Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 19:21
RUDRESH MAHANATHAPA : " Bird calls"

ACT 2015

Rudresh Mahanthapa (AS), Adam O'Farrill (tp), LMatt Mitchell (p), Francois Moutin (cb), Rudy Royston (dms)

On a coutume de dire que le jazz est affaire d'énergie. Si tel est le cas ( ce que je crois pour ma part) alors nous avons ici une belle illustration de ce que le jazz peut produire de meilleur. Et l'on dit souvent aussi que les grands jazzmen s'illustrent par les formations qu'ils fédèrent autour d'eux. Là encore, le saxphoniste indien réussit un coup magistral en réunissant autour de lui un véritable quintet de feu. Du genre à faire exploser les limites, à se dépenser sans compter comme des boxeurs sur un ring, avec autant de débauche d'énergie que de talents fusionnés.

Rudresh, on le suit dans ces colonnes depuis longtemps. Inventeur d'un language du saxophone mais dans le même temps héritier de Charlie Parker et de Jackie Mc lean, il est le pur produit de ce que le jazz engendre de métissage heureux. Sans aculturation et sans revendicaton identitaire. Simplement par le mélange d'une culture propre avec les idiomes d'un jazz acoustique bop, hard bop ou d'essence coltranienne. Ce sont des créateurs. De ceux qui inventent ainsi un nouveau language et ouvrent de nouvelles portes au jazz. Vijay Yyer, Miguel Zenon ou ...Rudresh Mahanthapa sont ainsi l'illustration de ces nouvelles formes créatrices du jazz qu'ils font naître au pays d'un Oncle Sam ouvert sur le monde.



Avec cet album Rudresh franchit une nouvelle étape. Le quintet y joue à un niveau exceptionnel tout au long de l'album.

Le saxophoniste, inventeur (on l'a dit) d'un nouveau language, réalise des trucs incroyables sur son alto capable de surfer, avec un lyrisme ébouriffant sur une sonorité parkerienne ou de passer dans la foulée à des sonorités et tonalités indiennes auxquelles il est par culture, attaché. Ses sinuosités reptiliennes contrechantent alors avec les flèches brillantes décochées par un Adam O'Farrill ébouissant à la trompette. L'entente entre les deux est étincellante et, même s'ils ne parlent pas exactement le même language ( c'est justement cela qui est passionant !) ils donnent le sentiment d'avoir trouvé un terrain de jeu propice aux émulations les plus riches. Il ya presque quelque chose d'un esprit New orleans d'un autre temps dans cette rencontre-là.



Derrière, la rythmique est galvanisante, survoltée notamment par un François Moutin qui comme à son habitude porte la baraque à bout de bras et la place sur orbite.



"Bid calls" ? L'envol de l'oiseau qui déchire le ciel ou bien hommage moderne à Charlie Parker ?

Dans les deux cas, on prend, et on en redemande ! Ca part dans tous les sens, ça explose, ça brille ! ça feu d'artifice.



Jean-Marc Gelin

RUDRESH MAHANATHAPA : " Bird calls"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

plombier 27/03/2015 23:40

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

electricien 26/03/2015 08:58

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj