Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2023 1 18 /09 /septembre /2023 22:09

Joshua Redman : “ Where are we”

Blue Note 2023



Joshua Redman (ts), Aaron Parks (p), Joe Sanders (cb), Brian Blade (dms), Gabrielle Casava (vc) + Kurt Rosenwinkel, Peter Bernstein (g), Joel Ross (vb), Nicolas Payton (tp)

 

Et voilà l’arrivée tant attendue du nouvel album de Joshua Redman pour lequel il nous réserve une surprise puisque au sein de son quartet habituel, il convie une chanteuse avec Gabrielle Casava. Surprise effectivement car cela faisait longtemps que le saxophoniste n’avait pas enregistré avec une chanteuse. Et double surprise puisque c’est une vraie révélation qu’il nous est donné de découvrir avec cette chanteuse incroyable italo-américaine lauréate du prix Thelonious Monk en 2021.

Conçu comme un voyage au fil de grandes villes américaines, Joshua Redman s’empare des certains thèmes du repertoire pour rendre hommage à Chicago ( Going to Chicago de Basie), à La nouvelle Orleans (Do You Know What It Means to Miss New Orleans?), Philadelphie ( Streets of Philadelphia de Bruce Springsteen), Alabama ( de Coltrane) etc…

Certains lui reprocheront peut-être son classicisme. Mais c’est un classicisme totalement assumé comme un étendard qui viendrait porter haut l’oriflamme de l’histoire du jazz.

 

A propos de cet album conçu pendant la pandémie le saxophoniste de Berkeley dit : “c’est un rêve devenu réalité d’avoir eu la chance de connecter Aaron, Joe et Brian, trois des musiciens les plus lyriques et profondément groovy de la planète, qui, étonnamment, n’ont jamais joué ensemble en tant que section rythmique. Et enregistrer avec Gabrielle est une expérience qui m’a profondément transformé. C’est une chanteuse au style rare, d’une grande sincérité et d’une grande âme. C’est la première fois que j’enregistre avec une voix pour l’un de mes disques et j’ai beaucoup aimé endosser un nouveau rôle musical : je ne suis plus seulement un leader et un soliste mais aussi un accompagnateur et un interlocuteur à l’écoute ».(*)

 

Si le Prez (Lester Young) avait trouvé son âme sœur avec Lady Day ( Billie Holiday), on jure ici, dans cet album de ballade de haute volée que le Prince du saxophone a trouvé la sienne avec Gabrielle Casava dans une sorte de gestuelle sensuelle dans la soie de la voix de la chanteuse et dans celle du ténor  (By the time).

Encore un masterpiece à rajouter à la longue série de celles que collectionne le saxophoniste.

immanquable !

Jm Gelin.

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2023 5 15 /09 /septembre /2023 15:40

MICAH THOMAS : " Reveal"

Artwork records
Micah Thomas (p), Dean Torrey (cb), Keyvon Gordon (dms)


L'album solo du pianiste sorti l'an dernier avait fait l'effet d'une bombe dans microcosme du jazz : comment un gamin d'à peine 26 ans pouvait-il avoir acquis autant de sens du piano jazz, le laissant apparaître comme l'héritier moderne d'Art Tatum ? Nous en avions tous été un peu stupéfait et le souvenir du concert de sortie de cet album donné à Paris ( à l’Ecuje) est resté comme un des moments exceptionnel de l’année écoulée.
Mais comme il s'agissait d'un album de standard, totalement improvisé, on attendait avec impatience de retrouver à nouveau le pianiste d'Immanuel Wilkins sur son propre terrain, plus personnel.
C'est ce qu'il nous livre ici avec « Reveal » et son trio composé de Dean Torrey à la contrebasse et de Keyvon Gordon à la batterie autour (essentiellement) de ses propres compositions. Où l’on trouve le prolongement sous une autre forme de son travail avec la jeune scène américaine ( Immanuel Wilkins, Giveton Gelin entre autres). A savoir ce subtil mariage entre l’histoire du jazz et une approche plus moderne et personnelle.

 

Micah Thomas c’est un pianiste des formes. Une sorte d’architecte qui utilise tous les matériaux dont il dispose et qui donne le temps à la construction de son travail. Un de ces musiciens qui s’amusent en cherchant. Qui tourne autour des harmonies avec une science de l’improvisation hors norme.

« Reveal » pour ceux qui connaissent déjà le pianiste de ‘Oregon ne fera que vous confirmer l’exceptionnel talent de Micah Thomas. Pour les autres, une révélation.

 

Jean-Marc Gelin



https://m.youtube.com/playlist?list=OLAK5uy_mjjYxTtb6l_mRuktlsBRFI0xeQ83rXrGc

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2023 1 11 /09 /septembre /2023 18:18

EMMA RAWICZ : «  Chroma »
Act 2023 

Emma Rawicz (ts), Ivo Neasme ( p ), Ant Law (g), Conor Chaplin (b ), Asaf Sirkis ( dms, perc ), Immy Churchill ( vc )


Une belle découverte en cette fin d’été qui nous arrive du label ACT avec cette toute jeune saxophoniste anglaise, Emma Rawicz ! Celle dont son compatriote britanique, le chanteur Jamie Cullum dit que «  son nom sera sur toutes les lèvres à partir de maintenant ».
Et de fait on a été d’emblée séduit par le travail de cette jeune musicienne d’à peine 21 ans qui, au travers de son album se révèle à la fois talentueuses sur son instrument (le sax tenor) qu’au travers de ses compositions chromatiques ( comme le laisse penser le titre de l’album).
Déjà repérée au travers de nombreux prix outre-manche, Emma Rawicz semble souffler un souffle nouveau sur la scène britannique décidément de plus en plus prometteuse.
Avec Emma Rawicz on sent qu’elle parvient, ce qui est rare pour son jeune âge, à se défaire de toutes ses influences tout en restant solidement ancré dans une histoire du jazz modernisé.
On apprécie son souci tout particulier d'éviter tout effet de manche souvent trop démonstratif chez les musiciens de son âge. Mais on apprécie aussi son phrasé magnifique de fluidité et de souplesse féline.
Il flotte dans cet album un réel vent de fraîcheur et de poésie aérienne qui se marie à merveille avec une très belle énergie du groupe.
Emma Rawicz vous en fera voir de toutes les couleurs.
Jean-marc Gelin 

Nb : Emma sera notre invitée sur Jazzbox (Aligre fm 93.1) le 30 septembre à 17h.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2023 6 09 /09 /septembre /2023 12:14
Nina Simone racontée par Valérie Rouzeau & Florent Chopin

Nina Simone racontée par Valérie Rouzeau & Florent Chopin

 

 

Editions de La Philharmonie

Collection Supersoniques

 

Supersoniques | La librairie (philharmoniedeparis.fr)

 

Vingt ans après sa mort survenue en avril 2003, Eunice Waymon est plus que jamais une légende, un personnage tragique, une figure iconique qui a inspiré des romans dont celui de Gilles Leroy en 2013, des pièces de théâtre et même un biopic récent. Cette artiste inclassable toujours actuelle continue de passionner le public.

C’est avec un grand plaisir que l’on retrouve pour la rentrée de septembre un livre qui lui est consacré : le neuvième numéro de la très originale collection Supersoniques (à prix avantageux) des Editions de la Philharmonie, un bel objet illustré par le plasticien Florent Chopin (artiste-collecteur de toutes sortes de matériaux et ici de papiers peints), écrit par Valérie Rouzeau, poétesse inspirée par son sujet, qui donne un portrait sensible de la chanteuse et la femme, dévoile sa Nina Simone.

Ce livre à l’écriture simple et fluide n’est pas une tentative de biographie. La démarche n’est pas celle d’une archiviste-chercheuse qui chercherait à démêler le vrai du faux… C’est l’histoire d’une vocation contrariée qui donnera l’une des carrières les plus singulières. Devenir la première pianiste concertiste noire classique était le voeu le plus cher d’Eunice Waymon pour lequel elle avait sacrifié toute sa jeunesse. Elle fut refusée au concours d’entrée du Curtis Institute. Cette blessure originelle allait marquer sa vie professionnelle avec une orientation musicale tout autre. Elle dut changer de nom “Vous ne savez pas ce que cela fait de changer de nom” quand elle commença à travailler au Midtown d’Atlantic City.

 

Une vie tourmentée, toujours au bord de la chute, le portrait en creux d’une icône du mouvement des Droits civiques autant qu’une femme en prise à sa bipolarité (qu’on ne nommait pas ainsi à l’époque) et à son alcoolisme. Si elle fait du jazz, c’est à sa manière. Car elle a été élevée au gospel et elle n’hésite pas à improviser sur Bach qu’elle vénère. Autant appréciée dans le monde de la pop, du folk, elle est aussi reconnue comme “grande prêtresse de la soul” ( “Sinner man”), épinglée pour son engagement qu’elle ne voulait pas non-violent, même si elle admirait Martin Luther King. Elle chantera Why? ( The King of love is dead) au lendemain de sa mort. Car la colère caractérise sa personnalité : la plupart des chansons (ses “gun songs”qu’elle scande admirablement comme l’inoubliable“Mississipi Goddam”) qu’elle a écrites ou reprises en les modifiant habilement, expriment sans ambiguité sa rage ses frustrations, ce sentiment d’injustice intolérable, à la mort d’amis militants comme Lorraine Hansberry, la dramaturge marxiste, Langston Hughes, le poète engagé (“The Backlash Blues”).

Si Valérie Rouzeau est intéressée à décrire sa voix de contralto, écorchée, rauque “tantôt du gravier, tantôt du café crème” et son jeu de piano ( car elle peut compter sur ses doigts prodige ) perlé, subtil, baroque avec des marches harmoniques, des trilles, elle s’attache surtout à rendre le talent d’écriture de Nina qui invente des histoires en chanson. Elle a le goût des mots et n’hésite pas à créer à partir des mots des autres qu’elle modifie, arrange à sa manière le “Just Like a woman de Dylan ou le “My Sweet Lord” de George Harrison auquel elle accole un poème de The Last Poets “Today is the Killer”. Elle réécrit, contextualise, s’approprie avec talent et se forge un style avec un sens très sûr du détournement. Nina rend hommage aux femmes noires, ces blackbirds dans de saisissants portraits “Four Women” ou “Blues for Mama” (où on peut la reconnaître), déniaise les “torch songs” de ses consoeurs, ose reprendre le “Strange Fruit” de Billie Holiday, chanter le “Ne me quitte pas” de Brel en miroir à son “Love me or Leave me”.

Tout ce dont elle s’empare, elle semble l’avoir vécu, c’est ce qui donne la force, d’authenticité de chacune de ses interprétations. Consciente de sa valeur, de son talent, elle n’arriva jamais à se satisfaire de la distance entre ce qu’elle aurait souhaité et ce qu’elle obtint, même si elle connut succès et gloire même d’une certaine façon.

 

Cet ouvrage que l’on lit très vite contribue à faire découvrir une artiste exceptionnelle, diva malheureuse à la vitalité extraordinaire. On reste au plus près de la femme et de la créatrice. Et cela est bien.

 

Sophie Chambon

 

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2023 4 07 /09 /septembre /2023 11:40

Deux disques qui paraissent en ce mois de septembre, l’un et l’autre avec la présence active, voire prépondérante, du saxophoniste Daniel Erdmann. C’est d’abord le retour du trio ‘Velvet Revolution’, avec Théo Ceccaldi et Jim Hart. Et aussi le trio, inauguré un peu plus tôt et à l’origine sous le nom du violoncelliste, qui l’associe à Vincent Courtois et Robin Fincker. Deux disques qui taquinent les chemins de traverse avec la même pertinence

 

VELVET REVOLUTION «Message In A Bubble»

Daniel Erdmann (saxophone ténor), Théo Ceccaldi (violon), Jim Hart (vibraphone)

Budapest, 7-9 novembre 2022

BMC CD 312 /Socadisc

 

Le message, même s’il fait penser à un célèbre tube pop, regarde ailleurs, vers le collectif, l’urgence à se retrouver pour ‘faire musique ensemble’. Trois fortes personnalités musicales, instrumentales et improvisantes se donnent rendez-vous sur divers terrains de jeu, qui parcourent un large espace où le jazz de stricte obédience croise le tango, la musique de chambre, et la musique d’ailleurs ou de demain. Permanence d’un dialogue qui jamais ne brime les singularités de chacun. Bref une esthétique, et un sens du groupe, qui gardent constamment le jazz pour horizon.

.

Velvet Revolution en concert en novembre, le 23 à l’AJMI d’Avignon, et le 25 à Paris, à l’Atelier du Plateau

.

VINCENT COURTOIS / DANIEL ERDMANN / ROBIN FINCKER «Nothing Else»

Vincent Courtois (violoncelle), Daniel Erdmann (saxophone ténor), Robin Fincker (saxophone ténor, clarinette)

Budapest, 26-28 janvier 2022

BMC CD 311 / Socadisc

 

Avec ce trio, c’est un terrain exclusif d’improvisation. Une conversation intime entre des musiciens qui pratiquent avec virtuosité et intégrité cet exercice de voltige dans lequel tout est possible, à condition évidemment que l’on ait le talent de faire advenir ce qui est la promesse de l’instant à venir. Ce talent, ils le possèdent, et au degré suprême. Nous les suivons de plage en plage, de vertige en surprise, dans ce voyage recomposé où ils ont posé les balises de leurs souvenirs. Souvenirs des lieux où ils ont joué, d’Europe en Amérique. Souvenirs revitalisés par la promesse de l’instant qui vient. Comme une sorte de magie, en somme.

Xavier Prévost

.

Nothing Else jouera le dimanche 17 septembre à 17h au festival de Trois Palis (Charente)

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2023 2 05 /09 /septembre /2023 13:43

Illustrées par Jeanne PUCHOL,
Les Soleils bleus éditions 2023.
ISBN : 978 2 918148 46 3.

Paru le 10 juillet dernier.


     ‘Le Passé a de l’Avenir ! ...’ ainsi débute la première des chroniques dont Jean-Louis Wiart propose ici un florilège. Et bien que, pour paraphraser Geluck, nous pensons qu’il y avait plus d’Avenir dans le Passé que Maintenant, le piège fonctionne, on ne lâche plus le bouquin !

    Dans cette sélection d'une trentaine de courts textes (jamais plus de 4 pages), répartie sur 20 ans de publication du journal épisodique des ‘Allumés du Jazz’, on retrouve le souffle qui animait les ‘Chroniques de la Montagne’ de Vialatte*, l’érudition et les passerelles-références jetées entre la musique d’une part, la littérature, le cinéma, la politique, la philosophie, la vie quotidienne, la peinture d’autre part ... Et aussi les emballements, coups de griffe, de patte ou de cœur : ça gratte souvent là où ça fait mal et invite à la réflexion.

 

     En préface, Guillaume de Chassy développe le thème de la nécessité de lire à propos de la musique pour qui désire mieux la comprendre et s’en nourrir, tout en insistant sur le fait qu’il est aussi difficile d’écrire avec justesse sur cet art que de le pratiquer mais aussi sur la nécessité de le faire « ... dans une époque qui glorifie la médiocrité, confond art et divertissement et commande d’exprimer sa pensée en 280 caractères ! »

 

     Il n’y a plus qu’à vous laisser entrainer à la lecture -fractionnée ou exhaustive, mais toujours vigilante, tout étant affaire de description, suggestion, évocation, stimulation, appel, contre appel ...- de ces courts moments d’anthologie, agrémentés pour la plupart des très belles illustrations en noir et blanc de Jeanne Puchol.

 

     À propos des auteurs :

 

     - À côté de sa collaboration aux Allumés du Jazz, Jean-Louis Wiart est le fondateur du label AxolOtl Jazz, pour lequel il a produit de nombreux albums de Guillaume de Chassy, Cesarius Alvim, François Tusques, Lee Konitz, Jeff Gardner, Rick Margitza ...

 

    - Quant  à Jeanne Puchol, Vous pouvez retrouver son trait puissant dans  une trentaine d’albums de bande dessinée (chez Futuropolis, À Suivre, Dargaud, Deltour...) mais aussi dans les illustrations de nombreux articles parus dans Le Monde Diplomatique, l’Humanité et Les Allumés du Jazz.

 

Francis Capeau.

 

===================================


*Alexandre Vialatte, ‘Chroniques de la Montagne’ (Vol.1 & 2).
Robert Laffont, (Bouquins - La collection),
ISBN : 2-221-09041-1 et 2-221-09042-1

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2023 5 25 /08 /août /2023 19:16

sous la direction de Pierre Fargeton et Yannick Séité.

HERMANN Éditeurs. À paraître le 30 août.
ISBN : 979-1-0370-2131-1.

     Les Musiciens de Jazz et l’Écriture ... Vaste sujet !

     Réalisé sous la direction de Pierre Fargeton et de Yannick Séité (qui en signent cinq chapitres sur 32), cet ouvrage clair et didactique se répartit en quatre grandes subdivisions, traitant respectivement :

     - De la présence des musiciens dans la presse, (écrite, radiophonique ou télévisée), avec des exemples caractéristiques de Jelly Roll Morton et W.C. Handy (The Baltimore Afro-American, Down Beat), Charlie Christian (Down Beat), Lennie Tristano (Metronome), Jeff Gilson et Henri-Claude Fantapié (Jazz Hot) ...

     - Des musiciens qui se racontent, dans des chroniques, des correspondances, des autobiographies (avec ou sans ghostwriters), illustrées par les carnets de voyage de Louis Moreau Gottschalk (XIXème siècle), les biographies d’Armstrong, Danny Barker et Doc Cheatham (avec l’assistance d’Alyn Shipton), Mezz Mezzrow, Billie Holiday, la correspondance échangée entre Bobby Jaspar et André Hodeir ...

   - Des Musiciens pédagogues et théoriciens, auteurs de méthodes instrumentales et/ou du jeu Jazz, de traités d’harmonie, de composition et d’orchestration ... auxquels sont associés les plus grands noms : Ron Carter, Jack DeJohnette, Steve Lacy, Pat Metheny, Jimmy Jiuffre, Dave Liebman, Jef Gilson, Bill Russo, Philippe Baudoin, George Russell, Steve Coleman, Roger Chaput, Pierre Cullaz, André Hodeir, Chick Coréa ...

     - Des différentes formes d’écriture irrigant le jazz, de la versification initiale des textes de Blues aux écritures poétiques contemporaines, Du « Black Case » de Joseph Jarman (1977, Réédité en 2019) aux conceptions de Sun Ra, « Les poèmes sont de la Musique », bientôt retourné en « My Music is Words », et, si l’on pousse l’affirmation au bout : « Their Music is Words », la boucle est bouclée, et il devient évident que les musiciens de Jazz écrivent ! Et cela, depuis le début !!

                              ============

     On dispose ici d’une profusion de textes de toutes origines, d’un foisonnement d’informations allant de traduction de livres ou textes universitaires, souvent peu accessibles ou jamais traduits en français, de notes de pochettes ou d’articles de revue, billets de blogs, ouvrages pédagogiques, l’ensemble passé au crible de la réflexion et de l’érudition des nombreux auteurs ici réunis **.

     ...Indispensable à qui s’intéresse et souhaite comprendre quelque chose au monde du jazz et de ses artistes !

                                ============

** on ne peut en nommer un sans les nommer tous : Philippe Baudoin, Didier Levallet, Vincent Cotro et Leila Olivesi, Jean-Jacques Birgé, Yolan Giaume et Adriana Carrillo, Alyn Shipton et Dan Vernhettes, Benoit Tadié et Raphael Imbert, Martin Guerpin et Ludovic Florin, Philippe Gumblowicz et Jacques Siron, Frederico Lyra de Carvalho, Laurent Cugny et Christian Bethune, Alexandre Pierrepont Brent Hayes Edwards, Cyril Vettorato William Parker et Pim Higginson.

 

 

Francis CAPEAU.

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2023 2 15 /08 /août /2023 18:46

Pascal Bréchet (direction, compositions, arrangements, guitare, effets), Sophia Domancich (piano électrique), François Cotinaud (saxophone ténor, clarinette), Philippe Lemoine (saxophone ténor), Xavier Descarpentries (trompette, EWI), Jean-Luc Ponthieux (guitare basse, contrebasse), Cyril Hernandez (percussions, voix, effets), Éric Groleau (batterie)

Soissons, 15 juin 2011

Musivi MJB 029-030 CD

https://poeticavivace.com/produit/naked-lunch-pascal-brechet/

https://www.lesallumesdujazz.com

 

Comme un rêve éveillé. Enregistrée à l’issue du concert de clôture d’une résidence artistique, cette musique aurait pu ne pas voir le jour sous forme d’un double disque. Les aléas d’un projet qu’il fut malaisé, en ces temps frileux, de faire revivre sur scène, puis la mort du batteur Éric Groleau, sans oublier la pandémie, ont failli nous priver de la découverte de cette pépite. La référence à l’École de Canterbury, et au groupe Soft Machine, est limpide. Car le nom du célèbre groupe britannique est emprunté à un livre du poète-romancier-plasticien Williams S. Burroughs, The Soft Machine ; tout comme ce disque renvoie à un autre écrit de Burroughs, The Naked Lunch. La musique qui se joue ici n’est réductible à aucune des appellations qui désignèrent naguère (c’est presque jadis….) le jazz conquis par l’électricité et l’électronique. Ni Jazz-rock, ni Jazz-fusion, ni Fusion tout court, mais Jazz assurément, car c’est un musique d’aventure, d’audace, de vertige et de prospective. Il serait vain de traquer des analogies avec la structure du roman de Burroughs, sa topographie singulière ou ses personnages. Peut-être doit-on s’en remettre au voyage intérieur sous substances, ou à la notion cut-up d’ou procède la littérature de Burroughs et de quelques autres. En tout cas l’esthétique et les compostions sont fécondes, les solistes sont inspirés, et le mouvement collectif est saisissant. Une seule composition, celle sui conclut le second CD, n’est pas du guitariste-leader : c’est Teeth ; elle avait été signée par le claviériste Mike Ratledge pour le quatrième disque de Soft Machine. Ce titre est ici dans une version étendue et reformulée. D’un bout à l’autre, ce disque est un très beau moment de musique vivante, et habitée !

Xavier Prévost

.

Un avant-ouïr sur Youtube

Partager cet article
Repost0
6 août 2023 7 06 /08 /août /2023 18:36
31 ème édition du Tremplin Jazz d'Avignon au Cloître des Carmes (3 et 4 août)
Grand Prix du Jury  Cosmic Key  ( Delphine DEAU et Axel NOUVEAU)

Grand Prix du Jury Cosmic Key ( Delphine DEAU et Axel NOUVEAU)

Prix du Public    Hugo Diaz Quartet

Prix du Public Hugo Diaz Quartet

Prix de composition   Mojo Jojo Quartet  (Emanuel Van Mieghem)

Prix de composition Mojo Jojo Quartet (Emanuel Van Mieghem)

Prix du Meilleur Instrumentiste  DUO A + B  ( Simon Riou et Sebastian Sarasa )

Prix du Meilleur Instrumentiste DUO A + B ( Simon Riou et Sebastian Sarasa )

 

31 ème édition du Tremplin Jazz d'Avignon

Jeudi 3 et vendredi 4 août 2023, Cloître des Carmes.

www.tremplinjazzavignon.fr

 

Un rendez-vous annuel incontournable (pour moi) qui présente l’originalité d’un festival et d’un tremplin européen.

Début du mois d'août. Les murs grattent leurs peaux d’affiches, la ville tente de revenir à elle-même après le marathon théâtral de juillet. Avignon est alors une destination jazz tout indiquée.

Après la première soirée gratuite au Square Agricol Perdiguier avec les Yellbows, un quartet New Orleans, commence le Tremplin européen pour deux soirées très suivies par un public local, fidèle et ouvert au jazz. D'où un Prix du Public, très attendu qui, certaines années, rejoint le choix du jury . Public et jury partagent ainsi convivialement ce qui traverse le paysage musical de ces soirées estivales provençales, lieu d’ouvertures, de passages, toutes frontières abolies…

Retour donc au cloître des Carmes pour suivre l'aventure de ce concours initié en 1992 par des passionnés de musiques, Michel Eymenier, Jean Paul Ricard, fondateur de l’AJMI, la scène locale de jazz et Alain Pasquier. Le concours a commencé dans le quartier difficile de la Barbière puis dans le square Agricol Perdiguier avant de se fixer aux Carmes. Plus largement reconnu depuis 2000 qui consacra Avignon «Ville européenne de la Culture », le Tremplin Jazz s’est étoffé, le concours européen s’insérant dans un festival de Jazz.

Le Tremplin c’est aussi une équipe épatante de bénévoles qui se déploient sur tous les fronts, catering, technique, chauffeurs, photographes. Tous fidèles et depuis longtemps, en dépit des fragilités inhérentes aux associations organisatrices d'événements, dépendantes de subventions et de la générosité de mécènes. S’il est une chose qui ne change pas, c’est la qualité de l’accueil de cette belle équipe qui, avec le temps a su surmonter le difficile exercice de gestion de groupe.

La vocation du Tremplin est d'aider à l'émergence de groupes pré-sélectionnés qui pourront mettre à profit cette expérience unique, jouer sur cette scène rêvée, à l'acoustique exceptionnelle. L’un des atouts du tremplin est en effet ce lieu mythique du cloître des Carmes. Restant à taille humaine, l’architecture de pierre et de gargouilles est mise en valeur par Mathieu, artiste des lumières, des découpes et de l'éclairage. Ce plaisir de l'oeil décuple l'écoute, surtout quand le son est assuré par Gaetan Ortega sur la terrasse, un maître de l'espace sonore.

Les six groupes de jeunes musiciens européens qui entrent en lice trouvent un espace d’expression pour s’affronter amicalement au cœur de la cité papale dans l'un des rares tremplins européens. Rappelons que le Grand Prix consiste en un enregistrement et mixage au Studio de la Buissonne et un concert en première partie d'une des soirées du festival de l'année suivante. Les autres prix (Soliste, Meilleure Composition) sont récompensés d'un chèque de 500 euros offerts par les divers partenaires, sans oublier le Prix du Public et des cadeaux offerts sur tirage au sort des votants.  

 

2023 : Trente et unième édition et  trente et unième année du Tremplin.

Sur les si x groupes retenus cette année, on compte quatre français, un belge et un néerlandais. Soit 21 jeunes instrumentistes (dont 3 femmes) sur 390 participants (40 femmes), 10 pays représentés. Vision assez précise du jazz actuel, reflétant le spectre d’une musique qui continue de s’inventer sans perdre ses repères historiques. Et où les femmes doivent lutter plus durement pour se faire une place quand elles ne sont pas chanteuses.

 

Première soirée : Jeudi 3 août

 

Peaks (France)

Florent Marques saxophone, Florent Souchet guitare, Mathieu Scala contrebasse, Corentin Rio batterie

Un quartet que présente avec soin Florian Marques, le saxophoniste ténor originaire d’Orthez, leader et compositeur après un  long solo  d'altitude  sans accompagnement  pour “Anglas” ( vallée d'Ossau ?). C’est le programme de leur premier album A Deep Color inspiré de la série et de l’univers de David Lynch, Twin Peaks. Le nom du groupe, le titre de certaines compos, “The Log Lady”, “A Deep Color”l (anagramme du personnage de Dale Cooper ), "A Fat Cat's Diary" trouvent ainsi leur justification. Chacun prend un solo, le guitariste Florent Souchet introduisant des nuances pop. Le contrebassiste Mathieu Scala remplaçant au pied levé Arthur Henn, assure vaillamment sa partie lors d’un solo ponctué de neuf coups en rythme du clocher voisin.Une écriture épurée, agile sans être vraiment labyrinthique aux influences bien assumées (fusion).

 

 

Mojo Jojo (Belgique)

 

Emanuel Van Mieghem contrebasse, Warre Van de Putte saxophone, Roeland Celis guitare, Umberto Odone batterie. 

Le groupe qui suit est un autre quartet venu de Belgique (Bruxelles):  avec la même configuration, la différence est immédiatement perceptible, l’énergie du collectif circule, soulignant une certaine dramaturgie dans une dynamique de groupe. Des récits structurés, oniriques aux ruptures de rythme imposées par un batteur subtil Umberto OdoneLes compositions astucieuses sont du contrebassiste leader Emanuel Van Mieghem qui jouera avec tant d’ardeur qu’il se fera des ampoules sur la basse prêtée par le Tremplin. [Les problèmes de transport SNCF pour les contrebassistes ne sont toujours pas résolus]. Avant un dernier titre plus rock que pop, plutôt connoté, “Another Day in the life” même si la ressemblance s’arrête là, une composition magnifique retient l’attention : c'est “Glee” (que l’on pourrait traduire par jubilation) où la musique trahit une certaine ambiguïté. Une allégresse nuancée d’un voile soudain de mélancolie que traduisent les éclats sensibles de la guitare de Roeland Celis.

 

DUO A+B (France)

Simon Riou saxophone alto, Sebastian Sarasa sax alto et baryton

Un titre simple pour un duo créé en 2018 qui ne l’est pas. Un choc musical avec une formule resserrée, un sax alto Simon Riou et un sax baryton Sebastian Sarasa (que j'imagine volontiers Argentin, Sud-américain en tous les cas, l’une de leurs compositions est d’ailleurs “Aleph Milonga” à couper le souffle). Une musique pas du tout hermétique mais qui demande une sacrée attention pour comprendre cette “fabricason”, une réflexion pour décrypter  langage et  codes. Sacrés “Birds” que ces zozios là, surtout quand ils s’expriment à l’alto, car ils jouent du même instrument par moment, faisant ressortir de façon poétique ce qui les différencie, comment ils rebondissent ou répondent dans ce qu’ils entendent de différences dans l’autre. Si “Je est un autre” justement, voilà un bel exemple de métamorphose, de ramifications qui se rejoignent pour ces Philémon et Baucis des sax.

Un duo envoûtant qui a tenu son formidable pari. Avec une rigueur toute classique, leur ensemble est parfait, parfaitement en place, un miracle d’équilibre dans ces deux voix qui s’éloignent pour mieux se retrouver, échangent aussi les rôles, même si le baryton ( slaps, souffle continu) assume sa fonction de basse, engendrant un rythme souple et groovy alors que l’alto s'échappe de temps à autre dans les  Balkans. Leur habileté technique, différente est évidente.  Ils ont sorti un CD Dédale avec des compositions aux titres expressifs “Zinc”, “Terre Neuvas”. De la matière à tordre, des sons à fondre qu'ils confondent, des idées neuves aussi. Des influences très diverses parfaitement assimilées dans leur polyphonie métisse. On ne sait jamais trop bien quand ils improvisent ou suivent leur écriture commune tant ils partagent tout, compositions et saxophones. Leur performance tient la route sur les quarante minutes imposées.

Le public est enthousiaste, le jury sereinement pourra échanger rapidement sur cette première soirée, heureux des propositions entendues. Même si  le président Stéphane Kochoyan, pianiste venu de sa Nîmes voisine, a comme l’intuition que cela pourrait ne pas durer.

 

Deuxième partie : la nuit du 4 Août

 

Quelque chose me dit que cette dernière soirée du tremplin ne  sera pas sans anicroche; il fait franchement froid, le mistral glacial est de sortie.

 

Nohmi (Pays-Bas)

Miran Noh piano, Aude de Vries batterie, Patricia Mancheno contrebasse, Claudio Jr De Rosa, Daniel Carson, trompette.

Trio à l’origine, la jeune formation devenue quintet européen (Pays Bas, Italie, Espagne ) sans oublier la Corée du Sud de la pianiste leader, compositrice des pièces présentées, fait entendre dès “Storm”des influences revendiquées, couleurs et atmosphères ravéliennes dans une esthétique hard bop, façon Blue Note années 60 avec des soufflants vraiment élégants aux unissons ( les trompettiste Daniel Clason et saxophoniste ténor Claudio Jr de Rosa). On est en terre connue, une écriture classique, dense, au déroulé un peu trop mécanique peut-être. Mais  telle est la loi de ce genre.

 

 

Hugo Diaz Quartet (France)

Hugo Diaz saxophone, Alexandre Cahen piano, Louis Cahen batterie, Vladimir Torres contrebasse.

Ce nouveau quartet présente une suite de compositions singulières, au fil de l’eau, du leader Hugo Diaz au soprano : de “Confluence” à “Electrolyse” en passant par unAiguo” à la provençale, le courant suit les inflexions du saxophoniste qui joint improvisation souvent free à son écriture raffinée, agrémentée de quelques effets électroniques dispensables. Le plaisir vient aussi du trio qui l’accompagne et le soutient habilement, une rythmique parfaite Alexandre et Louis Cahen, respectivement au piano et à la batterie, sans oublier Vladimir Torres, contrebassiste qui a du métier (et déjà une carrière) qui sculpte un solo mémorable sur sa propre contrebasse. Le public trépigne.

 

 

Cosmic Key (France)

Delphine Deau piano, effets, Alex Nouveau piano, effets.

La soirée va se terminer comme la précédente par un duo aussi inattendu qu'extravagant, créé il y a un an seulement, avec un unique concert au compteur avant ce soir,  à Dunkerque : deux pianistes Delphine Deau et Axel Nouveau sur un seul piano, un beau Steinway évidemment "préparé"  pour ce genre de recherches sonores avec pinces à linge et patafix auquel s'ajoute tout un set de “jouets” électroniques : un Moog, un synthé analogique, une boîte à rythmes, un métallophone intratonal  expliquera Franck Bergerot! C’est parti pour un festival de “sons machiniques”... Là, je cite Laurent De Wilde, connaisseur de ces “fous du son”, dans un petit bouquin formidable sur Robert Moog aux éditions de la Philharmonie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On se croirait sur un dance floor-l’un des titres rend d'ailleurs hommage à Giorgio Moroder, sorcier du disco, grand producteur de disques et de musiques de films qui a enregistré autant Bowie (“Putting out Fire” in La Féline ) que Daft Punk, Blondie qu’Arcade Fire, Nina Hagen que Queen…Pas que du "boum boum electro disco" donc.

La surprise est de taille, d’autant que l’on a accueilli Delphine Deau à Avignon dans un tout autre contexte, avec le quartet Nefertiti, dans le festival pour la cuvée 2019. J’ai d'autant plus hâte de l’entendre revoir à sa manière Dowland  à Parfum de jazz, le 16 août prochain. Pourquoi pas, après cette incursion “Far far away” dans le “vertige analogique” en se souvenant de Jean Sébastien, annonce son complice. Il y aurait même une certaine logique...attendons son "Prepare for Dowland".

 Que dire de cette performance au rythme très soutenu qui évoque une fougueuse techno sur des séquences pour la plupart enregistrées avec ( trop ) peu de chorus à mon goût? Une musique festive, plus dans le rythme que le sentiment?  Le concert étant un laboratoire vivant, gageons que d’ici un an leur projet aura évolué...remodelant leur écriture de performance en performance selon le principe même du jazz.

 

CODA

Les jeux étant faits, le jury va longuement délibérer et leur choix se partager entre les groupes les plus saisissants, remplissant le contrat du tremplin. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises puisque la palme ira au dernier duo où l’alliage jazz et électro fonctionne, après un match très disputé où la voix du président qui a su mener l'affaire sera déterminante. Avec autorité Stéphane Kochoyan annonce ce palmarès qui confirme que le jazz essaie d’intégrer les styles les plus divers, d’évoluer tout en s’adaptant. Je crois comprendre ce qui a pu plaire à une partie du jury dans la tentation de Cosmic Key d' absorber et réinventer un autre style qui a fait ses preuves. Mais il faudrait que la part de jazz sorte davantage de l’ombre ou plutôt des nuages flottant dans la nuit qui remuait  ce vendredi.

 

Palmarès :

 Cosmic Key obtint le Grand Prix du Jury (enregistrement et mixage au studio de la Buissonne et première partie d’un concert du festival).

Delphine Deau piano, effets, Alex Nouveau piano, effets.

Prix de composition : Emanuel Van Mieghem, le contrebassiste de Mojo Jojo.

Emanuel Van Mieghem contrebasse, Warre Van de Putte saxophone, Roeland Celis guitare, Umberto Odone batterie. 

Prix du meilleur instrumentiste :  la paire inséparable d’ A+B.

Simon Riou saxophone alto, Sebastian Sarasa sax alto et baryton.

Prix du public : Hugo Diaz quartet.

Hugo Diaz saxophone, Alexandre Cahen piano, Louis Cahen batterie, Vladimir Torres contrebasse

 

Ainsi s’achève une bien belle édition avec des groupes de qualité habilement sélectionnés, des jeunes formations qui mixent nationalités, styles et cultures. Un vrai rêve de jazz qui confirme que ce Tremplin a toutes les bonnes raisons pour compter dans mon paysage musical.

 

Je me souviens de Sylvie Azam, l’une des photographes du Tremplin qui nous a quitté cette année. Et je n’oublie pas Pascal Anquetil, compagnon de jury qui nous manque à qui j’adresse une pensée affectueuse.

 

Un grand merci à mes photographes habituels du Tremplin Claude Dinhut et Marianne Mayen.

 

Sophie Chambon

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2023 2 25 /07 /juillet /2023 09:44

Denis est mort hier, 24 juillet 2023, emporté par la maladie. Cette photo date du dernier concert solo où je l’ai écouté, en septembre 2021 au festival de Trois Palis. Je l’avais retrouvé en 2022 à la Dynamo de Pantin dirigeant d’un clavier numérique l’Orchestre des Jeunes de l’ONJ, qui cette année là jouait son répertoire de l’ONJ. Et depuis des années, on se voyait à Sète ou dans la région, lors de mon escale annuelle à Montpellier. Dès 1982 j’ai assisté avec ferveur et enthousiasme à ses concerts, que j’ai chroniqués dans la presse spécialisée, et diffusés sur France Musique. J’admirais le pianiste singulier, le compositeur et l’arrangeur de très grand talent. J’aimais l’Ami plein de fantaisie, à l’humour décapant nimbé de bienveillance. Les mots me manquent. Adieu l’Ami

Xavier Prévost

Partager cet article
Repost0