Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2021 1 12 /04 /avril /2021 22:41

Nicolas Stephan (saxophones ténor & alto, voix), Basile Naudet (saxophone alto, guitare), Louis Freres (guitare basse), Augustin Bette (batterie)

Bagnolet, juin 2020

Discobole Records SD 012021 / Modulor

 

Paar Linien, groupe et disque éponymes : le saxophoniste Nicolas Stephan, compositeur du répertoire, familier de la culture et de la langue allemandes, précise que cela peut se traduire par «quelques lignes». Quelques lignes musicales lancées dans le travail collectif pour que surgissent les inspirations et les accidents, les deux se révélant fécond(e)s. Le saxophoniste ne nous est pas inconnu : membre actif du Surnatural Orchestra, il nous avait aussi livré en 2017  'Unklar' et un très étonnant CD Roman & Musique, chroniqués en leur temps ici même. Avec ce groupe, c'est une sorte de déconstruction/reconstruction musicale qui se joue. Le groupe a surgi d'une rencontre de Nicolas Stephan & Basile Naudet au sein du Surnatural Orchestra. Le rock et son désir souvent sous-jacent de continuum se conjugue aux glissements rythmiques et aux audaces mélodico-harmoniques issu(e)s du jazz contemporain, d'Ornette Coleman et Henry Threadgill à l'autre Coleman, Steve. On croirait cheminer dans un dédale mais les formes surgissent, tout à tour, avec acuité, nous entraînant dans une sorte de vertige où la taxinomie n'est plus de mise. C'est grisant. Et la magnifique couverture du CD, une photo signée Julie Blackmon, qui se pare des ambiguïtés de la peinture hyperréaliste états-unienne, ajoute encore au vertige. On se laisse embarquer, sans réserve(s).

Xavier Prévost

.

Un avant-ouïr sur Bandcamp

https://nicolasstephan.bandcamp.com/album/paar-linien-2

Partager cet article
Repost0
11 avril 2021 7 11 /04 /avril /2021 18:21

Edward Perraud (batterie, composition), Bruno Angelini (piano), Arnault Cuisinier (contrebasse)

Invité sur 2 plages : Éric Truffaz (trompette)

Amiens, 8-12 septembre 2020

Label Bleu LBLC6740 / l'autre distribution

 

Un musique inspirée par un poème en prose de Baudelaire, Anywhere out of the world, qui commence ainsi : «Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit». De ce sombre incipit le poète fait une exhortation à l'évasion qui se conclut à la page suivante par ces mots : «N'importe où ! N'importe où ! Pourvu que ce soit hors de ce monde». Edward Perraud en fait son miel, pour nous entraîner loin de nos bases. Pourtant souvent la composition part d'un terrain harmoniquement familier, sur quoi se greffe une mélancolie mélodique qui nous parle. Et chaque fois le développement, les bifurcations et les improvisations nous ouvrent les portes d'un ailleurs insoupçonné. Formidable pertinence des trois instrumentistes : Bruno Angelini et Arnault Cuisinier sont comme Edward Perraud les maîtres d'infinies nuances. Et le trompettiste Éric Truffaz n'est pas de reste, posant son expressivité retenue sur ces univers diaphanes sans chercher jamais à briller, mais seulement à se joindre à l'émoi collectif. Sur les plages où le rythme s'emporte, la densité de l'émotion demeure. Dans le livret du CD Edward Perraud énumère une foule d'expressions qui nous entraînent hors de tel univers, référence, règle, comparaison ou conduite. «Hors du temps... HORS TEMPS» est sa conclusion. C'est là que nous le suivrons, avec enthousiasme, en contemplant sur la jaquette et dans le livret les belles photos prises par le batteur compositeur, qui est aussi photographe. Et nous effleurons un autre univers baudelairien : L'Invitation au voyage....

Xavier Prévost

.

Un avant-ouïr sur Youtube

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2021 2 06 /04 /avril /2021 11:29

BAPTISTE BOIRON, BRUNO CHEVILLON & FRÉDÉRIC GASTARD «Là»

Baptiste Boiron (saxophones alto & ténor), Bruno Chevillon (contrebasse), Frédéric Gastard (saxophone basse)

Bignan (Morbihan), 21 février 2020

Ayler Records AYLCD 166-167

https://ayler-records.bandcamp.com/album/l , ou Orkhêstra

 

Instrumentation singulière, et singularité de cette musique qui porte la marque de de son initiateur, le saxophoniste Baptiste Boiron, et de son itinéraire personnel : formé à la musique contemporaine, mais aussi baigné de Bach ou Debussy, ce musicien s'est également frotté aux improvisateurs du jazz d'aujourd'hui, de Jacques Di Donato à Médéric Collignon en passant par quelques autres saute-frontières experts en expressivité transgressive.... Et les partenaires qu'il s'est choisis pour ce trio, créé lors d'une résidence au Centre d'Art de Kerguéhennec, sont des orfèvres en audace, liberté et maestria instrumentale autant que musicale. Il en résulte un double disque qui fourmille d'escapades esthétiques. La musique est exigeante, les formes sont élaborées, et pourtant tout cela respire la liberté, le bonheur de créer, de risquer, de découvrir au détour d'une barre de mesure une bribe d'inouï, pour la cultiver, la magnifier. La première plage du premier CD (c'est un double) part sur une ligne de basses (contre- et sax itou) comme en produit le jazz, mais on s'engouffre vite dans un univers répétitif (pas rigide, mais souple, bondissant) pour s'évader en vertige improvisé. Puis ce sont des sons et modes de jeu extrêmes, dispensateurs d'un ailleurs plus que dépaysant. Plus loin encore une procession concertante de sons mélancoliques, une joyeuse farandole qui se dissout dans une sorte de drame lyrique, et au fil des plages l'intimité de la musique de chambre qui croiserait des univers de tensions radicales. Je ne vais pas poursuivre un vain catalogue pauvrement descriptif, mais plutôt vous inciter à découvrir ces paysages aussi riches que mystérieusement imprévisibles. Au fil des plages vous croiserez un thème d'Ellington, un autre de Coltrane, une mélodie de Jarrett, sans oublier de multiples hommages travestis d'anagrammes autour des noms de musiciens inspirateurs. Un petite incursion sur Bandcamp vous permettra de goûter cette chasse aux mystères de l'admiration. Et un tour du côté de Youtube vous procurera un avant-ouïr qui devrait vous donner le goût de persévérer dans ce labyrinthe hautement créatif, et très jouissif.

Xavier Prévost 

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 19:38

Clément Janinet (violon, violon ténor), Élodie Pasquier (clarinette, clarinette basse), Bruno Ducret (violoncelle)

Pantin, sans date

Gigantonium GIG015LIT1 / https://www.gigantonium.com/label

 

Singulière instrumentation, et musique tout aussi singulière. Ça commence par un blues (tel est son titre), en fait une variation très libre (mais totalement pertinente) autour de ce qui fonde cette forme musicale. Lancinement, retour mélancolique sur le motif, avec parfois la voix (celle de Bruno Ducret doublant sa ligne de basse au violoncelle ; à un autre moment celle probablement d'Élodie Pasquier, tissant furtivement au côté du violon une sorte de contrechant). Les compositions pour la plupart sont de la plume de Clément Janinet, mais ce blues introductif est co-signé par un compagnon de route, le saxophoniste Hugues Mayot, et par la chanteuse malienne Nahawa Doumbia. De plage en plage on effleure une foule d'univers, du jazz aux musiques du monde en passant par un subtil mélange d'abstraction contemporaine, de musique de chambre et de musique répétitive. C'est vivant, surprenant, les solistes sont formidables, et un esprit de groupe et d'écoute mutuelle irradie chaque séquence. Une sorte de traversée d'un paysage qui allie le jazz créatif (depuis la fin des années 50 jusqu'à aujourd'hui) à tous les courants musicaux préoccupés de ce qu'il faut bien appeler une forme d'authenticité, d'évidence presque organique. Un vrai bonheur pour mélomane, jazzophile ou non.

Xavier Prévost

.

concert en ligne au Festival Détours de Babel de Grenoble le dimanche 28 mars 2021 à 17h 

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2021 3 24 /03 /mars /2021 09:52


Avec Kenny Wheeler, Jean-Louis Chautemps, Roger Guérin, Maynard Ferguson, Dusko Goykovic, Toots Thielemans, Sahib Shihab, Albert Mangelsdorff, Mark Murphy, Philly Joe Jones…
Jazzline Classics – D 77091/ Socadisc (3 CD).
Sortie le 26 mars.

 

Séquence rétro avec cette sélection d’inédits intéressants à trois titres au moins : un grand orchestre européen, un répertoire original différent des Big Bands états-uniens, un programme évoluant sur la période d’activité de la formation (1957-1974).

 

Extraits des archives de la radio de Cologne Westdeutscher Rundfunk (WDR) ces 40 titres viennent (re)mettre en lumière le travail du chef d’orchestre allemand Kurt Edelhagen (1920-1982) caractérisé, aux dires de ses musiciens cités dans le livret, par la discipline et la précision (jusqu’à une douzaine de prises !).
Dans ses œuvres, Kurt Edelhagen, même s’il a invité quelques stars américaines (Philly Joe Jones, Maynard Ferguson, Sahib Shihab, Kenny Wheeler…) s’est appuyé sur les forces vives du vieux continent :


- Des interprètes : son compatriote, le tromboniste Albert Mangelsdorff , les français Jean-Louis Chautemps, saxophone ténor engagé dans le premier groupe à 27 ans, Roger Guérin, trompettiste, et ses confrères l’écossais Jimmy Deuchar et le serbe Dusko Goikovic, Toots Thielemans, harmoniciste belge…


- Des arrangeurs qui le secondaient, comme le belge Francy Boland qui partageait son temps avec le Big Band de l’exilé américain à Paris, Kenny Clarke.

 

 

...Une sacrée phalange ! Dix sept personnalités qui devaient être fortes, relevait leur chef, pour jouer en concert à la demande un jour ‘Rhapsody in Blue’, un autre ‘St Louis Blues’. Cette alchimie devait, dans des formations différentes, perdurer une quinzaine d’années, avec un répertoire présenté régulièrement dans des émissions de radio (la WDR) et de télévision, qui donnait aussi bien dans le be-bop, le cool, et même (de manière modérée) le free jazz.

 

Kurt Edelhagen and His Orchestra 1965

 

L’avènement du rock’n roll à la fin des années 60 conduisit Kurt Edelhagen à emprunter pour survivre les voies de la musique commerciale et à finalement dissoudre son All stars le 31 décembre 1972 quelque temps après une dernière commande publique pour les J.O de Munich. Reste ici, dans ce coffret finement mitonné, une sélection hautement recommandable d’une époque glorieuse pour les Big Bands.


Le All Stars de Kurt Edelhagen n’avait pas à rougir face au grand orchestre de Thad Jones - Mel Lewis, Comme en témoigne non sans humour le tromboniste américain Jiggs Whigham, invité du groupe dans les années 70 : « Un jazz band allemand qui avait le sens du groove et du swing, c’était assez unique ».

 

Jean-Louis Lemarchand.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2021 1 22 /03 /mars /2021 13:53

Laurent David (guitares basses, composition), Stéphane Galland (batterie, composition), Stéphane Guillaume (saxophones, flûtes, clarinette basse, composition), Malcolm Braff (piano, pianos électriques, composition)

Boulogne-sur-Mer, sans date

Alter-Nativ AN 300 CD / Socadisc & Bandcamp 

Vinyle https://shijin.bandcamp.com/album/theory-of-everything-full-length

 

Autant le dire tout de suite : GRAND DISQUE ! Indépendamment du concept un peu décoratif qui fait référence à la Théorie Du Tout (qu'on l'envisage sur le plan de la physique comme de la philosophie) et qui fait office de discours d'escorte, ce qui tend à prévaloir c'est le caractère éminemment collectif de cette création musicale. À partir de séquences de travail en duo s'est élaborée une œuvre commune, où chacun au fil des plages joue un rôle de compositeur. Le tout repose sur des paramètres majeurs : la complexité rythmique qui s'aventure parfois vers les constructions les plus folles ; le travail sur le son de tous les instruments ; et pour finir dans chaque titre l'élaboration d'une forme lisible à son terme, quand son déroulement nous a déroutés, séduits, bouleversés. Et des instrumentistes qui sont constamment solistes, tant chaque note, chaque son, chaque rythme, contribue à la cohérence globale. Par rapport au très très bon disque précédent (chronique sur ce site en suivant ce lien), dont le saxophoniste était Jacques Schwarz-Bart, il y aurait comme un saut qualitatif, produit par l'aboutissement d'un projet, d'une méthode de travail (pour éviter le mot de concept). C'est un peu comme si Weather Report était passé dans la centrifugeuse M'Base. Grand disque, donc !

Xavier Prévost

.

Un avant-ouïr sur Youtube

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2021 5 19 /03 /mars /2021 18:41

LYNN CASSIERS – ALEXANDRA GRIMAL «Hybrids - Hi Birds»

Lynn Cassiers (voix & traitements électroniques)
Alexandra Grimal (saxophone soprano & voix)

Albi & Anderlecht-Bruxelles, 2017

https://alexandragrimal.bandcamp.com/album/hybrids-hi-birds

 

La musique surgit d'un lieu singulier, fait de nature et d'intervention humaine (culture autrement dit). Tout ici paraît mystère, magie, surgissement de l'inattendu. Et nous voilà embarqués. Le sax soprano survole un paysage de fréquences presque surnaturelles et de métallisations de synthèse. Puis la voix chuchote des mots d'outre-monde, jusqu'à un seuil de crissements qui se perdent dans le silence. D'autres sons, d'autres mystères, une mélopée qui pourrait avoir des siècles, ou tout aussi bien naître de l'instant. Des textes d'Alexandra Grimal croisent des extraits du livret d'Antoine Cegarra pour La vapeur au-dessus du riz, 'opéra clandestin' donné sur scène à Orléans en 2017, et récemment publié sur disque (Ovni records 2020). La musique et les sons tutoient les limites, toujours à la recherche de l'inouï, qui est bel et bien là. Ça bouge, ça s'emballe, puis ça se fond dans une aura de mélancolie. Dépaysement assuré, avec les émois qui s'imposent. Comme je disais dès l'abord, on est embarqué. Très beau voyage, qui semble nous ramener pour conclure aux premiers grondements de l'univers. Beau travail sur le son. Bienvenue à bord. Attention au départ !

Xavier Prévost

Partager cet article
Repost0
16 mars 2021 2 16 /03 /mars /2021 17:47
Pierrick PEDRON  FIFTY FIFTY New York Sessions

Pierrick PEDRON

FIFTY FIFTY

New York Sessions

Sortie 5 mars 2021

l’Autre Distribution/Gazebo

 

Pierrick Pédron - Teaser - Sakura - Fifty/Fifty New York Sessions - YouTube

 

Enregistré en janvier 2020, en quartet, à New York avec la fine fleur de la rythmique américaine, ce CD fait partie d’un “faux-double” album, puisque fin 2018, pour les cinquante ans du saxophoniste alto Pierrick Pédron, fut gravé un autre CD, à Paris cette fois, toujours en quartet mais avec une instrumentation différente (clavier, sax, tp, batterie).

Cet album de l’équilibre, ce que souligne la photo de Pierrick sur les rails, a été enregistré sur Gazebo, le label de Laurent de Wilde qui ne peut résister à “un vrai disque de jazz”. Il fut conçu avec la complicité constante du producteur et ami Daniel Yvinek, sous la houlette de James Farber, le sixième homme de la formation, qui a enregistré le son sur 2 pistes en direct.

Laurent de Wilde vous présente FIFTY-FIFTY NY SESSIONS - PIERRICK PÉDRON - YouTube

Je me souviens encore de ma rencontre musicale avec Pierrick Pedron pour son troisième album en 2005, qui rendait hommage aux standards, Deep in a dream, déjà enregistré aux Usa, avec le pianiste Mulgrew Miller. Cette fois, ce sont des compositions originales, denses et inventives avec leurs modulations brusques, leurs variations de temps, et toujours cette ferveur.

Bien que fidèle au bop (de ses débuts au Petit Op’ aujourd’hui disparu), amoureux de Charlie Parker mais aussi de Sonny Stitt, Pierrick Pédron ne veut pas se focaliser sur ce style,  son carburant, il reste ouvert aux influences, aussi bien jazz que pop et rock, comme il l’a prouvé dans toute sa discographie!

Pierrick raconte comment il s’y est pris pour composer : parti d’improvisations libres, aléatoires sur dictaphone, sans cellule rythmique ni structures harmoniques, une fois les thèmes non harmonisés choisis, il les a soumis à Laurent Courthaliac, pianiste expert en be bop, s’il en est, qui a su retravailler ces morceaux "éclatés".

Dans ce retour aux sources, qui est tout sauf rétro, on le retrouve comme on l’aime, du vif argent, dès le démarrage comme un boulet de canon, avec ce “Bullet T”. Si certains prenaient le “A train” dans le passé, le quartet a gagné encore en vitesse, en prenant le Shinkansen. Et ça dégage!  Pierrick Pédron a une passion pour le Japon, terre de jazz par excellence, beaucoup de ses thèmes ont ce parfum d’origine dans leur titre de “Bullet T” ( le shinkansen) à “Origami”, “Mr.Takagi”, “Mizue”, sans oublier les cerisiers qui sont roses dans le pays du soleil levant, les “Sakura” évidemment!

Toujours aussi généreux dans l’engagement, donnant toute sa puissance, il est soucieux de mélodie, du phrasé et de rythme, mais il sait se faire tendre, lové dans une rythmique soyeuse, dans les ballades alternées finement dans le programme. “Sakura”, après une introduction stimulante de près de 2 minutes au piano, fait entendre un alto sensible, jamais éploré. Pierrick Pedron s’y fait chanteur, souple et éloquent. La pulse ne cesse jamais, même dans ce mouvement plus voluptueux. L’esprit de la danse tantôt alanguie, tantôt débordante d’énergie infuse tout l’ album. Avec un entraînant “Boom” aux réminiscences monkiennes, Pierrick n’attend pas que le monde vienne à lui, sa séduction n’est ni tranquille ni douce, elle emporte  l’adhésion par une urgence, une intensité, jamais fabriquées. C’est qu’en prenant des risques, il se livre. C’était assurément un nouveau challenge que de travailler avec ces trois Américains  à la complicité indiscutable. Pierrick qui aime se mettre en danger, a su très vite s’imposer, conquérir l’équipe qu’il avait "castée", Sullivan Fortner au piano, Larry Grenadier à la basse, Marcus Gilmore aux drums (le petit fils de Roy Haynes !). Il a trouvé des partenaires qui l’ont suivi, en donnant le meilleur d’eux mêmes pour une musique qu’ils connaissent presqu’instinctivement. Les voix dialoguent et/ou fusionnent dans un souci constant d’équilibre; on ressent parfaitement l’énergie live de cette session unique au Studio. Après une bonne préparation des compositions, Pierrick est suffisamment chaud, il a “le jargon dans les pattes”, et c’est gagné comme il dit dans la belle interview de JM Gelin sur Radio Jazz Aligre, 93.1.

Avec ces fines gâchettes du cru, il s’est offert une expérience tonique, une cure de jouvence. Une recette infaillible jouée avec conviction et foi. Que demander de plus?

Oui, encore une chose, le deuxième volet, français, à sortir cet automne…

 

Sophie Chambon

Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 13:40

Airelle Besson (trompette), Isabel Sörling (voix), Benjamin Moussay (piano, piano électrique, synthétiseur), Fabrice Moreau (batterie)

Pernes-les-Fontaines, août 2020

Papillon Jaune ATJ 250119 / l'autre distribution

 

Le retour du groupe de l'album «Radio One» (Naïve Jazz) enregistré en 2015. Avec le bénéfice de l'expérience produite par de nombreux concerts. Et toujours cette atmosphère où se mêlent des rêves de chansons sophistiquées, des impressions furtives d'évasions hors du cadre, et la constance de deux chants : celui de la trompette, limpide et droit ; et celui d'une voix plus troublée que trouble, riche de mille frémissements, et qui porte dans ses envols maîtrisés ce qu'il faut d'incertitude pour nous rappeler que l'expression est bien là. D'un thème à l'autre, la simplicité peut faire place à une grande sophistication musicale sans que jamais le chant ne se dérobe. Claviers et batterie jouent le jeu de cette atmosphère qui va d'une joyeuse insouciance pop à d'insondables profondeurs mélancoliques. Bien des plages sont autant de petites fictions où le cadre va changer, d'un plan à l'autre, d'une phrase à l'autre, faisant évoluer (Wild Animals) en moins de quatre minutes ce que l'on aurait cru ritournelle vers une forme mouvante. Beau travail d'Airelle Besson et de ses fidèles partenaires sur ce que peut être un disque entendu comme un récit pluriel, un objet ductile qui trompe nos repères et nos certitudes.

Xavier Prévost

.

Un avant-ouïr sur Youtube

Et l'élaboration   

Partager cet article
Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 19:14

Tony Hymas (piano)

Meudon, 2016

nato 5782 / l'autre distribution

 

De Tony Hymas, j'ai la tentation de dire, d'abord, qu'il est résolument inclassable. Facilité ? Lieu commun ? J'assume. C'est que je garde le souvenir ému d'un jour ancien (deuxième moitié des années 90) : je venais de diffuser sur France Musique, à la fin d'une émission dite de jazz, un mouvement de sa Symphony (disque éponyme, KPM 280 CD) par le London Symphony Orchestra, symphonie en 5 mouvements dirigée par ses soins. C'est Jean Rochard qui m'avait donné ce disque. Le claveciniste et chef d'orchestre Hervé Niquet, spécialiste de la musique baroque, me succédait à l'antenne. Très intéressé par cette musique, il me demanda de lui confier le disque, ce que je fis avec d'autant plus de plaisir qu'il eut le bon goût de me le rendre quelques semaines plus tard. J'avais déjà écouté Tony Hymas dans toutes sortes de configurations, sur disque et en concert. J'avais diffusé sa musique, et d'autres auxquelles il participait pleinement, dans mes émissions, et j'aurais, en 2010, le plaisir de l'accueillir en trio (avec Bruno Chevillon & Éric Échampard) pour un concert 'Jazz sur le Vif' célébrant les 30 ans du label nato. Autant dire que le retrouver sur ce disque est plus qu'une joie. Il s'agit ici d'une exploration de la mémoire musicale, dont la première étape est un hymne delphique du deuxième siècle avant notre ère, et l'ultime une composition du violoniste Jacky Molard publiée en 2007. Le pianiste parcourt allègrement les territoires de ses multiples tropismes sous le signe de la singularité et de la liberté. Côté piano du vingtième siècle Debussy et Satie croisent Cécile Chaminade, Marie Jaëll, Mel Bonis et Leos Janácek. Un blues immortalisé par Leadbelly (et arrangé par le pianiste et compositeur Frederic Rzewski) fait écho à Si tu vois ma mère de Sidney Bechet, et des évocations de la Résistance et de la Commune de Paris côtoient un souvenir des Gitans d'Avignon avec le groupe Ursus Minor. L'unité de tout cela, c'est la densité musicale, la liberté d'un musicien qui creuse profondément le sillon de la musique jusqu'au cœur du sens. Impressionnant de musicalité, de maîtrise, de force et de nuances. On s'abandonne avec enthousiasme !

Xavier Prévost

.

Un avant-ouïr sur le site du label

http://www.natomusic.fr/catalogue/musique-jazz/cd/nato-disque.php?id=315

Partager cet article
Repost0