Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 18:47

 Son ultime oeuvre sortira le 5 mai prochain chez le label Verve (Universal, filiale de Vivendi) qu’il présida (1998-2004): Turn Up the Quiet,  disque de Diana Krall, chanteuse-pianiste, dont il avait lancé la carrière. Producteur de légende, Tommy LiPuma est décédé le 13 mars à New-York à l’âge de 80 ans.
Avec l’artiste canadienne, Tommy LiPuma a enregistré quelques-uns de ses plus beaux succès, When I look in Your Eyes, The Look of Love (4 millions d’exemplaires), ou encore Live in Paris, captation d’un concert de 2002 à l’Olympia. Mais ses états de service au sein de l’industrie musicale en plus d’un demi-siècle, pour les labels Liberty/Imperial, A&M, Blue Thumb Records, Warner, Elektra, Verve, révèlent une richesse artistique exceptionnelle –George Benson, Miles Davis, Jimmy Scott, dont il avait relancé la carrière, Barbara Streisand, Natalie Cole, Paul McCartney. Une ouverture d’esprit (et d’oreille) reconnue par la profession (5 Grammy Awards) et le public (75 millions d’albums vendus).
Tommy LiPuma n’avait, confiait-il, qu’une règle d’or: la seule musique qui me plait est celle qui me fait taper du pied (dans le texte, shake my ass).  Le goût de la musique avait saisi le jeune Thomas LiPuma au collège où il pratiqua le saxophone. Repoussant les souhaits de son père, fils d’immigré italien, qui le voyait épouser son métier de barbier à Cleveland, Tommy entra dans l’industrie de la musique au bas de l’échelle en emballant des vinyls dans un hangar. Vous connaissez la suite. Comme l’avait souligné le bassiste Christian McBride, LiPuma était passé de “cutting hair to cutting hit records” (ndlr: jeu de mots basé sur leverbe to cut qui se traduit aussi bien par couper qu’enregistrer un disque).
Grand collectionneur de tableaux, Tommy LiPuma était aussi un grand amateur de vins qui put apprécier les grands crus français lors d’un récent festival de jazz de Saint Emilion dont il était le parrain d’honneur.

Jean-Louis Lemarchand

Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans non classé
commenter cet article
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 07:54

 

 

 

A l’occasion de la JOURNÉE MONDIALE DE L’EAU,  Jacky TERRASSON et SOLIDARITÉS INTERNATIONAL vous attendent à Bobino le lundi 27 mars à 20h pour un concert exceptionnel destiné à soutenir le combat pour l’accès à l’eau potable pour tous. Jacky TERRASSON, ce pianiste extrêmement talentueux, est généreux dans son art et tout autant dans sa vie. Il s’engage aujourd’hui aux côtés de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL dont les missions principales sont de lutter contre les maladies liées à l’eau insalubre et de faciliter l’accès à l’eau potable.


Une Vague Musicale !

Pour ce concert unique, Jacky nous a concocté un programme inédit : le pianiste franco-américain voguera « Au Fil de l’Eau » de Maurice Ravel à Serge Gainsbourg, du classique au jazz en passant par la chanson française. Il a confié la direction musicale et les arrangements à son ami le saxophoniste Lionel Belmondo, qui a écrit tout spécialement pour le Jacky TERRASSON quintet et le quatuor à Cordes Equinoxe. Le Jacky TERRASSON quintet se compose de Jacky - piano, de Lionel BELMONDO - saxophone et flûte, de Stéphane BELMONDO - trompette, Thomas BRAMERIE - contrebasse et Lukmil PEREZ– batteur. Jacky a d’ores et déjà invité MATHILDE sur scène et nous réserve d’ autres surprises.


Et une déferlante de Dons !

Embarquez pour un concert exceptionnel à Bobino “AU FIL DE L’EAU” !

Cet événement unique a pour objectif de soutenir les actions de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL en faveur de l’accès à l’eau potable pour tous. L’association d’aide humanitaire en profitera pour présenter son engagement dans la vingtaine de pays où elle agit. Depuis plus de 35 ans, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL s’investit sur le terrain des conflits et des catastrophes naturelles. Sa mission : secourir le plus rapidement et le plus efficacement les personnes dont la vie est menacée en couvrant leurs besoins vitaux, boire, manger, s’abriter. Rappelons qu’en 2017, près de la moitié de l’humanité boit encore de l’eau non potable, donc dangereuse pour la santé. Plus d’informations sur solidarites.org.

L’intégralité de la billetterie sera reversée à SOLIDARITÉS INTERNATIONAL.
BILLETTERIE sur le site de Bobino, Fnac, Billetreduc, Ticketmaster.
Billets à partir de 28 euros.

Contact Presse Musique / Jacky Terrasson;
Agnes Thomas : agnes.thomas4@wanadoo.fr
Contact Presse Solidarités International :
Tugdual de Dieuleveult : tdedieuleveult@solidarites.org - 01 76 21 87 11
Sophie Ghaleb : SGhaleb@solidarites.org - 01 76 21 87 03
Contact Réservations :
Fanny Soulet : You for You : fanny@you4you.fr - 06 88 28 03 98

MERCI à nos partenaires : Bobino, Fnac, Batida, Le Bonbon, Infoconcert et Lylo

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz - dans non classé
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 16:42

 

 

 

 

 

Après Aphrodite, Marjolaine Raymond présentera au Sunside son nouveau projet.

 

 

A ne pas manquer

 

 

 

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz - dans non classé
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 20:13

Soirée de l’Académie du Jazz… Monk et le blues de Chicago
Pan Piper (75011) le 22 janvier 19 h
Quoi de neuf ? Monk. Ce 22 janvier, le grand-prêtre du Be-Bop était à l’honneur, anticipant sur le calendrier (on célèbrera le 100 ème anniversaire de sa naissance en octobre). La soirée annuelle de remise des prix de l’Académie du Jazz s’est ouverte et conclue sur un air de l’inégalable Thelonious : un duo René Urtreger-Jean-Louis Chautemps, lauréats historiques du prix Django Reinhardt (1961 pour le pianiste et 1965 pour le saxophoniste ténor) pour lever le rideau et tutoyer les anges, et en fin de partie, sorte de couronnement, le lauréat 2016 du même prix décerné au musicien français de l’année, le pianiste Fred Nardin qui rejoint au Panthéon de l’Académie ses illustres confrères (et notamment Sophia Domancich, Alain Jean-Marie ou encore Laurent Cugny présents au Pan Piper).
De ces deux heures de cérémonie, rendez-vous toujours prisé de la communauté du jazz, le spectateur conservera le souvenir de la richesse du plateau musical live mitonné par le président de l’Académie, François Lacharme. Laurent Courthaliac, Andy Sheppard, Michele Hendricks, Jérôme Etcheberry en trio (Michel Pastre, Louis Mazetier), lauréats  de l’édition 2016 ont donné un aperçu (l’impératif du chronomètre) de leurs talents. Les amateurs de vocal étaient spécialement à la fête : après le scat de Michele Hendricks, une chanson du soulman William Bell adressée par vidéo à l’assemblée et surtout, en direct, un show du musculeux bluesman Corey Dennison en compagnie de son compère guitariste-harmoniciste Gerry Hundt, venus spécialement pour l’occasion de Chicago.

 

 

 

 

 

 


D’autres monuments du jazz étaient aussi dans tous les esprits ce soir-là, figurant au palmarès d’une Académie qui –la consultation de son palmarès sur une longue période en témoigne-sait reconnaître et honorer les acteurs de cette musique centenaire : Duke Ellington, avec la biographie enfin publiée en français plus de quatre décennies après sa sortie aux Etats-Unis, et les duettistes Thad Jones-Mel Lewis, pour un enregistrement de 1966 de leur big band au Village Vanguard. Ce 22 janvier, le Pan Piper avait l’espace d’une courte soirée des allures de club, avec la passion et l’émotion qui unissaient musiciens et spectateurs.
Jean-Louis Lemarchand
 

 

 

 

#

 

Soirée et palmarès de l’Académie du Jazz… Monk et le blues de Chicago
Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans non classé
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 20:23

 

A ne pas manquer.

L'immense chanteuse anglaise Norma Winstone vient à Paris le 27 janvier au New Morning !!

La dernière fois que nous l'y avions entendu c'était au même endroit, à l'occasion d'un concert en hommage à Kenny Wheeler dont la chanteuse était si proche.

Elle sera accompagné de la formation qui l'accompagne depuis des années et notamment du très grand Klaus Gesing au sax.

 

La venue de la chanteuse-poete est si rare qu'il ne faudra la manquer sous aucun prétéxte.

 

 

 

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz - dans non classé
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 15:17

New jazz divas. 2cd. Wagram music.

Les DNJ boudent : Les flops de novembre !

Le choix artistique effectué par notre confrère Lionel Eskenazi n’est ici nullement remis en cause : des chanteuses confirmées (Krall, Gardot, Kent, Ducros, Marie, Norby…) des voix à découvrir (Ida Sand, Hermann-Sabin, Zoe…) illustrent bien le thème retenu. Reste que l’amateur ne dispose dans cette collection à prix ami d’aucune information discographique.

jean-Louis Lemarchand

 

MIROSLAV VITOUS « Ziljabu Nights , Live at Theater Gütersloh » Intuition / Socadisc
 

 

Les DNJ boudent : Les flops de novembre !

Un disque enregistré en concert en Allemagne, et une déception. Vitous fait aujourd'hui, beaucoup moins bien, quelque chose qui se rapproche de son formidable  « Infinite Search » (1969, réédité ensuite avec bonus sous le titre de « Mountain In The Clouds ») avec Hancock, McLaughlin, DeJohnette, Joe Henderson... Gardons nos émois passés.
Xavier Prévost

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz - dans non classé
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 15:01

KURT ELLING : « Beautiful days » sings Christmas
Okeh 2016

 

Les DNJ s'éclatent : les tops de novembre !!

Loin des niaiseries auxquelles les crooners nos ont habitué à l’approche de Noel, Kurt Elling livre ici une ouvre intelligente et sensible. C’est moins les chants de Noël que cette petite musique qui s’installe avec un brin de nostalgie lorsque les invités sont partis et que l’on fini seul les dernières coupes de champagne en se disant que ce «  beautiful day » est déjà passé.
Magnifique
Jean-Marc Gelin

 

 

Marion Rampal  : «  main Blue »
E-motive 2016

 

 

 

 

Les DNJ s'éclatent : les tops de novembre !!

Quel travail sur sa voix effectué par la chanteuse qui entre là dans un blues dépoussiéré et tripal ! On a l’impression qu’avec une telle voix elle peut tous chanter, chanter tous les blues des plus trash aux plus pops avec autant de conviction. Un album qui va marquer la carrière de la chanteuse. Jean-Marc Gelin

 

 

DANIEL ZIMMERMANN « Montagnes Russes » Label Bleu / L'Autre distribution

 

Les DNJ s'éclatent : les tops de novembre !!

Un groupe d'instrumentistes hors pairs (Pierre Durand, Jérôme Regard, Julien Charlet....) au service d'une musique exigeante, et très vivante. Mélancolie et groove s'y trouvent conjugués, et le trombone y est roi, entre racines afro-américaines et nostalgie du Vieux Monde. Une sorte de manifeste musical qui coïncide avec le profil du musicien et l'identité du label, tout à la fois.
Xavier Prévost

 

 

JOONA TOIVANEN « Lone Room » CamJazz / Harmonia Mundi

 

Les DNJ s'éclatent : les tops de novembre !!

Un artiste finlandais, dans un disque annoncé pour septembre, apparemment distribué mi-octobre, et arrivé jusqu'à moi début novembre. Piano méditatif, parfois préparé, pour un univers rêveur, et qui s'échappe de temps à autre vers des lointains inattendus, comme chez Paul Bley. Et une mélancolie que n'aurait pas reniée Sibelius.
Xavier Prévost

 

Domi Emorine et Marcel Loeffler. Cristal Records/Harmonia Mundi

Les DNJ s'éclatent : les tops de novembre !!

Un duo d’accordéons qui réunit une référence de l’instrument (Marcel Loeffler) et une interprète en devenir (Domi Emorine). Accompagnés par une rythmique à cordes (guitare et basse), ils naviguent sur un répertoire des plus éclectiques (de Sauguet, Ravel à  Petrucciani, Evans et Azzola). Le plaisir simple est au rendez-vous. Jean-Louis lemarchand

 

 

Mingus Erectus. Noël Balen. Le Castor Astral

 

Les DNJ s'éclatent : les tops de novembre !!

Un bel hommage à Charles Mingus signé par Noël Balen, écrivain-poète et contrebassiste qui prend deux formes : poétique avec des textes de l’auteur évoquant le créateur en colère et musical grâce à la mobilisation de stars (Portal, Terrasson, Bojan Z, Ferris…). Un peu disparate (Philip Catherine et Ricky Ford au top, Liz McComb dépaysée) mais une fougue globalement entraînante. Jean-Louis Lemarchand

 

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz - dans non classé
commenter cet article
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 21:45


Album de 144 pages, réalisé par Reporters sans frontières avec le soutien de la Fondation BNP Paribas, 9,90 €  vente en kiosque.

La liberté d’expression n’est-elle pas une vertu cardinale du jazz ? On ne s’étonnera pas que Reporters sans frontières ait choisi le jazz comme thème central pour un album de photos dédié à la liberté de la presse. Couvrant toute l’histoire du jazz, ce reportage présente sous la signature des photographes de Magnum Photos –au premier rang desquels Guy Le Querrec (dont la couverture avec Miles Davis à Pleyel en 1969), mais aussi Philippe Halsman, Robert Capa (un seul cliché) et l’extraordinaire collection de Frank Driggs- le gotha des musiciens : Armstrong, Parker, Ellington, Holiday, Fitzgerald, Portal, Shepp, Hawkins, Rollins… Que des photos en noir et blanc révélant la personnalité des artistes sur scène, dans les loges, dans leurs chambres d’hôtel, servies avec des légendes précises. A signaler aussi des textes dus à Toni Morrison, Jacques Gamblin, Francis Marmande, Jean-Pierre Marielle et (remis quelques jours avant son décès) Michel Butor.
La Fondation BNP Paribas qui soutient cette initiative et s’est engagée depuis deux décennies auprès des musiciens de jazz, organise pour la sortie du livre un grand concert avec le all stars des artistes Fondation BNP Paribas au profit de Reporters sans frontières.


Jean-Louis Lemarchand

Concert mardi 6 décembre, Maison de la Radio (75016) à 19.45. Première partie : All Stars de musiciens de Jazz soutenus par la Fondation BNP Paribas, sous la direction musicale de Pierre Bertrand : Airelle Besson, Pierre Bertrand, Sylvain Beuf, Emanuel Bex, Julien Charlet, Ablaye Cissoko, Jean-Pierre Como, Laurent Cugny, Sophia Domancich, Thomas Enhco, Stéphane Guillaume, Stéphane Huchard, François Moutin, Louis Moutin, Murat Öztürk, Anne Paceo, Manuel Rocheman, Olivier Temime, Baptiste Trotignon, Jacques Vidal, Christophe Wallemme et Louis Winsberg. Deuxième partie  Shai Maestro Trio à l'occasion du lancement du nouvel album The Stone Skipper Diffusion en direct sur France Musique. : http://www.maisondelaradio.fr/evenement/jazz-pour-rsf
La maison de la radio accueille en son hall du 5 au 23 décembre une exposition de Guy Le Querrec et Patrick Zachmann de Magnum Photos consacrée au jazz.

Repost 0
Published by jean-louis Lemarchand - dans non classé
commenter cet article
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 11:02

@jean-louis LemarchandPassé à la postérité de son vivant, recordman des ventes (25 millions pour 70 albums), compositeur prolixe (300 œuvres), Georges Jouvin, alias « la trompette d’or », disparu le 24 octobre dernier à 93 ans,  restera comme  le  roi de la musique populaire des années 50-70, celle qui se jouait dans les bals, s’écoutait  dans les transistors et s’exportait jusqu’en Amérique latine.  Interprète formé à la très classique école des Conservatoires (Rennes, Paris) avec moult premiers prix (harmonie, solfège, trompette) et premiers concerts dans la « grande » musique, Georges Jouvin  a fait quelques incursions dans l’univers du jazz. L’histoire retiendra un enregistrement avec Charlie Parker en novembre 1950. « Bird », alors en tournée en Europe, enregistre au Studio du  Poste Parisien pour une émission de la RTF (l’ancêtre de Radio France) avec le grand orchestre de Maurice Moufflard, lui-même trompettiste.  Dans la section des trompettes, le jeune Jouvin (27 ans) côtoie Roger Guérin,  Pierre Fassin et Yves Aloutte. Il ne reste qu’un morceau de cet enregistrement, Lady Bird, composition de Tadd Dameron.  Les exégètes de Parker (Alain Tercinet, Parker’s Mood, ed.Parenthèses) relèvent que le saxophoniste n’a laissé qu’une autre version de ce titre (enregistrée en 1951 à Framingham). Quant à Georges Jouvin, il va employer dans son grand orchestre de nombreux jazzmen dont le saxophoniste Jean-Claude Fohrenbach  qui, se souvient le producteur Claude Carrière, jouait, debout, d’un orgue électronique de fac ture italienne, le Farfisa. Et vice-président de la Sacem à trois reprises, il ne manquait pas de manifester son amour pour le jazz en assistant à des concerts ou en retrouvant ses amis musiciens, comme lors de la remise de la légion d’honneur (photo ci-contre), en 2010, à René Urtreger.
Jean-Louis Lemarchand
   

Repost 0
Published by Jean-Louis Leamrchand - dans non classé
commenter cet article
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 20:55

---- NEIL COWLEY TRIO « Spacebound Apes » , www.neilcowleytrio.com

Tops et flops de septembre : Part 2,  Les flops

Un album concept, enrobé d'un copieux discours d'escorte, sous forme d'une nouvelle illustrée sur le site http://lincolnsdiary.tumblr.com/ . Effet béquille assuré, pour une musique souvent assez dépouillée, mais dont le minimalisme peine à engendrer l'intensité émotionnelle : la joliesse n'induit pas nécessairement l'émoi.

Xavier Prevost

Il l'annonce c'est un album concept. Encore faut il que concept il y ait. Le pianiste veut raconter une histoire mais se trouve mal inspiré , se répète entre le rivage d'une pop martelée et d'un jazz tire larmes. Mais l'émotion prend trop peu et il ne reste pas grand chose au final.

Jean-Marc Gelin

AVICHAI ORNOY « Sneakin' in » , Jazz Family / Socadisc

Tops et flops de septembre : Part 2,  Les flops

On nous annonce un flûtiste virtuose (Orchestre philharmonique d'Israël), rompu aussi au klezmer, qui publie son premier opus jazzistique. Mais le résultat est très convenu, malgré un blues dévoyé sur les traces de Sing Me Softly Of The Blues de Carla Bley. Une découverte qui se transforme en déception.

Xavier Prevost

---- Nils Petter Molvaer , Buyoancy (Okek-Sony)

Tops et flops de septembre : Part 2,  Les flops

Circulez y a rien à voir. Pour ceux qui aiment le jeu épuré du trompettiste norvégien et la zénitude boréale, rien de nouveau. NPM à déjà fait le disque et se répète à l'infini d'un désert nordique.

Jean-Marc Gelin

---- 3 minutes pour comprendre, les 50 concepts, styles et musiciens du jazz. Dave Gelly.

Le Courrier du Livre. 160 pages. (titre original 30 seconds Jazz. The Ivy Press Ltd).


« Ce livre offre une histoire du jazz », annonce en introduction Dave Gelly, collaborateur du respecté magazine britannique Observer depuis 1974. Nous voilà alléchés. Pas pour longtemps. Raccourcis, approximations et simplifications sont légion. On retiendra un beau choix d’illustrations.
Jean-Louis Lemarchand

Tops et flops de septembre : Part 2,  Les flops

« Ce livre offre une histoire du jazz », annonce en introduction Dave Gelly, collaborateur du respecté magazine britannique Observer depuis 1974. Nous voilà alléchés. Pas pour longtemps. Raccourcis, approximations et simplifications sont légion. On retiendra un beau choix d’illustrations.
Jean-Louis Lemarchand

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz - dans non classé
commenter cet article

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj