Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 21:04
Disparition : Christian Bonnet, adorateur du Duke

Duke Ellington perd un de ses plus fervents admirateurs avec la disparition le 13 juin à Paris, de Christian Bonnet, président de la Maison du Duke, à l’âge de 72 ans. Infatigable animateur de cette association fondée en 2009, il a veillé, avec  la complicité de Claude Carrière, au rayonnement de Duke Ellington par le biais de conférences, concerts et publications. On lui doit ainsi la supervision de la traduction en français de l’autobiographie du Duke « Music is my mistress » sortie en 2016 aux Editions Slatkine & Cie dont il avait notamment enrichi le texte initial publié aux Etats-Unis en 1973 de nombreuses  notes et d’un index aussi précis que précieux.
Christian Bonnet avait la singularité-rare- de mettre en pratique sa passion du jazz sous tous les aspects. Producteur (label Nocturne dans les années 90), directeur de collection (Masters Of Jazz 1990-2002), collaborateur de la collection BD Jazz, responsable de la collection Cabu Masters of Jazz (Nocturne), journaliste (Jazz Hot dans les années 70), il se produisait également sur scène –encore tout récemment- au saxophone ténor dans plusieurs formations (Swing Limited Corporation, Multicolor Fanfare d’Eddy Louiss, Black Label Swingtet).
Membre du bureau de l’Académie du Jazz, il assurait les fonctions de trésorier avec la rigueur du banquier qu’il fut dans sa vie professionnelle et une disponibilité bienveillante de tous les instants.
Les DNJ présentent ses condoléances à son épouse, Nicole et à ses enfants.
Jean-Louis Lemarchand
et toute l'équipe des DNJ, avec amour.

 

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz - dans non classé
commenter cet article
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 22:13

Django, film d’Etienne Comar avec Reda Kateb et Cécile de France


La performance de Reda Kateb ne suffit pas à sauver un film qui prend trop de libertés avec la vérité historique pour rendre compte du génie de Django Reinhardt. A vouloir (trop) prouver la conversion du guitariste à la cause de ses frères gitans face à la barbarie nazie, le réalisateur nous fait oublier la poésie angélique d’un artiste hors pair. Mais le « biopic »n’est-il pas un genre condamné à ces raccourcis trompeurs ? Reste que si Django conduit les jeunes générations à découvrir l’auteur de Nuages…

 

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz - dans non classé
commenter cet article
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 21:21

TSF Jazz fait campagne


Dans les couloirs du métro parisien dès le 26 avril et après dans la presse écrite, TSF Jazz (89,9 en région parisienne) fait campagne. L’agence Jésus et Gabriel a conçu  sa campagne de communication sur l’imprévu du jazz,  présentant  en trois visuels-en noir et blanc avec une touche de bleu- des robots à l’allure dépitée, pris en studio ou sur scène, sous la légende «  TSF Jazz. It’s a human thing ». Rien ne saurait remplacer en effet les musiciens en chair et en os, assure le patron de la station de radio qui revendique 300.000 auditeurs quotidiens. Fondée voici 18 ans par Jean-François Bizot et Frank Ténot, TSF Jazz, propriété de Gérard Brémond, est diffusée en France sur 15 fréquences analogiques et 2 fréquences en numérique ( 5 à la fin 2017 avec Lille, Strasbourg et Lyon rejoignant Marseille et Nice).
www.tsf.com
J-L.L ;

Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans non classé
commenter cet article
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 20:56
Nice retrouve son festival estival

Le jazz retrouve droit de cité à Nice avec un festival sous le signe de la diversité et de l’universalisme. Annulé in extremis l’an passé à la suite du carnage du 14 juillet (86 victimes) de la Promenade des Anglais, le Nice Jazz Festival revient dans le cœur de la cité azuréenne  (17-21 juillet).
« Les notes de jazz vont s’élever vers un ciel étoilé, pour mettre partout de la beauté et des notes bleues dans des cœurs dont plusieurs sont toujours meurtris » a déclaré Christian Estrosi, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur en dévoilant le programme le 6 avril.
La sécurité sera naturellement renforcée avec portiques et sas de sécurité, et les organisateurs espèrent établir un nouveau record de fréquentation (60.000 entrées en 2015) grâce à une tarification étudiée ( 39 euros la soirée, 17 euros pour les enfants de 10 à 16 ans et gratuit de moins de 10 ans) et une programmation ouverte aux différents courants du jazz sans exclusive. Directeur artistique du festival (en poste depuis 2013, renouvelé cette année), Sébastien Vidal, qui officie à TSF et au Duc des Lombards, a eu « toute liberté » en matière de programmation, a souligné Christian Estrosi , si ce n’est accorder une place conséquente  aux musiciens français.
Chaque soirée propose ainsi six concerts répartis équitablement sur les deux scènes (Masséna et théâtre de verdure) avec un lever de rideau à 19 h30, dans l’optique, précise Sébastien Vidal, de faciliter la circulation  des spectateurs et ainsi de favoriser l’ouverture d’esprit (et d’écoute). Attirés par Herbie Hancock, par ailleurs parrain du festival, les fans de jazz pourront ainsi le 17 juillet découvrir auparavant un groupe entièrement féminin (Woman To Woman) composé de Renée Rosnes, Cecil McLorin Salvant, Anat Cohen, Ingrid Jensen…ou les trépidantes formations de Trombone Shorty et Roberto Fonseca.
Aux côtés de « grosses pointures » devant plaire à un large public(Ibrahim Maalouf, IAM), le festival fait une large part à l’expression vocale (YounSun Nah, Mary J.Blige, Laura Mvula…) et présente des jazzmen de référence ( Christian McBride, Henri Texier, Abdullah Ibrahim, Kamasi Washington, Samy Thiébault…).
 
Programme complet sur www.nicejazzfestival.fr
Jean-Louis Lemarchand

 

Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans non classé
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 18:47

 Son ultime oeuvre sortira le 5 mai prochain chez le label Verve (Universal, filiale de Vivendi) qu’il présida (1998-2004): Turn Up the Quiet,  disque de Diana Krall, chanteuse-pianiste, dont il avait lancé la carrière. Producteur de légende, Tommy LiPuma est décédé le 13 mars à New-York à l’âge de 80 ans.
Avec l’artiste canadienne, Tommy LiPuma a enregistré quelques-uns de ses plus beaux succès, When I look in Your Eyes, The Look of Love (4 millions d’exemplaires), ou encore Live in Paris, captation d’un concert de 2002 à l’Olympia. Mais ses états de service au sein de l’industrie musicale en plus d’un demi-siècle, pour les labels Liberty/Imperial, A&M, Blue Thumb Records, Warner, Elektra, Verve, révèlent une richesse artistique exceptionnelle –George Benson, Miles Davis, Jimmy Scott, dont il avait relancé la carrière, Barbara Streisand, Natalie Cole, Paul McCartney. Une ouverture d’esprit (et d’oreille) reconnue par la profession (5 Grammy Awards) et le public (75 millions d’albums vendus).
Tommy LiPuma n’avait, confiait-il, qu’une règle d’or: la seule musique qui me plait est celle qui me fait taper du pied (dans le texte, shake my ass).  Le goût de la musique avait saisi le jeune Thomas LiPuma au collège où il pratiqua le saxophone. Repoussant les souhaits de son père, fils d’immigré italien, qui le voyait épouser son métier de barbier à Cleveland, Tommy entra dans l’industrie de la musique au bas de l’échelle en emballant des vinyls dans un hangar. Vous connaissez la suite. Comme l’avait souligné le bassiste Christian McBride, LiPuma était passé de “cutting hair to cutting hit records” (ndlr: jeu de mots basé sur leverbe to cut qui se traduit aussi bien par couper qu’enregistrer un disque).
Grand collectionneur de tableaux, Tommy LiPuma était aussi un grand amateur de vins qui put apprécier les grands crus français lors d’un récent festival de jazz de Saint Emilion dont il était le parrain d’honneur.

Jean-Louis Lemarchand

Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans non classé
commenter cet article
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 07:54

 

 

 

A l’occasion de la JOURNÉE MONDIALE DE L’EAU,  Jacky TERRASSON et SOLIDARITÉS INTERNATIONAL vous attendent à Bobino le lundi 27 mars à 20h pour un concert exceptionnel destiné à soutenir le combat pour l’accès à l’eau potable pour tous. Jacky TERRASSON, ce pianiste extrêmement talentueux, est généreux dans son art et tout autant dans sa vie. Il s’engage aujourd’hui aux côtés de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL dont les missions principales sont de lutter contre les maladies liées à l’eau insalubre et de faciliter l’accès à l’eau potable.


Une Vague Musicale !

Pour ce concert unique, Jacky nous a concocté un programme inédit : le pianiste franco-américain voguera « Au Fil de l’Eau » de Maurice Ravel à Serge Gainsbourg, du classique au jazz en passant par la chanson française. Il a confié la direction musicale et les arrangements à son ami le saxophoniste Lionel Belmondo, qui a écrit tout spécialement pour le Jacky TERRASSON quintet et le quatuor à Cordes Equinoxe. Le Jacky TERRASSON quintet se compose de Jacky - piano, de Lionel BELMONDO - saxophone et flûte, de Stéphane BELMONDO - trompette, Thomas BRAMERIE - contrebasse et Lukmil PEREZ– batteur. Jacky a d’ores et déjà invité MATHILDE sur scène et nous réserve d’ autres surprises.


Et une déferlante de Dons !

Embarquez pour un concert exceptionnel à Bobino “AU FIL DE L’EAU” !

Cet événement unique a pour objectif de soutenir les actions de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL en faveur de l’accès à l’eau potable pour tous. L’association d’aide humanitaire en profitera pour présenter son engagement dans la vingtaine de pays où elle agit. Depuis plus de 35 ans, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL s’investit sur le terrain des conflits et des catastrophes naturelles. Sa mission : secourir le plus rapidement et le plus efficacement les personnes dont la vie est menacée en couvrant leurs besoins vitaux, boire, manger, s’abriter. Rappelons qu’en 2017, près de la moitié de l’humanité boit encore de l’eau non potable, donc dangereuse pour la santé. Plus d’informations sur solidarites.org.

L’intégralité de la billetterie sera reversée à SOLIDARITÉS INTERNATIONAL.
BILLETTERIE sur le site de Bobino, Fnac, Billetreduc, Ticketmaster.
Billets à partir de 28 euros.

Contact Presse Musique / Jacky Terrasson;
Agnes Thomas : agnes.thomas4@wanadoo.fr
Contact Presse Solidarités International :
Tugdual de Dieuleveult : tdedieuleveult@solidarites.org - 01 76 21 87 11
Sophie Ghaleb : SGhaleb@solidarites.org - 01 76 21 87 03
Contact Réservations :
Fanny Soulet : You for You : fanny@you4you.fr - 06 88 28 03 98

MERCI à nos partenaires : Bobino, Fnac, Batida, Le Bonbon, Infoconcert et Lylo

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz - dans non classé
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 16:42

 

 

 

 

 

Après Aphrodite, Marjolaine Raymond présentera au Sunside son nouveau projet.

 

 

A ne pas manquer

 

 

 

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz - dans non classé
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 20:13

Soirée de l’Académie du Jazz… Monk et le blues de Chicago
Pan Piper (75011) le 22 janvier 19 h
Quoi de neuf ? Monk. Ce 22 janvier, le grand-prêtre du Be-Bop était à l’honneur, anticipant sur le calendrier (on célèbrera le 100 ème anniversaire de sa naissance en octobre). La soirée annuelle de remise des prix de l’Académie du Jazz s’est ouverte et conclue sur un air de l’inégalable Thelonious : un duo René Urtreger-Jean-Louis Chautemps, lauréats historiques du prix Django Reinhardt (1961 pour le pianiste et 1965 pour le saxophoniste ténor) pour lever le rideau et tutoyer les anges, et en fin de partie, sorte de couronnement, le lauréat 2016 du même prix décerné au musicien français de l’année, le pianiste Fred Nardin qui rejoint au Panthéon de l’Académie ses illustres confrères (et notamment Sophia Domancich, Alain Jean-Marie ou encore Laurent Cugny présents au Pan Piper).
De ces deux heures de cérémonie, rendez-vous toujours prisé de la communauté du jazz, le spectateur conservera le souvenir de la richesse du plateau musical live mitonné par le président de l’Académie, François Lacharme. Laurent Courthaliac, Andy Sheppard, Michele Hendricks, Jérôme Etcheberry en trio (Michel Pastre, Louis Mazetier), lauréats  de l’édition 2016 ont donné un aperçu (l’impératif du chronomètre) de leurs talents. Les amateurs de vocal étaient spécialement à la fête : après le scat de Michele Hendricks, une chanson du soulman William Bell adressée par vidéo à l’assemblée et surtout, en direct, un show du musculeux bluesman Corey Dennison en compagnie de son compère guitariste-harmoniciste Gerry Hundt, venus spécialement pour l’occasion de Chicago.

 

 

 

 

 

 


D’autres monuments du jazz étaient aussi dans tous les esprits ce soir-là, figurant au palmarès d’une Académie qui –la consultation de son palmarès sur une longue période en témoigne-sait reconnaître et honorer les acteurs de cette musique centenaire : Duke Ellington, avec la biographie enfin publiée en français plus de quatre décennies après sa sortie aux Etats-Unis, et les duettistes Thad Jones-Mel Lewis, pour un enregistrement de 1966 de leur big band au Village Vanguard. Ce 22 janvier, le Pan Piper avait l’espace d’une courte soirée des allures de club, avec la passion et l’émotion qui unissaient musiciens et spectateurs.
Jean-Louis Lemarchand
 

 

 

 

#

 

Soirée et palmarès de l’Académie du Jazz… Monk et le blues de Chicago
Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans non classé
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 20:23

 

A ne pas manquer.

L'immense chanteuse anglaise Norma Winstone vient à Paris le 27 janvier au New Morning !!

La dernière fois que nous l'y avions entendu c'était au même endroit, à l'occasion d'un concert en hommage à Kenny Wheeler dont la chanteuse était si proche.

Elle sera accompagné de la formation qui l'accompagne depuis des années et notamment du très grand Klaus Gesing au sax.

 

La venue de la chanteuse-poete est si rare qu'il ne faudra la manquer sous aucun prétéxte.

 

 

 

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz - dans non classé
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 15:17

New jazz divas. 2cd. Wagram music.

Les DNJ boudent : Les flops de novembre !

Le choix artistique effectué par notre confrère Lionel Eskenazi n’est ici nullement remis en cause : des chanteuses confirmées (Krall, Gardot, Kent, Ducros, Marie, Norby…) des voix à découvrir (Ida Sand, Hermann-Sabin, Zoe…) illustrent bien le thème retenu. Reste que l’amateur ne dispose dans cette collection à prix ami d’aucune information discographique.

jean-Louis Lemarchand

 

MIROSLAV VITOUS « Ziljabu Nights , Live at Theater Gütersloh » Intuition / Socadisc
 

 

Les DNJ boudent : Les flops de novembre !

Un disque enregistré en concert en Allemagne, et une déception. Vitous fait aujourd'hui, beaucoup moins bien, quelque chose qui se rapproche de son formidable  « Infinite Search » (1969, réédité ensuite avec bonus sous le titre de « Mountain In The Clouds ») avec Hancock, McLaughlin, DeJohnette, Joe Henderson... Gardons nos émois passés.
Xavier Prévost

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz - dans non classé
commenter cet article