Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 11:46

 

2014 3926

2014-3925.JPGLa soirée d'hier commença en toute intimité par un dialogue entre le trompettiste Christophe Leloil et le guitariste Nicolas Pacini, dans la tradition de ces duos qui font irrésistiblement penser à d'autres rencontre de ce type ( on pense à celle entre Chet Baker et Doug Raney). En revue Monk, Bill Evans ou même Don Cherry dans une belle visitation d'Art Deco en hommage à l'immense Charlie Haden disparu la veille. Les deux musiciens déployaient un tapis de velours dans le ciel étoilé de Porquerolles.

 

2014-3927.JPG

Puis arriva celui qui depuis 13 ans ne manque pas une seule édition du festival. Monsieur Archie Shepp véritable incarnation du jazz et du blues montait sur scène sous les ovations d'un public tout entier acquis à sa cause. Et Archie semblait se sentir si bien, là précisément, avec ces musiciens d'immense talent, qu'il lui arrivait de tutoyer les anges, embarquant son saxophone très haut dans le ciel. Avec Jean-Paul Bourelly, ils déchiraient le ciel de ce blues rapeux qui dit plus que le blues lui même. Et Archie chantait avec cette voix venue des racines du jazz. De cette histoire noire qu'ils semblaient incarner corps et âme. Comme dans cette version magnifiée de Round Midnight avec ce son supplicié, déchiré ou encore avec cet hommage à Bessie Smith, autre reine du blues. Mais hier soir à Porquerolles, le royaume du blues et de la soul appartenait bel et bien à Archie.

Jean-Marc Gelin

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 09:31

2014 3926



La soirée d'hier a commencé d'abord avec les Saltimbanques, sales gosses turbulents et doués, enfants d'Uzeste et "intermiteux" du spectacle comme ils s'intitulent eux-même. Ce septet fait de l' "amusique" en provocateurs loufoques et déjantés. Ils nous ont harangué avec un humour décalé et décapé au vitriol mélangeant dans un gros foutoir la musique et prise de parole suréaliste. Revendiquant une forme de "démagogie participative" ils se mêlent au public et le fait monter sur scène pour faire valser le jazz dans l'esprit libertaire des bandas de Gascogne. Mais il s'agit surtout d'un spectacle de rue qui malheureusement passe difficilement es planches .
Le public exulte pourtant de cette mise en bouche émoustillante avant que finalement ils ne laissent leur place aux Sorciers.

Car ce sont bien trois sorciers sympas qui entrent alors sur scène. Mais aussi trois immenses musiciens. Lubat commenca d'abord au piano, Portal en maître absolu de l'improvisation lui emboita le pas à la clarinette basse ou au soprano dont il tire mille nuances et reliefs. Sa musique, sublime coule de source, inventive et sinueuse, telle une rivière de diamants. Hamid Drake à la batterie se transforme en gourou, habité de tout son corps par cette science de la relance et des polyrythmies insensées dont il invente des chorégraphies magiques. La confluence de ces trois-là livre alors des moments d'une immense musicalité. Puis Lubat et Drake se livrent ensuite à une sorte de battle sous l'oeil amusé d'un Michel Portal qui ce soir, semblait véritablement aux anges.

Les trois sont connivents et heureux d'être là.

Mais le plaisir est de courte durée et Lubat fait alors venir ses protégés d'Uzeste pour finir la soirée en boeuf gascon et termine par un scat de Lubat comme un gigantesque éclat de jazz communicatif.



Jean-Marc Gelin

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 10:05

2014-3932.JPG

 

 

Ce qu'il y a de magique à Porquerolles, c'est la simple générosité avec laquelle vous vous sentez accueilli. Ici pas de chichi, pas de grosses stars internationales, pas de service de sécurité aux gros bras, pas d'interdits stupides, simplement le sourire joyeux de la passion partagée : des bénévoles aux organisateurs et artistes, ici présents, la même banane aux lèvres et les mêmes lunettes fumées pour cacher les nuits d'after endiablées.

 

 


 

 

 

C'est en fanfare que chaque soir, nous montons au Fort St Agathe pour les concerts, une fanfare généreuse et joyeuse qui met en écoute...quand on pense qu'un admnistratif obtus avait proposé que cette fanfare traverse Porquerolles, ce bijou d'ile, en silence afin de ne pas troubler la sérénité des 300 ilotiers! Le festival de Porquerolles c'est aussi Simone que l'on croise chaque jour sous l'arbre à palabres et qui parole à partir de nos mots préférés. Paroleuse slammeuse, déclameuse, danseuse, chanteuse, joueuse, fiévreuse, joyeuse ! Hibiscus, Colibri, Terrasse, Solal, Dauphin, Ornythorinque, Piqûre....de tout elle fait son miel pour réjouir tous nos sens. Il y a aussi cet instant magique du matin au Hameau où petits et grands de 3 à 99 ans se retrouvent pour chanter ensemble sous les pins. L'endroit est idyllique avec ses grands pins centenaires créant des ilots d'ombre délicieux, ses petites agoras, ses recoins. De la polyphonie, de la polyrythmie, de la danse traditionnelle de Noirmoutiers, tout y est osé par de talentueux jeunes musiciens. Oui jeunes, car la jeunesse explose à Porquerolles !

 

2014-3914.JPG

 

 

 

D'Archie Shepp aux jeunes d'Uzeste, de Lubat, Drake, Portal à Brad Mehldau...c'est ce qui fascine immédiatement ici, c'est la jeunesse, la fraicheur, la spontanéité de la musique partagée. Le jazz est ici métissé, coloré, bigarré, le jazz ici est vibrant et dansant. C'est ici un art de vivre, un art d'être à l'autre, ici une révolution silencieuse est en cours sous le signe des dieux. C'est un lieu rare.

Regine Coqueran

Partager cet article
Repost0
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 00:00

Capture d'écran 2014-05-10 14.23.59

De plus en plus, j'aime le cafe OTO. D'abord sa simplicité, son accueil simple, ses bières simples, son accès simple. Aussi, c'est un lieu de musiques dites décaléesn en tout cas musiques originales - autres - nouvelles - électro - free - africaines... J'aime sa programmation éclairée et eclectique. Enfin, le cafe OTO sait présenter les artistes qui y sont programmés via sa newsletter et sur son site. Il nous donne envie de venir à leur rencontre - c'est grâce à la neswletter que je suis venu voir MERGIA - probablement parce que le programmateur aime les musiques qu'il propose. J'aime le cafe OTO par sa sincérité, sa dynamique artistique positive et aguerrie.

Du côté des "musiques africaines", c'est au Cafe Oto qu'on peut y voir et écouter le pianiste nigérien Mammane Sani (Mamane Sani en anglais) - venu avec ses cassettes 60 mn à vendre sur place - et son orgue (on aurait envie d'ajouter "bontempi") reprendre avec fierté des chansons de Nicoletta et chanter, chez nos amis anglais, la colonisation française. Puis nous y avons rencontré Louis Moholo Moholo et son groupe incroyable.

Hier soir - vendredi 6 juin 2014, le café OTO accueillait le claviériste et accordéoniste éthiopien Hailu MERGIA et son trio, composé du batteur australien Tony Buck - sacré batteur original qui a joué avec The Ex entre autres - et l'"unbelievable" contrebassiste Mike Majkowski.

 

 

Dans les 80s, MERGIA - accordéoniste et clavieriste (Moog, rhodes) - s'est fait connaitre en Europe gràce à son album cassette Hailu Mergia and his classical instrument où on l'attend jouer son instrument favori qu'est l'accordéon, et avant ça avec son groupe Walias Band avec la participation de Mulatu Astatke. Puis, Walias Band connut un renouveau de célébrité en Europe et à Addis Abeba la révolutionnaire quand sa musique apparait dans la collection française des Ethiopiques.

Hailu MERGIA, presque 70 ans en bonne forme, arrive sur scène en costume: écharpe et cravate aux couleurs de l'Ethiopie. Le ton est donné. Le trio jouera deux sets des thèmes traditionnels éthiopiens et compositions de Mergia: rythmiques toujours très enlevés, funk orientales et gammes pentatoniques au rendez-vous. Juste on aura droit à un moderato aux rappels du dernier set en guise de calmant placebo donnant la fin de concer.

J'ai adoré la folie du contrebassiste Mike Majkowski qui me rappelle à plus d'un égard notre contrebassiste fou Géraud Portal. Il est connu pour ses soli imaginatifs, ses collaborations avec Han Bennink et Peter Brötzmann et ses travaux novateurs. J'ai aussi beaucoup aimé l'australien Tony Buck, basé à Berlin, et son groove qui vous emporte. Très rafraichissant, musique élaborée et simple en apparence. Surtout on y voit  avec  plaisir un trio qui aime se retrouver pour jouer. Le public l'a bien compris: les uns dansent, les autres dodelinent en rythme; tous rêvent un peu d'Addis.

Un conseil: jetez un oeil et une oreille à la vidéo ci-dessous. Elle en vaut la peine.

JG

Partager cet article
Repost0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 12:22

Logo VortexPremière infidélité au Café Oto. Mais pas la première visite au Vortex non plus. J'y avais vu et écouté Evan Parker qui y réside une fois par moi depuis plus de sept ans.

Le Vortex est un club de jazz londonien, situé lui aussi à Dalston à deux pas du Café Oto. La programmation est jazz sans aucun doute avec spectre large mais toujours mesuré.

Ce lundi 26 mai, terrible envie d'écouter de la musique.Après un coup d'oeil sur youtube, va pour Laura Jurd quartet au Vortex.

Agréable surprise que ce concert en deux parties. La première partie est Tandem à trois musiciens que sont le leader David Malkin (chant et guitar acoustique), Henry Webster au violon et Ben Corrigan à l'électronique et claviers. Tandem c'est un mélange d'électro et de musiques celtiques, irlandaises et écossaises. Le charismatique leader a une voix sûre, projette des sons trafiqués de sa guitare tout en concervant une sonorité acoustique et traditionnelle sincère. J'ai beaucoup aimé Tandem pour son originalité et le charisme du groupe.

Arrive Laura Jurd quartet. Cette très jeune trompettiste a fait parler d'elle du haut de ses 23 ans. Elle affiche une belle maturité musicale et joue avec aise et puissance de sa tropette avec qui est elle fait corps véritable. Sans souffrance. Elle "leade" son groupe simplement et naturellement, l'envie de jouer se fait sentir, le respect des musiciens entre eux se lit sur les visages. Laura Jurd bénéficie déjà d'aide privée pour son développement artistique et répond à de nombreuses commandes musicales.

Encore plus que Tandem, le groupe est jeune, très jeune. Tellement jeune que le bassiste électrique Conor Chaplin semble avoir 16 ans. Voilà un groupe poupon qui propose sans complexe une musique très aboutie, originale par sa fraicheur et ses arrangements ouverts sur le reggae, le trip hop, le rock. Particulièrement impressionnant est le claviériste Elliot Galvin qui propose des sonorités et des atmosphères judicieuses aux sonorités massives. Probablement inspiré par EST sur certains aspects et avec beaucoup d'apport personnel.

JG

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 23:33

index.jpg

 

 

2014-3641.JPG

Vraiment un chouette moment ce soir à l’Ermitage en compagnie de Denis Colin dans une salle, malheureusement pas très remplie.

Nous vous avions dit dans ces colonnes tout le bonheur que nous avions eu à écouter cet hommage à Nino. ( voir DENIS COLIN : " Univers Nino")

Et bien figurez vous que c’est encore mieux en vrai ! Denis Colin ne boude pas son plaisir à pousser la chanson ( fort bien ma foi) et son association avec la chanteuse Ornette fait merveille. Les musiciens jouent terrible et s’amusent visiblement d’être là.

Quant au public il est en terrain connu, familier avec ces airs de Nino en tête ou avec de belles découvertes comme ce Métronomy morceau purement orchestral écrit par Nino.

