Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 17:27

 

Et bien le pari est remporté par la famille Chapin (veuve, belle-soeur, parent de Thomas)!!

Voyez-vous même:

Capture-d-ecran-2013-03-30-a-17.35.08.png

Pour l'histoire: à 48h de l'échéance, à peine plus de la moitié des 50 000 USD étaient cumulés en dons.

Puis, le new-yorkais Michael Dorf - fondateur de la Knitting Factory -  a fait un don exceptionnel de 10 000 USD. Ce don a relancé la levée de fonds. Le pari est gagné.

JG

________________________________________________________________________________________________________

Vous souvenez vous de Thomas CHAPIN?

Moi, oui. Nous oui. Son trio magique avec Mario Pavone et Michael Sarin!

 

Saxophoniste alto new-yorkais, musicien de l'Underground, homme libre, parti trop vite. Leucémie.

 

 

 

Voilà 15 ans qu'il nous a quitté. Sa belle-soeur et sa veuve, Stephanie et Teresa Castillo, se lancent dans un projet de film sur son oeuvre et sa vie. A l'américaine, elles organisent une levée de fonds pour financer ce projet mené par Stephanie castillo qui a réalisé près de dix documentaires. Il lui faut 50.000 dollars américains.

Avant le 30 mars, ce montant doit être atteint.... sinon plouf ... à l'eau.

Faites comme moi, participez au financement de ce projet en cliquant là: Kickstarter

 

Jerome GRANSAC

 

THOMAS CHAPIN FILM PROJECT AT KICKSTARTER.COM--LAST FEW DAY TO GO! PLEASE DONATE NOW.



A remarkable, never-been-told story of Thomas Chapin, a jazz master who was gone too soon. A 1975 Andover graduate, Chapin's music lives on! We want to start filming this summer!

 In his short life he rose to the top ranks of contemporary jazz. In his 20's he was Lionel Hampton's music director, and during his 30's he was the top star and leading recording artist of New York's famed Knitting Factory in the 80s and 90s. He was gaining altitude, playing on the big world stages of jazz, reaching a global audience when he suddenly got sick while touring in Africa. He was diagnosed with leukemia and battled for one year. He died at age 40 in 1998. He was cited as a virtuoso, an iconoclast, a raucous player with an original sound. They called him an ambassador, a bridge between the uptown, jazz traditionalists and the downtown, avant gardists. There was a schism. He was one of a few who flowed freely, proficiently between both worlds. A documentary film is in the works.  Here is film page and the 18-minute trailer at the Kickstarter link: 
http://www.kickstart er.com/projects/2906 58030/night-bird-son g-the-thomas-chapin- story

ONLY A FEW MORE DAYS TO GO AT KICKSTARTER! WE'RE NOT THERE YET. WE NEED THE HELP NOW TO MAKE OUR GOAL OF RAISING $50,000 TO START FILMING. Please visit the film page and view the trailer. Consider becoming a backer and Kickstarter supporter. Give whatever amount you can, small or large! GIVE NOW. Only a Few Days to Go! The deadline to give is noon, Saturday, March 30. 

 


Join THE 100 x $100 Group Give.  We're urgently asking for 100 people to give $100. You? Be a 100. GIVE $100. GIVE NOW. 

100 x $100

100 people give $100 = $10,000

CLICK here to go to Kickstarter to give your gift.


 
NIGHT BIRD SONG: The Thomas Chapin Story
Lovers of JAZZ, fans of Thomas will love the Thomas Chapin story. So will you! He's in the jazz history books and the world needs to know him and his incredible music. Through the film they will. Back the film. We want to shoot this important jazz doc.
Thanks!
Stephanie J. Castillo
Emmy-winning filmmaker, director and producer.
This is her tenth documentary film.

Partager cet article
Repost0
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 18:10

C’est Rue des Lombards, poumon du jazz français, que le 30 avril se déroulera cette année pour sa deuxième édition, La Journée Internationale du Jazz. Pas moins de 48 évènements-mini-concerts, tables rondes, master classes-sont prévus, de 14 h à 2 h du matin, sur les scènes des clubs bien connus : Le Baiser Salé – Le Duc des Lombards - Sunside - Sunset.

 

De nombreux musiciens ont déjà annoncé leur participation à cet évènement organisé à Paris par l’Association Paris Jazz Club et qui sera retransmis en direct et dans son intégralité par TSF JAZZ : Gregory Porter, Taylor Eigsti, China Moses, Riccardo Del Fra, Avishai Cohen, Rémi Panossian Trio…

 

Lancée en 2012 par l’UNESCO et le Thelonious Monk Institute of Jazz,

La Journée Internationale du Jazz, qui entend promouvoir le jazz comme élément de dialogue universel et facteur de paix entre les peuples, est organisée cette année dans plus de 100 villes sur les cinq continents. La date du 30 avril a été retenue pour cette fête mondiale de tous les jazz.

Inscriptions à la manifestation sur www.jazzdayparis.com

Programme détaillé prochainement sur www.parisjazzclub.net      

www.jazzday.com - www.unesco.org/new/en/ - www.monkinstitute.org

j-l.l.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 11:20

VIctime d’un accident de ski pendant les vacances de Noël, Claude Nobs, fondateur et directeur du Montreux Jazz Festival est décédé à l’hôpital de Lausanne le 10 janvier à l’âge de 76 ans. « Conformément à son souhait, la reconnaissance de Claude envers Montreux sera célébrée lors d’un évènement tout en musique dont la  date sera communiquée très prochainement et qui sera suivie d’autres manifestations à New York et Londres », a annoncé le Montreux Jazz Festival.
Fan de jazz dès sa jeunesse, l’ex apprenti pâtissier avait réussi  à faire vivre pendant près d’un demi-siècle –la 47 ème édition est programmée du 4 au 20 juillet prochain- un festival de jazz dans une cité résidentielle prisée initialement par les amateurs de grand air et de …vins légers issus des vignes accrochées aux coteaux voisins . Harmoniciste occasionnel, patron de la filiale suisse de Warner, un temps comptable de l’office du tourisme de Montreux, Claude Nobs va fonder en 1967 le Montreux Jazz Festival qui devient bientôt une référence dans la ronde des festivals de l’été.
Très vite, ce petit homme malicieux et malin ouvre la programmation aux musiques voisines du jazz, le rock et même la pop.  Il défendait cet œcuménisme qui faisait frémir les fans purs et durs : « Pour attirer la foule, je dois engager une vedette, confiait-il en 1996, le génial inconnu ne suffit pas hélas. » Au-delà de ces raisons économico-financières, Claude Nobs revendiquait par goût personnel cette ouverture à tous les styles musicaux : « On me demande toujours pourquoi je conserve le mot jazz dans l’appellation du festival. C’est simple. Pour moi le jazz est bien plus qu’un style de musique : c’est un état d’esprit, une expression de liberté, un partage des émotions ».

 C’est ainsi que chaque année, pendant une quinzaine de jours, Montreux devenait une vaste kermesse musicale où cohabitaient tous les genres musicaux et tous les publics. Sur le livre d’or du festival, on retrouve aussi bien Charles Aznavour, les Rolling Stones, David Bowie que bien sûr les géants du jazz, à commencer par Miles Davis qui fit ici l’une de ses dernières apparitions publiques au cours de l’été 1991 et auquel Claude Nobs a dédié l’une de ses salles de concerts.
Doté d’un sérieux sens des affaires, Claude Nobs avait rapidement  développé les activités du festival, en ouvrant un site internet dès 1995, en publiant sous son label les enregistrements effectués à Montreux, en créant une gamme de produits dérivés et en attribuant, moyennant finance, la marque « Montreux Jazz Festival » à plusieurs festivals en Europe mais aussi aux Etats-Unis.  Il suffira désormais d’écouter un cd « enregistré à Montreux » (Warner a publié une intégrale en 20 CD voici dix ans) pour retrouver toute cette joie de vivre et de partager qui constituait la vraie carte d’identité   de Claude Nobs.
Jean-Louis Lemarchand
 

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 18:33

Le saxophoniste et compositeur américain David S. Ware nous a quitté le 18 octobre 2012  des suites d'une longue maladie des reins.

Il était connu pour avoir été le saxophoniste de Cecil Taylor et avoir mené un quartet inoubliable en compagnie du noyau dur "William Parker et Matthew Shipp" pendant 20 ans. Il était reconnu  grand maitre du saxophone.

Après une transplantation d'un rein - dont un fan lui avait le don , il réapparait usé sur scène et signe quelques disques chez AUM Fidelity. Il était agé de 62 ans.

david_S_ware_ok.jpg

 

J'avais eu la chance de l'interviewer à Paris alors qu'il était en résidence pour son projet "Strings". C'était un moment bouleversant que de rencontrer cet artiste mystique, sincère et dévoué à son art.

 

Le jeune contrebassiste et batteur Géraud Portal avait eu la chance de passer six mois à ses côtés alors qu'il était adolescent. Il nous a appris la triste nouvelle: "David S. Ware nous a quitté cette nuit. Pensées d'amour".

 

Pensées émues, David. Que les Deva t'accompagnent et veillent sur toi dans ce nouveau voyage.

JG

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 23:23

exposition-django-reinhardt-le-swing-de-paris-cite-copie-1.jpg

Django, reconnu par son seul prénom, comme Miles ou Ella, valait bien un hommage de Paris, la ville qui l’a inspiré tout au long de sa (trop brève) carrière : à peine deux décennies séparent le premier concert du quintette du Hot Club de France en décembre 1934 du dernier enregistrement en studio avec un certain Martial Solal au piano, au printemps 1953.

La Cité de la Musique remplit parfaitement sa mission avec «  Django Reinhardt, Swing de Paris », exposition richement documentée, regorgeant d’inédits, sur la vie du guitariste manouche (1910-1953).

Commissaire de l’exposition, Vincent Bessières, auquel on devait l’exposition « We Want Miles » en ce même lieu, a fait le choix d’illustrer « un trajet social ». Jean Cocteau en 1947 avait salué cette évolution dans une lettre à Django : « Toute la merveilleuse poésie des voleurs d’enfants, des tireuses de cartes et du cheval blanc qui rêve attaché au bord de la route, vous escortait à votre départ. Transformer une roulotte en voiture grand sport n‘est pas le moindre de vos tours ».

 django-1.jpg

A la Cité de la Musique, le visiteur est ainsi invité à suivre ce parcours de Jean (pour l’état-civil) dénommé Django ( je réveille en langue manouche) fils de Jean-Baptiste Reinhardt (musicien) et de Laurence (une acrobate mais l’extrait de naissance donne comme profession ménagère) né dans une roulotte en Belgique le 23 janvier 1910.  Son enfance sur la route et dans « la zone »- terrains au-delà des fortifications de Paris, ses débuts dans des orchestres de bal musette, l’incendie en 28 de sa roulotte qui conduit à la perte de deux doigts de la main gauche, la découverte du jazz sur la Côte d’Azur (grâce au peintre Emile Savitry, qui signe également les deux photos ci-contre, de 1933), la rencontre fortuite et décisive de Stéphane Grappelli, la création du quintette du Hot Club de France, le succès énorme sous l’Occupation (Nuages), l’aventure (inachevée) aux Etats-Unis avec Duke Ellington, le rebond de Saint-Germain-des-Prés aux accents du Be-Bop, pour finir avec les parties de pêche et de peinture à Samois-sur-Seine où il expire le 16 mai 1953.

 

django-2.jpg

Toutes les grandes étapes de la vie  de Django sont abondamment traitées avec moult documents provenant de collections privées et aussi du fonds Charles Delaunay (disponible à la BNF) présentées dans des vitrines : des photos (on entame l’expo avec Django et sa famille en 1920 et on l’achève avec le guitariste en tournée en 1952 avec Line Renaud), des lettres (une maison de disque jugeant « astronomiques » les prétentions financières du quintette du Hot-Club), des contrats, des affiches, des programmes de concerts, des disques, des articles de presse (Paris-Match de 1950 qui titre « Ce gitan infirme est un des rois du jazz ») et même le registre d’admission de l’hôpital Lariboisière le 22 novembre 1928 pour « brûlures »…

L’attention se porte plus spécialement sur les lettres et cartes postales manuscrites de Django qui avait appris à écrire avec Stéphane Grappelli, et sur ses tableaux, œuvres colorées et naïves. Tout au long de ce parcours, le visiteur peut à loisir écouter la musique de Django dès ses premiers enregistrements de 1928 (sous le nom de Jiango Renard !) avec des casques ou dans des cabines sonorisées. Il peut également visionner les rares documents filmés avec Django dont un extrait de « La Route du bonheur »(1952) qui reprend tous les clichés sur les manouches mais offre quelques gros plans sur les mains du génial guitariste.

« Django Reinhardt, Swing de Paris » présente le grand intérêt de ne pas se limiter à la seule carrière stricto sensu du jazzman français le plus célèbre à ce jour et d’ouvrir le champ d’investigation à l’environnement sociétal et culturel : la culture manouche, les bals musette, la vie de la scène parisienne du jazz  dès les années 30, évoquant notamment l’activité des jazzmen sous l’Occupation allemande …

Jean-Louis Lemarchand

 

Django Reinhardt, Swing de Paris, du 6 octobre au 23 janvier 2013. Cité de la Musique. 75019 . www.cidelamusique.fr/django. Catalogue de l’exposition. Michel Dregni et Vincent Bessières. 224 pages. 250 documents. Editions Textuel.39 euros. Musique : le CD de l’expo et le coffret collector 5 CD chez Le Chant du Monde/Harmonia Mundi.

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 07:53

 

Auteur de nombreux ouvrages consacrés au jazz, Jean-Pierre Moussaron, professeur émérite de Littérature française à l’université Michel-de-Montaigne (Bordeaux 3), est décédé le 2 octobre des suites d’une longue maladie, apprend-on auprès de son éditeur, Joël Mettay (Alter Ego Editions).

Agrégé de Lettres Classiques, Jean-Pierre Moussaron fut de 1989 à 1995,  directeur de programme au Collège International de Philosophie (CIPh) et a dirigé à Bordeaux le séminaire « Art et Représentation » qui relevait dudit Collège, sous le patronage de Jacques Derrida, Michel Deguy et Philipppe Lacoue-Labarthe. A ce titre, il laisse comme ouvrages, « La poésie comme avenir »(Le Griffon d’argile,1992 et « Limites des Beaux-Arts »(Editions Galilée).

Dans le domaine du jazz, collaborateur de Jazz Magazine, du Dictionnaire du Jazz et membre du comité de rédaction de la revue L’art du jazz, Jean-Pierre Moussaron est l’auteur de deux livres marquants: Feu le free ? et autres écrits sur le jazz (Belin, coll. ”L’Extrême Contemporain”, 1990) et L’Amour du jazz (Galilée, coll. ”Débats”, 2009).

Son dernier ouvrage « Les blessures du désir, Pulsions et Puissances en jazz » vient de paraître, il y a quelques jours, aux éditions Alter Ego. Dans ce livre, Jean-Pierre Moussaron dresse le portrait de musiciens qui ont, selon ses termes, ouvert en lui «une blessure », en concert ou à l’écoute d’un disque. Parmi les artistes traités, figurent ainsi Chet Baker, Shirley Horn, Von Freeman, Bernard Lubat, Abbey Lincoln, Sonny Rollins. Ce choix de musiciens, précise-t-il en liminaire, « est entièrement subjectif mais nécessaire , dont la cause n’est fondée sur rien d’autre que lui-même, opérant dans ce qu’il faut appeler le vaste univers-ou « multivers »du jazz. »

Jean-Louis Lemarchand

 

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 11:56


Assurément Francois Hollande aime Marciac. Le candidat a la primaire socialiste était a la 34 eme édition de JiM. Le président élu est revenu le 28 juillet. Un programme bien rempli: visite du collège pour une master class du parrain historique (il a sa statue ici) Wynton Marsalis, écoute d'un jeune groupe de marciacais, le Nô Name sextet et en soirée (jusqu'à 23 h) concerts sous le chapiteau (alors en compagnie de Valérie Trierweiler) avec Esperanza Spalding et Joshua Redman. Sur le livre d'or du festival présidé par son fondateur, Jean-Louis Guilhaumon, maire de ce village de 1300 âmes, le président a écrit: "je souhaite revenir régulièrement ne serait-ce que pour le plaisir".

 

Holland-et-marsalis.jpg

Wynton Marsalis et François Holland - Photo Laurent Blevennec

Jean-Louis Lemarchand

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 20:43

Un portrait du jazzman Thelonious Monk

par le pianiste Laurent de Wilde

Sur ARTE dans Die Nacht/La Nuit

Mardi 26 octobre autour de minuit

 

Le pianiste de jazz français Laurent de Wilde aime et connaît bien la musique et la vie de l’un de ses maîtres : Thelonious Monk. Die Nacht / La Nuit s’est intéressé à la biographie qu’il lui a consacrée et propose un portrait croisé, où le biographe, à la lumière de celui qu’il évoque, dévoile sa propre personnalité.

 

Tout au long de l’émission, de Wilde lit des passages de sa biographie. Puis il se met au piano, et se livre à des démonstrations musicales qui nous éclairent sur la singularité et la modernité des compositions de Monk. Une leçon de musique exceptionnelle façonDie Nacht où se dessine petit à petit la figure du maître Thelonious tout autant que celle de Laurent de Wilde. Pour l’émission, Laurent de Wilde et Paul Ouazan ont décidé de s’enfermer dans un studio pendant une semaine, et de préparer ensemble ce double portrait musical. L’émission s’est d’ailleurs construite à l’image d’un morceau de Thelonious : improvisation, hasard, surprise, rencontre, et conjonction des univers artistiques…

 

DIE NACHT / LA NUIT

Monk par de Wilde, de Wilde par Monk

Une émission de Paul Ouazan

(2010, 52mn)

Partager cet article
Repost0
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 08:57

 

Le Jazz

Exposition du 30/9 au 23/10
Peintures, photographies

 

L’Espace Carpeaux de Courbevoie reste fidèle à sa tradition musicale, et du Cabaret, et présente une exposition sur le thème du Jazz : photographies des plus grandes légendes, peinture, diversité des techniques…Trois artistes plasticiens célèbrent à leur manière les plus grands jazzmen. Venez les découvrir à l’Espace Carpeaux du 30 septembre au 23 octobre inclus.

 

FlyerCarpeaux

 

 

Frédéric Khan :

Ses œuvres figurent déjà dans plusieurs collections d’art contemporain. Il rend hommage au Jazz à travers une alchimie subtile des couleurs, gestuelle spontanée, fouetté virtuose du pinceau, flouté de l’aérographe, richesses des matières et des idées, diversité des techniques. Son œuvre éveille en nous une résonance entre souvenir et avenir, passé, présent et futur, d’une moderne actualité.

 

Nicolas Hérault:

« Les gris de Glenn »

Fondation Taylor

Prix Eddy Rugale Michaïlov 2009

La beauté de la matière triturée, presque pétrie séduit tout d’abord et puis il y a la palette aux accords nés dans l’harmonie éclairée d’une lumière stimulante ou exultante entre ombre et clarté, pour un clin d’œil à la musique de Glenn Gould.

 

Patrick Audoux(L'Oeil des DNJ)

Pour tous les amoureux du jazz... Il tourne son objectif vers les musiciens et artistes le plus souvent durant les concerts. Ses photos sont visibles sur le site du collectif vues sur scènes, dont il est membre fondateur, et régulièrement publiées sur le website citizenjazz.com et bien d’autres supports papiers.

 

Du 30/9 au 23/10/10 - Entrée libre du mardi au samedi de 14h à 19h.

 Espace Carpeaux 15 Bd Aristide Briand 92400 Courbevoie

 

Patrick Audoux : photographies,

Frédéric Kahn et Nicolas Hér ault : peintures

 

jazz.jpg

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 14:30

 

Aux Dernières Nouvelles du Jazz, nous souhaitions rendre hommage à cette grande chanteuse de jazz qu'était Abbey Lincoln. Pour cela, nous vous proposons de la retrouver, chanteuse vivante, lors d'un magnifique concert impromptu enregistré en 1967 à la Maison de la Radio, avec un quintet de circonstances composé de Max Roach, Johnny Griffin, Maurice Vander et Gilbert Rovère.

 

 

 

 

 

 

Le NY Times lui a consacré un bel article.

 

 

lincoln3-popup.jpgAbbey Lincoln, 1991. (Jack Vartoogian/FrontRowPhotos)


Partager cet article
Repost0