Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2018 7 01 /07 /juillet /2018 11:15
THE JAMIE SAFT  QUARTET      BLUE DREAM

THE JAMIE SAFT QUARTET

BLUE DREAM

RareNoise Records

Sortie le 29juin 2018

Jamie Saft (p), Bill McHenry (ts), Bradley Christopher Jones (accoustic bass), Nasheets Waits ( dms)


 

On se souvient du dernier Cd de ce pianiste en solo, sorti en février dernier sur le label anglais Rare Records : multi instrumentiste, ingénieur du son, compositeur, accompagnateur de Bobby Previte, Steve Swallow, Roswell Rudd, Dave Douglas, membre important de l'écurie John Zorn (Masada), Jamie Saft n'oublie pas d'être leader et cette fois, il revient avec un album en quartet, intitulé BLUE DREAM.

Comme dans son précédent album, SOLO A GENOVA, premier solo après 25 ans, où il se réinventait en faisant retour vers la musique américaine, "exemple d'art positif et avant-gardiste  du monde"

Sur les douze compositions, neuf sont de son fait et permettent à son groupe d'improviser, de donner la pleine mesure de son talent avec un Nasheet Waits impérial qui peut brosser des arrière plans doux et soyeux, impressionnistes ("Words and Deeds") mais aussi user d'un drive des plus énergiques. Jamie Saft se livre aussi à une relecture de thèmes qui lui sont chers, une Americana sur mesure, influencée par le patrimoine historique musical nord-américain. On touche en quelque sorte à l'Adn de ce musicien marqué par la vitalité, la pulsation, un goût réel des musiques populaires ( "Sweet Lorraine"ORR. 

Avec un hommage, dès l'ouverture,  avec la composition originale "Vessels", à l'esprit du quartet Coltrane début années soixante, ou encore dans le splendide "Infinite compassion", le pianiste se souvient du passé dans l'exquis "Violet for furs" et parvient à restituer cet esprit mainstream, classique et si nostalgique. Le "Blue dream" qui suit, qui n'est pas un standard, s'intègre parfaitement à l'esprit du jazz : les musiciens connaissent leurs repères et savent s'en affranchir délicatement par une "mise à jour" intelligente.

Si ses modèles pianistiques sont Bill Evans, T.S Monk, Saft arrive à chercher et trouver sa liberté dans les nuances, la progression dynamique, le bouillonnement de son inspiration. Il laisse ses partenaires, bien choisis, suffisamment autonomes, dans des échanges qui prennent alors tout leur sens. Changements de tempi soudains, clarté et swing intriqués (   "Sweet Lorraine"), suavité des ballades au ténor, voilà une parfaite illustration d' une interactivité réussie, au lyrisme sobre, avec une expressivité jamais dépourvue d'émotion. Un album plus qu'agréable à découvrir, rafraîchissant en ce début d'été.

Sophie Chambon

 

Partager cet article

Repost0
25 juin 2018 1 25 /06 /juin /2018 16:00

 

Franck Tortiller (vibraphone, compositions, arrangements), Pierre Bernier (saxophones ténor & soprano), Maxime Berton (saxophones alto & ténor), Abel Jednak (saxophone alto), Joël Chausse (1ère trompette, bugle), Rémy Béesau (trompette, bugle), Tom Caudelle (saxhorn, flugabone), Léo Pellet (trombone), Yovan Girard (violon, voix), Pierre-Antoine Chaffangeon (piano électrique), Pierre Elgrishi (guitare basse), Vincent Tortiller (batterie)

Sceaux, 11-19 novembre 2017 & Auvers-sur-Oise, 19-21 novembre 2017

MCO 06 / www.labelmco.com

 

L'orchestre est le prolongement d'activités antérieures de Franck Tortiller. Après avoir créé et fait vivre l'OJJB (Orchestre des jeunes jazzmen de Bourgogne, entendu encore en juillet dernier au festival de Couches), le vibraphoniste-compositeur rassemble une partie de ses membres dans ce nouveau projet, rôdé en février à la Scène Nationale Les Gémeaux de Sceaux, où Franck Tortiller concluait une résidence de plusieurs saisons. Avec le renfort d'un musicien chevronné, Joël Chausse, dans la fonction de premier trompette, le leader embarque cette nouvelle génération majoritairement bourguignonne (comme lui) dans un répertoire qui privilégie le groove, sur une solide assise rythmique. La musique mêle les échos du présent et l'indispensable référence au passé (Hobo Ho, de Mingus, millésime 1971), avec aussi une combinaison subtile du flow des spoken words (vrai talent de Yovan Girard, qui signe les textes, dans ce registre) et des combinaisons harmoniques d'arrangement 'à l'ancienne'. On sent que Franck Tortiller n'a pas oublié (et à juste raison) sa longue participation au Vienna Art Orchestra de Mathias Rüegg, ce qui ne l'empêche pas d'évoquer l'univers du génial «On The Corner» de Miles Davis (Up and standing). Les solistes sont à la hauteur, les compositions et arrangements conjuguent efficacité et raffinement, et l'on se trouve en présence d'une indiscutable réussite, soutenue pour l'enregistrement par la collection MFA (Musique Française d'Aujourd'hui), et accueillie au sein du collectif Grands Formats. A découvrir d'urgence, sur CD, et aussi dès juillet en concert.

Xavier Prévost

 

L'orchestre jouera le 5 juillet au festival 'Jazz à Couches' (Saône-et-Loire) et le 7 juillet au 'Paris Jazz Festival' (Parc Floral de Paris, Bois de Vincennes). Puis en septembre à Rentilly (Seine-et-Marne), en octobre à Reims et Sceaux, et en novembre à Nevers.

 

Un avant-ouïr sur Youtube

https://www.youtube.com/watch?v=cpsUJcb8Ljk

Partager cet article

Repost0
22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 13:02

 

Sous le titre générique 'A Night At The Winery', le label Cam Jazz (Harmonia Mundi) a suscité six soirées de concerts, du 5 au 10 juin 2017, dans les chais et caves de six vignobles de la région Vénétie-Frioul Julienne. Ce territoire italien, qui jouxte la Slovénie, est réputé pour sa vigne, et notamment pour ses vins blancs. Belle occasion de convier des jazzmen (pas de jazzwomen, pourtant j'en connais qui aiment et connaissent le vin....) à s'exprimer dans ces lieux de culture et de mémoire. Du solo au trio, des propositions musicales très personnelles (et très diverses).

A tout seigneur tout honneur, commençons par écouter Enrico Pieranunzi («Wine & Waltzes»), lequel a chois des valses personnelles, parfois sur les harmonies du blues, parfois avec un fort parfum romantique : vibrant, inspiré, recueilli mais joyeux : un régal.

 

Viennent ensuite des duos, parfois trans-nationaux, parfois italo-italien. Le cosmopolite Roberto Taufic (Honduras, Brésil, avant de choisir l'Italie) dialogue à la guitare ave le clarinettiste Gabrielle Mirabassi, natif de Pérouse mais qui apparemment ne craint pas le Nord (de l'Italie). Leur duo («Nítido e Obscuro») oscille entre langueurs brésilienne et mélancolitalienne , avec quelques beaux éclats rythmiques, autour d'une grille de blues dévoyée notamment. Intime et subtil.

 

L'argentin Javier Girotto, qui a lui aussi choisi l'Italie, improvise au saxophone en compagnie du pianiste classique Michele Campanella («Vers la grande porte de Kiev»). Au menu Stravinski (Tango), Rachmaninov, et pour l'essentiel Moussorgski, avec un parcours très personnel dans Les Tableaux d'une exposition. Hybridation très réussie, entre le lyrique saxophoniste et le pianiste buissonnier, qui manifestement se réjouit de cette complicité scellée dans le vignoble Jerman, du nom d'un Autrichien qui au dix-neuvième siècle planta ses ceps en Slovénie avant de prendre racine dans le Frioul. 

