Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 19:35

Malo Mazurié, Olivier Laisney, Quentin Ghomari, Brice Moscardini (trompettes), Bastien Ballaz, Léo Pellet (trombones), Victor Michaud (cor), Fabien Debellefontaine (tuba, flûte), Antonin-Tri Hoang (saxophone alto), Martin Guerpin (saxophones ténor et soprano), Adrien Sanchez (saxophone ténor), Jean-Philippe Scali (saxophone baryton, clarinette basse), Marc-Antoine Perrio (guitare), Joachim Govin (contrebasse), Gautier Garrigue (batterie), Laurent Cugny (piano, piano électrique, direction), Alexis Bourguignon (trompette) remplace Malo Mazurié sur 3 titres, Arno de Casanove (trompette) complémentaire sur 1 titre.

Meudon, 2016

Jazz & People JPCD 817002/ Pias

 

Pour rendre hommage à Gil Evans, Laurent Cugny est l'un des très rares à n'avoir pas de problème de légitimité : il a côtoyé l'historique arrangeur et chef d'orchestre à partir de 1986 pour préparer le livre qu'il lui a consacré (Las Vegas Tango, P.O.L., collection «Birdland», 1989), un livre salué au-delà de nos frontières, et traduit en japonais. Et en 1987 avec son big band Lumière, Laurent Cugny invite Gil Evans pour une tournée européenne et deux CD. Bref, quand il s'agit de Gil Evans, Laurent Cugny est l'homme de la situation.

 

C'est pourquoi, fort de cette connaissance, et de cette passion musicale, Laurent Cugny a fondé en 2014 le Gil Evans Paris Workshop : un atelier où le chef d'orchestre rassemble la nouvelle génération de jazzmen hexagonaux pour célébrer la musique de Gil Evans. Pour trouver les musiciens les plus adaptés, le pianiste arrangeur et compositeur a consulté le jeune contrebassiste Joachim Govin, fils de Pierre-Olivier Govin qui fut pendant des lustres le saxophoniste alto des orchestres de Laurent Cugny (Lumière, et l'Orchestre National de Jazz). On trouve aux pupitres (et comme solistes évidemment) plusieurs promotions successives du département de jazz et de musique improvisée du Conservatoire National Supérieur... de Paris. Et aussi des musiciens venus d'autres horizons, comme Martin Guerpin, normalien passé par le Conservatoire de Paris, et dont Laurent Cugny a codirigé la thèse en sa qualité de professeur d'université, à La Sorbonne, où il est le premier musicologue spécialiste de jazz accédant à ce grade (L'université française évolue, dirait-on....). Entre octobre et décembre 2014, Laurent Cugny avait à trois reprises rassemblé l'orchestre au Studio de l'Ermitage pour une série d'enregistrements live, partiellement publiés en mp3 dans le cadre d'un financement participatif. Deux ans plus tard, voici l'enregistrement de studio, en un double CD.

 

Le premier CD, intitulé «La vie facile», rassemble la musique de Laurent Cugny. Ses compositions, comme Krikor (hommage à Krikor Kelekian, alias Grégor, dont l'orchestre Grégor et ses grégoriens fut l'ancêtre des big bands français, et accueillit le gratin hexagonal des années 1929-33) ; il avait joué cet arrangement avec la dernière mouture de son big band Lumière en 2002 mais ne l'avait jamais enregistré. De sa plume également Liviore, un arrangement élaboré sur 8 mesures de sa première composition pour Lumière en 1979 : une anagramme d'Olivier, hommage à Olivier Saez, qui l'a aidé à porter à bout de bras le Gil Evans Paris Workshop depuis 2014. Et une troisième composition, La Vie Facile, datant de 2014 : c'est une variation très libre sur pont du standard Easy Living. Il ya aussi des arrangement de Laurent Cugny sur différents thèmes. Le premier sur My Man's Gone Now, de Gershwin : plutôt que de reprendre l'historique arrangement de Gil Evans pour Miles Davis et l'album «Porgy & Bess» en 1958, l'arrangeur s'est penché sur la version de Miles Davis en 1981 pour l'album «We Want Miles», qu'il a arrangée à sa manière. Il a ensuite jeté son dévolu sur Lilia de Milton Nascimento, Manoir de mes rêves de Django Reinhardt, Short Stories d'Anthony Tidd (bassiste de Steve Coleman) et L'État des choses, thème composé par Jürgen Knieper pour le film de Win Wenders. Ce premier CD comporte également Louisville, une belle composition du corniste Victor Michaud arrangée par ses soins.

 

Le second CD est totalement consacré aux compositions et arrangements de Gil Evans, légèrement adaptés le cas échéant. Des arrangements conçus par le Maître sur des thèmes de différentes époques (King Porter Stomp de Jelly Roll Morton, Spoonful de Willie Dixon, Boogie Stop Shuffle de Charles Mingus, et Blues in Orbit de George Russell). Et des compositions de Gil Evans comme Time of the Barracudas ou Bud and Bird. Laurent Cugny traite ces arrangements avec un mélange de fidélité et de liberté qui fait tout le prix de ce disque, lequel comporte aussi une série de duos avec des membres de l'orchestre (souvenir des duo de Gil Evans avec Steve Lacy et Lee Konitz ?) sur des thèmes de Gil (Sunken Treasure, Zee Zee, London) et aussi The Barbara Song de Kurt Weill et Orange Was the Color of Her Dress.... de Mingus. Les partenaires de Laurent Cugny, dans le big band comme dans les duos, sont d'une absolue pertinence, partageant cet esprit de respect et d'autonomie artistique. Bref l'ensemble des deux CD, avec ses diverses facettes, est une totale réussite, dans la fidélité comme dans la liberté.

Xavier Prévost

 

Le Gil Evans Paris Workshop est en concert le 7 avril 2017 à Paris au New Morning

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj