnotique. On est frappé de cette répétition lancinante de certains thèmes comme dans l’abrupt « Toxic parasites ». Les compositions, plutôt classiques dans leur ensemble, sonnent bien avec ces formidables instrumentistes, la musique évoluant de climats labyrinthiques, créant un vague à l’âme crépusculaire, un spleen intimiste, en ambiances plus engagées et percussives. Dans une alternance de thèmes bienvenue, chacun prend largement sa place, en pleine connivence, dans la douceur veloutée du son, la caresse de la mélodie ou dans des soli plus angoissants, comme dans «l’Insouciance», tout un art de l’inquiétude en sourdine. Ce qui confère au quintet l’allure d’une entreprise collective avec une musique qui, sans être propice à la rêverie, sait jouer des demi-teintes d’une méditation sous surveillance. Ainsi, virevoltants ou mélancoliques, mais toujours lyriques, ces thèmes sobrement beaux  dessinent un patchwork  de préoccupations intimes ou citoyennes à partager chez soi ou en club entre amis. Performance à suivre!
Sophie Chambon

Repost 0
Published by Sophie chambon - dans Chroniques CD
commenter cet article
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 21:49
 

ACT 2013

 

Céline Bonacina (s), Kevin Reveyrand (b), Hary Ratsimbazafy (dms) Guests : Himiko Paganotti (v), Pascal Shumacher (vib), Mino Cinelu (perc)

 BONACINA.jpeg

Le nouvel album de Céline Bonacina nommé « Open Heart » fait suite à l’album « Way of Life » sortie en 2010 également chez ECM. Entourée toujours du même batteur (Hary Ratsimbazafy, très très bon et polyvalent), elle a été rejoint par Kevin Reveyrand à la basse, ce dernier est notamment compositeur de certains morceaux de cet opus. Des invités sont également présents tels que Himiko Paganotti à la très belles voix, chaude et sensuelle (Il faut aller la voir en concert si elle passe près de chez vous, elle intervient dans la formation de Magma et accompagne Nguyen Le sur sa tournée « Songs for Freedom », en plus de jouer dans le groupe Slug), Pascal Shumacher au vibraphone ou encore Mino Cinelu aux percussions.

 

L’album commence par « Souffle d’un songe », un morceau inspiré par Erik Satie. C’est une entrée très méditative que nous propose Céline Bonacina, toute en douceur avec une utilisation du re-recording judicieuse et bien amenée. Ensuite, « Circle Dance » arrive et là, on rentre dans le vif du sujet avec une rythmique basse/batterie entêtante tout au long du morceau. Le son développé au saxophone baryton dénote une personnalité et une présence nette et ce sentiment ne nous lâchera pas au cours des 12 titres qui composent cet album. Lorsque débute « Wild world », ce côté sauvage retranscrit par cette musique est saisissant. La ligne de basse nous hypnotise et nous emmène dans un voyage qui se termine par une envolée rythmique aux consonances africaines. Les deux morceaux qui suivent sont beaucoup plus calmes. « Bayrum » peut s’écouter comme une comptine pour enfant où, le vibraphone, au son rond, est totalement adapté pour ce type de thème. « So Close So Far » est lui très envoûtant. On se laisse bercer par la voix de Himiko Paganotti accompagnée par un saxophone alto et un vibraphone en résonance permanente. Le final est beaucoup plus entraînant et dansant avec un trio voix - sax alto - vibraphone des plus intéressant. L’introduction au sax baryton du morceau « Watch your step » ne devrait pas vous laisser indifférent. S’ensuit un « Out of Nowhere » très riche en rythmes endiablés avec un final aux consonances free qui se démarque clairement du reste de l’album. Le calme revient avec une ballade saxophone – basse sympathique. « Desert » est riche en mouvement et est vraiment un très beau morceau. La douceur est ce qui a voulu probablement être développée tout au lond du morceau « Open Heart ». L’album se termine par « Snap the Slap », un duo saxophone baryton – voix très groovy ainsi qu’une prise live avec un morceau de Michael Wollny.

 

Finalement, si l’on devrait résumer cet album en quelques mots, rythme et éclectisme seraient les plus représentatifs. Eclectisme, que certains pourront lui reprocher, mais qui dénote une ouverture d’esprit et une volonté de nous faire voyager clairement ressentie tout au long de cet opus. Cette ouverture d’esprit se ressent à travers le mélange des cultures mais également les différents styles de jazz abordés. Rythme car il y a un perpétuel mouvement au sein de chaque morceau qui n’est jamais source de lassitude et de perdition. Les mélodies sont d’une efficacité telle que vous accrocherez rapidement à cet album très recommandable et qui devrait prendre encore plus d’ampleur à travers les prestations live délivrées par ce trio.

Repost 0
Published by Bastien Léger - dans Chroniques CD
commenter cet article