Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 20:52

You and the Night and the Music, concert de TSF Jazz
12 décembre Olympia (75009)
Cette soirée du lundi de la mi-décembre à l’Olympia est devenue avec le temps-on célébrait la 14 ème édition- un rendez-vous majeur de la saison parisienne. S’y retrouvent les habitués des clubs et, en plus grand nombre, les amateurs de jazz qui entendent tout simplement prendre du bon temps et mettre à jour leurs connaissances. Le programme mitonné par TSF Jazz tend en effet à l’exhaustivité et n’écarte aucun des genres qui caractérisent le jazz en ce début du 21 ème siècle. Sur la scène du music-hall du Boulevard des Capucines, ce ne sont pas moins de 20 formations qui ont présenté le 12 décembre un panorama aussi divers que contrasté, où les sonorités électroniques alternaient avec les accents d’Europe centrale, les rythmiques sud-américaines, sans oublier- et c’est bien là le cœur du sujet-les tenants d’une modernité créative dans la droite ligne des John Coltrane, Miles Davis et autres Sonny Rollins.
En l’espace de trois heures, le spectateur aura pu déguster le jazz cuvée 2016 sous toutes ses formes actuelles, ou plutôt se mettre en bouche. La règle du jeu fixait la prestation de groupe à un unique morceau (5 à 6 minutes en moyenne), seuls la chanteuse-danseuse de claquettes britannique Lucy Dixon et le guitariste Biréli Lagrène- dont chacun se sera aperçu (enfin !) qu’il ne peut être réduit au rôle du plus brillant des héritiers de Django- ayant droit à deux chansons. C’est dire si l’exercice était astreignant pour chaque formation, sorte de speed dating, où il faut convaincre sans préliminaires.  Face à cette contrainte, stressante à l’évidente pour d’aucuns, certains démontrèrent leur maestria : le saxophoniste Samy Thiebault et son quintet, trois duos (Laurent de Wilde et Ray Lema, Jacky Terrasson et Stéphane Belmondo, Biréli Lagrene eet William Brunard), et, le plus convaincant à nos oreilles, le quartet de Mark Turner (Avishai Cohe, trompette, Joe Martin, basse et Marcus Gilmore, batterie).  Le public, plutôt bon enfant, eut donc droit à un menu riche, voire copieux d’autant que fidèle à sa bonne habitude, TSF Jazz avait convié pour assurer l’ouverture et la clôture, deux grandes formations rutilantes de l’hexagone, The Amazing Keystone big band et le Red Star Orchestra de Johane Myran avec Thomas de Pourquery. Reste maintenant aux spectateurs d’un soir à approfondir leurs connaissances-et leurs coups de cœur- par le disque et le concert.
Programme complet sur www.tsfjazz.com
Jean-Louis Lemarchand
 

 

Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 09:25

Avant le concert Portal/Kühn/Humair/Chevillon, le 10 novembre

.

Jeudi 10 novembre 2016

J'ai manqué le solo de Joachim Florent au Palais Ducal, mais j'ai pu assister, à l'Auditorium Jean-Jaurès, au concert du quartette de Nils Wogram « Root 70 ». Le groupe du tromboniste allemand existe depuis 15 ans, mais c'est la première fois qu'il vient en France. Musique très élaborée, qui évoque l'esprit des années 50-60 (Mingus, Ornette Coleman, la West Coast....) pulsation et raffinement mêlés ; et esprit contemporain qui construit d'assez grandes formes, sophistiquées. Belle brochette : un formidable saxophoniste néo-zélandais, Hayden Chisholm, formé à Cologne, et qui peut sonner comme Paul Desmond ou Hal McKusick, tout en visant l'horizon de demain ; un contrebassiste britannique, Phil Donkin, qui navigue de l'Allemagne aux USA ; et un batteur allemand de Brooklyn, Jochen Rückert, qui forme avec le précédent un très belle, et subtile, assise rythmique. Vraie découverte !

 

D'JAZZ NEVERS : trois journées conclusives

En début de soirée, dans la grande salle de la Maison de la Culture, « Regards de Breizh », autour des photos de Guy Le Querrec. Le grand orchestre Nautilis accompagne les images du photographe, fils de Bretagne qui portait alors (années 60 à 80) un regard sur son cher territoire. Sur un grand écran, les photos parlent de ce monde authentique, parfois oublié de l'histoire, des personnages singuliers, et de cette vie quotidienne, ou festive, telle qu'elle ne se vit pas ailleurs. On aimerait que les photos soient offertes plus longtemps à notre regard : certaines sont connues, d'autres à découvrir. Cela va trop vite, mais nous gardons intact notre émerveillement, porté par une musique un peu illustrative, que l'on aurait aimée, peut-être, davantage en contrepoint. Mais le plaisir est là.

Puis la scène sera investie par Michel Portal et ses partenaires. Tous quatre étaient là en 1987 pour le premier festival ; c'est le 30ème, 29 ans plus tard. La passion de jouer n'a pas faibli. Joachim Kühn est à la fête avec ses complices, Portal et Daniel Humair, avec qui il a tant partagé. Et le contrebassiste Bruno Chevillon, familier des trois depuis quelques années déjà, est un aiguillon qui fait rebondir, ou qui détourne, la connivence bien établie. Principalement des thèmes de Portal et de Kühn, de facture assez proche : segmentée, anguleuse, sur des unissons rigoureux. Ces compositions sont surtout des tremplins, et ça décolle. Bel instant, très présent, qui caresse aussi nos souvenirs d'auditeurs.

.

Vendredi 11 novembre2016

Autour de midi, dans la petite salle de la Maison de la Culture, l'incroyable quartette « La Scala ». Quatre musiciens de la nouvelle génération, qui explorent les chemins de traverse : Bartók, les musiques populaires, le jazz, les musiques répétitives, voire le rock progressif. Roberto Negro au piano, Théo Ceccaldi au violon, Valentin Ceccaldi au violoncelle et Adrien Chennebaut à la batterie sont des virtuoses de la pensée musicale autant que de l'aisance instrumentale. C'est vivant, décapant, enthousiasmant !

 

En fin d'après-midi, à l'écart du centre ville, dans le nouvel Espace Stéphane Hessel, le contrebassiste Claude Tchamitchian présente la nouvelle mouture de son grand ensemble, Acoustic Lousadzak. Deux violons, deux clarinettes, trompette, guitare, piano et batterie, avec des orfèvres du jazz écrit et improvisé, et Géraldine Keller, voix de la musique contemporaine qui s'égare volontiers du côté du jazz et de l'impro. Jazz de chambre, où l'écrit et l'improvisé alternent, parfois se mêlent, avec de grands emportements lyriques. Sur un texte adapté d'Agota Kristof, le grand poème de la vie se déploie dans une forme ambitieuse. Un disque intitulé « Need Eden » est d'ores et déjà enregistré, qui paraîtra en début d'année chez émouvance/Harmonia Mundi.

D'JAZZ NEVERS : trois journées conclusives

En répétition, de gauche à droite, Ramon Lopez, François Raulin, Anne Alvaro et François Corneloup, pour le concert-récit « Restez, je m'en vais »

 

Le soir, dans la grande salle Philippe-Genty de la Maison de la Culture, concert avec récitante. Le pianiste François Raulin a composé une musique inspirée par l'histoire d'Ishi, un Amérindien dernier survivant d'une tribu exterminée au début du XXème siècle par les colons de Californie. Son témoignage, enregistré sur des rouleauxde phonographe avant sa mort en 1916, a été transcrit dans un livre, dont la comédienne Anne Alvaro a choisi des extraits. Elle les profère avec une formidable expression, calant sa diction sur les mouvements la musique. François Corneloup aux saxophones, et Ramon Lopez à la batterie, étaient les partenaires de ce requiem-poing levé pour le dernier vivant d'un peuple anéanti. Beauté intense d'une sorte de poème tragique.