 

Pour ce concert le clarinettiste a aussi choisi d’élargir à d’autres chansons qui ne figuraient pas dans l’album mais qui contribuent à la légende de Nino Ferrer ( comme l’incontournable Gaston ou le Sud).

Et au final c’est la guitare de Julien Lomé qui s’enflamme, c’est Ornette qui ensorcelle le public, c’est Denis qui lui donne des frissons ( Le Sud ou la Rua Madureira en duo avec la chanteuse) ou qui déclenche la foudre.

Et au final surtout c’est le public qui rappelle et qui chante.

 

 

A voir le bonheur communicatif de toute cette salle, on aurait du mal à comprendre que les programmateurs de festival puissent encore bouder ce jazz si populaire qu’il en est un vrai régal .

 

Merci Denis !

2014-3643.JPG

 

 

 

 denis colin

Partager cet article
Repost0
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 11:32

 

 

http://img.over-blog.com/200x167/0/27/67/39/Photos-Sem1-2013/2014/Pochette-Nouvelle-Vague-format-736.png

Sortie le 20 mai 2014  / Concert le 24 juin 2014 au Café de la Danse - Paris

Concert à Jazz sous les Pommiers le 29 mai

Outnote records / Outhere distribution

 

La Nouvelle Vague en France fut une période d’effervescence culturelle pendant laquelle le cinéma français, a exploré brillamment de nombreux styles musicaux : be bop, swing, jazz, classique, musique symphonique, et chansons. « C’est un peu le reflet d’une époque, celui d‘une industrie qui reformate la musique écrite pour le cinéma en fonction du marché » écrit  le musicologue Stéphane Lerouge dans le catalogue de la formidable exposition de la Cité de la Musique Musique et cinéma, le mariage du siècle ?  A l’époque des yéyés, sortirent en 45 tours sur le label Philips, beaucoup de musiques des films de la Nouvelle Vague.

Cette période fascine nos musiciens de jazz actuels et c’est au tour de Stéphane Kerecki de se pencher sur ces thèmes, après le travail abouti de Stephan Oliva dans Vaguement Godard. Le contrebassiste explique fort bien que la démarche des cinéastes de la Nouvelle Vague rejoint celle des musiciens de jazz dans une recherche éperdue de liberté. Voilà qui permet d’associer dans une ronde ophülsienne,  cinéastes et musiciens aussi originaux que Jean Luc Godard, François Truffaut, Louis Malle, Jacques Demy, Michel Legrand, Georges Delerue, Miles Davis, Antoine Duhamel. Car ces musiques, toutes singulières, témoignent de ce désir de liberté accordé à chaque compositeur. De plus, la fonction de la musique au sein des films prend de l’importance, dans une nouvelle perspective, structurante, et peu illustrative.

 Dans le Nouvelle Vague du quartet de Stéphane Kerecki,  les thèmes ont été peu arrangés, dans une volonté délibérée de les saisir à vif, comme des matériaux bruts que chacun des complices du contrebassiste s’approprie à son gré. Le pianiste John Taylor qui a enregistré en 2011, Patience (chroniqué aux DNJ)  en duo avec Stéphane  Kerecki, est à nouveau de la partie avec un piano impressionniste et doux, le batteur Fabrice Moreau, élégant et précis, le saxophoniste Emile Parisien au soprano, particulièrement sobre sur tout le disque, entourent  le contrebassiste leader. 

 La musique référence du mouvement de la Nouvelle Vague est celle d’Ascenseur pour l’Echafaud de Louis Malle, expérience innovante d’improvisation enregistrée sur les images mêmes du film par le quintet « historique » de Miles, en 1957. Le quartet de  Stéphane Kerecki  joue gros en s’attaquant à « ces » thèmes de film noir mais le résultat est probant, et puis c’est la loi du jazz de se frotter à des relectures, aussi périlleuses soient-elles. On aimerait leur demander quelle a été leur approche. Le jazz comme performance est sans doute la manifestation d’une musique générationnelle, en accord avec cette modernité cinématographique. Pour Godard [1], trois  thèmes sont repris, parmi les plus célèbres, comme des passages obligés : ainsi en est-il de « Ferdinand » (Pierrot le Fou), ce thème d’Antoine Duhamel qui, une fois entré dans la tête n’en finit pas d’y tourner, retourner. On se régale avec la suite de Martial Solal pour  A bout de souffle  (l’émouvante Jean Seberg vendant  sur les Champs Elysées, le New York Herald Tribune).  Martial Solal raconte dans Ma vie sur un tabouret  (Actes Sud) qu’il a utilisé «un ensemble de jazz modulable du sextet au big band et un orchestre avec cordes et bois » pour « deux thèmes très courts, presque identiques dans la forme, mais l’un allant du grave à l’aigu et l’autre inversé ». Enfin, comment oublier le générique, l’ouverture et «Camille»dans Le Mépris de Georges Delerue, thèmes emblématiques, devenus génériques d’émissions?

A chaque fois, le thème est rappelé, pour mémoire, repris avec des variations sur lesquelles les musiciens se détachent avec fluidité, d’autant que les musiques originales s’y prêtent, mélodiques sans être mièvres, lyriques, troublantes. Le jazz y trouve sa place par l’époque, le style, le rythme et se coule admirablement dans cette matrice : on peut réinterpréter, broder des variations, s’éloigner, créer du neuf à partir d’un petit motif de rien du tout, trituré, désossé, amplifié. Comme des funambules, les musiciens se lancent avec une audace contrôlée, effectuent des figures fragiles mais libres, tournent, virevoltent avant de se « récupérer » sur le thème. On peut être particulièrement sensible à l’effort du quartet de jouer avec la patine, le grain, le tempo de l’époque. Les yeux fermés, les images d’un film imaginé défilent, d’autant que les échanges et la complicité intenses donnent  vie et sens à ce qui constitue la véritable B.O d’un film imaginaire recréé par et pour l’auditeur. Le quartet a réussi l’impossible avec la création d’une suite continue, harmonisée et organique. Il aura fallu  cinquante ans pour  que naisse une musique cohérente qui rassemble, rattache, enveloppe ce mouvement cinématographique fondateur. 

NB : Certaines chansons de Serge Rezvani ou de Michel Legrand sont dans la mémoire collective, la ritournelle  « Le tourbillon » de Jules et Jim, portée par la voix de Jeanne Moreau, ou  les « tubes » éternels du film  Les Demoiselles de Rochefort ? 

Jeanne Added a choisi de reprendre avec un accompagnement délicat « La chanson de Maxence» (rappelez-vous de Jacques Perrin en marin peroxydé, doublé par Jacques Revaux), qui inspira à Bill Evans une version sublime en 1977, « You must believe in spring ». C’est peut-être sur ces thèmes chantés- elle reprend aussi la chanson d’Anna Karina [2] dans Pierrot le fou « Jamais je ne t’ai dit que je t’aimerai toujours »- que nous émettrions quelque réserve, tant la marge de manœuvre de la chanteuse Jeanne Added est mince. 

Sophie Chambon

 

[1] Nous nous sommes amusés à réécouter en parallèle le piano d’Oliva qui reprend ces 3 mêmes thèmes dans son album Vaguement Godard chez Illusions

[2] Jeanne Moreau a également repris cette chanson ...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 15:53

Capture d'écran 2014-05-10 14.23.59

Me revoilà lundi 12 mai 2014 au cafe OTO pour le concert du batteur sud-africain Louis Moholo Moholo avec son quartet de longue date.

Quartet de longue date certes, et collaboration avec ses musiciens hors des murs du quartet. Jason YARDE est le saxophoniste also, ténor et soprano aux accents parfois coltranien pour le côté dramatique, le contrebassiste anglais John Edwards, et le pianiste anglais Alexander Hawkins.

Entouré d'une communauté sud-africaine de Londres, joyeuse et respectueuse de la musique du quartet, et de nombreux aficionados de la musique de Johnny Dyani et Chris Mc Gregor à la grande époque de son big band au son nouveau: le Brotherhood of Breath - duquel Louis Moholo Moholo faisait partie intégrante, le grand batteur nous a tous régalé.

C'est la deuxième apparition de Moholo au cafe OTO; la première avait fait le bonheur du lieu et la presse s'était empressée d'en dire du bien : "an evening of dramatic and emotional jazz of the highest quality" (London Jazz News). 

C'est aussi le retour que je veux en faire. Le premier set s'accorde un premier morceau construit en suite décalée/free qui emprunte largement des passages de la musique traditionnelle sud-africaine, puis un deuxième morceau plus court qui nous a montré un groupe solide et vibrant. Une musique profonde et sincère. L'humanité des quatres hommes rejaillit.

Le deuxième set est dédié aux reprises. Classiques, comme "What a Wonderful World" à la sud-africaine et investie (Jason Warde au tenor). Sud-africaines, comme "Ithi Gui" de Johhny Dyani (aussi appelée "Appear" sur son album Afrika) ou "You ain't gonna know me cos' you think you know me"; morceaux jouées par le Brotherhood of breath de Chris Mc Gregor. Sans être certain, je crois avoir reconnu aussi "Ass Jive Boer" de Dyani. Quel plaisir, quelle joie d'entendre la salle entière entonnée les mélodies, d'abord chantées/vocalisées/onomatopées par le quartet !

Avant la fin, le chanteur anglais, fou un peu, Phil Minton fait une apparition dans le public pour l'accompagner dans ses vocalises. Puis moins de deux minutes après être arrivé, il part. On lisait dans ses yeux de l'émotion et de la joie qui disaient quelque chose comme: "That's what I needed tonight".

 

JG

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 15:04

Capture-d-ecran-2014-05-10-14.23.59.png

 

Je me doute que plus d'un d'entre vous se demande: "hmmm cafe OTO, qu'est ce donc?"

Qui plus est, où se situe ce café qui accueille Drake et Parker - aka la paire télépathique de la musique improvisée - en son antre !!

Pour lever le doute, ce n'est pas un nouveau lieu parisien ni le dernier club en vogue à Poulben en Morbihan. Le Cafe OTO se situe à Dalston dans le greater London à l'est de Camden (station Dalson Kingland de l'overground londonien). Tenu par un couple de japonais, il ressemble à plus d'un titre aux Instants Chavirés de Montreuil dans le 93 (dites "neuf-trois"). Déjà la programmation est "similaire": musiques libres et improvisées, free, en tout cas décalées (Eugène Chadbourne s'y est présenté il y a 15 jours avant son passage aux Instants fin avril).

Comme aux Instants, l'endroit a la particularité d'accueillir son public avec des tarifs bas (10£). Enfin, il semble profiter de l'aide de bénévoles ou apparentés et afficionados pour fonctionner dans l'interactif et convivial. Ce qui différencie le cafe OTO est que la salle est plus grande que celle des Instants et la bière au bar bien moins variée!

Ceci étant dit, le concert que je suis allé voir ce 7 mai a attiré beaucoup de monde. En France, on ne s'en étonnerait pas. En revanche, à Londres ville de choix pour la musique progressive, Drake et Parker sont assez mal connus - disons, moins bien qu'à Paris - mais suffisemment pour faire salle comble.

La paire Drake/Parker était accompagnée par le jeune saxophoniste américain John DIKEMAN qui réside à Amsterdam. Autant le dire tout de suite, j'ai trouvé ce soufflant au style rudimentaire et brut assez peu convaincant: fort criard, dans la veine du vénéré Ayler mais sans étincelle à mon goût mis à part un tremolo émouvant sur le dernier morceau du deuxième set. Mais il est assez compréhensible que le jeune homme est peiné à trouver les clés pour entrer dans la tête de la paire rythmique tellement Drake et Parker se côtoient msur scène depuis des décennies. Rendons grâce.

En revanche, la paire Drake/Parker a une fois de plus fait vibrer la salle déjà bien achalandée en fans ou amateurs avertis. Dikeman est plus accompagnateur que leader dans le trio. Pris dans son mouvement d'énergie, il passe à côté du dialogue de Drake et Parker. 

Côté amusant dans ce contexte, la paire Drake/Parker a usé de "trucs" pour accrocher et "plaire" à un public anglais qui ne les connait pas forcément: petite discussion rythmique à deux, groove lancé par Parker largement bonnifié par Drake... histoirede faire danser la tête plutôt que les jambes. Deux sets et trois morceaux: le premier dans la veine free improvisé sur le premier set d'une durée de 50 mn. Le deuxième set commence par un duo Drake (frame drum) / Parker (flute exotique) accompagné par Dikeman qui a su ranger son énergie et délicatement accompagné le duo. Pour le coup, ses interventions étaient de bonne augure. Le dernier morceau est, semble-t-il, "Ghosts" d'Ayler: Dikeman a pris son pied, nous aussi.

Le prochain concert au cafe OTO est Louis Moholo Moholo, le batteur sud-africain qui réside en Angleterre. Maybe, we wil catch him there.

See you

JG

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 21:38

esselieres

 

Connaissez-vous l’Espace Congrès des Esselières à Villejuif ? Si non, c’est bien dommage… Ce lieu sympathique propose chaque mois un concert de Jazz sous l’efficace patronage de l’association « Jazz aux Esselières »[2] et le jeudi 17 avril cette heureuse scène accueillait l’Anachronic Jazz Band. Belle brochette de virtuoses en l’occurrence qui frôlent une moyenne d’âge proche de celle des Rolling Stones. Ici s’arrête la comparaison même si pour certains amateurs on pouvait trouver un côté mythique à l’Anachronic. Le mythe renaît pour une série de concerts pas piqués des mites et ce grâce à Patrick Artero (Trompette) qui a eu la bonne idée de réunir de malicieux complices pour renouer avec la transposition du Be Bop vers le style musical des années 20 et 30.

On retrouve quelques uns des fondateurs de 1976 : Philippe Baudoin (Piano), Daniel Huck (Sax Alto, chant), Marc Richard (Clarinette, Sax Alto), André Villeger (Clarinette, Sax Ténor, Sax Soprano), Gérard Gervois (Tuba), auxquels se regroupent avec bonheur Jean-François Bonnet (Clarinette, C-Melody Sax), Pierre Guicquéro (Trombone), François Fournet (Banjo), Sylvain Clégarec (Batterie).

Comment dire… Les caves de Jazz ont-elles le même effet que celles des crus de Bourgogne ? Il faut croire que oui. Les trente huit ans qui séparent la formation du début de celle d’aujourd’hui n’ont en rien altéré l’enthousiasme des musiciens, la qualité des arrangements, l’originalité des chorus et le plaisir des auditeurs. Les trios de clarinettes, les quatre quatre au cordeau, les envolées des solistes nous plongent dans la joie au-delà même des thèmes originaux totalement réarrangés pour mériter une admission dans ce répertoire anachronique. A l’occasion vous revisiterez : Yarbird Suite, Armando’s Rumba, Blue Monk, Salt Peanuts et le passage savoureux du Take Five de Dave Brubeck au Take Four de Philippe Baudoin dont les accents arabisants sont néanmoins New Orléanesques en diable.

Si vous avez le bonheur de les voir en direct vous retiendrez quelques vannes à deux balles dignes de collégiens (on ne se refait pas…), quelques sourires des uns et des autres à l’audition de leurs chorus respectifs. Vous apprécierez également leur grande culture musicale inspiratrice du choix des thèmes. Vous profiterez enfin d’un énorme moment de complicité non coupable entre musiciens qui se connaissent bien et sont tout au plaisir de s’être retrouvés pour faire un bout de chemin sur une portée commune. Vous vous devez également d’acheter leur dernier disque « Anachronic Jazz Band : Back in Town » et celui réédité en 2009 « Anthropology ». 

Le deuxième, je l’ai déjà… En vinyle…

Bonne écoute.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0