Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
 
Mekkis - 2009


Derrière l'oeil. "Behind the eye" en anglais. C'était il y a une quinzaine d'années le nom des compilations du label Eye Q, spécialisé dans les musiques électroniques et notamment la transe hypnotique. Loin de cet univers caressant et de retour en français, c'est le nom du troisième album de X Makeena, formation rennaise ambitieuse. Un troisième album atypique, riche et inquiétant.

De feu de cendre de sang d'acier acide en toute fusion et infernales folies et démoniaques colères en tout fracas toute guerre abolissant la frontière entre l'homme et la machine comme Giger lui-même, X Makeena explore la face obscure des futurismes dont notre monde s'enorgueillit, recherche, avec avidité mais peu d'espoir, une lueur. Fin de partie, fin d'un monde. Douloureuse introspection, en soi comme au cœur des soubresauts d'une humanité torturée, cybernétisée, écartelée entre son besoin d'une évolution à tout prix, comme une fuite, une dépendance, et la nostalgie d'une nature perdue. Putain de pureté. Hors du jardin d'Éden, juste avant la matrice, peut-être. Le monde est noir. Et rouge. Et sombre. Comme la pochette, qui hésite entre relecture techno-évocatrice du Seigneur des Anneaux (derrière l'œil, à l'horizon, le sombre seigneur de Peter Jackson) et thermo-graphie inspirée de Turner, flirtant avec l'abstraction.

L'album est difficile à enfermer dans une classification : il s'articule autour de basses et infra-basses puissantes, de rythmiques machiniques à la scansion écrasante, du chant le plus souvent rappé de deux voix ; les formes musicales sont technoïdales, clairement, abreuvée d'electronica, de hip-hop et de dubstep. Mais l'art de X Makeena ne s'arrête pas là : plus qu'une collection de pièces musicales, c'est un spectacle intégral que la formation propose, comme elle l'avait fait pour Instinctive dérive, son précédent opus.

Ainsi retrouve-t-on dans le staff de ces deux albums un metteur en scène (Gildas Puget) et un collectif d'éclairagistes (Light Fx) ; et le cinquième membre de X Makeena lui-même, Karlton, n'est-il pas crédité aussi bien pour la beatbox que pour les "personnages" ? Décors et costumes, en son et lumière, X Makeena explose une frontière de plus, celle qui séparerait avec trop de sérieux le concert de la représentation. On se prend à songer autant à Arkaos qu'à Mick Harris.

X Makeena voit loin, derrière l'œil, d'un regard noir, d'un imaginaire inquiétant. Une approche généreuse de ce que doit être le spectaculaire. Une fuite désemparée, loin de ce que pourrait devenir l'humanité. Derrière l'œil, qui ne sera pas disponible dans les bacs des disquaires, est à peine un disque, que l'on devra se procurer au spectacle (ou, à la rigueur, par correspondance, physique ou virtuelle). L'approche est radicale : on ne devrait pas se contenter de ce que l'on entend. Ouvrir les yeux  au monde. Voir rouge, noir, se souhaiter la bienvenue en enfer. Et souhaiter à l'album une longue vie, pleine de ces rencontres qui enrichissent.

 

Cédric Chort

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj