Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 12:13

Craig Taborn (piano, électronique), Chris Speed (saxophone ténor, clarinette), Chris Lightcap (contrebasse, guitare basse), Dave King (batterie, percussions électroniques)

New York, 5-7 mai 2016

ECM 571 3805 / Universal

 

Décidément, Craig Taborn se confirme comme l'une des figures prééminentes de la scène d'aujourd'hui, côté piano, improvisation et composition. Un récent concert en solo, au festival Sons d'hiver, nous avait fait découvrir un artiste à la conquête de nouveaux espaces sonores et musicaux (voir le compte rendu chez nos amis de Jazz Magazine). Ici, en leader d'un quartette, pour son troisième disque chez ECM (et le septième sous son nom), il donne la pleine mesure de son talent singulier, qui conjugue un formidable sens de la forme, des nuances et du contrôle des dynamiques, avec une capacité inouïe à déplacer les limites de l'improvisation. Et de surcroît, il transmet cette faculté à ses partenaires (qui sont, il est vrai, tous de très haut vol) en les embarquant dans un espace où liberté et rigueur, écriture et improvisation, se mêlent, se démêlent et s'emmêlent avec bonheur. L'univers est d'une étendue impressionnante, conjuguant les intervalles très distendus de la musique dite contemporaine avec une sens de la pulsation qui n'appartient qu'au jazz. Rien d'excessivement abstrait ici pourtant, car le lyrisme et l'expressivité prévalent, effaçant d'un trait toute dérive vers l'opacité guindée. Les compositions (de sa plume, excepté un thème de Roscoe Mitchell) sont sinueuses, et recèlent des bifurcations inattendues, des détours formels troublants, avec ce sens de la construction que l'on trouvait naguère chez Andrew Hill : un univers balisé, et qui pourtant permet aux solistes improvisateurs de s'échapper vers leur singularité. L'électronique, utilisée avec un discernement presque parcimonieux, donne l'illusion que l'on ne quitte jamais l'univers d'un jazz purement acoustique. À écouter, et surtout réécouter, avec délices et recueillement : admirable !

Xavier Prévost

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

Angelilie 28/02/2017 16:51

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.