Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Anzic/Naîve 2012

Anat Cohen (cl, clb,ss, ts), Jason Linder (p), Daniel Freedman (dms), Joe Martin (cb), Paquito D’Rivera (cl sur 4 titres), Wycliffe Gordon (tb, vc on 2 & 7), Gilmar Gomez (perc on 6,9,10)

anat cohen

 

Pourquoi j’aime Anat Cohen ?

 

D’abord parce qu’elle joue de la clarinette et que c’est l’un de mes instruments préféré dans le jazz. C’est aussi bête que cela ! Mais surtout parce qu’elle en joue avec une incroyable classe et une maîtrise du son et du feeling qui évoque le rêve de la réunion de Buddy de Franco, d’Eddy Daniels ou encore d’un Gabrielle Mirabassi .

Cette jeune musicienne Israélienne, pays où la clarinette est reine depuis le grand Naftule Brandwein, a rompu avec ses racines Klezmer depuis son arrivée aux Etats-Unis en 1996 pour s’ancrer dans un jazz très épuré.

Et si j’aime Anat Cohen c’est qu’en dépit du titre de son album ( « Calroscuro ») qui pourrait laisser penser à quelque clair-obscur mélancolique, Anat Cohen signe là un album joyeux. Une sorte de bonheur de musique que n’inspire aucune mélancolie mystique, aucune hystérie furieuse, juste la douceur d’une musique incroyablement cool et souvent festive.

Avec Anat Cohen, on est aux caraïbes sur Tudo que Voce Podia Ser ou sur un calypso à danser sur Um X Zero. Avec Anat Cohen on est presque en Nouvelle Orléans avec cette version très ralentie de la Vie en Roseoù le tromboniste Wycliffe Gordon donne du blues et de la voix ou dans un procession de mariage aux fins fonds de l’Afrique du Sud avec un blues magnifique sur The Wedding.

Il y a  chez Anat Cohen une telle maîtrise, une telle pureté du son ,qu’elle peut se laisser à l’enthousiasme du groove délicat. Percussive, dansante, techniquement exceptionnelle ( Kick Off), Anat Cohen nous emballe facilement.

La fin de l’album se termine magistralement par ce morceau où Anat s’empare du ténor sur un thème d’Abdullah Ibrahim, «  The Wedding » avec un son énorme et ample !

Il faut se laisser aller à écouter Anat Cohen. Hors de tous sentiers battus, cette jeune femme nous donne une belle leçon d’optimisme. Elle rend simplement et sans prétention un moment de musique plus heureux et plus doux.

Jean-Marc Gelin

Partager cette page

Repost 0
Published by