 

Encore un duo, cette fois totalement autochtone, encore que le guitariste vénitien Federico Casagrande vive désormais... à Paris, et que son complice saxophoniste, Francesco Bearzatti visite souvent notre beau pays. Leur disque («Lost Songs»), est une balade empreinte de mélancolie parmi les compositions du saxophoniste : poétique et profondément musical.

 

Viennent cette fois les trios, et d'abord celui qui associe Claudio Filippini (claviers, voix), Andrea Lombardini (guitare basse) et le batteur U.T. Gandhi, dont le patronyme ne laisse pas deviner qu'il est natif du Frioul. Une fusion un peu soul, tendance années 70, joliment troussée, mais qui n'a pas touché le chroniqueur (un peu sectaire peut-être ?) autant que les autres CD de la série.

 

Et pour conclure, le dernier mais non le moindre : un trio qui associe le percussionniste turinois Michel Rabbia à deux français amoureux de l'Italie : Régis Huby au violon, et Bruno Chevillon à la contrebasse. Un disque intitulé « Reminiscence », et un répertoire signé des trois, et que l'on devine improvisé, mais dont la forme et les développements rappellent le meilleur des musique contemporaines écrites : le miracle du talent, du travail, de la concentration, de l'empathie et de l'extrême complicité. Bref pour ces funambules de l'improvisation (qui sont aussi des compositeurs), une étape de plus dans un parcours qui fait honneur à la musique (très) vivante.

Xavier Prévost


 

Partager cet article

Repost0
17 juin 2018 7 17 /06 /juin /2018 16:36

Edyson prod. 2018
Laurence Saltiel (vc), Patrick Villanueva (p), Benoit Dunoyer de Segonzac (cb)


Laurence Saltiel est rare. Trop rare. Et, par là même nous est précieuse.
Il y a déjà une petite dizaine d’année, elle publiait un album dans lequel il était beaucoup question de Bill Evans. Nous entendions alors ses versions de Waltz for Debby ou de My Romance comme jamais nous ne les avions entendu chantées.
Mais depuis ce temps, Laurence Saltiel, très engagée dans la pédagogie à laquelle elle se consacrait corps et âme, avait un peu disparue. Elle revient aujourd’hui en affirmant haut et fort qu’elle est avant tout une grande chanteuse. Et une chanteuse libre, pas prête du tout à se laisser enfermer dans une case de type «  chanteuse de jazz » et hop, emballé c’est pesé.
Car Laurence Saltiel c’est l’amour d’un triptyque indissociable : le chant, la musique et le texte dont aucun de ces trois piliers ne saurait prévaloir sur l’autre.
Qu’elle s’appuie sur les talents de paroliers comme ceux de Lili Chane, qu’elle écrive elle-même les paroles de quelques titres, qu’elle reprenne quelques sublimes titres ( comme le Throw it away d’Abbey Lincoln), qu’elle chante en français, en espagnol ou en anglais, Laurence Saltiel y met à chaque fois son pesant d’âme.
On pleure avec Laurence. On rit aussi avec elle comme sur ce texte drôle et magnifique ( Crime de sang) sorti tout droit d’un univers à la Perec. On jazz avec elle ( Peace again). On s’attendrit à ce très beau et très émouvant texte (Petite Fille) qui mesure le poids des ans passés depuis Waltz for Debby et qui résonne comme l'un des plus bel hommage rendu aux femmes.

Mais avec Laurence Saltiel, la poésie tutoie toujours le swing qu’elle porte comme une seconde peau avec ce mélange de délicatesse, de groove avec un petit air de ne pas y toucher mais qui au final vous fait prendre le beat du bout de la semelle ou en dodelinant de la tête. La richesse expressive de la voix de Laurence Saltiel touche à la perfection, jamais apprêtée et visant au plus juste de l'émotion.
Ses compères font la paire. Benoit Dunoyer de Segonzac maître du tempo et gardien du temple est un compagnon de longue route, tout comme Patrick Villanueva qui ramène son swing élégant.
Ces trois-là sont en phase. En emphase.

