Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
doigt-de-l-homme.jpg  Steeve-Laffont.jpg
  Les doigts de l’ homme : "1910" ***
Cristal records/ Harmonia Mundi
Production Lamastrock
Sortie 25 MARS 2010
Steeve LAFFONT: "Swing for JESS"  **
1 CD le Chant du monde




Le jazz manouche est devenu un  véritable filon, et cette année, le centième anniversaire de la mort de
Django ne fait que rajouter une couche. Certains guitaristes sont  des vedettes (plus ou moins médiatisées ) comme Romane, TchavoloSchmitt, les frères Ferré . Il est vrai que ce style hybride  sait s’attirer les faveurs  du public, peut-être parce qu’il renoue avec une certaine tradition et idée du jazz : du swing, de la virtuosité sur des mélodies éminemment populaires. Que demander de plus ?

Steeve Laffont
pour le Chant du Monde dans un album intitulé « Swing for Jess » nous donne dans une version instrumentale réduite ( deux guitares dont une rythmique, une contrebasse, et un violon invité sur quelques titres), un petit florilège de standards, chansons et compositions originales, cuisinées  à la sauce  manouche  « Old man river », «Ain’t misbehaving », « I’ll remember April ». Sur « Meggie style », le violon du grand Costel Nitescu fait entendre une musique  vraiment bien construite, on  retrouve  avec plaisir  le « libertango » de Galliano ainsi réarrangé ,  mais on est déçu par « O samba lec », vraiment peu caliente. Si on reconnaît la joliesse des mélodies, et l’intérêt de certains développements  à  la guitare et au violon, dans l’ensemble, on n’est pas pris par l’émotion et on éprouve même un peu d’ennui à l’écoute de ces treize titres . Sans rien enlever au talent réel de ces musiciens, l’ensemble qui voudrait renouveller le genre est  trop lisse à notre goût .

Les doigts de l’homme
s’avère déjà plus attractif par le titre, une pochette soignée, une présentation raffinée aux tons sépias. On est de retour en 1910. Les musiciens posent dans des costumes d’époque,  déjà portraiturés dans des cadres. Ce décor suranné et cette atmoshère rétro évoquent (allez donc savoir pourquoi) d’autres images qui reviennent en mémoire   les séquences rétro recrées dans un film comme « Butch Cassidy and the Sundance Kid » ou pour rester dans le jazz, le Bix Beiderbecke de JC AVERTY avec Patrick Artero au cornet.
Cet album mêle avec bonheur trois compositions originales du guitariste Olivier Kitkev, des thèmes puisés dans le répertoire de Django, mais aussi ces bonnes vieilles mélodies « Blue Skies » « Blu Lou » I’ve found a new baby », « St James Infirmary Blues »  arrangées avec vivacité et intelligence pour la formation (qui en est déjà à son quatrième Opus).
Tout repose sur la grande cohésion instrumentale de cette bande de  quatre : Olivier Kikteff, Yannick Alcocer, Benoît « Binouche » Convert  aux guitares et Tanguy Blum à la contrebasse. Avec l’appui de Stéphane Chausse à la clarinette sur « Le Boléro » de Django et « Russian Melody »  joué avec une maîtrise qui redonne un regain de vigueur à des mélodies tellement entendues . rien à redire sur cette belle mise en place. Après on peut s’interroger sur la difficulté à cultiver sa différence, à rendre hommage à cette musique , quand on n’est  pas manouche. Reprendre en les revisitant des compositions que le public connaît déjà bien est d’ailleurs un challenge : la sélection des morceaux de Django est toujours problématique. On ne retrouvera donc pas sur cet album parmi les 17 titres « Nuages », « Manoir de mes rêves », mais  « Minor Swing » joué autrement. Car les compositions puisent dans l'univers du groupe qui se nourrit de toutes les musiques du monde avec la volonté de développer un style propre pour les instruments à cordes, de revenir à certains fondamentaux.. Les doigts de l’homme ont réussi leur recentrage sur cette esthétique à la mode, parce qu’elle fait partie de leurs affinités (s)électives.On ne discute pas sur leur choix, mais avec une musique immédiate,  populaire, une interprétation sensible, ouverte au rêve et à l’imaginaire, malgré un tempo  des plus rapides, les doigts de l’homme ont su déposer leur marque et imposer leur griffe dans un style très convoité.

Sophie CHAMBON

Partager cette page

Repost 0
Published by

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj