Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 18:01

Absilone/Socadisc.

Crestiano Toucas, composition, accordéon, voix, Prabhu Edouard, percussions, tabla, voix, Amrat Hussain, percussions, tabla, voix, Thierry Vaillot, guitare.

 


Instrument mondial, s’il en est, l’accordéon se plaît dans tous les registres. Sous les doigts de  Crestiano Vasco, il est résolument planétaire. Pratiquant le Victoria, cher à Richard Galliano, il eut l’honneur de plaire au maître du New Tango. Tout comme le niçois, l’instrumentiste occitan d’origine portugaise conçoit son expression sans s’imposer de frontières. Il n’empêche : son penchant l’oriente vers l’univers latin. Dans son dernier album, il ouvre son spectre, « sur les traces de Vasco de Gama ». La petite formation prend des accents ibériques avec le guitariste Thierry Vaillot et indiens avec les percussionnistes et joueurs de tabla Amrat Hussain et Prabhu Edouard . L’ensemble mariant parties instrumentales et vocales sans se départir d’une pulsation rythmique permanente. C’est un périple qui nous mène sur tous les continents, avec un plaisir de jouer communicatif.    

Jean-Louis Lemarchand

Toucas Trio (Toucas-Vaillot-Hussain) sera en concert le 23 août à La Garde Adhémar (26)pour le festival  Parfum de Jazz (parfumdejazz.com) avec en première partie le trio de Ludovic Beier.

 

Partager cet article
Repost0
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 10:31
Remise du prix du meilleur instrumentiste :Thomas Ehnco (Président du Jury), Sam Comerford (Prix du soliste) Robert Quaglierini (co-président du Tremplin)

Remise du prix du meilleur instrumentiste :Thomas Ehnco (Président du Jury), Sam Comerford (Prix du soliste) Robert Quaglierini (co-président du Tremplin)

Grand Prix du Jury : Own your bones Jonas Engel (as),Sebastien Gille (ts), David Helm (cb), Dominique Mahnig (dm)

Grand Prix du Jury : Own your bones Jonas Engel (as),Sebastien Gille (ts), David Helm (cb), Dominique Mahnig (dm)

Walter SEXTAN (Prix du public Rémy Savignat guitare et composition, Reno Silva Couto sax et percussions, William Laudinat tp et machines, Guillaume Pique trombone, Grégoire Oboldouieff basse électrique, Simon Portefaix guitare percussions)

Walter SEXTAN (Prix du public Rémy Savignat guitare et composition, Reno Silva Couto sax et percussions, William Laudinat tp et machines, Guillaume Pique trombone, Grégoire Oboldouieff basse électrique, Simon Portefaix guitare percussions)

Rémi Savignat (prix de la composition) du Walter Sextan

Rémi Savignat (prix de la composition) du Walter Sextan

  

Après le plus grand festival de théâtre du monde, début août commence à Avignon, un autre festival de musique, de jazz, qui plus est. Moins médiatisé, assurément moins connu même s’il en est à sa 26 ème édition. Cette organisation solide, créée par quelques passionnés en 1992 dans le quartier difficile de la Barbière, puis dans le square Agricol Perdiguier, a pris ses marques dans un lieu unique, le Cloître des Carmes, dans un périmètre magique autour de l’Ajmi ( LA scène jazz avignonnaise), le Palais des Papes, les cinémas Utopia, sous la co-direction de deux présidents très impliqués Robert Quaglierini et Jean Michel Ambrosino. https://www.tremplinjazzavignon.fr/

Loin d’être une grosse machine comme Marciac, qui se déroule en même temps, l'Avignon Jazz festival a vu sa durée augmenter avec les années de façon raisonnable, suivant l’actualité du jazz; soutenu par des collectivités locales et des partenaires privés efficaces, il résiste aux incertitudes des réservations et à la versatilité du public, soumis à des choix pléthoriques. Une folie dans cette Provence, justement appelée « Terre des festivals » avec plus de 300 manifestations l’été ? Non, un rendez-vous annuel incontournable (pour moi) qui présente l’originalité d’un festival et d’un tremplin. Donner à entendre un jazz pluriel, même si ce n’est jamais assez ouvert pour certains, en présence d’un jury attentif, présidé cette année par le jeune pianiste Thomas Enhco, qui s’était produit il y a juste deux ans, en trio dans son Fireflies. Au creux du festival, s’insère un tremplin européen (ceci est important) de 2 jours qui ne retient que six groupes sur la centaine qui candidate. Un espace d’expression et d’affrontement amical pour ces jeunes européens, l’occasion de rencontrer des musiciens du même âge, parfois très jeunes, et de voyager dans le sud de la France. Et puis la chaleur de l’accueil et du climat est à la hauteur de la générosité de la manifestation. Le Tremplin offre 500 euros pour le prix du meilleur instrumentiste, le prix de la meilleure composition et celui du public. Il existe en effet un prix du public, appelé à donner son avis et à voter pour désigner son lauréat!  Pour le Grand Prix du jury, le festival offre une séance d’enregistrement chez Gérard de Haro à La Buissonne, le studio vauclusien qu’on ne présente plus et une première partie de concert l’année suivante.

Jeudi 3 août

Le premier groupe Walter Sextan est un sextet français du Sud-ouest, présenté par le guitariste Rémi Savignat, leader et auteur des compositions. D’emblée séduisant par le son d’ensemble qu’il dégage, l’univers des timbres et des couleurs, l’ambiance qui fait référence au rock, au R&B des années soixante-dix. Très agréable, une belle mise en oreille avec quelques compositions qui retiennent l’attention comme « Sarajevo ».

Le deuxième groupe Raphael Herlem est un quintet français mené par un saxophoniste baryton et alto, auteur des compositions dont une suite conceptuelle qui va se révéler décevante dans le rendu. La rythmique puissante étourdit et les solistes ne pourront pas tirer leur épingle du jeu. Ce qui est dommage pour l’harmoniciste ainsi que le claviériste, insuffisamment mis en valeur. Sans doute est-ce dû à un choix de réglages malheureux du groupe, en dépit du talent du sonorisateur Gaetan Ortega. Ainsi des couplages intéressants sont masqués par des effets et un son trop peu organique.

Le troisième groupe Own Your Bones  crée la surprise : ce quartet allemand de Cologne,décidément le vivier de la jeune génération jazz, avec un style, une école qui a le vent en poupe, adopte un parti-pris tranché, dans une interaction parfaite entre un contrebassiste qui sait user de l’archet et un batteur au jeu intense. Quant aux deux soufflants, ils maîtrisent subtilement les unissons qui ravissent au sens propre. On applaudit cette volonté de prendre des risques dans les ballades comme dans les morceaux plus free. Elle se sent, la cohésion de groupe et cette interaction si efficace quand il s’agit de jouer vite. Un jazz aux contours très progressifs qui se réinvente en direct. Une présentation des plus simples pour une musique délicieusement compliquée. Les Nordiques savent toujours intégrer le jazz à leur culture d’origine. Ils jouent de façon décomplexée, faisant preuve d’une sérénité vibrante.

La première soirée s’achève et nous sommes contents de cette sélection qui ne laisse pas indifférent. La nouvelle façon de procéder engage en amont le comité organisateur : une écoute, tranquille grâce au cloud, évite les erreurs passées de l’ancienne organisation, où l’orientation, après l’écoute successive de plus de quatre-vingt titres en aveugle, était nettement plus aléatoire.

Vendredi 4 août

 Début août, quand Avignon retrouve ses aises, les habitants leur maison, quand les affiches ne lézardent plus les murs, ne jonchent plus le sol, il peut souffler un mistral violent et glacial, éclater un orage diluvien... S'il fait toujours chaud,cette année, c’est la canicule avec des pointes de plus de 40° et des records de chaleur dépassant ceux de la terrible année 2003. Une relative accalmie, à la nuit tombée, permettra cependant de goûter à la musique des groupes du concours.

Odil est le premier groupe présenté par la Belgique, autre pays nordique fidèle du tremplin grâce au travail patient de Willy Schuyten, responsable du label JazzLab, qui a toujours su convaincre les jeunes musiciens de tenter l’aventure. Pourtant, ce quartet ne convainc pas avec une musique d’effets, certes travaillés, une volonté de construire des climats qui peinent à mettre en scène une histoire. D’aucuns parleront même de "musique pessimiste", j’avancerai plutôt "bizarre"  avec des sons étranges, dissonants, aigres même. Où veulent ils nous conduire ?

 

Changement  assez radical avec le groupe suivant, Haberecht 4, un quartet allemand emmené par la saxophoniste Kerstin Haberecht : une musique plus « classique », confortable, avec des qualités et un charme certains. Mais demeure une certaine frilosité, la peur de concourir? Quel dommage que la saxophoniste ne se projette pas davantage.

Dernier groupe du concours, le trio Belge Thunderblender montre des individualités vraiment formidables, à la complicité plus qu’affirmée : gestuelle expressive du batteur allié à un son original, un sax ténor envoûtant où s'entend le souffle mouillé de Ben Webster, un phrasé flottant façon Lester Young. Mais le jeu de Sam Comerford, Dublinois et Bruxellois d’adoption, qui dirige le trio, n’est pas sans attrait au sax basse qu’il arrive à rendre souple, moelleux, presque aérien. Impérieux dans les ballades, on s’inquiète du programme un peu lisse jusqu’à ce que le groupe se rapproche d’une esthétique free. En fait, ils sont capables de tout jouer.

Le concours est terminé et tandis que le public vote et que les musiciens font le boeuf, relâchant enfin la pression, avec un « Body and Soul » vraiment original, le jury débat, parfois vivement, confrontant ses arguments dans une discussion très animée. Comment faire venir plus de groupes de style différents, ouvrir à d'autres pays sudistes? Convaincre plus de musiciens français de jouer le jeu et tenter l'aventure?

Le résultat équilibré, cette année encore, donnera le Grand Prix au 3ème groupe du premier soir Own your bones, le prix du meilleur instrumentiste au saxophoniste du dernier groupe, Sam Comerford, le Prix de la meilleure composition à Rémi Savignat, le prix du public revenant à Walter Sextan. Alors que Thomas Enhco et Franck Bergerot s’entretiennent avec certains des perdants, les vainqueurs font retentir leur joie. Une nouvelle édition s’achève avec un cru charpenté et délicat qui ira enregistrer au studio la Buissonne chez le maître de Haro et fera la première partie d’un des concerts du festival l’an prochain.

 

Revenons justement aux concerts du festival proprement dit : le groupe de la pianiste et chanteuse australienne Sarah McKenzie a connu un franc succès, remplissant à ras bord le Cloître des Carmes, pour l’ouverture du festival, dans son programme autour de « Paris in the rain » avec Pierre Boussaguet, Hugo Lippi, Sebastian de Krom. Un groupe sensiblement différent de celui entendu au Mucem l’an dernier mais toujours une technique élaborée pour un répertoire qui puise dans la tradition américaine. Une classique mais convainquante performance de la (jeune) pianiste dont la blondeur n’avait d’égale que la douceur. Bon point pour le retour de Michel Eymenier en Directeur artistique, après 3 ans d’absence, lui qui fut l’un des fondateurs de l’événement avec JP Ricard, président de l’Ajmi.

Très différent était le programme du vendredi soir, avec moins de public, pour une soirée pourtant originale, dominée par des personnalités attachantes de la scène hexagonale, le pianiste Andy Emler dans son solo singulier autour de Ravel et le Sons of Love du groupe explosif de Thomas de Pourquery, "un groupe de rock déguisé en jazz". Le saxophoniste est un membre actif du survitaminé MegaOctet d’Andy Emler, qui fut, on s’en souvient, la vedette incontestée d’une folle soirée du festival en 2008 : une évidente fraternité unit les deux musiciens, adeptes d’un humour potache et toujours tendre.

N’ayant pu entendre ni le Cd de Supersonic Pourquery, ni la version théâtrale de My own Ravel avec comédien, écrite par Anne Marie Lazarini d’après le livre de Jean Echenoz, Ravel, sorti en 2006 aux Editions de Minuit, je me réjouis de l’aubaine, pouvoir entendre en live ces musiciens. Voilà encore une preuve de la diversité de formes de cette musique qui a(urait) cent ans cette année. D’ailleurs, avant de présenter la soirée, Michel Eymenier fait entendre quelques mesures bienvenues (en 2017), en blindfold test, de l’Original Dixieland Jass Band, « blanc comme une hostie » selon les mots du critique du Monde dans son article du 7 août, intitulé Le premier disque de jazz. Jazz ou « jass », on sait que l’appellation de jazz est loin d’avoir fait l’unanimité parmi les musiciens noirs, justement. De quelle couleur est le jazz d’ailleurs ? Je ne saurai trop conseiller de lire à cet égard la réponse précisément éclairante de Franck Bergerot à l’article de Francis Marmande

http://www.jazzmagazine.com/quelques-eclaircissements-caractere-symptomatique-premier-disque-de-jazz-enregistre-1917/

 Le pianiste tire astucieusement parti de son solo pour présenter, annoncer des anecdotes significatives sur les dix dernières années de la vie de Ravel, depuis sa traversée sur le Normandy, sa folle tournée US en 1927, sa rencontre avec Gershwin et surtout la maladie qui toucha le compositeur à la fin de sa vie, où il fut selon une autre belle formule de J. Echenoz, « un peu absent de lui-même ». Cet exercice de style, pastiche brillant, qui faisait revivre le compositeur sur le Cd, est ce soir, une variation selon l’instinct et l’instant, d’un pianiste dont les doigts courent sur les touches, au gré de sa fantaisie et d'une mémoire qu’il a vive. Ce n’est plus exclusivement du Ravel (Concerto en sol « conçu non pas pour le piano mais contre lui », « Ma Mère l’Oye », le ressassé « Boléro » dont le succès surprenait Ravel lui-même, vu sa facture)… Beethoven, Bach, Gershwin, entrent dans la danse. Il est revigorant d’entendre ce récital emlerien au sein d’un festival de jazz. Mais peut-on aimer le jazz sans vibrer à Ravel ?

Vient ensuite le Supersonic de l’altiste Thomas de Pourquery (vainqueur d’un tremplin eh oui, il a obtenu le 1er Prix d’orchestre et de soliste à la Défense, en 2002 avec le tromboniste Daniel Zimmermann). Qu’il s’essaie au chant en croonant, anime la fanfare Rigolus, soit sideman de n’importe quelle formation, il est repéré. Jusqu'à se lancer à jouer au cinéma cet été. Qui sait?

Donc, ce n'est pas seulement pour sa grande barbe et ses rutilantes boots rouge, sa gentillesse évidente et son énergie débridée au saxophone qu'il se remarque. Il ne décevra pas ce soir encore, avec cette première formation en leader qui « visite » SunRa, sans refaire le show du Sun Ra Arkestra, compositeur psychédélique, icône de la musique électronique, pionnier de l'afrofuturisme, explique le saxophoniste.

Un équipage solide et vibrant pour cette embardée dans l’espace, avec des soufflants aussi originaux qu’énergiques qui, suivant le leader, chantent aussi. Une musique d’influence, si ce n’est sous influence, illuminée par le jazz déjanté et mystique de Sun Ra, irrigué de rock et de blues. Sans pour autant suivre la philosophie très singulière de Sun Ra, TdP prône un amour universel qui n’a rien de mièvre, qui prend toute sa force sur scène quand il est servi par des musiciens aussi brillants. Si le batteur Edward Perraud est insurpassable dans sa gestuelle ébouriffante, fougueux, impatient et toujours bondissant à la façon d’un Keith Moon sur des tempi enflammés, le trompettiste bugliste Fabrice Martinez (découvert, pour ma part, en remplaçant de Laurent Blondiau dans un concert du Méga à Jazz à la Tour d’Aigues en 2010), est incroyable. Puissant et souple, élégant, quand il s’arcboute, le son se projette haut dans le ciel avignonnais. Au lieu des 25 membres du vaisseau, au son free orchestral de l’original, ils ne sont que six dans cette troupe, à embraser le cloître avec des compositions free ou lancinantes comme « Slow Down » et surtout ce « Simple forces ». TdP s’en tire admirablement en réussissant à faire chanter le public, ce qui n’est jamais gagné. Tous adhèrent à  ce cosmic jazz : s’il n’y a pas beaucoup d’étoiles dans le ciel du cloître, la nuit remue et un vent libérateur est venu rafraîchir un public qui apprécie un certain sens de la transe, de la mélodie et d’un jazz vif, un engagement authentique. On se laisse volontiers emporter par une déferlante aussi réjouissante. Un moment de grâce tant musical que climatique, la canicule ayant momentanément abandonné le terrain. Est-ce un signe ? On voit surgir, à la fin du concert, dans les ailes du cloître, alors que TdP tombe dans les bras de son pote Andy, tous les bénévoles, heureux de manifester leur plaisir; ils scellent pour moi la fin de ce festival, puisque je n’assisterai pas au dernier concert, celui du Robert Glasper Experiment.

La petite histoire du festival continue de s’écrire, Avignon reste un lieu d’ouvertures, de passages, toutes frontières abolies. Le Tremplin Jazz poursuit l’aventure lancée par ces passionnés de jazz, soutenu par une vaillante et résistante équipe de bénévoles, des plus fidèles, que l’on retrouve chaque année avec plaisir. Et qui fait tourner le tremplin et le festival. Que ce soit la dynamique team du bar où officient Cyril et Jean Charles (« le bar est ouvert »), les trois formidables et infatigables chauffeurs, Dominique, Patrick et Serge qui convoient musiciens, groupes du tremplin et jury à n’importe quelle heure. Ou encore les photographes Sylvie Azam, Jean Henri Bertrand, Claude Dinhut et Marianne Mayen (photos de l'article) , sans oublier Jeff Gaffet, l’homme-orchestre, chargé de production, toujours sur le pont, disponible et de bonne humeur. Souhaitons à cette manifestation sensible de se renforcer et de garder longtemps une place méritée dans le paysage du jazz hexagonal.

Sophie Chambon

 

Sam Comerford ( Thunderblender)  Prix d'interprétation

Sam Comerford ( Thunderblender) Prix d'interprétation

Own your bones Jonas Engel (sax alto) et Sébastien Gilles (sax tenor)

Own your bones Jonas Engel (sax alto) et Sébastien Gilles (sax tenor)

Partager cet article
Repost0
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 18:08

Charles Lloyd (saxophone ténor, flûte alto), Jason Moran (piano), Reuben Rogers (contrabasse), Eric Harland (batterie)

Montreux, 30 juin 2016 & Santa Fé, 29 juillet 2016

Blue Note 006 02557 649888 5 / Universal

 

Ce 'Nouveau Quartette' est en fait le même que celui du disque «Rabo de Nube» publié en 2008 par ECM. Mais cela n'enlève rien à la qualité de la musique ici proposée ; bien au contraire. On est manifestement en présence d'un groupe en parfaite osmose, rôdé par une décennie d'échanges. Capté en concert, à Montreux (la première plage, Dream Weaver, un souvenir de 1966, avec Keith Jarrett, Cecil McBee et JackDeJohnette) et à Santa Fé (Nouveau Mexique) pour les six autres plages, ce disque est une sorte de travelling thématique sur le répertoire de Charles Lloyd, de Passin Thru, gravé en 1963 au sein du quintette de Chico Hamilton, et How Can I Tell You (sur son premier album en leader, «Discovery», en 1964), jusqu'à la pièce conclusive, toute récente. On aura sans doute le droit de préférer sa magnifique sonorité voilée, au sax ténor, à ses timbre et phrasé mal assurés à la flûte, mais assurément ce disque est un grand témoignage de l'art singulier de ce musicien, ici magnifiquement entouré, comme naguère dans le groupe de 1966-69 avec Jarrett et consorts. Jouage intense, solistes de haut vol (et Jason Moran culmine !) : c'est un sacré bon disque qui rend justice à Charles Lloyd, dont quelques épisodes phonographiques précédents avaient été assez décevants.

Xavier Prévost

 

Un extrait du CD : le thème-titre sur Youtube

https://www.youtube.com/watch?v=ADoQgN_4Llo

Partager cet article
Repost0
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 15:49

Giovanni Falzone (trompette, électronique), Filippo Vignato (trombone), Fausto Beccalossi (accordéon, voix), Giulio Corini (contrebasse), Alessandro Rossi (batterie)

Cavalicco (Province d'Udine, Italie), 2-3 février 2017

Cam Jazz CAMJ 7915-2 (Harmonia Mundi)

 

Le trompettiste Giovanni Falzone est assez peu connu dans notre pays, si l'on excepte ses concerts avec le pianiste Bruno Angelini, ou sa participation aux groupes de Francesco Bearzatti, maintes fois programmés dans les festivals et concerts de l'Hexagone. Le voici de retour, avec son propre groupe, et une brochette de partenaires que, pour la plupart, nous découvrons. L'argument, le prétexte ou le concept du disque (c'est au choix, et finalement cela pourrait être de peu d'importance....) c'est l'équilibre cosmique qui assure la stabilité des planètes en mouvement dans un univers que l'on devine infini. En fait, on peut n'y voir que métaphore de cet équilibre périlleux, et jouissif, qui associe cinq musiciens-interprètes-improvisateurs dans un répertoire où se mêlent la mélancolie de l'attraction lunaire, la virulence calorique du soleil, les rotations obstinées de la terre-mère et l'appel infini des étoiles au firmament. Le tromboniste est passé par le Conservatoire de Paris (CNSMDP) et son département de jazz, ce qui a valu à quelques amateurs parisiens de faire sa connaissance. L'accordéoniste est presque un vétéran, qui a joué en duo avec Al Di Meola ; le contrebassiste a travaillé avec Stefano Battaglia et Enrico Rava ; quant au batteur, il évolue entre le jazz classique et le jazz contemporain, et faisait déjà partie de groupes précédemment rassemblés par Giovanni Falzone, avec lequel il a aussi joué en duo. D'entrée de jeu, la musique nous invite à ces phénomènes d'attraction mutuelle tellement prisés du jazz, et qui font que les instruments se répondent, s'affrontent et se liguent dans un ballet permanent dont le souple balancement est la langue commune. Le rougeoiement énigmatique de la planète Mars sera ensuite prétexte à un festival de dissonances mystérieuses, ouvrant une mélodie posée sur des harmonies escarpées. Chaque thème, sous prétexte d'une nouvelle image, ou d'un nouvel imaginaire, nous embarque vers d'autres planètes, mais l'essentiel est ailleurs : dans une très belle expressivité de chacun des instrumentiste, avec un indiscutable sens du jeu collectif, le tout gouverné par une sorte d'effervescence qui culmine dans les improvisations de l'accordéoniste quand il double à la voix le phrasé de ses lignes instrumentales. De plage en plage une vraie réussite se dévoile, dans la diversité des approches comme dans la richesse des développements improvisés. Hautement recommandable donc, et comme tous les bons disques à écouter plusieurs fois, pour en extraire la substantifique moelle.

Xavier Prévost

 

Un avant-ouïr sur Youtube

https://www.youtube.com/watch?v=RJmk29_WgME

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 18:20

Louis Sclavis (clarinette, clarinette basse), Sarah Murcia (contrebasse), Christophe Lavergne (batterie), Sylvain Rifflet (saxophone ténor, clarinette)

Gütersloh (Allemagne), 2 février 2017

Intuition INTCHR 71323 / Socadisc

 

Onzième volume de la collection 'European Jazz Legends' qui associe le Théâtre de Gütersloh, le magazine allemand Jazz Thing et la radio publique de Cologne, la WDR. Cette fois, après Henri Texier, Michel Portal et Daniel Humair c'est, parmi les représentants de la scène hexagonale, au tour de Louis Sclavis d'être honoré en qualité de légende européenne du jazz. Distinction plus que méritée, et qui nous vaut le plaisir de découvrir, lors d'un concert dans ce théâtre de Rhénanie du Nord-Westphalie, un nouveau groupe, variante d'un quartette entendu l'an dernier au Triton, et où à la place de Sylvain Rifflet on pouvait écouter Benjamin Moussay. Outre le plaisir d'y entendre les compositions de Louis Sclavis, on peut y découvrir d'étonnants mélanges de timbres, antagonistes ou au contraire complémentaires. Tour à tour la clarinette basse et le saxophone ténor se complètent ou s'opposent, et les deux clarinettes se confondent ou s'affrontent. Louis Sclavis laisse aussi largement place à Sylvain Rifflet pour exprimer son lyrisme singulier, où se mêlent lignes escarpées et profondeur de l'expression. Sclavis est magistral, mais sans lourdeur ni emphase, et le tandem rythmique Sarah Murcia-Christophe Lavergne fait montre d'une qualité extrême. Bref on ne peut ignorer cette nouvelle page, et ces nouvelles plages, de Sclavis, avec en bonus un bref entretien en anglais pour la WDR.

 

À signaler : la présence de Louis Sclavis comme invité, en compagnie du trompettise Michel Marre, dans le nouveau disque du trio 'LPT 3', qui associe le batteur Christophe Lavergne, le tromboniste Jean-Louis Pommier et le tubiste François Thuillier (LPT 3 «Vents Divers», Yolk Music / l'autre distribution).

.

Xavier Prévost

 

LPT3 'Vents Divers' sur YouTube 

https://www.youtube.com/watch?v=RL_MVNw-Hdg

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 18:07

Ambrose Akinmusire (trompette), Sam Harris (piano), Harish Raghavan (contrebasse), Justin Brown (batterie)

New York, Village Vanguard, janvier 2017

Blue Note 002681402 / Universal

 

Un double CD qui rassemble le meilleur de quatre soirées dans le célèbre club de la 7ème Avenue, sanctuaire indiscutable de bien des sommets de cette musique depuis 60 ans, et plus. Le trompettiste nous avait habitué depuis son apparition dans le paysage jazzistique à une position constante de singularité, d'irréductibilité.... Et l'on s'épuiserait en vain à la circonscrire à quelque influence ou filiation. Il ne sort pas de nulle part, bien évidemment, et il est venu à nous, progressivement, avec dans son bagage le passé d'une musique déjà plus que centenaire. Qu'il évolue sur des canevas raisonnablement abstrait ou sur des thématiques aussi chantantes qu'un standard de derrières les fagots, le trompettiste nous subjugue par la force de son expression, liée à une intelligence musicale sans faille. C'est, penserez vous à juste raison, le propre du jazz que de mêler le feeling le plus intense à la densité musicale la plus exigeante. Mais cette règle de conduite, presque une règle de vie, se trouve ici magnifiée par l'étendue spectrale du propos. Nous avons là l'un de ces disques qui nous donnent la tentation, pour une heure et plus, de quitter le monde, de nous abstraire, de nous abymer dans les profondeurs de la perception intime et sensuelle d'une musique qui respire aussi l'urgence d'une pensée en mouvement. Les partenaires du trompettiste sont plus que des sidemen : ils partagent son aventure, et quand la voie singulière s'ouvre devant eux pour un solo, ils s'y plongent comme en des abysses où le chant des sirènes les appelle, presque sans retour. Et toujours, dans l'accompagnement, leur discours révèle une présence avérée, dans la tension comme dans la détente. Bref ce disque pourrait bien être un chef d'œuvre. Qu'on se le dise !

Xavier Prévost

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 18:39

Seconde et dernière semaine pour la programmation jazz du festival.

Lundi 24 juillet, le saxophoniste Christophe Panzani faisait revivre, sur scène, l'aventure du disque «Les Âmes perdues», où il avait dialogué en musique, à leur domicile et sur leur instrument personnel, avec sept pianistes. Trois d'entre eux, Yonathan Avishai, Édouard Ferlet et Tony Paeleman, se sont prêtés au jeu de la scène, avec un piano de concert et un piano droit, pour raviver ce beau moment d'intimité musicale.

.

 

     (photo David Abécassis)

Le lendemain le trio Das Kapital administrait une belle leçon de vitalité musicale, entre mémoire de l'héritage jazzistique et dérives transgressives : densité musicale, humour et chaleur communicative étaient au rendez-vous, le tout magnifié par les exceptionnels talents de solistes de chacun.

.

 

(photo David Abécassis)

Le mercredi 26 juillet, le pianiste Yaron Herman donnait en trio, avec grand renfort de technologies diverses, une belle version du programme de son disque « Y » paru voici quelques mois chez Blue Note. La version de scène offre plus d'espace à l'improvisation, à l'expression personnelle et à l'approfondissement musical du matériau thématique : un vrai beau moment de musique.

.

 

Et pour conclure, le jeudi 27 juillet, le saxophoniste Émile Parisien (qui, arrivé avec une journée d'avance, était venu la veille se joindre au rappel de Yaron Herman) nous a offert une magnifique apothéose avec son quartette, en état de grâce, et avec une musique exigeante, pleine de surprises et de détours inattendus. Le très nombreux public, pour qui cela n'était pas forcément conforme à l'idée qu'il se fait du jazz, a adhéré avec chaleur à cette belle proposition artistique.

Xavier Prévost

 

Ces concerts seront diffusés sur France Musique à la rentrée :

Christophe Panzani le 22 septembre à 18h dans l'émission 'Open Jazz'

Das Kapital le 11 novembre à 19h dans l'émission 'Le Jazz Club'

Yaron Herman le 15 septembre à 18h dans l'émission 'Open Jazz'

Émile Parisien le 29 septembre à 18h dans l'émission 'Open Jazz'

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 17:38

 

Après 7 jours de concerts, voici ce que l'on peut retenir de la première livraison des concerts de jazz qui se déroulent quotidiennement, et depuis 1986, dans le cadre de ce festival à dominante classique (mais pas que....)

L'Amphithéâtre du Domaine d'O accueille dans son vaste lieu de plein air de quelque 1800 places ces concerts quotidiens de 22h, précédés à 20h30 d'un avant-concert (mais concert quand même !) qui se déroule sous la pinède, en contre-haut de l'Amphithéâtre, et accueille des groupes de la région. 

Depuis 2005 (avec une pause en 2010 où les concerts retournèrent à la Cour des Ursulines en raison de mésententes politiques locales....) les concerts sont accueillis dans ce grand espace en gradin qui, malgré sa taille, assure une vraie relation de proximité entre la scène et la salle (les artistes en attestent régulièrement).

La première soirée, le lundi 17 juillet, accueillait le Kelin-Kelin' Orchestra, co-dirigé par la saxophoniste Jean-Jacques Élangué et la batteur Brice Wassy, deux musiciens de la scène parisienne, issus du Cameroun, et qui fédèrent autour d'eux la diaspora africaine et antillaise, avec un renfort états-unien de Paris et périphérie. Musique dense et joyeuse, qui mêle un jazz richement arrangé (et joué par une belle section de souffleurs) avec les musiques d'Afrique de l'Ouest. 

Le 18 juillet la grande scène accueillait le chanteur Kevin Norwood, né en Avignon et désormais Marseillais, qui chante une musique originale, et des textes en Anglais dictés par ses racines familiales, avec un sens de l'expression, de la nuance et du jeu collectif qui emporte l'adhésion. Le lendemain la scène accueillait, en solo, le pianiste Bruno Ruder, dans exercice de haut-vol qui mêlait compositions et improvisations, à un niveau musical et pianistique qui laissèrent le chroniqueur pantois.

photo David Abécassis

Puis ce furent le batteur Antonio Sanchez, avec un suite très bien contruite, et servie par des solistes impeccables ; et le trio du batteur luxembourgeois Jeff Herr, dans une véritable défi (surmonté avec éclat) qui consiste à tenir le public en haleine durant 90 minutes en trio saxophone-contrebasse-batterie.

photo David Abécassis

Le guitariste Hervé Samb, avec le renfort du saxophoniste Olivier Temime, a fait briller de mille feux les liens entre le jazz et l'Afrique ; et enfin, le dimanche 23 juillet, le trio de pianiste cubain Alfredo Rodriguez, lequel a conquis le public (mais a laissé sur sa faim le chroniqueur) avec un jazz qui fait la part belle aux sources généreuses de la musique latine. Une belle première mi-temps en somme. La seconde à suivre dans quelques jours.

Xavier Prévost

 

Les cinq premiers concerts étaient en direct sur France Musique (liens de réécoute ci-dessous)

https://www.francemusique.fr/emissions/jazz-montpellier/kelin-kelin-orchestra-en-direct-de-l-amphitheatre-du-domaine-d-o-le-17-juillet-2017-35439 

https://www.francemusique.fr/emissions/jazz-montpellier/kevin-norwood-quartet-en-direct-de-l-amphitheatre-du-domaine-d-o-montpellier-2017-35453 

https://www.francemusique.fr/emissions/jazz-montpellier/bruno-ruder-au-piano-joue-son-nouvel-album-lizieres-l-amphiteatre-d-o-montpellier-2017-35467 

https://www.francemusique.fr/emissions/jazz-montpellier/antonio-sanchez-migration-l-amphiteatre-du-domain-d-o-montpellier-2017-35481 

https://www.francemusique.fr/emissions/jazz-montpellier/jeff-herr-corporation-revisitent-jimi-hendrix-david-bowie-ou-les-beatles-l-amphitheatre-d-o-montpellier-2017-35495 

Les autres concerts seront diffusés ultérieurement (dates ci-après)

Hervé Samb le 4 novembre à 19h dans l'émission 'Le Jazz Club'

Alfredo Rodriguez le 7 octobre à 19h dans l'émission 'Le Jazz Club'

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 08:52
Guillaume Belhomme  LE JAZZ EN 150 FIGURES

 

Guillaume Belhomme

Le jazz en 150 figures

360 pages, Editions du Layeur

39,90€

J’aime beaucoup les anthologies et celle-ci ne fait pas exception à la règle, qui traite du jazz en 150 figures portraiturées, de King Oliver (né en 1885) à Martin Kuchen (né en 1966) ou encore 750 chroniques de disques. Pour chaque période, chaque style, un texte introductif, toujours bien écrit, donne un juste aperçu de la période et de l’insertion du musicien dans l’époque. Rien ne vaut l’angle chronologique pour aborder une musique aussi riche et savante que le jazz, qui ne s’est pas vraiment développée en ligne droite. Mais l’intérêt généalogique et les rapprochements stylistiques ne relèvent pas du seul désir de tracer une cartographie de cette musique, d’en montrer une certaine « continuité » : l’auteur assumant parfaitement sa subjectivité, n’écarte pas les dimensions proprement émotionnelles, esthétiques du jeu ou et de la personnalité de ces artistes.

Si vous désirez vous constituer une discothèque de base, voilà réunis avec cette anthologie de Guillaume Belhomme les principaux enregistrements des musiciens sélectionnés, les historiques et les autres jugés tout aussi passionnants, voire indispensables pour l’auteur, qui anime Le son du grisli, soutient et dirige les éditions Lenka lente. Il continue son travail « historique », commencé aux éditions du Mot et du reste, nous faisant toujours partager ses coups de cœur, autrement dit, ses choix personnels dans chaque discographie. Il n’est pas important, semble-t-il, d’infirmer ou non ses propositions, de « chipoter » sur l’absence de tel ou tel incontournable : laissons-nous prendre par cette vision d’un jazz pluriel, une approche plutôt complète après tout, reflétant aussi des musiques d’aujourd’hui . S’il évoque les grandes figures, Guillaume Belhomme s’intéresse aussi aux moins célèbres, les défricheurs pas toujours reconnus, il dresse une superbe galerie de portraits qu’éclairent les photographies et reproductions de pochettes de vinyls ou CDs : des double pages soit deux portraits pour certains musiciens (Konitz, Portal, Shepp, Braxton, D.S Ware, Peter BrÖtzmann, Misha Mengelberg…). Le choix des photos et photographes est original, on y retrouve très souvent Luciano Rossetti, photographe italien ami du guitariste Garrison Fewell (De l’esprit dans la musique créative , Lenka lente, 2016 ) et du New Yorkais Peter Gannushkin.

Ce sera toujours un plaisir de se plonger, au hasard (ou non) dans la lecture de ces pages, de se laisser porter, de remarquer alors des similitudes, des idées de classement, puisque l’amateur de jazz a une âme de collectionneur, d’obsessionnel…

C’est finalement à une réflexion d’ensemble que ce bel objet nous invite : penser aux formes toujours renouvelées, puisque le jazz s’est nourri de tous les apports générationnels et montre des contours toujours changeants. Evitant de figer le jazz dans une aventure, même singulière, Guillaume Belhomme replace ses figures dans l’évolution de cette musique, en soulignant leur personnalité, les caractéristiques de jeu, l’essence de leur art

Erudit mais jamais pédant, facile à lire, voilà un beau travail de recherche mis en valeur par le « montage » des Editions du Layeur . Vivement recommandé pour animer la partie jazz de votre bibliothèque, faisons-lui une place aux côtés, par exemple, du Dictionnaire du Jazz (Bouquins), des portraits de Pascal Anquetil (Tana éditions) ou encore des livres des éditions Lenka Lente, Parenthèses, Outre Mesure, du Mot et du Reste...

 

Sophie Chambon

 

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 11:19

GERALD CLAYTON : «  Tributary tales »
Gérald Clayton (p), Logan Richardson (as), Ben Wendel (ts), Dayna Stehens (bs), Joe Sanders (cb), Justin Brown (dms), Aja Monet (vc), Carl Hancock Rux (vc), Sashal Vasandani (vc), Henry Cole (perc), Gabriel Lugo (perc)
Motema 2017

Attention, moment fort.
Que tous les vacanciers retardataires, n’hésitent pas une seule seconde : ruez vous sur le dernier album du pianiste Gerald Clayton ! Et si vous vouliez vous baigner par ces temps de fortes chaleurs, nous vous garantissons ici une nage en eaux vives.

On le sent, le pianiste a beaucoup de choses à dire et les moyens de les exprimer tant il peut compter sur un quintet de très très haute volée avec lequel il peut explorer plusieurs formes du jazz des plus straights aux plus modernes. Magnifiquement écrit et dirigé, «  Tributary tales » possède le souffle épique des grands conteurs, de ceux porteurs d’une tradition  séculaire. Il le dit bien d’ailleurs dans ses liners : «  Faire du neuf avec du vieux » !
Gerald Clayton se fait le grand ordonnateur de cette album depuis son ( ou plutôt ses) claviers, juxtaposant les lignes simples et les harmonies complexes qu’il élève avec grâce vers le sommet des muses.
Ben Wendel ( ténor) tutoie ces cimes (sur Envisionnings !) alors que Logan Richardson à l’alto jette des braises sur un feu incandescent maintenu par le maîtres des forges, Justin Brown impérial drummer s’il en est !
Sur deux morceaux, se joignent les voix slamées de Aja Monet et, celle magnifiquement sombre de Carl Hancock Rux sur un morceau totalement envoûtant et fantomatique ( voir la video).

Superbement inspiré, ce nouvel  album de Clayton marque un vrai tournant dans son parcours.
Heureux, passionné et inspiré.
Tout ce que l’on aime en jazz !
Jean-Marc Gelin

Partager cet article
Repost0