Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Tribal.jpgEt'CeteraNOW / Codaex

Sortie 11 mars 2010

 

Site de Carine Bonnefoy


Carine Bonnefoy - pianiste, compositrice et arrangeuse - et son 17tet « New Large Ensemble » nous proposent un jazz grand format très soigné. Cette formation fait suite à « outre-Terres » paru en 2007 et joué avec les cinquante trois musiciens du Metropolitan Orchestra. La chef d'orchestre française suit les pas des plus grands en cultivant une préférence stylistique pour Maria Schneider à Carla Bley.

Carine Bonnefoy tient probablement son goût pour les grandes formations de ses premières expériences avec le « Paris Jazz Orchestra », ses projets avec le Metropolitan Orchestra – avec qui elle met en musique le film français « OSS 117 » - sa participation au Swingin’ Europe Jazz orchestra, ses travaux avec Jean-Luc Fillon et l’Orchestre National de France. Bref, les orchestres, Bonnefoy baigne dedans et elle aime ça.

 

Carine Bonnefoy a une écriture raffinée et limpide. Elle utilise tous les éléments indispensables à la structure orchestrale actuelle, employée par les plus grands: maillage des solis et des rythmes, alliage des mélodies et des rythmes, intensités et mer calme, effets dramatiques et envolées fougueuses. Les pièces sont des suites étirées sur la longueur comme pour seoir plus à un grand orchestre de musique classique qu'à un orchestre de jazz.

Les thématiques de Carine Bonnefoy sont aussi celles utilisées par la génération actuelle des musiciens outre-Atlantique: rythmes et sonorités traditionnelles, superposition des couches instrumentales, vocalises qui surplombent le tout (Nelly Lavergne, Deborah Tanguy)... – on oubliera en revanche le pénible « Les larmes de Noé » aux vocalises prégnantes – montrent que la compositrice domine parfaitement son sujet. Bonnefoy a savamment intégré nombre d'influences dans « Tribal »: du jazz le plus classique aux musiques traditionnelles en n'oubliant pas les grands compositeurs symptomatiques de notre société comme Lalo Schiffrin et Ennio Morricone dont l'écriture a marqué la compositrice (« Soul Edge », « Inner Dance »).

Tribal débute par des rythmiques polynésiennes, qui nous régalent d'avance pour la suite du disque. Mais cette accroche se révèle être une petite déception! L'idée « polynésienne » n’est pas approfondie sur le disque - on retrouve « seulement » quelques sonorités et rythmiques très habilement agencées par ailleurs – et finalement le « tribalisme » de la musique ne prend à aucun moment son sens premier. Au contraire même. C'est probablement un choix de l'esthète Bonnefoy, car on remarque de manière générale qu'elle effleure à peine ses influences. La volonté de celle-ci à jouer des compositions complexes est assumée, la musique est par ailleurs parfaitement exécutée et les chorus sont tous consistants (Stéphane Guillaume est passé maître en matière de chorus efficaces et à la demande). Pourtant l'ensemble dévoile un propos neutre et convenu auquel le talent et le métier des excellents musiciens présents ne parviennent pas à se substituer.

C'est à force d'écoutes qu'on apprivoise le timide « Tribal ». Bonnefoy confirme ici et se façonne lentement une place sérieuse dans le sérail des plus grands compositeurs-chef d'orchestre.

 

Jérôme Gransac

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj