Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 22:11

NEW TONE JAZZ4TET : » Gwennhadu »
Christian Sabbioni ( ts, fl), Michel Coppé (p), Emmanuel Bontemps (cb), Dominique Tassot (dms)

 

NEW TONE JAZZ4TET : » Gwennhadu »
Christian Sabbioni ( ts, fl), Michel Coppé (p), Emmanuel Bontemps (cb), Dominique Tassot (dms)

Dans notre petit microcosme parisien, on a parfois tendance à être totalement déconnectés de ce qui se passe au-delà de la ceinture du périphérique. C’est parfois au programmateurs de festivals qu’il revient de nous faire découvrir quelques pépites musicales qui font vibrer d’un groove certain, le soir venu entre chiens et loups les chaumières de nos provinces.
Et parfois cela revient à quelques chèr(e)s ami(e)s qui nous sachant «dans le jazz» n’hésitent pas à nous faire découvrir leurs propres coups de coeur.En ce qui me concerne c’est justement grâce à une amie que l’album de ce groupe m’est arrivé entre les mains : « Je ne vous dis rien. Ecoutez, vous m’en parlerez ensuite». La sachant d’un goût certain, quoique ignorant tout de ses penchants jazzistiques c’est avec un peu de curiosité que je mis donc la précieuse galette dans la platine, regardant sur les liners notes le nom des artistes dont, pour tout dire je n’avais jamais entendu parler.
Et là, immédiate et belle surprise à l’écoute de ce qui est le troisième album de ce (pas si jeune) groupe rémois. Et moi conséquemment trois fois coupable de na pas les avoir découverts avant.

L’aventure dans laquelle cette bandes de copains se lance avec cet album est osée.  Imaginez un peu un groupe de jazzmen champenois nous embarquer avec un groove hard bop très New-Yorkais sur des terres…… bigoudaines, alliant sans trembler les harmonies de ce jazz 60’s avec les écarts de ton de la musique celtique. Fallait oser !
Et bien figurez vous que ça marche bigrement bien !
D’abord parce que ces quatre musiciens sont bourrés de talent. Comme on dit aujourd’hui ça joue terrible ! Que ce soit du côté de Christian Sabbioni dont le son tranchant et incisif navigue entre Dexter Gordon et Joe Henderson ou bien du côté du pianiste Michel Coppé aux gimmicks empruntés à Mc Coy Tyner. Il y a pire comme référence, non ? (dommage qu’il ne joue pas sur un piano digne de ses compositions). Quand à la rythmique Emmanuel Bontemps se fait gardien tempo et Dominique Tassot frôle le groove frémissant et subtil avec un art consommé de la relance. Et ces quatre-là forment un groupe. Un vrai groupe en osmose parfaite et au service des superbes compositions toutes signées de Michel Coppé. Compos évolutives où il n’est pas question de bagad ou de fest Noz  ( même si cela aurait de la gueule ) mais plutôt de jouer avec malice sur les écarts de ton de la musique celte et de marier celle-ci avec l’envoûtement d’une certaine forme de jazz modal. Comme cette sorte de ballade mystérieuse et gaélique en forêt de Broceliande  ou encore ce thème mouvant (Treize) naviguant quelque part en atlantique entre les rivages de la grosse Pomme et ceux des cotes bretonnes.
Le résultat final est un album hyper séduisant et animé d’une force intérieure puissante qui se nourrit aux racines de ce jazz d’après-bop qu’on aime tant.
Et puis imaginer Mc Coy Tyner à Paimpol , ça vaut bien le détour !

Comme quoi, en terres champenoises, même le jazz pétille !

Jean-Marc Gelin

 

 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 20:37

JEAN-CLAUDE MONTREDON « Diamant H2o »
Alain Jean-Marie (piano), Jon Handelsman (saxophone ténor & flute), Michel Alibo (guitare basse), Stéphane Belmondo (trompette & bugle), Jean-Claude Montredon (batterie & harmonica)
Montreuil, 4 & 5 mai 2015
Q-mix 3700409815423 / Rue Stendhal

C'est plus qu'un hasard si le thème qui donne son titre à ce CD, composition de Jean-Claude Montredon, figurait voici plus de 15 ans sur le CD «Delirio» du trio 'Biguine Reflections' d'Alain Jean-Marie. Il faut y voir le témoignage d'une proximité musicale et amicale de quatre décennies avec le pianiste (c'est un engagement dans un hôtel de la Pointe du Diamant, en Martinique et en 1967, qui fut l'une de leurs premières collaborations professionnelles) . Pas d'antagonisme Martinique / Guadeloupe entre ces deux frères musicaux des Antilles, même si la balance de la rythmique penche en faveur de l'île natale du batteur, avec le bassiste Michel Alibo. Après 50 ans d'une carrière commencée dès l'adolescence, le rythmicien (c'est ainsi qu'il aime à se définir) nous offre enfin sous son nom un premier disque, où s'expriment ses amours indissociables du jazz, de la biguine, de la mazurka, du funk et des musiques latines. Inspirés par tous les moments historiques de ces musiques, free jazz inclus, les thèmes font la part belle à chacun, comme soliste ou comme pulsateur prévalent. Au saxophone et à la flûte, un Américain de Paris avec lequel le batteur a souvent collaboré, notamment dans un projet commun intitulé 'Spirit House'. Au piano, l'ami en partage des toutes les musiques, véritable pivot du groupe. A la basse, le complice insulaire, qui apporte une touche de funk, souple mais intense. Et sur quelques plages l'invité dont la trompette et le bugle soulignent encore, si c'était nécessaire, l'attachement au jazz dans toute l'étendue de ses métamorphoses. Un thème qui rappelle Footprints de Wayne Shorter et son rythme envoûtant (Children) : on connaît des références plus ingrates. Bref ce disque est une sorte d'hymne à tous les jazz(s), et nous rappelle fort opportunément que, même s'il a attendu la soixantaine pour faire ses débuts en leader, Jean-Claude Montredon est un Maître.
Xavier Prévost

Le groupe jouera le mercredi 19 avril 2017 à Paris, au New Morning

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 14:57

Jazz Village 2017
Jowee Omicil (ss, cl, as, cnt, fl, Rhodes), Michel Alibo (b), Conti Bilong (dms), Justwody Cereyo, (cb, b), Jean-Philippe Dary (p, rdes, cb, vc, perc), Jeffrey Deen (perc, tabla, djembe, dms, vc), Nenad Gajin (g), Johatan Jurion (p, rdes, vc), Kona Khasu (b, cb, vc), Jendah Manga (cb,), Emmanuel Bertholo Tilo (dms, vc, perc), Leonor de Haro (cl)

Il nous perd complètement Jowee.
Inclassable ! Iconoclaste !
On le croit tout droit venu de la cité du Croissant jouant comme Bechet et balançant des rythmes créoles ( Asi paré) mais l’instant d’après il nous embarque dans quelques évanescence à la sauce Miles Electrique (On for Miles). On le cherche quelque part mais lui se promène juste au gré de ce qu’il a envie de jouer ou de chanter. Et puis Jowee est amoureux de toutes les musiques populaires, et c’est bien communicatif. Lui que l’on situe entre Haïti (sa terre natale), Montréal où il grandit aux côtés de son Pasteur de père, New-York où il vécut pendant une décennie ou Paris qu’il fréquente maintenant, est insaisissable. Et c’est bon !
Visiblement heureux de faire de la musique il transporte avec lui une joie communicative.  Il se fait chanteur de reggae lascif sur son Mellow on a saxO dont la mélodie simple vous reste en tête et qu’il chante même en plusieurs langues. Il se promène avec une simplicité confondante sur le Pont d’Avignon avec une innocence juvénile innocence. Il se fait aussi slameur sur le titre éponyme ( Let’s just Bash !) sur lequel son soprano s’envole avec un lyrisme dépouillé et bigrement efficace. Rend au passage un hommage émouvant à Roy Hargrove dans la formation duquel il joua quelque années.
Il faut l’entendre sur un thème comme Love & honnesty pour comprendre combien il doit au maître du soprano de la Nouvelle Orléans, à l’immense Sydney. Mais aussi comprendre cet façon protéiforme de mordre dans la musique, dans les musiques avec une gourmandise certaine, avec  un plaisir jouissif à faire du son, du jeu, du riff, de la voix, du lounge lascif et du groove à danser. Populaire ? Oui assurément.
Les Inrocks dans leur numéro du 12 avril titraient «  sans Omicil fixe ». On ne saurait mieux dire !
Jean-Marc Gelin

 

En concert au Festival De Saint Germain le 14 et 15 mai  et le 7 juillet à Jazz à Vienne

Partager cet article
Repost0
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 08:46


Jean-Philippe Viret (contrebasse, composition), Éric-Maria Couturier (violoncelle), David Gaillard (alto), Sébastien Surel (violon)
Entraigues-sur-la-Sorgue, octobre 2016
Mélisse  MEL666019 /Outhere Music France

Comme il l'avait fait en 2011 avec «Les Barricades mystérieuses», Jean-Philippe Viret fait à nouveau une escapade du côté de Couperin. Son quatuor/quartette 'Supplément d'Âme' revient vers ce travail singulier, qui consiste à s'inspirer d'un compositeur classique, ou plutôt baroque, et de ses œuvres pour clavecin. Et de faire cela avec un quatuor à cordes hétérodoxe, dans la mesure où il comporte une contrebasse et un seul violon. Ce disque prolonge cette très belle idée qui consiste à conjuguer les racines  'classiques' de l'instrument et du répertoire avec les libertés conquises par le jazz depuis ses origines. Musique de mélanges, de combinatoire, d'influences, de rencontres et même de hasards, le jazz est né d'hybridations originelles, en territoire louisianais, de sources afro-américaines, de musiques religieuses européennes, de musiques françaises ou hispaniques, et d'autres éléments (amérindiens aussi) qui se croisaient dans ce carrefour du Nouveau Monde. Le pari, déjà réussi par Jean-Philippe Viret dans l'opus de 2011, c'est de conjuguer une écriture nourrie de la musique du passé avec l'improvisation issue du jazz et d'ailleurs. Pari à nouveau gagné, sans fracas, mais avec force.
Xavier Prévost


En concert les 18 & 19 avril à La Générale, 11 rue Rabelais, Montreuil (93100), le 2 mai à Eaubonne (95600), et le 30 juillet au Paris Jazz Festival (Parc Floral de Paris, Bois de Vincennes)

Découvrir sur Youtube
https://www.youtube.com/watch?v=WBb_DeRNVIM

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 14:42


Olivier Py (saxophones ténor & soprano), Jean-Philippe Morel (contrebasse), Franck Vaillant (batterie)
Chagny, 14-16 juillet 2016
Vent d'Est VE 1703-10 / L'Autre Distribution

Ce trio avait publié en 2013 un album inspiré par les relevés de chants d'oiseau d'Olivier Messiaen, pour en faire un matériau musical directement ouvert sur le rêve et la liberté. Cette fois la source paraît moins circonscrite : reste l'absolue liberté d'un trio qui, même s'il évolue sur les compositions du saxophoniste, s'expose en constante liberté d'invention et de dialogue. Les trois musiciens ont évidemment la maîtrise de leurs instruments et de leurs langages : le jazz, l'improvisation : la musique... tout simplement. Les compositions puisent aux sources du jazz comme à celles de la musique dite contemporaine, et aux expériences nourricières de la musique improvisée (idiomatique, ou non reliée à un idiome particulier). C'est une sorte de parcours dans les possibles du jazz d'aujourd'hui, que chacun des trois protagonistes arpente de son côté en de multiples expériences et participations, et restitue ici dans une aventure collective. Et l'objet sonore offert à notre écoute est la résultante de cette riche glane : il nous délivre un paysage multiple d'énergies et de beautés convulsives qui vont droit au but. Nous sommes touchés, profondément, par cette aventure singulière qui ouvre à l'universel.
Xavier Prévost

Le trio jouera le 15 avril  2017 au Havre (Musée d'Art Moderne André Malraux/Muma) et le 22 avril aux Lilas (Le Triton).
Un aperçu sur Youtube :

Partager cet article
Repost0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 07:35

www.fabymedina.com
Faby Medina (vc), Laurent Ganzini, Leonardo Montana (p), Yoann Fernandez (g), Alexus Bourguignon (tp), Irving Acao (ts), Stéphane Montigny (tb), Zacharie Abraham (cb), Adriano Tenorio (percus), Lukmil Perez (dms)

Petit coup de coeur pour cet album sorti en février. Celui d’une chanteuse de jazz dont on se dit en mettant la galette dans la platine : « encore une nième nouvelle chanteuse de jazz ! » et  qui, de manière surprenante vos embarque dès le premier titre comme le ferait justement une grande chanteuse de jazz.
Rien de révolutionnaire chez cette égérie de Claude Bolling chez qui elle a justement apprit le respect de la tradition et des racines du jazz mainstream et qui sait surtout ce que swinguer veut dire. Rien de révolutionnaire mais pourquoi faudrait il révolutionner toujours le monde ? Rien de révolutionnaire mais tout de suite, à l’oreille, un façon de faire tourner les mot et de caresser le swing avec des airs de (déjà) grande dame du jazz. Et il y a beaucoup de classe dans cette façon de reprendre ce thème de Woody Herman (Early autumn) à la façon d’une chanteuse de big band (Belle idée d’avoir choisi ce thème) ou encore cette belle version de Someone to watch over me, qui vous tient même après la fin de l’album. Et puis cette conclusion plus pop sur Blackbird avec lequel elle semble vous cajoler.
Le tout dans un petit écrin servi avec des arrangements hyper soignés et classieux .

Au final un petit moment de grâce tout en retenue et sans esbroufe. Un moment de répit heureux dans ce monde de brutes. Voiys auriez tort de ne pas en reprendre.

Jean-Marc Gelin

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 09:33
@Chris Drukker

@Chris Drukker

Après l'Ajmi, c'est au tour du moulin à Jazz d'accueillir ce concert rare d'un quartet quasi inconnu ici. Comme l'indique le communiqué de presse "un vent de fraicheur tout droit venu d'Europe du nord viendra souffler sur le Moulin à Jazz. Le saxophoniste finlandais (alto et baryton) Mikko INNANEN http://www.mikkoinnanen.com/innkvisitio.html et son groupe possède une technique et une créativité qui font de lui "une des nouvelles voix incontournables apparues sur la scène des musiques improvisées européennes". Downbeat, juillet 2015.  

Ce n'est pas si fréquent d'entendre sous nos latitudes méridionales des groupes finlandais, et encore plus étonnant, emblématiques de l'avant-garde... Si on fait un parallèle avec le cinéma et la vision très personnelle d'un Ari Kaurismaki, par exemple, on aura envie de changer nos habitudes confortables d'écoute hyper médiatisée, et de découvrir la musique qui vient du froid.

Le jazz a toujours été prisé par les Scandinaves, qui entretiennent un rapport vif avec cette musique. Alors soyons curieux et venons écouter ce groupe samedi 8 avril au Moulin de Vitrolles à 21heures.

pour plus d'infos, allez sur le site de l'association! http://www.charlie-jazz.com/
m/

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 20:56
Nice retrouve son festival estival

Le jazz retrouve droit de cité à Nice avec un festival sous le signe de la diversité et de l’universalisme. Annulé in extremis l’an passé à la suite du carnage du 14 juillet (86 victimes) de la Promenade des Anglais, le Nice Jazz Festival revient dans le cœur de la cité azuréenne  (17-21 juillet).
« Les notes de jazz vont s’élever vers un ciel étoilé, pour mettre partout de la beauté et des notes bleues dans des cœurs dont plusieurs sont toujours meurtris » a déclaré Christian Estrosi, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur en dévoilant le programme le 6 avril.
La sécurité sera naturellement renforcée avec portiques et sas de sécurité, et les organisateurs espèrent établir un nouveau record de fréquentation (60.000 entrées en 2015) grâce à une tarification étudiée ( 39 euros la soirée, 17 euros pour les enfants de 10 à 16 ans et gratuit de moins de 10 ans) et une programmation ouverte aux différents courants du jazz sans exclusive. Directeur artistique du festival (en poste depuis 2013, renouvelé cette année), Sébastien Vidal, qui officie à TSF et au Duc des Lombards, a eu « toute liberté » en matière de programmation, a souligné Christian Estrosi , si ce n’est accorder une place conséquente  aux musiciens français.
Chaque soirée propose ainsi six concerts répartis équitablement sur les deux scènes (Masséna et théâtre de verdure) avec un lever de rideau à 19 h30, dans l’optique, précise Sébastien Vidal, de faciliter la circulation  des spectateurs et ainsi de favoriser l’ouverture d’esprit (et d’écoute). Attirés par Herbie Hancock, par ailleurs parrain du festival, les fans de jazz pourront ainsi le 17 juillet découvrir auparavant un groupe entièrement féminin (Woman To Woman) composé de Renée Rosnes, Cecil McLorin Salvant, Anat Cohen, Ingrid Jensen…ou les trépidantes formations de Trombone Shorty et Roberto Fonseca.
Aux côtés de « grosses pointures » devant plaire à un large public(Ibrahim Maalouf, IAM), le festival fait une large part à l’expression vocale (YounSun Nah, Mary J.Blige, Laura Mvula…) et présente des jazzmen de référence ( Christian McBride, Henri Texier, Abdullah Ibrahim, Kamasi Washington, Samy Thiébault…).
 
Programme complet sur www.nicejazzfestival.fr
Jean-Louis Lemarchand

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 23:09

Vision Fugitive 2017
Stefan Oliva (p) Susanne Abbuehl (vc) Øyvind hegg-lunde (percus)

 

En concert le

jeudi 11 Mai à Arles ( festivam Jazz in Arles)

Vendredi 12 mai au Duc des Lombards à Paris

C’est sous la houlette du toujours très inspiré Philippe Ghielmetti que l’on retrouve aujourd’hui le duo magique du pianiste Stefan Oliva et de la chanteuse Susanne Abbuehl. Ils s’associent pour l’occasion avec le percussionniste norvégien Øyvind hegg-lunde dans le cadre d’une formule rythmique rythmiquement originale.
Et immédiatement la magie d’un trio éminemment subtil opère et emporte dans une sorte de mélopée poétique où tout n’est qu’écoute et don. A partir d’un matériau qui rend largement hommage à Jimmy Giuffre, le trio met cette musique en voix et en façonne une forme musicale évanescente et onirique. Keith Jarrett lui aussi est magnifiquement revisité.De même que Don Cherry dans un moment d’improvisation libre.
Où tout est dans la science de l’épure. De l’art d’une nouvelle forme où tout est écoute, interaction et complémentarité. Un tout indissociable dans la douceur de l’émotion qu'il suscite.
La voix de Susanne Abbuehl est elle-même une sorte de livre poétique chargé d’émotions, de brises légères et de dessins gracieux. L’histoire est ancienne entre elle et Stefan Oliva et tous deux semblent partager les mêmes fêlures, les mêmes bleus de l’âme. Entre eux, une compréhension intime où chacun semble explorer les espaces laissés libres dans leur science partagée du maniement du silence qu’ils laissent surgir entre les notes, entre les mots. Où la brise que caresse leur musique est portée par les frôlements de peau de Øyvind Hegg-Lunde.

Où tout vient d’une forme d’intériorité exprimée ici en toute intimité.
Sublime.
Jean-Marc Gelin

Partager cet article
Repost0
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 19:35

Malo Mazurié, Olivier Laisney, Quentin Ghomari, Brice Moscardini (trompettes), Bastien Ballaz, Léo Pellet (trombones), Victor Michaud (cor), Fabien Debellefontaine (tuba, flûte), Antonin-Tri Hoang (saxophone alto), Martin Guerpin (saxophones ténor et soprano), Adrien Sanchez (saxophone ténor), Jean-Philippe Scali (saxophone baryton, clarinette basse), Marc-Antoine Perrio (guitare), Joachim Govin (contrebasse), Gautier Garrigue (batterie), Laurent Cugny (piano, piano électrique, direction), Alexis Bourguignon (trompette) remplace Malo Mazurié sur 3 titres, Arno de Casanove (trompette) complémentaire sur 1 titre.

Meudon, 2016

Jazz & People JPCD 817002/ Pias

 

Pour rendre hommage à Gil Evans, Laurent Cugny est l'un des très rares à n'avoir pas de problème de légitimité : il a côtoyé l'historique arrangeur et chef d'orchestre à partir de 1986 pour préparer le livre qu'il lui a consacré (Las Vegas Tango, P.O.L., collection «Birdland», 1989), un livre salué au-delà de nos frontières, et traduit en japonais. Et en 1987 avec son big band Lumière, Laurent Cugny invite Gil Evans pour une tournée européenne et deux CD. Bref, quand il s'agit de Gil Evans, Laurent Cugny est l'homme de la situation.

 

C'est pourquoi, fort de cette connaissance, et de cette passion musicale, Laurent Cugny a fondé en 2014 le Gil Evans Paris Workshop : un atelier où le chef d'orchestre rassemble la nouvelle génération de jazzmen hexagonaux pour célébrer la musique de Gil Evans. Pour trouver les musiciens les plus adaptés, le pianiste arrangeur et compositeur a consulté le jeune contrebassiste Joachim Govin, fils de Pierre-Olivier Govin qui fut pendant des lustres le saxophoniste alto des orchestres de Laurent Cugny (Lumière, et l'Orchestre National de Jazz). On trouve aux pupitres (et comme solistes évidemment) plusieurs promotions successives du département de jazz et de musique improvisée du Conservatoire National Supérieur... de Paris. Et aussi des musiciens venus d'autres horizons, comme Martin Guerpin, normalien passé par le Conservatoire de Paris, et dont Laurent Cugny a codirigé la thèse en sa qualité de professeur d'université, à La Sorbonne, où il est le premier musicologue spécialiste de jazz accédant à ce grade (L'université française évolue, dirait-on....). Entre octobre et décembre 2014, Laurent Cugny avait à trois reprises rassemblé l'orchestre au Studio de l'Ermitage pour une série d'enregistrements live, partiellement publiés en mp3 dans le cadre d'un financement participatif. Deux ans plus tard, voici l'enregistrement de studio, en un double CD.

 

Le premier CD, intitulé «La vie facile», rassemble la musique de Laurent Cugny. Ses compositions, comme Krikor (hommage à Krikor Kelekian, alias Grégor, dont l'orchestre Grégor et ses grégoriens fut l'ancêtre des big bands français, et accueillit le gratin hexagonal des années 1929-33) ; il avait joué cet arrangement avec la dernière mouture de son big band Lumière en 2002 mais ne l'avait jamais enregistré. De sa plume également Liviore, un arrangement élaboré sur 8 mesures de sa première composition pour Lumière en 1979 : une anagramme d'Olivier, hommage à Olivier Saez, qui l'a aidé à porter à bout de bras le Gil Evans Paris Workshop depuis 2014. Et une troisième composition, La Vie Facile, datant de 2014 : c'est une variation très libre sur pont du standard Easy Living. Il ya aussi des arrangement de Laurent Cugny sur différents thèmes. Le premier sur My Man's Gone Now, de Gershwin : plutôt que de reprendre l'historique arrangement de Gil Evans pour Miles Davis et l'album «Porgy & Bess» en 1958, l'arrangeur s'est penché sur la version de Miles Davis en 1981 pour l'album «We Want Miles», qu'il a arrangée à sa manière. Il a ensuite jeté son dévolu sur Lilia de Milton Nascimento, Manoir de mes rêves de Django Reinhardt, Short Stories d'Anthony Tidd (bassiste de Steve Coleman) et L'État des choses, thème composé par Jürgen Knieper pour le film de Win Wenders. Ce premier CD comporte également Louisville, une belle composition du corniste Victor Michaud arrangée par ses soins.

 

Le second CD est totalement consacré aux compositions et arrangements de Gil Evans, légèrement adaptés le cas échéant. Des arrangements conçus par le Maître sur des thèmes de différentes époques (King Porter Stomp de Jelly Roll Morton, Spoonful de Willie Dixon, Boogie Stop Shuffle de Charles Mingus, et Blues in Orbit de George Russell). Et des compositions de Gil Evans comme Time of the Barracudas ou Bud and Bird. Laurent Cugny traite ces arrangements avec un mélange de fidélité et de liberté qui fait tout le prix de ce disque, lequel comporte aussi une série de duos avec des membres de l'orchestre (souvenir des duo de Gil Evans avec Steve Lacy et Lee Konitz ?) sur des thèmes de Gil (Sunken Treasure, Zee Zee, London) et aussi The Barbara Song de Kurt Weill et Orange Was the Color of Her Dress.... de Mingus. Les partenaires de Laurent Cugny, dans le big band comme dans les duos, sont d'une absolue pertinence, partageant cet esprit de respect et d'autonomie artistique. Bref l'ensemble des deux CD, avec ses diverses facettes, est une totale réussite, dans la fidélité comme dans la liberté.

Xavier Prévost

 

Le Gil Evans Paris Workshop est en concert le 7 avril 2017 à Paris au New Morning

Partager cet article
Repost0