Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 23:06
Richard Galliano & Sylvain Luc- La vie en rose, rencontres avec Edith Piaf et Gus Viseur.

Milan/Universal. Janvier 2015.

L’accordéon et Edith Piaf ce fut une belle histoire d’amour. En 1940, la jeune parisienne interprétait L’accordéoniste de Michel Emer (1)avec à l’instrument qui était loin du « piano à bretelles » dans les mains de Gus(tave) Viseur. Un belge qui délaissa le musette pour le jazz et donna le meilleur de lui-même avec le Gotha manouche à commencer par Django. C’est justement pour rendre hommage à ces deux artistes de cœur et de caractère, nés il y a exactement cent ans, que Richard Galliano s’est associé au guitariste Sylvain Luc.
Visiblement Richard le méridional a retenu l’ultime conseil que lui donnait le bassiste Jean-François Jenny-Clark (cité dans Jazzman. Décembre 1999) : « Fais attention avec qui tu joues ». Les deux musiciens se connaissent, ne serait-ce que par leur appartenance au label Dreyfus dans les années 1990. Ils s’apprécient et nourrissent la même passion pour ces deux héros de la musique, Edith et Gus. Leur choix se porte sur un répertoire partagé, même si Piaf l’emporte avec douze titres dont les célébrissimes La vie en rose (texte de Piaf et musique de Louguy), Sous le ciel de Paris, La foule ou encore Hymne à l’amour, contre quatre pour Viseur y compris la swingante Flambée Montalbanaise. L’approche est minimale, acoustique, sensible, sans fioritures ni pathos. Ni l’un ni l’autre ne cherche à en rajouter, à étaler sa science. En un mot, le respect mutuel. L’authenticité de Piaf et Viseur nous apparaît dans toute sa force tranquille. L’album devrait plaire aux amateurs de la belle chanson française et aux fans de jazz, ce n’est pas son moindre mérite. Jean-Louis Lemarchand

Richard Galliano et Sylvain Luc en concert le 6 février au Théâtre La Traversière. 75012.
(1). Dans un style différent, on se réfèrera aussi à « Hommage à Edith Piaf » (1994. Barclay-Polygram-Verve) signé par l’accordéoniste Marcel Azzola, qui enregistra en 1954 avec Edith Piaf Sous le ciel de Paris. Dans cet album Azzola donne sa version de L’accordéoniste, La vie en rose, Hymne à l’amour avec des partenaires tels que Stéphane Grappelli, Stéphane Belmondo, Jean-Philippe Viret ou Pierre Michelot.
Partager cet article
Repost0

commentaires

S
vraiment chouette votre article avec Édith Piaf, profitez bien de ces fêtes de fin d'année.
Répondre
P
J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement
Répondre
C
Un super album, je le recommande !
Et ici une vidéo "making off", avec les deux artistes en studio : http://www.dailymotion.com/video/x2gbyez
Répondre