Laurence Saltiel chante comme un remède à la mélancolie, comme une façon de dire que toujours la vie, même lorsqu’elle peut nous faire violence, même lorsqu’elle se défend à coup de poings, est belle.
Laurence Saltiel, ivre de vie, est une chanteuse libre, farouchement libre qui prend le vent et nous embarque avec elle.
Jean-Marc Gelin

Partager cet article

Repost0
16 juin 2018 6 16 /06 /juin /2018 21:57

Jazz Family 2018
Geraud Portal (cb), Cesar Poirier (as), Luigi Grasso ( bs), Quentin Ghomari (tp), Vahagn Hayrapetyan (p), Kush Abadey (dms) + Lauent Courthaliac (p), Joe Sanders (cb)


Manifeste ! Cela sonne comme un manifeste : faisons écouter Mingus à nos enfants ! Let my children hear Mingus. Et puis d’ailleurs, je vais vous dire, pas que les enfants. Les adultes, les ados, les vieux, les mourants et les naissants : du Mingus pour tout le monde !

Faut dire, lorsque l’on entend ce double album hommage au contrebassiste de Nogales ( Arizona) on se dit forcement que la musique de Mingus, ses colères, ses coups de folies, ses coups de génie, ses coups au plexus devraient être obligatoire et pas seulement dans les écoles de musique.

Geraud Portal s’empare de son sujet avec une gigantesque gourmandise rabelaisienne, armé d’une équipe de tueurs prêts à mourir sur la scène du Duc des Lombards à Paris. Enregistré le 15 et 16 décembre 2017, ce concert fait partie de ceux auxquels on regrette amèrement de ne pas avoir assisté. Quel con, j’aurais dû y aller ! Car tout dans cet album tutoie les sommets et l’on pense en un clin d’oeil au Mingus Big Band qui, avec d’autres moyens lui rend un hommage hebdomadaire dans un club de New York.
Ici  une dizaine de titres phares de la mythologie Mingusienne avec ces célèbres titres à rallonge en passant par O lord don’t let them drop that atomique bomb on me, Orange was the color of her dress  then blue silk, the shoes of the fisherman’s wife are some jive ass slippers, mais aussi bien sûr Fables of faubus ou encore Moanin.
Et pour réciter ce bréviaire de la mort qui tue, Géraud Portal et ses acolytes allument la mèche explosive de ces thèmes d’anthologie et renversent le club parisien cul par dessus tête. Gérard Portan en chef de meute, sonne la charge entouré de ses banderilleros prêts planter leur banderilles. Et ça joue grave, et ça envoie du petit bois et ça décape sévère avec un Luigi Grasso en tête qui se montre juste Enoooorme au baryton.
Ce hommage Mingus ne digresse pas, ne triche pas, ne réinvente pas Mingus mais joue tout simplement sa musique avec les tripes et le talent en bandoulière.
Totalement jouissif !
Jean-Marc Gelin

Partager cet article

Repost0
16 juin 2018 6 16 /06 /juin /2018 18:57

 

Marjolaine Reymond (voix, électronique, compositions, arrangements), Bruno Angelini (piano, piano électrique), Denis Guivarc'h (saxophone alto), Olivier Lété (guitare basse), Christophe Lavergne (batterie), Régis Huby (premier violon), Clément Janinet (second violon), Guillaume Roy (alto), Marion Martineau (violoncelle), Julien Dubois , Christophe Monniot (arrangements)

Rochefort, 7-9 avril 2017

Cristal Records KPC2017 / Sony Music

 

La compositrice-chanteuse revient, toujours dans un registre inclassable, avec une œuvre très aboutie. Mêlant jazz, rock progressif, musiques électro acoustique et répétitive, poésie, théâtre et mythe de diverses époques, elle a construit un objet musical d'une absolue singularité, en forme de polyptyque à entrées multiples et détours labyrinthiques. Le quatuor à cordes dialogue avec l'électro-acoustique, la voix fait écho au saxophone, les poèmes d'Emily Brontë, Elizabeth Browning et Emily Dickinson s'insèrent dans un univers peuplé de mythes antiques, de bestiaires médiévaux et d'échappées futuristes. Difficile de décrire en détail ce paysage aussi maîtrisé que foisonnant. Une sorte de superproduction cinématographique, mais pour l'oreille. Les jeux rythmiques de la génération Steve Coleman (plusieurs de ses partenaires sont des orfèvres en la matière), les harmonies (avec ou sans les cordes) qui traversent toutes les métamorphoses du vingtième siècle, ce sens de la pulsation qui concilie le meilleur du jazz et du rock, bref ces libertés insolentes font de cet objet sonore à identités multiples une sorte d'art total tel que l'on s'est mis à le rêver, de façon totalement déraisonnable, depuis le milieu du dix-neuvième siècle. Ne cherchez pas l'étiquette qui conviendrait à cette chimère surgie d'un riche imaginaire musical : de la musique, rien que de la (très bonne) musique. Et si, cédant aux démons taxinomiques ou référentiels, j'avoue que son étrangeté me rappelle ce qui me ravissait chez Jacques Thollot à la fin des années 70, c'est juste pour exprimer le plaisir que j'ai eu à m'immerger dans cet outre-monde musical.

Xavier Prévost

 

Le groupe est en concert le 22 juin à Paris au Studio de l'Ermitage

Un avant-ouïr sur Youtube

https://www.youtube.com/watch?v=kaWBelVjWdk

https://www.youtube.com/watch?v=sG5zwmUGndI

Partager cet article

Repost0
7 juin 2018 4 07 /06 /juin /2018 14:59

 

Sébastien Texier (saxophone alto, clarinette), Christophe Marguet (batterie), Manu Codjia (guitare électrique), François Thuillier (tuba)

Rochefort, juillet 2017

Cristal Records CR 260 / Sony Music

 

Le disque a paru en avril, mais je l'ai gardé au chaud pour le chroniquer à l'approche du concert parisien de présentation, le 9 juin. Le deux co-leaders jouaient déjà ensemble, voici 25 ans, dans le trio du batteur (avec Olivier Sens à la contrebasse). Je garde un souvenir très vif de leur participation, victorieuse, avec ce trio, au Concours National de Jazz de La Défense en 1995. Depuis ils ont suivi leurs itinéraires singuliers, tout en se retrouvant régulièrement, y compris dans les groupes d'autres leaders. Leur connivence est maximale, et pour ces retrouvailles ils ont choisi deux fortes personnalités, pour lesquelles ils ont tissé un répertoire de compositions originales qui alternent strictement, sous la signature de l'un puis de l'autre, au fil du CD. Le choix de l'instrumentation (très inusitée) est déterminant : le tuba s'impose par ses fondations pulsatoires, mais aussi comme soliste par l'insigne virtuosité de François Thuillier ; et la guitare conjugue la richesse de ses harmonies avec les solos enflammés de Manu Codjia. C'est sensible dès la première plage, signée par le Christophe Marguet, dont le groove puissant n'érode pas le lyrisme, lequel ne craint pas le paroxysme. Le thème suivant, composé par Sébastien Texier en évocation de Cinecitta, fleure bon la mélodie transalpine, en s'offrant aussi la liberté d'une montée en tension des plus vives. La troisième plage, The Same But Different, paraît hantée par le fantôme de 'Round Midnight, avant de décoller en vertige rythmique. Et le voyage continue, entre des thèmes à la segmentation escarpée (Travellers, le bien nommé) et des mélodies sinueuses sur tempo pacifié (Peace Overtures), sans oublier le tremplin de voltige pour le tuba (Hurry Up) ou la guitare (Eddie H). D'un bout à l'autre, un très très bon disque bâti sur un répertoire totalement en phase avec les membres du groupe : une grande réussite.

Xavier Prévost

 

Le groupe est en concert à Paris le samedi 9 juin 2018 au Triton (Les Lilas, Seine-Saint-Denis)

 

Un avant-ouïr sur Youtube

https://www.youtube.com/watch?v=_xjlLmcJKLI


 

Partager cet article

Repost0
7 juin 2018 4 07 /06 /juin /2018 11:22
JEAN BAPTISTE BERGER    PERSUASIVE

JEAN BAPTISTE BERGER

PERSUASIVE

Jazz Us / Inouïe Distribution

 

www.jeanbaptisteberger.com

Jamais titre n'a été mieux choisi pour tenter de définir la musique du saxophoniste Jean Baptiste Berger et de son quintet européen, avec des complices belges, luxembourgeois, italien, le leader se partageant aussi entre son Reims originaire et Avignon. Son travail s'est élaboré à partir du désir de travailler avec ces musiciens, frères de musiques et de pratiques, rencontrés lors de concerts ou de festivals, Lorenzo di Maïo (guitare ), Igor Gehenot (piano) qui a remporté les octaves 2018 en Belgique, Tommaso Montagnani (contrebasse) ou encore Jérôme Klein (batterie), complice du précédent CD, Cadillac Palace. Ils ont accroché au projet, compris et entendu sa musique, la faisant sonner de façon inespérée, s'insérant dans une forme où le collectif compte, une oeuvre ouverte à l'autre et à sa perception. L'enregistrement s'est alors fait au centre Césarée de Reims après trois jours de résidence. 

A la première écoute, dès l'ouverture "Black Pattern", la mélodie coule avec une belle fluidité, très accessible. Mais cela mérite d'y revenir, de réécouter pour découvrir que cette étrange familiarité joue un autre jeu, un double jeu. C'est une musique simple en apparence mais sans compromis dont les subtilités (accords, mesures impaires) ne se laissent pas découvrir immédiatement ; elle gagne alors en épaisseur au fur et à mesure des écoutes, traçant de subtiles variations. JB Berger définit sa "grille" au travers de pièces-signatures d'identité et de références/influences, sans se laisser enfermer pour autant par une étiquette précise. 

Il a passé quatre années d'affinage, en somme, à réfléchir pour mettre au point ce qu'il voulait faire entendre : toujours en recherche pour élaborer une musique écrite, construite pour chaque voix du quintet, travaillant sur les tessitures, sans privilégier pour autant les solos.  D'une structure rigoureuse, donnant l'impression d'une création continue, cette architecture de sept pièces, plutôt longues qui prennent le temps de se développer, construit un discours éloquent et cohérent. Un quintet "aux petits oignons" avec un pianiste subtil, au phrasé délié ( "Elbowdy") qui, jamais n'en fait trop, pas du genre effusif avec cascade de notes. Pas de contorsions ni de stridences free non plus du leader au ténor, qui se fond même par moment dans la rythmique, qui danse lentement sur cette "Pavane" évoluant du rêve au dialogue. S'élèvent ainsi des voix harmonisant la lisibilité de l'ensemble, d'où le groove (d'une rythmique essentielle, discrètement efficace) n'est jamais bien loin, comme dans ce "Romy et Lucien" de plus de dix minutes."Jackday" est une chanson pop, mélodie où résonne une guitare lyrique et retenue à la fois. Jamais trop exaltée, elle passe d'une transe rêveuse à de belles envolées sur " Le jardin des esprits" final, un jardin aux sentiers qui bifurquent, où guitare, sax ténor, piano sont d'une nerveuse élégance sans oublier de respirer.

Voilà une authentique déclaration d'amour au jazz à laquelle on ne restera pas insensible. Convaincant, on vous disait!

Sophie Chambon

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
31 mai 2018 4 31 /05 /mai /2018 11:24
ICHIRO ONOE MIYABI

 

ICHIRO ONOE

MIYABI

Sortie le 7Juin Promise Land / Socadisc

Concert de présentation Jeudi 7 juin au Sunside Paris

Geoffrey Secco (saxophone)

Ludovic Allainmat (piano)

Matyas Szandai (contrebasse)

Ichiro Onoe (batterie)

 

Le japonais Miyabi peut se traduire en français par "raffinement", "élégance" : le ton est donné pour qualifier la musique du batteur japonais Ichiro Onoe qui vit depuis longtemps en France, à Paris.

Virtuosité et énergie réjouissantes, goût de la mélodie caractérisent ce musicien trop confidentiel dont les fûts sonnent et résonnent de façon mystérieuse, introduisant ce tour ou "twist" asiatique, cette façon inimitable d'utiliser par exemple les tambours traditionnels japonais dans la composition titre "Miyabi".

Amour et tradition d'un jazz pratiqué avec exigence, jamais réfuté (le bebop essentiellement) par un quartet fidèle, complice qui s'est déjà illustré dans le remarqué Wind Child. Avec un sens évident du jeu collectif, ce groupe offre une grande variété de nuances au sein des sept pièces qui touchent immédiatement tant cette musique reste accessible. Et pourtant la simplicité n'est qu'apparente. Des intonations mélancoliques du ténor (formidable) parcourent ce "Despite all", ballade que le martèlement audacieux du batteur zèbre d'élans lumineux. Les superpositions d'accords, les brisures rythmiques avec de soudains silences composent un chant profond et grave, inoubliable. Ichiro Onoe imprime aussi une "Life pulse" indispensable dans une musique qui advient, dans l'instant, balayant la nostalgie que pourraient installer les douces modulations, les irisations tendres du piano ("No regret"). Cet album éveille des souvenirs, tendant un miroir d'ombres insistantes, fulgurantes, une fenêtre ouverte sur les paysages intérieurs du leader.

 

Sophie Chambon

Partager cet article

Repost0
28 mai 2018 1 28 /05 /mai /2018 18:30
FIDEL FOURNEYRON  ANIMAL

 

FIDEL FOURNEYRON

Animal

Fidel Fourneyron (trombone, compositions)

Joachim Florent (contrebasse), Sylvain Darrifourcq (batterie)

 

Sortie d'album le 25 mai sur ONJ Record /l'Autre Distribution

ONJ Fabric accompagne l'album ANIMAL

http://www.fidelfourneyron.fr/projet/animal/

 

Le tromboniste leader Fidel Fourneyron (actuel ONJ Benoît) aime jouer en trio, on se souvient de sa relecture brillante d' Un Poco Loco. Et avec sa formation, il place la barre haut, jamais à court d'idée pour illustrer son sujet, parvenant à rendre très lisible cette partition qui pourrait partir dans tous les sens. Haute tenue et teneur musicale pour ce programme qui n'est pas la visite guidée d'un zoo, mais se prête aux élucubrations dans huit pièces plutôt enlevées. C'est que le choix de la thématique justifie ces exercices de style, où les instruments, variant nuances et atmosphères, rendent toute la gamme ou presque de sonorités animales.

Ils ne sont que trois (trombone, contrebasse et batterie) mais ils constituent une véritable ménagerie en liberté, qui n'est pas de verre, croyez-moi. Fantaisie, imagination, humour au pouvoir pour célébrer nos amis les bêtes. Evidemment la tentation est grande de suivre le portrait musical de chaque animal ainsi illustré : si le "singe" de l'ouverture virevolte de liane en liane, le "chat" plus feutré, prêt à l'attaque, voudrait bien se jeter sur la "souris" qui s'est heureusement réfugiée plus loin dans le programme. Ce serait trop facile! La "fourmi", toujours industrieuse, tire sur des cordes (très africaines, une kora malienne?) et le chant de la "baleine" est le sonar qui la guide dans l'onde sous-marine. Le "bison" rumine ... Le trombone passe par tous les états, utilisant tous les registres possibles : du son le plus gouleyant à l'attaque la plus vibrante, sans oublier sforzando, glissando, vibrato, feulement, hoquètement. Fidel Fourneyron sait se lover dans la chair musicale de ces petites pièces sur mesure. Un vrai chant d'amour pour cet instrument si proche de la voix humaine.

A partir d'une idée de départ assez farfelue, le trio avance avec élégance et cohérence, avec jubilation même : l'exécution est précise, la mélodie toujours accessible, le rythme intense, le swing impressionnant jusqu'au "loup" final...L'album qui a la bonne longueur s'écoute d'un trait et on en redemande. Galvanisant!

 

Sophie Chambon

 

FIDEL FOURNEYRON  ANIMAL

Partager cet article

Repost0