Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 décembre 2021 1 27 /12 /décembre /2021 13:34

Sophia Domancich (piano, piano électrique), Simon Goubert (batterie)

Malakoff, 15-16 septembre 2020

PeeWee! PW 1004 / https://peeweelabel.com/fr/albums/31

 

Une musique inspirée par les films de David Lynch. À l'origine de cette aventure, comme le raconte Simon Goubert dans le livret, la proposition de Jean-Pierre Bonnet, membre actif de l'association des Amis du Méliès (le cinéma d'Art et d'Essai de Montreuil), d'imaginer une rencontre entre la musique et le cinéma. Sophia Domancich répond sans ambages «...quelque chose avec des films de David Lynch». Pas question de faire un ciné-concert classique, où la musique se pose sur les images du film. Pas question de court-circuiter l'univers sonore (dialogues, ambiances sonores et musiques). L'idée, c'est plutôt de choisir des courts-métrages de Lynch, de les projeter pour le public, et de jouer entre ces extraits des musiques improvisées, ou écrites pour la circonstance. Une première expérience, en 2016 et en public -où la musique réagit, commente, vagabonde et recrée son propre imaginaire- concrétisera la pertinence du projet. Et 4 ans plus tard, Sophia Domancich et Simon Goubert acceptent la proposition de Vincent Mahey (Studio Sextan, label PeeWee!) d'enregistrer la musique née de cette aventure. Twofold head, est-ce une tête double, celle de la pianiste et du batteur, qui pratiquent de longtemps le duo fusionnel, une pensée musicale duale qui s'exprime avec évidence depuis des années  ? Ou une nouvelle œuvre, qui conjuguerait le cinéma et la musique, inspirée par cet autre objet artistique qu'est le film ? Mystère.... En tout cas, l'aventure tient ses promesses : avec ce duo, nous allons naviguer de sensations en émotions, de nuances en éclats, embarqués que nous sommes dans un univers qui nous captive, une captivité consentie et riche de rebonds et de détours. L'enregistrement s'est fait, comme le concert, entre le visionnage de chaque film, au plus près de la source. Le résultat est confondant. Chaque plage nous entraîne dans ce qui pourrait être l'imaginaire du cinéaste autant que celui du duo ; et le nôtre n'est pas de reste, car notre propre fiction s'élabore à mesure que cette musique nous envahit, qu'elle nous touche, qu'elle nous livre (ou non) ses clés. C'est d'ailleurs l'hypothèse de Philippe Ghielmetti, grand producteur de disques (notamment de piano) et cinéphile averti : il l'évoque dans un court texte à l'intérieur de la jaquette du CD. C'est comme chez Lynch. À trop chercher le sens, on risque de se perdre : la clé du secret ne serait-elle pas simplement le chemin que nous suivons, loin de toute élucidation. Infinies nuances ou éclats de sons et de rythmes, nous sommes emportés, de plage en plage, par ce récit sans fin. La preuve : quand le terme semble venue, à 4 minutes et 12 secondes de la plage 10, une plage fantôme se faufile, 3 minutes plus tard, et pour 2 minutes et 40 secondes. Dernier sortilège.

Xavier Prévost

.

Le duo participera le 31 janvier à Paris, au Théâtre des Nouveautés, à la 'PeeWee ! Night', soirée du label PeeWee !, avec Biréli Lagrène, Andy Emler, Patrick Bebey, Mathias Lévy, Kartet....

.

Sur Youtube, cinq fragments dans la vidéo 'Pause' du Studio Sextan et de l'EMC, réalisée lors des séances d'enregistrement

Partager cet article
Repost0

commentaires