D'JAZZ NEVERS : trois journées conclusives

En seconde partie du même concert,

le quartette du trompettiste Avishai Cohen, avec le répertoire du disque « Into The Silence » , paru en début d'année chez ECM. Musique méditative, belle expression du trompettiste, soutien complice du pianiste Yonathan Avishai. En début de concert leurs partenaires, deux remplaçants, tardent à trouver leurs marques. Puis tout se délie : Yoni Zelnik, à la contrebasse, entre pleinement dans le jeu, et le batteur Jonathan Blake rebondit sur les climats avec un drumming parfois un peu trop appuyé. Mais le public est embarqué, et en rappel Art Deco de Don Cherry donne à entendre un autre climat. Beau concert, en définitive.

.

Samedi 12 novembre 2016

Midi et quinze minutes. Le pianiste Stéphan Oliva entame une intro-mystère pour ce duo avec Jean-Marc Foltz. Gershwin est au programme, et c'est The Man I Love qui se révèle, à la clarinette. Développements recueillis, avec des réharmonisations tendues, et coda sur Fascinating Rhythm en version plus que lente, pour rester dans la tonalité du programme. Variations autour de Porgy and Bess et de Rhapsody in Blue, standards inoxydables (I Can't Get Started, Summertime....), nous sommes comblés. Ces versions sont résolument neuves, et c'est magnifique d'intensité.

D'JAZZ NEVERS : trois journées conclusives

Changement de décor à 18h30 à l'Auditorium Jean-Jaurès

 avec Coronado : musique aux rythmes fracturés, développés en de longs flux asymétriques. Le guitariste Gilles Coronado édifie des dialogues élaborés, et vifs, avec ses partenaires : Matthieu Metzger au saxophone alto, Antonin Rayon à l'orgue (et autres claviers) et Franck Vaillant à la batterie. Ils suivent des cycles rythmiques audacieux, mais ne s'égarent nullement, et n'hésitent pas à se rejoindre sur une énergie très rock. Un son neuf, une musique d'ailleurs : le rêve en quelques sorte.

D'JAZZ NEVERS : trois journées conclusives

Et pour conclure, à 20h30 dans la grande salle de la Maison de la Culture, l'apothéose du festival, avec John Scofield, qui aurait dû jouer le 14 novembre 2015, et s'était trouvé retenu à l'étranger en raison des attentats de la veille. Le voici, heureux de pouvoir enfin honorer le rendez-vous. Il parle avec tact de ces événements douloureux, et nous offre un concert bâti sur le répertoire de son dernier disque, « Country For Old Men » (Impulse/Universal). Musique country certes, mais jouée avec l'âme du blues. Extraordinaire expression à la guitare, qui chante, gronde et pleure. Pas de clichés, toujours des chemins neufs : une merveille ; et un groupe de rêve : Steve Swallow à la guitare basse acoustique, Bill Stewart à la batterie, et Larry Goldings à l'orgue (et au piano). Concert mémorable, où l'on entend une chanson de Dolly Parton devenir le tremplin d'une envolée en 6/8 digne de Coltrane sur Chim Chim Cheree !

Xavier Prévost

 

Liens pour les vidéos de Culture Box

http://culturebox.francetvinfo.fr/musique/jazz-blues/d-jazz-nevers-festival/anne-alvaro-trio-raulincornelouplopez-au-d-jazz-nevers-247977

 

http://culturebox.francetvinfo.fr/musique/jazz-blues/d-jazz-nevers-festival/avishai-cohen-quartet-au-d-jazz-nevers-247979

 

http://culturebox.francetvinfo.fr/musique/jazz-blues/d-jazz-nevers-festival/john-scofield-au-d-jazz-nevers-247981

 

http://culturebox.francetvinfo.fr/musique/jazz-blues/d-jazz-nevers-festival/magnetic-ensemble-feat-francois-corneloup-au-d-jazz-nevers-247983

 

Lien pour le Jazz Club de France Musique

http://www.francemusique.fr/emission/jazz-club/2016-2017/anne-alvaro-le-trio-de-raulin-corneloup-lopez-nevers-11-12-2016-19-00

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 17:42

Sylvain Kassap, Benjamin Duboc, Hamid Drake, le 9 novembre

.

Lundi 7 novembre 2016

Le festival a commencé samedi en fantaisie multiforme : Fanfare orléanaise à fort tempérament hispanique, power trio helvète, Brotherhood Heritage (hommage vivant au regretté Chris Mc Gregor, voir le festival Europa du Mans)  http://www.lesdnj.com/2016/05/europa-jazz-une-journee-mancelle.html  et Truffaz pour conclure. Dimanche après-midi c'était recueillement de rigueur, avec John Surman en solo dans la Cathédrale. Les amis présents m'ont raconté ces deux journées, dont ils étaient plutôt contents. Arrivé dimanche soir sur le tard, je ne pourrai tenter de vous faire revivre, en forme de panorama, que les jours suivants.

Lundi, à l'heure de l'Angélus, dans la petite salle de la Maison de la Culture, c'était « Between », duo improvisé de musique et de danse, avec la danseuse-chorégraphe Héla Fattoumi et le violoncelliste Gaspar Claus. Plusieurs tableaux enchaînés dans une grande fluidité, mais en toute urgence, avec des images fortes, une prise de pouvoir du corps dans l'espace, et une poésie d'une belle expressivité.

Puis, à l'heure des Vêpres, à l'Auditorium Jean Jaurès, voici le Quatuor Ixi, formidable lancer de syncopes dans l'univers des cordes, avec un savant tuilage de l'improvisé dans l'écrit, des compositions inscrites dans des formes inventives (signées par le violoniste Régis Huby, l'altiste Guillaume Roy, et le violoncelliste Atsushi Sakaï), et de fulgurantes interventions du violoniste Théo Ceccaldi. Après 20 ans d'expérience commune des deux fondateurs, Régis et Guillaume, une belle confirmation du fait que, sans négliger l'histoire de cette instrumentation, notamment au vingtième siècle, on peut envisager autrement le son d'ensemble et l'interaction des voix.

Et à Complies, dans la grande salle de ma Maison de la Culture, la soirée commence avec le trio de Gary Peacock, annoncé en seconde partie. Il ouvre le spectacle car un probème d'annulations de vols internationaux affecte l'un des membres du trio qui va suivre. Le contrebassiste joue une longue introduction, et l'on se demande un instant où elle va aboutir. Vient le piano de Marc Copland, qui révèle le standard choisi, Estate. Ce début est un peu hésitant, voire laborieux. Tout s'éclaire ensuite, avec Jade Vision, Footprints et Watch What Happens. Le pianiste excelle dans l'art de poser des harmonies très riches, parfois audacieuses, et cela nourrit le cheminement du trio. Le batteur Mark Ferber montre une certaine subtilité, et une richesse de timbres. On est en vitesse de croisière. On aura ensuite des compositions originales, dont Vignette de Peacock, qui figurait sur le disque « Tales of Another » en 1977, sous le nom du contrebassiste avec pour pianiste un certain.... Keith Jarrett. Et après I Loves You Porgy, le rappel conclura pour de bon avec Doxy, de Sonny Rollins. Un beau moment de trio, avec cependant quelques baisses de régime.

Un trio devait suivre, vers 22h : Sclavis / Courtois / Pifarély. Mais Vincent Cortois, retenu à Sarajevo depuis la veille en soirée par plusieurs annulations successives de vol, pour mauvais temps et avec leurs conséquences en terme de saturation des vols suivants, n'a pas pu rallier Nevers dans les délais. C'est donc en duo que Dominique Pifarély au violon, et Louis Sclavis aux clarinettes, vont jouer une partie du répertoire de ce nouveau trio (qui fera l'objet prochainement d'un disque ECM). Pour avoir entendu ce trio à Paris à l'Atelier du Plateau, je peux témoigner que les versions étaient très différentes, mais pas moins vivantes. Les deux musiciens se sont stimulés, entre soubassement et solos, à tour de rôle, donnant à ce concert une densité mémorable. Quelques compositions d'un autre répertoire sont venues compléter ce programme qui a séduit toute l'assistance, et fait oublier le désagrément de cette défection très involontaire.

.

Mardi 8 novembre 2016

Départ en impro totale, dès midi et quart, avec le duo Joëlle Léandre / Serge Teyssot-Gay. Ils jouent régulièrement ensemble, et ont aussi enregistré, mais le concert garde la fraîcheur d'un commencement. Le guitariste enfouit d'abord son énergie rock dans de longues tenues, sans attaque, auxquelles la contrebassiste répond à l'archet, en circonvolutions soyeuses. Puis le débat s'anime. Le pizzicato s'installe, l'expression se fait plus vive, les modes de jeu plus hétérodoxes : on entre dans le vif du sujet. Joëlle élabore un groove puissant, sur lequel elle pose, de sa belle voix, des profondeurs venues du gospel et des révoltes afro-américaines. Plus loin elle inventera une langue de fantaisie. Et toujours la force d'expression passe la rampe, soutenue en écho par le guitariste. Et la boucle de l'improvisation se refermera en douceur, quand la connivence des improvisateurs indiquera le terme, naturel et cohérent, d'une nouvelle page d'improvisation.

À 18h30, au Café Charbon, concert de Voodoo, rassemblé par le guitariste lyonnais Philippe Gordiani. Une très belle idée : réveiller l'imaginaire d'une rencontre musicale manquée entre Miles Davis et Jimi Hendrix. Le groupe a enregistré durant plusieurs jours dans le lieu en vue d'un prochain disque, qui sera complété par l'enregistrement du concert. Le trompettiste Antoine Berjeaut ne se réfère pas directement à Miles Davis, et cela participe à la force du projet. Le but est de composer, à partir des thèmes de Miles, période électrique, et de Hendrix, un ensemble qui restitue l'énergie de groupe, le groove, l'engagement des musiciens dans l'unité d'ensemble. Alice Perret aux claviers, Joachim Florent à la guitare basse, et Emmanuel Scarpa à la batterie, ont exactement le profil de la situation. C'est d'une grande effervescence collective, les solos se fondent dans la texture du groupe : belle réussite. On attend le disque avec une certaine impatience.

À 20h30, dans la grande salle de la Maison de la Culture, la soirée commence avec Equal Crossings, le groupe de Régis Huby. Grande suite en trois mouvements (publiée sur le disque éponyme chez Abalone / L'Autre distribution), c'est une œuvre qui traverse les territoires du jazz, de la musique improvisée, et de la musique contemporaine, voire du rock progressif. On glisse en permanence de l'écrit à l'improvisé, avec des interprètes-improvisateurs de haut vol : Marc Ducret, Bruno Angelini, et Michele Rabbia. Les échanges improvisés sont vifs et impressionnants, les parties écrites affichent une densité indéniable, avec des successions de tensions et de détentes qui donnent à la grande forme son armature. Une fois encore (après le quatuor Ixi), Régis Huby impose la qualité de son travail comme une évidence.

Vers 22h15, au même endroit, c'est la conclusion de la journée, avec le duo trompette-piano Paolo FresuUri Caine. C'est un duo régulier, qui s'est produit dans beaucoup de pays, depuis une dizaine d'années. Son matériau musical ? Les standards (de Broadway, et ceux du jazz), et sur l'autre versant la musique classique, et plutôt la période baroque. On va de Bach à Monteverdi et Barbara Strozzi, en passant par Gershwin, Miles Davis, Charlie Haden, Dizzy Gillespie, Sonny Rollins.... Le trompettiste impose son extraordinaire sens mélodique, en douceur, et devient véhément dans l'improvisation, glissant en permanence de la trompette au bugle. Uri Caine affiche un jeu nourri, fébrile mais d'une grande précision, et fait sonner le piano (ou le piano électrique) comme un orchestre. Parfois ils improvisent simultanément, croisant leurs lignes dans un dialogue vertigineux. Parfois un peu chargé côté piano, mais quand même, quelle joute !

.

Mercredi 9 novembre 2016

Tout commence autour de midi, dans la salle Lauberty de la Maison de la Culture, avec le duo Busking, qui associe la guitariste Hasse Poulsen à la contrebassiste Hélène Labarrière. Comme ils l'ont fait sur leur disque éponyme (Innacor / L'Autre distribution), ils vont improviser à partir de chansons pop anglaises, danoises... ou francophones. La matière musicale est traitée avec la plus grande liberté d'improvisation, mais en passant souvent par un exposé fidèle, en appuyant si nécessaire sur le côté folky. De Phantom of the Paradise à Starmania en passant par Formidable, tous ces thèmes populaires sont visités avec une liberté confondante. Et sur Lucy In The Sky With Diamonds, le guitariste part dans un délire psychédélique sous acide, lequel atterrira en douceur sur une réexposition sereine par la contrebassiste. Belle pirouette qui révèle l'essence du projet.

Vers18h30, à l'Auditorium Jean-Jaurès, le groupe « Ethics » du contrebassiste Michel Benita fait entendre sa musique de mélanges sans frontières. On part souvent d'une base apaisée, d'un matériau musical d'une simplicité apparente, plutôt folky, et les éléments s'agrègent autour de la contrebasse, qui délivre la pulsation matricielle, et de la batterie de Philippe « Pipon » Garcia, doublée d'effets électro-acoustique qui balisent le terrain. Le bugle de Matthieu Michel trace des lignes claires, avec ce timbre inimitable, souvent en unisson ou en dialogue avec le koto de Mieko Miyazaki. Et la guitare de N'Guyên Lê joue tous les rôles, atmosphérique autant que soliste. On se laisse porter par une sorte d'envoûtement, jusqu'à une tension dans les improvisations qui parfois atteint un paroxysme rock, version fusion, ou encore progressif, attisé par la voix de Mieko Miyazaki. Le tout sur un répertoire où le disque récent, « River Silver » (ECM) ; prend une belle place, mais dans une approche attisée par le contexte de musique vivante.

 

D'JAZZ NEVERS : trois journées panoramiques

©Maxim François

À 20h30 la salle Philippe-Genty de la Maison de la Culture accueille en première partie un concert spectacle, J'ai horreur du printemps, inspiré par la bande dessinée Le Petit Cirque, de Fred. Mélange d'images de la BD, de musique originale (Stéphan Oliva, avec Christophe Monniot, Claude Tchamitchian et Ramon Lopez) et de poésie acrobatique. Conceptrice avec Stéphan Oliva de ce beau projet, Mélissa Von Vépy se présente comme artiste aérienne. Elle surgit de dessus l'écran, sur lequel elle évolue de son agilité acrobate (qui lui vient de sa pratique du trapèze) et le spectacle s'intègre aux images de la BD, mises en mouvement. C'est d'une infinie poésie, comme une parfaite réussite d'un spectacle pluri-disciplinaire qui aurait vraiment trouvé son accomplissement.

Vers 22h30 ce sera un trio d'improvisation, qui rassemble le clarinettiste Sylvain Kassap, le batteur Hamid Drake, et le contrebassiste Benjamin Duboc. Une phrase de clarinette basse installe un espace où la contrebasse, furtive, et la batterie, bruissante, vont s'insérer. Puis le dialogue s'installe, l'échange s'intensifie, et l'effervescence bat son plein. Une autre clarinette, petite, et démontée en deux segments joués simultanément, va introduire un autre climat, et de nouveaux emportements. Et ainsi de suite, dans un concert où le fil de l'improvisation défie le fil du temps, de surprise en égarement, d'incertitude en affirmation fougueuse. Tout le charme de la musique improvisée tient dans ce cheminement, magnifiquement erratique. Son charme, et sa beauté.

Xavier Prévost

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 13:38

« Dans le prolongement »

Régis Huby (violon, composition), Théo Ceccaldi (violon), Guillaume Roy (alto), Atsushi Sakaï (violoncelle), François Couturier (piano)

Théâtre 71, Malakoff, 3 novembre 2016, 20h30

Le violoniste-compositeur-improvisateur Régis Huby est en résidence artistique pour deux saisons au Théâtre 71 de Malakoff, lequel a eu la bonne idée d'accueillir cette production du Centre culturel de rencontre de l'Abbaye de Noirac. Le Quatuor ixi, piloté depuis 20 ans par le binôme Régis Huby – Guillaume Roy, navigue avec audace entre le jazz, la musique improvisée et l'histoire récente du quatuor à cordes. Et pour l'occasion le quatuor convie un pianiste qui partage avec lui le goût des chemins de traverse, entre les idiomes et les styles.

En guise de bienvenue à l'invité, le quatuor choisit de commencer avec une composition du pianiste, tirée du répertoire de son « Tarkovsky Quartet » : recueillement, ascèse et lyrisme. Puis viennent les compositions de Régis Huby, objet de cette création. Le langage du quatuor porte toutes les traces de son histoire : tropisme jazz, goût de l'improvisation, écriture exigeante, marquée par l'histoire musicale du vingtième siècle. Le mélomane moyen mais attentif que je suis pense parfois à Alban Berg pour l'expressivité, à Bartók pour les intervalles tendus et les réminiscences traditionnelles (ici, un court instant, la musique celtique), pour les rythmes aussi ; et à Stravinski pour les séquences rythmiques lancinantes, les syncopes et l'incantation ; et quelques instants, dans un solo, furtivement, le souvenir de Tzigane de Ravel.. Les compositions sont construites pour accueillir, par tuilage discret, des cadences improvisées de chacun. Les deux violonistes font un instant cadence commune, où leur musicalité et leur énergie font merveille. Régis Huby me confie, à la fin du concert, qu'il ressent chez Théo Ceccaldi la fougue du violoniste qu'il était lui-même voici vingt ans, et me dit que Guillaume Roy éprouve en les écoutant la même sensation. La musique est bâtie sur des contrastes parfois violents, mais les nuances sont palpables, et ce quintette avec piano respire l'harmonie jusque dans les dissonances : au-delà de l'harmonie purement musicale, une adéquation humaine, reflet du rythme qui régit le vivant. Les improvisations de chacun insèrent dans le déroulement cette tension, et cette mise en suspens, nécessaires à toute expression artistique. Vient une composition de Guillaume Roy, qui prolonge la pièce centrale qui donne son titre à cette création : Dans le prolongement. Communauté de langage, même liberté, même densité. Conclusion du concert avec à nouveau une pièce signée Régis Huby, et en rappel un thème du répertoire du Quatuor Ixi, réarrangé pour accueillir l'invité de la soirée, qui a magnifiquement tenu sa place dans ce Quintette à cordes pas tout à fait éphémère puisqu'il revivra, notamment en janvier à la Maison de la Culture de Grenoble, et en mars à Sceaux, aux Gémeaux.

Xavier Prévost

.

Le quatuor IXI dans l'émission À l'Improviste d'Anne Montaron sur France Musique le 21 février 2015

http://www.francemusique.fr/player/resource/74633-85783

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 11:07
MARTIAL SOLAL et DAVE LIEBMAN en duo à la Maison de la Radio

    En arrivant vers 18h, pour la fin de la balance, je croise près des coulisses Jean-Jacques Quesada, saxophoniste élève et ami de Dave Liebman. Il m'invite à me faire discret en traversant le plateau, car Martial et Dave sont en train d'enregistrer quelques pièces pour compléter un disque qui pourrait paraître, avec des extraits du concert à venir, et de la seconde soirée de décembre 2015, au Sunside, captée par France Musique pour le Jazz Club. Les deux musiciens sont très concentrés, et leur plaisir de jouer est palpable. Après la balance, retour dans les loges pour un tête-à-tête studieux : les deux compères veulent choisir quelques standards, en privilégiant ceux qu'ils n'ont joués ni en décembre dernier, ni cet été au festival Jazz and Wine, à Sauternes.

   Exceptionnellement, ce Jazz sur le Vif est à 20h, et au grand studio 104. Après Invitation, au ténor, Liebman passe au soprano pour Stella by Starlight. Solal, dans ses intros comme dans ses exposés, batifole au large du thème (il effleure à nouveau Invitation, et il y reviendra plus tard dans le concert....), quand son partenaire choisit souvent un énoncé presque littéral, avant de s'aventurer loin des bases. Retour au ténor pour une composition du pianiste, In and Out. Un peu de mélancolie, des intervalles distendus, l'esquisse d'un autre monde. Puis standard à nouveau, avec Just Friends, que Martial aime beaucoup jouer en duo. Envolée du pianiste, arrêt surprise, et enchaînement de Liebman pour un stop chorus qui tutoie l'horizon. Dave passe au soprano pour Small One, une de ses compositions, qu'il avait jouée avec Elvin Jones. Petite valse sentimentale (et assez noble) qui explose très vite en saillies pyrotechniques. Et pour conclure la première partie, un inoxydable standard du jazz, A Night in Tunisia, que Martial décortique avec science et humour dans l'intro, avant de laisser Dave jouer le thème en toute liberté.

   La reprise, pour le second set, se joue sur une version très cubiste de Night and Day. Les deux complices s'en donnent à cœur joie dans cet espace de liberté que constitue un standard tellement ressassé qu'il est une injonction majeure de liberté. Et ils ne s'en privent pas. Comme sur Satin Doll qui suivra, pour un chassé-croisé du meilleur aloi. Vient le moment où la saxophoniste, délaissant les saxophones, opte pour cette toute petite flûte indienne qu'il adore, et dont il extrait un thème de son cru, Cosmos. Martial Solal procure les accords et les arpèges requis, en ouvrant çà et là des portes secrètes. Retour au soprano pour Summertime : Martial dynamite l'intro, et Dave expose fidèlement, avec une belle expressivité, avant de s'aventurer vers le grand large. Martial posera une coda abrupte, comme pour dire que l'on s'est assez amusé avec cette vieille scie. Car le moment est venu d'une autre composition du pianiste, Coming Yesterday, inaugurée en 1978 pour le disque « Suite for Trio » : thème sinueux, suspendu, qui débouchera sur de torrides envolées de Liebman au soprano. Un standard encore, et quel, avec Body and Soul, traité avec toutes les libertés qu'autorise le talent : un monument si souvent visité vaut bien quelques détours dans les méandres de la mémoire, et les duettistes ne se privent d'aucune audace. Pour le rappel, un bon vieil anatole (mais semble-t-il pas en Si bémol), et What Is This Thing Called Love pour vraiment conclure, par une pirouette qui s'impose sur Hot House. Quel voyage, une fois de plus ! Un voyage organisé par Arnaud Merlin pour la série « Jazz sur le vif », qui donne rendez-vous le samedi 19 novembre à l'horaire coutumier, 17h30, et dans le lieu habituel, le studio 105, pour écouter le quartet du saxophoniste néerlandais Barend Middelhoff, et celui du tromboniste suisse Samuel Blaser. Encore une très belle affiche.

Xavier Prévost

.

France Musique n'a pour le moment pas indiqué de date de diffusion pour le très beau concert Solal-Liebman

 

 

 

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 21:26

C'est un événement : un concert de Martial Solal en trio ! Cela fait pas mal de temps que ce n'était pas arrivé. Après avoir cessé de se produire pendant toute une année, Martial avait fait son retour en club, au Sunside, en décembre 2015, pour un duo inédit avec Dave Liebman. Et le voici, pour un trio tout aussi neuf, dans la grande salle de l'Opéra de Lyon. Fidèle auditeur de Martial, au disque comme au concert, et depuis des décennies, je ne voulais pour rien au monde manquer cet événement. Direction Lyon, donc, où je gagnerai l'Opéra par la ligne « A » du métro ; Martial jouera ce soir quelques mesures de Take the « A » Train : clin d'œil.... ou hasard objectif ?

 

 

 

QUELQUES HEURES avec MARTIAL SOLAL à l'Opéra de Lyon

À 17h, je suis dans les coulisses, derrière le grand plateau. Martial arrive, très entouré. Il marche lentement, un peu voûté par la fatigue du voyage : « Je me sentirai mieux quand je serai assis, me dit-il ». Effectivement, une fois installé devant le piano, Martial oublie sa fatigue et pilote les préparatifs. Les régisseurs installent la batterie, que Bernard Lubat va disposer à sa guise. Bernard et Martial sont de vieilles connaissances. Dans sa première vie professionnelle de jazzman presque de stricte obédience, le batteur a parfois apporté son concours au pianiste. Mais leur plus récente rencontre s'est faite à deux pianos, au festival Sons d'hiver en janvier 2104 : un DVD intitulé « In and Out », et signé Thierry Augé, en témoigne. Pendant que Bernard s'affaire sur le réglage de ses toms, Martial dialogue avec le contrebassiste Mads Vinding. Le pianiste l'a rencontré en 1999 à Copenhague lorsque, récipiendaire du prestigieux Jazzpar Prize, il devait donner un concert de création avec des musiciens danois. Martial apprécie ce grand contrebassiste, pilier du célèbre Montmartre Jazzclub de la capitale danoise, où il a accompagné tout le gotha du jazz international durant des lustres. François Postaire, qui programme le jazz à l'Opéra, veille sur le plateau à ce que tout soit fait pour le mieux. Les équipes de son et de lumière s'affairent avec une fluide efficacité. La balance peut commencer. Un tour de chauffe sur un standard, Here's That Rainy Day, avant de passer aux compositions originales de Martial : Coming Yesterday , Aigue Marine... ; Certaines nécessitent une très précise mise en place, ce qui n'est pas un problème pour ces partenaires de haut-vol. On affine le son avec quelques standards, dont On Green Dolphin Street, que Martial affectionne, mais qui ne sera pas joué le soir. Le son du trio est au point : c'est le moment d'accueillir l'invitée : Claudia Solal. Martial a prévu de jouer deux standards, puis une improvisation totale, avec sa fille. Pour les standards (Lush Life et In Walked Bud), ils font un petit galop d'essai, histoire de vérifier que tout fonctionne. On rectifie ici un accord de passage, là une inflexion, et le tour est joué. Mais pour le duo improvisé, pas question de répéter : ces deux intrépides improviseront à vue... et il en ont vues d'autres ! Tout est paré. Sophie Jarjat, l'attachée de presse, s'enquiert de l'accueil des invités des artistes. La peintre Anna Solal, la femme de Martial, s'assure que personne n'a été oublié parmi les amis attendus à concert-événement. En attendant l'ascenseur qui va le conduire aux loges Martial, très détendu, admet qu'une pause lui fera le plus grand bien. Mais, pour me rassurer, ou plutôt pour me taquiner, il me dit « La tête et les doigts fonctionnent parfaitement ! ». Qui pourrait en douter ?

 

QUELQUES HEURES avec MARTIAL SOLAL à l'Opéra de Lyon

Et le concert à 20h30 en administre, s'il en était besoin, la preuve éclatante. En trio d'abord, avec Swing Spring pour se mettre en jambe sur un classique du bop, suivi par deux très belles compositions de Martial : Aigue Marine et Coming Yesterday. Puis, prétextant avec humour que ses partenaires ont besoin de repos, il nous offre en solo un éclatant medley du répertoire de Duke Ellington. Il connaît cette musique, il l'aime, et prend avec elle toutes les libertés qu'autorise l'amour. Puis il accueille Claudia « ma chanteuse préférée, dit-il, et pas seulement parce qu'elle est ma fille ». Ils jouent les deux standards prévus : Claudia fait merveille d'expression dans Lush Life, et introduit In Walked Bud en chantant a cappella, avant d'être rejointe par Martial, en pleine effervescence bebop. Le troisième duo, totalement improvisé, est fascinant : dialogue télépathique, où les audaces de la chanteuse stimulent les réponses inouïes du pianiste. C'est un enchantement, jusqu'à l'instant final où, dans le suspens d'un élan que l'on croirait indécis, Martial pose les notes conclusives. Le public est conquis, et continuera de l'être au retour du trio : standards encore, avec un fabuleux solo de Bernard Lubat, aux balais, sur Here's That Rainy Day. Dans le suivant Mads Vinding aura largement loisir de s'exprimer, avant que le trio ne se lance dans le labyrinthe de Zag-Zig, une composition de Martial pleine de chausse-trapes et de rebondissements. Un Tea For Two d'apparence récréative permettra à chacun de jouer le jeu du jazz : surprises, acuité musicale, liberté d'improviser.... Le public est aux anges, et rappelle à tout-va. Bons princes, les musiciens reviennent pour un Lover Man porteur de mémoire et d'émois ; rappelés encore ils nous offriront What Is This Thing Called Love, et au troisième rappel, après que Claudia, mandée en coulisse par Bernard Lubat, s'est jointe au trio pour recevoir les vivats, c'est en solo que Martial va conclure. D'abord en donnant mille fantaisies, très musicales, et plutôt hardies, sur l'air de Happy Birthday To You. (au prétexte suivant « Il y a bien ce soir dans la salle, dit-il, quelqu'un dont c'est l'anniversaire.... »). Puis, faisant mine de partir encore, il nous donne une version inédite, façon puzzle, de sa partition pour le film À Bout de souffle. Ovation d'un public heureux, bonheur partagé avec un artiste manifestement comblé par cette soirée où chacun a donné le meilleur : un rêve en somme !

Xavier Prévost

.

 

Martial Solal jouera en duo avec Dave Liebman le samedi 29 octobre à 20h, dans le grand studio 104 de la Maison de la Radio, pour un concert « Jazz sur le vif » exceptionnel.

http://www.maisondelaradio.fr/evenement/jazz/jazz-sur-le-vif-20

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 15:29
@Claude Dinhut & Marianne Mayen  (TJA)

@Claude Dinhut & Marianne Mayen (TJA)

Mercredi 3 Août : Cloître des Carmes

A la fin de leur concert, le quintet de Kyle Eastwood entonne, après un rappel musclé du « Boogie Stop Shuffle » tiré de Mingus Ah Hum, un « Joyeux anniversaire » et, à la plus grande surprise des deux présidents du Tremplin, Robert Quaglierini et Jean Michel Ambrosino, les nombreux bénévoles, tout de bleu vêtus, entrent en scène avec un énorme roulé de crêpes Suzette ( absolument délicieux, je confirme) soulignant ainsi le final de cette vaillante édition 2016. Il fallait bien ça en ce passage de la nuit symbolique du 4 Août, de l’abolition des privilèges, pour nous faire oublier une année sinistre.

Sinne EEG Quartet : la sirène de Copenhague sinnemusic.com

Sinne EEG (vocal), Jacob Christoffersen (piano), Lennart Ginnman( bass) Zoltan Csörz( drums)

La soirée avait commencé avec le concert de la chanteuse danoise Sinne EEG (prononcez « ig ») une révélation du jazz vocal suédois, bien qu’elle en soit à son septième album, intitulé sobrement Eeg- Fonnesbaek du nom de son contrebassiste virtuose. Elle a remporté en France le prix de jazz vocal de l’Académie du Jazz en 2014. Elle choisit d’interpréter en quartet un panaché de chansons de ses différents albums, dont Face the Music. Très enjouée, vive et gracieuse, la blonde et grande Scandinave présente de bon cœur ses compositions comme « The Best I Ever Had » qui se partagent son programme à égalité avec les standards du Song book qu’elle maîtrise parfaitement. C’est vrai que les Scandinaves ont la tradition chevillée au corps : elle a choisi de reprendre un « It might as well be spring » assez mélancolique (mais « April is the cruellest month » selon T.S ELIOT ) ainsi qu’un débridé « What a little moonlight can do » tout à fait indiqué en ce début août où le ciel se pare d’étoiles. Elle scate et improvise avec aisance d’une voix claire et chaude, se glissant dans le sillon creusé par Sarah Vaughan qui me semble être sa principale influence.

Kyle Eastwood Quintet :

Andrew McCormack (piano), Quentin Collins (trompette), Brandon Allen (saxophones), Chris Higginbottom (batterie)

Entouré de la fine fleur des jazzmen anglais, le contrebassiste californien va nous régaler de compositions de son dernier album, paru en 2015, chez Jazz Village, Time Pieces, dont le titre est parfaitement explicite. Kyle Eastwood joue la musique qu’il aime et qu’il a entendu pendant son enfance, et cela peut remonter à « Bullet train » de Big Noise from Winnetka du batteur Gene Krupa, en passant par le hard bop d’ Horace Silver, pianiste co-leader des Jazz Messengers. Et ce n’est sans doute pas un hasard si Horace Silver écrivit un mémorable Song for my father. Ou encore le caméleon surdoué Herbie Hancock ( « Dolphin Dance » de Maiden voyage). Un jazz historique. Il ne faut sans doute pas lui demander de s’aventurer sur les terres du free. Tout comme Woody Allen qui ne dépasse pas les années quarante dans ses BO ou alors passe à d’autres musiques y compris contemporaines. il mettrait ses pas dans les traces de son père ? Justement c’est le moment d’en parler,de la figure paternelle. Time Pieces, c’est le passage du temps, l’inscription dans une filiation assumée, si ce n’est revendiquée. Si la tentation du cinéma l’a effleuré, on se souvient du blondinet attendrissant, le neveu de Clint dans Honky Tonk Man en 1982, Kyle a choisi de se consacrer à la musique américaine. Et par des chemins qui bifurquent, il revient au cinéma puisqu’il participe aux B.O paternelles avec Michael Stevens. C’est ainsi que l’un des morceaux marquants du concert est une version réarrangée, du thème principal de « Letters from Iwo Jima » d’une douceur poignante, en duo avec le pianiste. C’est la seconde fois que j’entends ce programme en quelques jours, après la soirée du Mucem à Marseille, dans le cadre du festival des Cinq continents. Mais je suis dette fois tout à fait convaincue. Est ce parce qu’il a pris le temps de se (re) poser 3 jours à Avignon pour participer au jury du Tremplin jazz en tant que président? Le concert emporte très vite l’adhésion du public qui remplit le cloître, l’« acme » se situant lors de l’interprétation improvisée, lentement déployée de son « Marrakech » qu’il commence à jouer à l’archet sur sa drôle de contrebasse raccourcie, accompagné du seul sax soprano avant de passer à la basse électrique. Une pratique longue et assidue d’un instrument dont Kyle Eastwood maîtrise les techniques, à l’aise dans le slap, la walkin bass, à l’archet, changeant aussi pour la basse électrique comme Pastorius sur « Dolphin Dance ». Sérieux, réfléchi, il joue comme il est ou semble paraître. Détendu avec son groupe, comme en famille. Un vrai « professionnel », qui a su s’entourer de musiciens attentifs et experts, d’un pianiste brillant, Andrew Mc Cormack, de soufflants précis que j’aurais aimé cependant voir jouer encore plus souvent à l’unisson. Mais le groupe est soudé autour de sa rythmique et joue collectif, une mécanique bien huilée qui sait aussi donner sur le versant caliente, avec un « Capirinha » de circonstance, ou un « Prosecco smile » effervescent ! Pour l’anecdote, dès le lendemain, le groupe reprenait la ( longue) route pour Marciac (concert le vendredi 6 août) en compagnie de Pascal Bussy, en charge des label Jazz village et World Village chez Harmonia mundi pour aller écouter le soir même Ahmad Jamal …dans son unique concert programmé cet été.

Sophie Chambon

@Claude Dinhut & Marianne Mayen

@Claude Dinhut & Marianne Mayen

@Claude Dinhut & Marianne Mayen

@Claude Dinhut & Marianne Mayen

Repost 0
Published by Sophie Chambon - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 21:37
Grand Prix du Jury  Just another Foundry @Claude Dinhut @Marianne Mayen (TJA)

Grand Prix du Jury Just another Foundry @Claude Dinhut @Marianne Mayen (TJA)

Prix de composition Morgan Freeman  @ Claude Dinhut& Marianne Mayen

Prix de composition Morgan Freeman @ Claude Dinhut& Marianne Mayen

Prix du meilleur instrumentiste Amaury Faye @Claude Dinhut & Marianne Mayen

Prix du meilleur instrumentiste Amaury Faye @Claude Dinhut & Marianne Mayen

@Claude Dinhut & Marianne Mayen (TJA)

@Claude Dinhut & Marianne Mayen (TJA)

Merci au public @Claude Dinhut & Marianne Mayen

Merci au public @Claude Dinhut & Marianne Mayen

Airelle Besson Grand Prix 2002...revenait jouer cette année avec son quintet @Claude Dinhut & Marianne Mayen(TJA)

Airelle Besson Grand Prix 2002...revenait jouer cette année avec son quintet @Claude Dinhut & Marianne Mayen(TJA)

Repost 0
Published by Sophie Chambon - dans Compte-rendus de concerts @@
commenter cet article
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 15:58
25 anniversaire Avignon Jazz  Festival :

Avec celui de la Défense, le Tremplin Jazz d’Avignon

http://www.tremplinjazzavignon.fr est l’un des concours-événements qui dans sa catégorie, compte dans le paysage musical du jazz, un espace d’expression des jeunes musiciens européens qui s’affrontent amicalement au cœur de la cité papale. Plus largement reconnu depuis 2000, qui consacra Avignon « ville européenne de la culture », le Tremplin Jazz s’est étoffé, le concours européen s’insérant dans un festival de Jazz, et cette manifestation sudiste, simple et chaleureuse, a pris sa place en dépit du festival de Théâtre qui monopolise toutes les attentions, y compris médiatiques en juillet, profitant de l’accalmie du début août, quand les affiches sont enfin ôtées des rues et ne jonchent plus les caniveaux et que la ville retrouve une apparence humaine. Il perdure bon an mal an, avec des années plus fastes, question subventions. Malgré des partenaires privés toujours solides, les conséquences sont immédiatement visibles sur la programmation- une soirée de moins cette année, du dimanche 30 juillet au mercredi 3 août, avec le Tremplin qui s'insère, les 1er et 2 août : les 6 groupes dont 3 français, retenus sur 110 formations européennes, donnent une vision assez précise du jazz actuel, reflétant le spectre d’une musique qui continue de s’inventer.

La belle aventure, lancée il y a un quart de siècle dans le quartier difficile de la Barbière puis dans le parc public d’Agricol Perdiguier, par une équipe de bénévoles, des amis passionnés de jazz, continue en dépit des problèmes inhérent à ce genre d’organisation : s’il est une chose qui ne change pas, c’est la qualité de l’accueil due à une équipe de bénévoles infatigables, toujours sur le pont qui, avec le temps ont su prendre leurs marques dans le difficile exercice de gestion de groupe : des chauffeurs qui ont la tâche ardue de se coucher tard et de se lever tôt pour amener groupes et musiciens à bon port, au catering ( Nicole et sa petite famille qui concoctent l'une des plus délicieuses cantines collectives de festival), sans oublier l’équipe du bar, des tee-shirts, des photographes…

L’un des atouts du tremplin et donc du festival est un lieu mythique : faire de la musique dans le cloître des Carmes est une expérience inoubliable. Restant à taille humaine, l’architecture de pierres blondes est merveilleusement servie par Mathieu, peintre des lumières. Gaetan Ortega, lui, est le maître incontesté du son : une équipe choc prête à parer à toute éventualité...

Le public qui vient très nombreux lors des deux soirées gratuites du Tremplin est fidèle et connaisseur. On a donc créé un prix du public, très attendu qui, certaines années, rejoint le choix du jury ce qui confirme la qualité de l’écoute. Public et jury continuent à partager ce qui traverse le paysage musical de ces soirées estivales provençales, lieu d’ouvertures, de passages, toutes frontières abolies…. Avec délicatesse, tout en retenue, le Président du Jury, Kyle Eastwood, a laissé cette année circuler les échanges entre les membres du jury qui, s’ils sont reconnus pour leur « expertise » n’en sont pas moins hommes et…femmes avec leur subjectivité. Et il a su entériner les « bonnes » décisions. Comment en effet évaluer des musiques, prendre position sur des esthétiques et des styles souvent contrastés ? Les vainqueurs du Grand Prix ont la chance de pouvoir enregistrer l’année suivante au studio réputé de Pernes les Fontaines, La Buissonne, sous la direction de Gérard de Haro et de faire la première partie d’un concert du festival.

Les groupes en lice :

Première soirée Lundi 1er Août : Cloître des Carmes

Garbage Ghost ( Belgique) Quentin Gayrard ( saxophones) Pierre Heurty ( batterie), Thomas Chabalière ( vibraphone)

Just Another Foundry ( Allemagne) Jonas Engel (saxophone) Florian Herzog ( basse) Anthony Greminger ( batterie)

Frédéric Perreard Trio ( France) Frédéric Perreard ( piano,compositions) Samuel F’Hima (batterie) Arthur Alard (contrebasse)

Le premier groupe, un trio français représentant la Belgique partait avec un handicap sévère, la défection une semaine auparavant du claviériste. Trouver un nouveau partenaire dans un laps de temps aussi court est une gageure et malgré les qualités évidentes de Thomas Chabalière, la «pièce rapportée», l’alliage ne put convaincre d’autant que le groupe suivant allait quasi instantanément imposer un style, une esthétique et un vrai travail de groupe. Le trio formé à l’école redoutable de Köln (l’une des meilleures avec Berlin) a cette connaissance du jazz et de son histoire qu’il sait s’approprier, retraverser en lui conférant des couleurs originales : de Lee Konitz à Ornette Coleman. Que les musiciens s’éloignent de l’écriture pour improviser ou qu’ils y reviennent, voilà un jazz authentique aux structures micro tonales, au groove évident, à la plasticité formelle d’où l’image de la fonderie ou de l’aciérie http://www.justanotherfoundry.de

Un groupe qui s’inscrit intelligemment dans la tradition, un « power trio » fin et racé, surprenant dans l’aisance des changements de rythmes, dont l’expression musicale coule comme un métal en fusion. Le saxophoniste qui avait, en outre, fait l’effort de travailler sa présentation dans un français choisi, drôle, articulé à l’allemande, faisait entendre un son d’une vigueur convaincante, d’une expressive beauté aux coulées vibrantes. Virtuose avec humour. Mention pour le soliste ?

Dans ces conditions, le troisième groupe, un trio français avait fort à faire. Beaucoup plus classique et prévisible en dépit de compositions originales amplement développées, il sut installer un climat appréciable soulignant un jeu de groupe certain. Prometteur…

Deuxième soirée : Mardi 2 Août

LE JARDIN Julien Dubois (saxophone), Ouriel Ellert (basse électrique), Simon Chivallon (piano), Gaëtan Diaz (batterie)

MORGAN FREEMAN Andrius Dereviancenko ( saxophone), Dennis Sekretarev (trompette), Matt Adomiet ( contrebasse), Tristan Renfrow ( batterie)

Trio Amaury FAYE Amaury Faye ( piano), Louis Navarro ( contrebasse ), Theo Lanau (batterie)

Le Jardin est un quartet bordelais qui a tout ce qu’il faut pour envoyer le bois… mené par un saxophoniste alto inspiré, dont les phrases jaillissent avec aisance. Il livrera même un combat vainqueur avec une cigale, son ajustement sur le tempo rappellant d’autres souvenirs vocaux. D’ailleurs le groupe s’enhardit en jouant et le plaisir s’en ressent pour écouter cette suite écrite autour de « Icare ou le drame de l’augmenté » ou du « Sisyphe ou la Révolte du diminué » sans oublier Madoff ou « la tectonique des plaques » ; des titres improbables aux sources d’inspiration variées reflétant la diversité des styles entre fusion, rock progressif, un zeste de Zappa pour les brusques ruptures, Steve Coleman (encore et toujours). Une formation à suivre pour les Rétois lors de leur tremplin à venir, Jazz au Phare. Et pour les Parisiens au Sunset le 28 septembrehttp://www.sunset-sunside.comSi le Jardin avait surpris, le quartet suivant avait de quoi déstabiliser : ces Hollandais « violents » entraînés par un batteur pitre et visuellement déconcertant, à l’attirail imposant, nous prennent à contre-pied : un élan irrésistible, un souffle libertaire, une vraie prise de risque, des souffleurs qui suivent et relancent alors que le contrebassiste imperturbable, garde le rythme et la boutique. Décoiffant et absurde comme le nom Morgan Freeman qui se serait bien demandé ce qu’il venait faire avec cet équipage. Le dernier groupe a toujours un rôle difficile, un trio bien français, conduit par un pianiste lyrique, séduisant par la « joliesse » jamais facile de la mélodie et la finesse technique du pianiste. Vainqueurs de différents tremplins dont celui de Vienne et de Vannes, sans partir favori, il avait la carte du lyrisme dans son jeu surtout en reprenant une composition parkerienne. Après discussions et échanges solidement argumentés, le jury s’entend pour remettre le Grand Prix au trio allemand Just Another Foundry, le Prix de soliste au pianiste français Fredéric Perreard qui sut plaire au président du Jury, et le prix des compositions au trio hollandais de Morgan Freeman, dont le batteur « fou » avait néanmoins composé la majeure partie du programme. Choix souligné par le Prix du Public qui leur allait sans hésitation selon le décompte des voix. Le Tremplin Jazz continue ainsi cette aventure musicale sous la houlette du président Robert Quaglierini et du co président Jean Michel Ambrosino, d’un dynamisme à toute épreuve, en dépit des charges d’organisation, épaulés par l'efficace attaché de production Jeff Gaffet. Le succès de ce très bon cru nous invite à être confiant pour la suite. Souhaitons à cette manifestation sensible de garder longtemps une place méritée dans le paysage culturel avignonnais ! Il me restait encore une soirée à vivre cette année, celle de la clôture du festival...avec le quintet de Kyle Eastwood et en première partie la chanteuse danoise Sinne Eeg.

A suivre…

Sophie Chambon

Le Cloître des Carmes écrin du Tremplin   @S.C

Le Cloître des Carmes écrin du Tremplin @S.C

Repost 0
Published by Sophie Chambon - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article
29 juillet 2016 5 29 /07 /juillet /2016 08:15
DAN TEPFER : ALGORITHMES, PIANO ACOUSTIQUE & IMPROVISATION

Après le concert du Festival de Radio France & Montpellier, les réflexions du chroniqueur, et les précisions du pianiste apportées lors d'un entretien téléphonique et transatlantique.

À l'occasion de la Carte blanche que lui offrait le festival de Radio France & Montpellier Occitanie, Dan Tepfer a choisi de poursuivre ses expérimentations personnelles autour du piano acoustique à interface numérique, de la programmation et de l'improvisation.

Au cours du concert, le pianiste a fait le va-et-vient entre le piano de concert (Steinway modèle D) et le Disklavier Yamaha, piano à queue d'une taille plus modeste, équipé d'un dispositif qui lui permet tout à la fois d'enregistrer la musique jouée par un pianiste, de la restituer instrumentalement mais aussi, via une interface numérique pilotée par ordinateur, d'exécuter une musique programmée ou, dans le cas qui nous intéresse, de réagir à la musique jouée sur le clavier par le pianiste et de générer d'autres notes, d'autres rythmes, d'autres accords.

Dan Tepfer, de culture scientifique de haut niveau, pratique la programmation depuis l'adolescence. Et il conçoit et programme lui même des algorithmes qui font réagir le piano à ses improvisations selon des choix dûment codifiés par ses soins. Pour éclairer le public du concert donné le 19 juillet dans l'imposant Amphithéâtre du Domaine d'O, il a commencé en jouant, sur le grand piano de concert, la 3ème Variation Goldberg de Bach. Puis, comme il l'a fait régulièrement en concert, et sur disque, il a improvisé à partir de la contrainte que s'était fixées Bach pour cette variation : celle du canon à l'unisson, qui consiste à répéter en décalage de temps et de registre les notes jouées dans la phrase initiale, et de poursuive ainsi le discours en suivant la même règle, ce qui entraîne vers des espaces de complexité dont Bach se délectait. Il a ensuite expliqué au public qu'il allait, sur le Disklavier et en utilisant un algorithme élaboré par ses soins selon le même principe, improviser sur All The Things You Are : et le piano, piloté par l'ordinateur et cet algorithme, ajoute à son improvisation des notes, phrases et rythmes obéissant à cette règle, et suscitées par le jeu de Dan Tepfer au clavier. Le résultat est vertigineux, et reste totalement musical, car c'est le musicien-improvisateur qui fournit la matière, et continue d'improviser en tenant compte de ce que génère le programme.

DAN TEPFER : ALGORITHMES, PIANO ACOUSTIQUE & IMPROVISATION

Pour une série de duos avec ses partenaires (la chanteuse Claudia Solal, le contrebassiste François Moutin, le batteur Arthur Hnatek), il va chaque fois élaborer un algorithme propre à engendrer, à partir de son jeu de piano, la matière d'un dialogue avec l'invité(e). La folle effervescence rythmique du programme destiné au duo avec le batteur va entraîner les deux musiciens dans une complexité ludique réjouissante, où l'extrême concentration de chacun participe de la jubilation commune.

Quand on demande à Dan Tepfer si écrire un algorithme, dans ce contexte, c'est composer, il répond par l'affirmative, mais en précisant que l'algorithme est un procédé, un cadre, comme dans la composition musicale peuvent l'être une choix de forme ou de règles. Si l'on demande au pianiste si l'algorithme écrit par ses soins laisse place à l'aléatoire, il dit que ce n'est pas le cas, en tout cas pour l'instant. Dans le dispositif cependant existe une petite part d'aléatoire, mais qui n'est pas codifiée comme telle, avec l'intention d'introduire l'aléa comme une élément conscient du code. Et lorsque l'on lui demande si l'algorithme conçu par ses soins devient comme un partenaire de jeu, il répond « oui »,sans hésiter.

Quand on évoque la délicate question de savoir si une contrainte, ou un faisceau de contraintes, une règle, stimulent la créativité, sa réponse est aussi nettement positive. Et il cite l'influence qu'a eue sur sa réflexion une pièce de György Ligeti, Musica Ricercata , œuvre pour piano qui utilise d'abord dans un premier mouvement deux notes, dont l'une est déclinée dans d'infinies variations de dynamique, de timbre, de couleur.... Puis dans le suivant trois notes, et ainsi de suite. C'est par exemple le défi que s'impose Dan Tepfer, en improvisant après chacune des Variations Golberg, d'en reprendre les contraintes dans un langage différent, le sien en l'occurrence. Dan Tepfer se dit que l'on eut aller encore beaucoup plus loin dans la démarche entreprise. Le concert de Montpellier, avec différents partenaires, et en public, marque une nouvelle étape, et ces premiers résultats l'encouragent à développer encore ses recherches ; il pointe cependant la limite du conceptuel, et l'importance du facteur humain (compositeur-programmateur-improvisateur) ; mais il reconnaît aussi que, par cette démarche, il parvient à produire une musique à laquelle il n'aurait pas accédé par d'autres voies, et le but recherché est atteint : produire de la joie.

Dans le prochain disque, d'ores et déjà enregistré, avec Lee Konitz, et qui devrait paraître dans les mois qui viennent sous un grand label, il y a une plage qui utilise le disklavier et un algorithme conçu par Dan ; et le pianiste dit que Konitz s'en est trouvé inspiré, entraîné vers un ailleurs insoupçonné. Dan Tepfer prévoit, en 2017, de mettre chaque mois en ligne une vidéo illustrant l'évolution de son travail, avant de publier un nouveau disque qui sera le résultat de ce parcours presque initiatique.

Les Dernières Nouvelles du Jazz suivront cette progression, avec un ou plusieurs entretiens en compagnie de Dan Tepfer, pour illustrer et éclairer ce qui s'annonce, d'ores et déjà, comme passionnant.

Xavier Prévost

Plus d'informations , en anglais, sur le site The Culture Crush :

http://www.theculturecrush.com/acoustic-informatics

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj