Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2020 5 19 /06 /juin /2020 17:02

Elsa Birgé (chant), Tony Hymas (piano, piano électrique, synthétiseur), Grego Simmons (guitare électrique), François Corneloup (saxophone baryton), Stokley Williams (batterie, chant), Jeff Lederer (saxophone soprano) Kirk Knuffke (cornet), Chris Lightcap (contrebasse), Matt Wilson (batterie, voix), Lucy Tight (chant, boîte à cigares), Wayne Waxing (chant, banjo, harmonica, guitare, batterie), Nathan Hanson (saxophone soprano), Catherine Delaunay (clarinette), Donald Washington (saxophone ténor), Guillaume Séguron & Doan Brian Roessler (contrebasses), Davu Seru (batterie), John Dikeman (saxophone ténor), Simon Goubert (batterie), Sophia Domancich (piano), Robin Fincker (saxophone ténor), Sylvaine Hélary (flûtes), Antonin Rayon (orgue, synthétiseur), Benjamin Gilbert (guitare & guitare basse), Christophe Lavergne (batterie)

Paris, Los Angeles, Meudon, Treignac, Aix-en-Provence, Créteil....

nato 5360 / l'autre distribution

 

En écho au voyage aller paru en 1992 (nato 53001.2), un retour sur le répertoire de l'inoubliable Sidney Bechet. Inoubliable par l'accomplissement de son art, par sa place dans l'histoire et aussi, dans notre pays où il a longtemps vécu, par l'immense popularité dont il jouissait. Inoubliable pour le petit garçon que j'étais au moment de sa mort, en 1959. J'avais dix ans, et mon activité de disc-jockey pour les surprises parties de mes frères et sœurs plus âgés me conduisaient déjà à les faire danser sur la musique de Bechet, Armstrong (et même l'épigone-plagiaire Teddy Buckner !), Fats Domino.... Donc après m'être délecté naguère du voyage aller (Lol Coxhill, Elvin Jones, Michel Doneda, Taj Mahal, Tony Hymas, Tony Coe, Steve Beresford, Han Bennink, Charlie Watts, Lee Konitz, Urszula Dudziak....), je me suis précipité sur cette nouvelle mouture confiée à une nouvelle génération (Tony Hymas étant le passeur d'un disque à l'autre).

Comme toujours chez nato (sans majuscule!), Jean Rochard revendique d'avoir 'produit artisanalement' : du travail d'Artisan(s) d'Art (avec des majuscules), pour le choix des titres, des interprètes, du son, des illustations, des textes....

Comme pour le voyage aller on commence avec Petite Fleur, mais au traitement électro qui servait de soubassement à Lol Coxhill se substitue ici une voix qui rappelle la 'pop française' (de qualité!) du début des années 60, mais avec un magnifique enrobage 'fusion'. Frais et décapant tout à la fois. Puis l'on entre, pour être de plain pied avec l'entièreté de Bechet, dans l'univers caribéen sous la houlette de Matt Wilson (avec lui les tambours chantent!). Suit une plongée dans le blues, au plus près des racines, avec Lucy Tight, avant le Portrait of Bechet composé par Ellington (New Orleans Suite). Échappée libertaire ensuite, par John Dikeman et Simon Goubert (là aussi les tambours chantent... une autre chanson!) sur American Rhythm. Puis le quartette de Matt Wilson joue Brassens (Brave Margot, façon 'vieux style', thème que Bechet avait repris), et Nathan Hanson évoque Coltrane (Blues to Bechet, album «Coltrane Plays the Blues»,1960). Au fil des plages, une foule de compositions de Bechet, plus quelques traditionnels réadaptés par ses soins : Danses de chez nous, titre revisité par le groupe Ursus Minor, et qui faisait suite à Passport to Paradise, rejoué, entre abstraction et mélodie, par Robin Fincker et Sophia Domancich. Tous les thèmes sont traités avec amour, passion, et aussi liberté (Catherine, Delaunay, Sylvaine Hélary) par des muscien.ne.s de haut vol. Je ne puis tout détailler, seulement vous inviter à vous précipiter sur ce disque de musique vivante : Bechet, still alive, and well !

Xavier Prévost

 

Partager cet article

Repost0
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 09:24

L'envie de faire un tir groupé, pour de multiples raisons : ces trois disques sont arrivés à mes oreilles dans la brume d'un monde confiné, puis ont paru pendant les premières étapes du déconfinement ; et aussi parce que chacun illustre une manière différente de penser le jazz aujourd'hui ; et enfin parce que les trois accueillent le batteur Thomas Delor, rejoint sur deux des trois CD par le guitariste Simon Martineau

THOMAS DELOR «Silence the 13th»

Simon Martineau (guitare), Georges Correia (contrebasse), Thomas Delor (batterie)

Udine (Italie), 4-5 septembre 2019

(Fresh Sound FSNT 592 / Socadisc)

 

Le texte du livret annonce la couleur : «Le noir est une couleur. L'absence de couleur est noire. L'absence de couleur est donc une couleur». Ce raisonnement renvoie au premier titre, Syllogism, et justifie la suite du texte «Le silence ne pourrait-il donc pas être considéré comme un son, voire comme une treizième note ?». Ce qui conduit à la deuxième plage, Silence the 13th , qui donne à l'album son titre. La passion logique habite le batteur, qui abandonna l'enseignement des mathématiques pour se consacrer exclusivement à la musique. D'une structure instrumentale élémentaire (guitare, basse, batterie), va jaillir une grande diversité de musiques, toutes habitées par le souci de mettre en scène la batterie, sans fracas, dans des esthétiques différentes. Dans chaque plage s'épanouit ainsi la singularité de chaque composition et de chaque membre du trio. Un solo de batterie, plaisamment baptisé Peaux pourries , nous rappelle, si nécessaire, que les tambours sont des conteurs ; et il s'enchaîne avec My Little Suede Shoes de Charlie Parker, qui prolonge le récit en trio. Bref de plage en plage, notre attention est captée, notre curiosité attisée, et nous sommes séduits par cette musique dans laquelle l'élaboration n'étouffe nullement le plaisir. Une vraie réussite.

GABRIEL MIDON «Imaginary Stories»

Ellinoa (chant), Pierre Bernier (saxophone ténor), Simon Martineau (guitare), Édouard Monnin (piano), Baptiste Castets, Thomas Delor (batterie), Gabriel Midon (contrebasse, composition), Antoine Delprat, Anne Darrieu (violons), Maria Zaharia (alto), Louise Leverd (violoncelle)

Alfortville 24-25 juin 2019, Maisons-Alfort 29 juin 2019

Soprane Records SP 102 / Absilone

 

La démarche de Gabriel Midon est toute différente : au lieu de s'imposer une nomenclature modeste (le trio guitare-basse-batterie), il opte pour un large effectif, qui se fractionne selon la plage et le projet musical de chaque séquence. Le contrebassiste commence avec la quatuor à cordes dans une espèce de spirale musicale, laquelle conduit vers une sorte de valse avec voix dont le texte nous égare délicieusement dans un monde où philosophie et poésie parleraient d'une seule voix. Puis la basse soliloque avant d'engager avec la percussion puis tout l'orchestre dans une joute joyeuse. Et il en va ainsi de plage en plage, dans des styles différents, avec une constante exigence musicale, qui culmine peut-être dans la densité fragmentée de Poursuite N° 4. Et le chemin se poursuit jusqu'à l'ultime séquence où la voix renoue le fil du récit poétique : le tout constitue plus qu'une suite ou un concept : une œuvre cohérente qui accomplit pleinement son ambition esthétique.

.

Un avant-ouïr sur Youtube

https://www.youtube.com/watch?v=4jkNcuVD7AE

PIERRE MARCUS «Following the right way»

Baptiste Herbin (saxophones alto & soprano), Irving Acao (saxophone ténor), Simon Chivallon (piano), Pierre Marcus (contrebasse & compositions), Thomas Delor (batterie).

Invités : Renaud Gensane (trompette), Alexis Valet (vibraphone), Jeremy Hinnekens (piano), Aleksandar Dzhigov (gaïda)

Meudon, février 2020

Jazz Family JF 064 /Socadisc

 

Avec Pierre Marcus, nous revenons aux fondamentaux du jazz, avec le triomphe de la pulsation, et le respect d'une histoire amoureusement convoquée (Monk, Mingus, Oscar Pettiford). Mais aussi ouverture et clôture en rythmes balkaniques, et autres saluts aux musiques d'ailleurs. Sans oublier un évocation amicale du regretté François Chassagnite, trompettiste qui fut le professeur de jazz du leader au Conservatoire de Nice, et aussi pour le contrebassiste un ami. Comme François fut aussi pour moi un véritable ami, j'avoue sans honte avoir été particulièrement touché par cette plage. Faiblesse avouée, je crois, est à demi pardonnée. Mais ce sentiment personnel n'altère nullement mon jugement : j'aime ce disque parce qu'il sait être vivant, avec de très bons solistes, dans la tradition comme dans les pas de côté.

Xavier Prévost

.

Pierre Marcus sur Youtube

https://www.youtube.com/watch?v=gLvVM7HqwgE

Partager cet article

Repost0
5 juin 2020 5 05 /06 /juin /2020 12:34

Martial Solal (piano), Dave Liebman (saxophones ténor & soprano)

Paris, Maison de la Radio, studio 104, 29 octobre 2016

Sunnyside SSC 1551 /Socadisc

 

Deuxième volet, chez Sunnyside, des rencontres entre le Maître pianiste et le Maître souffleur. Le premier volume, «Masters in Bordeaux» (chronique ici), avait également été capté en concert, deux mois avant celui de Paris, non à Bordeaux mais à Sauternes ; le détail mérite d'être souligné car le vin, comme la musique, est un monde d'esthètes qui attachent du prix aux nuances... Et si le vignoble commence aux portes de la métropole régionale, la grande ville pratique le négoce quand les communes d'appellation pratiquent l'artisanat d'art. Et c'est de cela justement qu'il s'agit avec cette musique. De grands Artistes qui travaillent comme des Artisans d'Art, refaçonnant l'objet avec chaque fois le supplément d'âme et de créativité qui de l'objet fait une Œuvre. L'aventure avait commencé en décembre 2015 à Paris, au Sunside (chronique ici), avec 4 concerts et 2 captations par France Musique. On espère d'ailleurs écouter un jour un CD de ces premières rencontres. Et le concert presque intégralement restitué par ce disque, au mythique studio 104 dont Martial est un habitué (et qui accueillit naguère Monk, Bill Evans, Dizzy Gillespie, John Lewis, et tant d'autres), aura été la sublime conclusion d'une année de collaboration entre ces deux très grands musiciens (chronique du concert en suivant ce lien). Grâce soit rendue à Arnaud Merlin d'avoir organisé cet événement dans la série des concerts 'Jazz sur le Vif' dont beaucoup (amateurs de jazz, -et de radio-, et musiciens) savent qu'ils me tiennent particulièrement à cœur. N'allez pas croire que cet assaut de sentimentalisme corrompt mon jugement : il dope simplement mon enthousiasme à rendre compte le plus fidèlement possible.

L'ordre du concert a été modifié pour le disque, et quatre titres ont été écartés (manque de place sur un Cd très rempli, et bien sûr choix des artistes et du label). Donc pas le 'tour de chauffe' du début de concert sur Invitation, qui était pourtant déjà bien sur les rails, ni Cosmos, composition de Liebman où, comme à son habitude pour ce thème il jouait d'une petite flûte traditionnelle. Le premier rappel, Lester Leaps In, est également absent, tout comme Just Friends, joué pendant la première partie, et que Martial avait 'passé à la moulinette' au point de désarçonner (mais seulement pour une fraction de seconde) son partenaire.

Assez batifolé dans les souvenirs du concert, venons-en au disque.... Il commence avec l'inoxydable monument du bebop : A Night In Tunisia. Le thème avait été joué au concert à la fin du premier set, mais le mettre en ouverture du disque est une belle idée : c'est comme un condensé de la joute ludique qui unit les deux partenaires. Dave, au ténor, joue le célèbre riff introductif de la composition, et très vite Martial répond par une fracture virulente, incitant son ami saxophoniste à quitter les rails. On y revient exactement sur le temps qui convient, avec l'exposé du thème, et le piano place ses fusées, avec une précision diabolique, ce qui fait que l'on est, d'un seul geste musical, et dedans et dehors. Ici pas d'ostentation pyrotechnique, rien que la vitesse de pensée investie dans le plaisir du jeu. Ma chevelure parcimonieuse et dégarnie en est toute décoiffée ! Vient ensuite Stella By Starlight, à sa place si l'on peut dire car le thème était le deuxième du concert. Le piano démarre sur des bribes du thème, lequel est fragmenté sur des harmonies qui sortent délibérément du cadre. Et pourtant le thème est là, tel que le jazzfan peut l'entendre s'il est réceptif au rêve de Solal. Le soprano expose, dans un phrasé qui prend des libertés, comme l'auraient fait Billie Holiday, ou Sinatra, ou Carmen McRae. Comme toujours c'est dedans-dehors. Quel régal. La surprise surgit à chaque mesure. Je ne vais pas détailler chaque plage, de peur de vous lasser, mais sachez simplement que sur les standards, majoritaires (Night and Day, Satin Doll, Summertime...), comme sur les compositions des deux compères (Small One, que Dave avait enregistré avec Elvin Jones ; In and Out, que Martial avait composé pour son duo avec Johnny Griffin), la surprise, le contre-pied, l'espièglerie et l'inspiration sont constamment au rendez-vous. La pénultième commence par une brève citation de Lester Leaps In, qui précédait immédiatement lors du concert, avant de s'engouffrer dans un What Is This Thing Called Love en métamorphose permanente. Quant à la dernière plage, sur le mystérieux Coming Yesterday de Solal, elle nous embarque encore vers des sentiers que, personnellement, je n'avais jamais explorés lors des nombreuses fois où j'ai entendu Martial jouer ce thème en concert. Bref, ne tournons pas autour du pot : c'était un Grand concert donné par de Grands musiciens, et c'est de la GRANDE musique.... Alors on se précipite !

Xavier Prévost

.

Infos

http://sunnysiderecords.com/release_detail.php?releaseID=1017

 

Partager cet article

Repost0
3 juin 2020 3 03 /06 /juin /2020 08:06

SOL*.  Neue Meister/Art Musique. Sortie le 5 juin.
Pascal Schumacher
(vibraphone, glockenspiel, organelle).

 

Un album en solo à écouter en solitaire ou entre potes autour d’un apéro retrouvé. Vibraphoniste expérimenté, Pascal Schumacher nous offre un disque idéal pour goûter aux joies simples de la liberté en cette nouvelle ère post-confinement. Le déclic s’est produit en 2018 pour le musicien luxembourgeois lors d’un concert à Salzbourg où il avait été invité à se produire en solo ; « Dans ces moments-là, tu peux être entièrement créatif, tout est permis, tu n’as pas besoin de te cantonner à ce qui a été écrit ou joué à l’avance. »

 

Enregistré dans le temps d’avant, SOL* sied parfaitement au temps d’après. L’envol est assuré avec ces exercices solaires délivrés par un artiste seul face à ses trois instruments, vibraphone, organelle et glockenspiel. Les percussions font bon ménage avec le clavier électronique, dégageant des nappes de sons aériens propres à la méditation.

Le musicien luxembourgeois propose quatorze oeuvres dont la plus longue n’approche pas les 6 minutes et la plus brève, 59 secondes. Il en a composé la quasi-totalité, à l’exception d’une chanson du japonais Ruyichi Sakamoto (Tearjerker) et de Tubular Bells, tube des années 70 du britannique Mike Oldflield.
Bon pour planer !

 

Jean-Louis Lemarchand.

 

Concert au Mudam (Luxembourg) le 5 juin à 21 H Retransmis sur Facebook et par Art District Radio :
https://www.facebook.com/events/305257070472405/

 

 

Partager cet article

Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 21:48

Benjamin Moussay (piano solo)

Pernes-les-Fontaines, janvier 2019

ECM 2659 / Universal

 

Le pianiste ose le solo, qui plus est sous un label qui vit d'historiques prestations solitaires au début des années 70 : Paul Bley, Keith Jarrett.... Et nous lui savons gré de s'être ainsi jeté à l'eau en évitant la gueule du loup. Que de chemin parcouru depuis le Concours Martial Solal en 1998, jusqu'aux groupes de Louis Sclavis (et ceux, moins exposés, mais pas moins essentiels, de Bernard Struber, Marc Buronfosse, Sylvain Cathala ou Frédéric Maurin....) , en passant par les duos avec Claudia Solal. Au fil des ans et des collaborations, très diverses, Benjamin Moussay a maintenu un cap d'intégrité et d'exigence qui ne se démentira pas ici. Du franchement tonal, avec résolution appuyée, jusqu'aux escapades presque sérielles, il cultive le goût du mélodique et du lyrisme autant qu'un certain sens de l'aventure. Certains y entendent la marque du producteur d'ECM, Manfred Eicher. Ce peut être sensible sur certaines plages, encore que, depuis 40 ans, certaines couleurs du piano solo mises en exergue par le label munichois se soient universalisées ; elles puisaient d'ailleurs parfois leurs sources dans des esthétiques antérieures : je ne fais pas allusion ici au piano classique des débuts du vingtième siècle, mais plutôt à l'influence de musiciens comme Paul Bley ou John Coates Jr sur ce qui serait caractéristique du 'piano ECM'. Un manière en somme de dire que ce disque doit être écouté pour ce qu'il est : un très bon disque de pianiste-compositeur-improvisateur, qui parcourt très librement l'histoire comme l'intériorité. Bref, selon moi, une indiscutable réussite.

Xavier Prévost

.

Un avant-ouïr sur Youtube

https://www.youtube.com/watch?v=qMmfkL1XHiE

.

«Savez-vous bien que je puis à peine, sans attraper le vertige, regarder par-dessus ce petit promontoire» ('Une descente dans le Maelstrom', in Histoires extraordinaires, Edgar Poe, traduction Charles Baudelaire)

Photo ©Stéphanie Griguer pour ECM

Partager cet article

Repost0
30 mai 2020 6 30 /05 /mai /2020 22:02

Samuel Blaser (trombone), Marc Ducret (guitare)

Rio de Janeiro, septembre 2013

Blaser Music BM002 / https://samuelblaser.bandcamp.com/album/audio-rebel

 

Pour inaugurer une série de nouveaux albums, Samuel Blaser publie un enregistrement issu de sa tournée brésilienne en duo avec Marc Ducret voici près de 7 ans. Les deux musiciens avaient alors déjà plusieurs années de collaboration, dont des traces sur CD. Avec ce duo, enregistré dans un studio (le bien nommé Audio Rebel....) qui est aussi un lieu de concert, c'est le triomphe du premier jet, comme un manifeste inscrit sur le fil du rasoir.... Dès la première plage, la musique sort des limbes pour se déployer dans un échange torride, où la vive intelligence musicale et le goût du risque sont en constant dialogue. Difficile de dire où s'établit la frontière entre l'écrit et l'improvisé (d'ailleurs, y a-t-il une frontière ? En est-il besoin ?). Et il en va de même au fil des plages, entre les compositions de Samuel Blaser (4 sur 7 plages) et celle de Marc Ducret (3 donc, incluant des retrouvailles émouvantes avec L'ampleur des dégâts et L'Ombra di Verdi). C'est dans ce genre de circonstance que le chroniqueur prend (reprend) conscience de ce qu'il est difficile de rendre compte, que ce soit par la tentative (forcément vouée à l'échec) de décrire tout ou partie de la musique, ou de son déroulement, de ses accidents magnifiques, de ses saillies et de ses plages faussement apaisées. Reste à parler (pauvrement, forcément pauvrement), de ses émois, de ses étonnements, de ses émerveillements. Voilà un bel aveu d'impuissance. Bref étonné, conquis, émerveillé et transporté je fus, et demeure, à l'écoute de cette aventure sonore dans laquelle je vous souhaite de plonger. Je vous invite même instamment à vous y jeter, à cœur perdu ; il vous restera le corps, ce qui pour les sensations et le émotions demeure l'essentiel. Immergez-vous dans ce disque qui constitue indubitablement une Œuvre à part entière.

Xavier Prévost

.

Un avant-ouïr des autres albums publiés dans la même série au cours des prochaines semaines en suivant ce lien

https://www.samuelblaser.com/albums

.

Le son et l'image sur YouTube  

Partager cet article

Repost0
27 mai 2020 3 27 /05 /mai /2020 13:20
SWEET DOG    PUISSANCE DE LA DOUCEUR

 

 

SWEET DOG

PUISSANCE DE LA DOUCEUR

Sortie digitale 4 MAI 2020

MUSEA RECORDS

 

4 JUIN 2020 CONCERT SUR AD LIB TV à 19H

C’est la toute dernière parution du trio SWEET DOG créé en 2015 par trois personnalités affirmées, leaders par ailleurs, qui se retrouvent dans un triangle équilatéral, pour une séance folle de totale improvisation dans laquelle ils se sont jetés à corps perdu. Le saxophoniste ténor JULIEN SORO (découvert sur Big 4, dans le duo Schwab & Soro), membre de Ping Machine et par là même, du nouvel ONJ emmené par Fred MAURIN, intervient avec ARIEL TESSIER ( batterie) et PAUL JARRET ( guitares). S’ils ne sont que 3, il arrivent à une puissance orchestrale impressionnante : il y avait déjà quelque chose d’étrange dans le nom du groupe, en porte-à-faux avec les masques grimaçants de chiens fous de leur photo de groupe.

Le titre d’ailleurs mérite explication, car à l’écoute des 10 titres, récupérés sur de longues séances d’enregistrement live, on ressent la puissance de cette musique libérée, déchaînée même à laquelle les effets électroniques débridés sur “Danse des lucioles”, “Flying Guitar on the Dark Side” confèrent un son très particulier, sale parfois, grésillant, Mais hormis certains titres plus délicats, comme la balade étrangement plaintive, hypnotique et lancinante qui porte le nom de l’album, la douceur ne semble pas vraiment au rendez-vous pour qualifier la qualité d'une musique de rage et de fureur, parfois proche comme dans “Hana-bi”_ autre référence au film ultra violent du japonais KITANO.

Qu'entend on au juste? Un magma convulsif, un chaos tout à fait organisé cependant dans des finale au cordeau! Sinusoïdes d’une guitare électrifiée, drive permanent de la batterie survoltée, chant du sax ténor au beau timbre parfois désaccordé, mêlé au souffle, un travail précis sur les textures et les sons plus ou moins bruts!

Alors? Une réponse vient peut être de l’ouvrage d’Anne Dufourmantelle, philosophe et psychanalyste qui travaillait, avant sa tragique disparition, sur ce concept de douceur, à ne pas ranger hâtivement dans le sucré, voire le mièvre, le féminin! La douceur selon elle est en effet une dynamique qui porte la vie, une résistance à l’oppression politique, sociale, psychique, un combat contre le cynisme actuel. Faire un pas de côté, réfléchir, “dire non” ce qui est aussi une façon de revenir à la vie, à l’envie! On comprend ainsi mieux ce qui se dégage de ce projet engagé des trois membres de Sweet Dog!

Cette musique se révèle impressionnante à l’écoute mais gageons qu’elle fut aussi surprenante pour les musiciens eux mêmes qui devaient, selon la loi de l’improvisation, faire surgir ce qui advient hic et nunc! En tous les cas, on souscrit au programme!

 

Sophie Chambon

 

 

Partager cet article

Repost0
23 mai 2020 6 23 /05 /mai /2020 22:41

Enzo Carniel (piano, piano préparé, piano électrique, synthétiseur, électronique, enregistrements de terrain, conception sonore), Marc Antoine Perrio (guitare, électronique, conception sonore), Simon Talleu (contrebasse), Ariel Tessier (batterie)

Meudon, 19-20 septembre 2019

Jazz and People 820001/ Pias

 

Plaisir de retrouver un pianiste-compositeur que j'écoute avec un vif intérêt depuis maintenant 5 ans. Disque étonnant, qualifié ici ou là de concept-album, pour signifier qu'un univers imaginaire trame le projet musical. C'est que le musicien aime à faire émerger la musique dans une sorte de dramaturgie où le souci de la forme va faire advenir la musique. C'était déjà le cas lorsque j'assistais, en 2015, à son récital de fin d'année au Conservatoire National (CNSMD de Paris) chroniqué ici. C'était encore le cas quand, deux ans plus tard, j'écoutais le groupe 'House of Echo' sur la scène du studio 104 de Radio France (compte rendu en suivant ce lien), quelque temps avant la sortie de son disque «Echoïde». Chaque fois un parcours s'installe, un déroulement s'impose, un récit se déploie, mais c'est toujours la musique qui parle. Le récit musical émerge d'un paysage sonore, fait de sons concrets et de traitements électroniques, d'où va sourdre par vagues successives de la «musique de musicien, entièrement faite à la main», comme aimait à le dire l'Ami Jacques Mahieux. C'est à la fois prospectif, avec une tendance à l'abstraction lyrique, et simultanément totalement sensoriel, et d'une certaine manière sensuel. Le recours à la technologie n'empêche nullement cette musique, et son architecture générale, de révéler un caractère profondément organique. Bref c'est intrigant, passionnant, et pour tout dire totalement abouti.

Xavier Prévost

.

Un avant-ouïr sur Youtube

 

Partager cet article

Repost0
20 mai 2020 3 20 /05 /mai /2020 17:53

Robin Finker (saxophone ténor, clarinette), Benoît Delbecq (piano, synthétiseur basse, boîte à rythmes), Sylvain Darrifourcq (batterie, cithare électrique)

Budapest, 30 juillet-1er août 2018

BMC Records CD 272 / Socadisc

 

Un projet -une musique- d'une totale singularité. Ce qui frappe, c'est la forte identité de chacun des membres du groupe. Ils opèrent habituellement dans des univers assez différents, et jouent ici «sans que leur identité initiale respective se trouve dissoute, l'autonomie de chacun étant de la sorte préservée, aucune hiérarchie ne s'instaurant au cours de leur relation» comme l'écrit très justement Ludovic Florin dans le livret du CD. J'entends dans ce disque comme une déconstruction / reconstruction permanente. La métaphore du 'gué profond' (deep ford), et le consentement qui nous est donné par le titre de l'album pour traverser à cet endroit précis, tout cela nous inviterait à suivre un chemin, en (très) bonne compagnie. Lecture légitime, pertinente, efficiente. Mais mon imagination vagabonde m'entraîne ailleurs, à l'écoute du labeur de cette édification. L'Art est aussi un Artisanat, l'artiste doit se colleter avec la matière sonore. Je pense à Monk en solo, au combat que se livrent à chaque mesure la pensée et le geste, matière et mémoire.... Mon imagination m'entraîne encore ailleurs, et me rappelle que le latin classique appelait transgressio  le franchissement, la traversée, que le latin ecclésial (Saint Ambroise, évêque du quatrième siècle) s'empressa de transformer en lui donnant le sens de faute morale.... Heureusement pour nous l'Art et les Artistes font du franchissement des lignes une magie prospective, et aussi une éthique, qui fonde une esthétique. Les règles sont ici transgressées, avec une créativité plus que féconde : tension des rythmes, jeux de sons et d'intervalles, élaboration de formes aussitôt remises en jeu par l'interaction du groupe. Car c'est ici un artisanat collectif, chaque son, chaque note, chaque nuance apporte sa cohérence à ce tout fragmenté, en déséquilibre permanent vers un horizon où la certitude et le doute seraient un seul mot. Le résultat nous remue, nous remet en question. L'ordre esthétique, rythmique, harmonique, est certes source de plaisir. Mais dans la tension, dans le saut de l'ange -surtout quand cet ange est un peu démon-, réside la jouissance esthétique. Et oui, ce disque est intensément jouissif, et c'est une pure merveille....

Xavier Prévost

.

Six mois environ avant d'enregistrer le disque, le trio jouait à l'Opus Jazz Club de Budapest. Un extrait dans la vidéo ci-dessous

https://www.youtube.com/watch?v=DRm2Skhijkk 

Partager cet article

Repost0
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 17:28

Stefan Orins (piano)

Attiches (Nord), 12-14 mars 2019

Circum-Disc microcidi 016 / https://www.circum-disc.com/stefan-orins-summers-hopes/ & Les Allumés du Jazz

 

Grand plaisir de retrouver le pianiste Stefan Orins, cet homme doublement du Nord (la Suède, dont sa famille est originaire ; le département du Nord, où il est né, et où il vit, dans les plaines du Pévèle). Il est cette fois en solo, dans une œuvre d'intériorité sinueuse qui nous entraîne loin de notre quotidien et de nos références esthétiques dominantes. Douze improvisations, inspirées par une peinture de Patricia Jeanne Delmotte, un artiste avec laquelle il entretient un dialogue musique/peinture depuis plus de dix ans. La toile est reproduite sur la jaquette du CD. Le disque est une libre déambulation du pianiste, conduite par les impressions ressenties à la contemplation du tableau. Tous les langages musicaux et pianistiques sont convoqués (de Paul Bley à Cecil Taylor en passant par Debussy ou Scriabine, et bien des musiques d'ailleurs, si l'on veut hasarder des références forcément inadéquates....), dans une absolue liberté, débridée et cependant attentive à chaque allusion, à chaque rebond. Une très belle expérience de musique libre, ou plutôt de musique élaborée en toute liberté. C'est un véritable expérience musicale et sensorielle dans laquelle il faut s'immerger : le voyage vaut le détour, les émotions et plaisirs esthétiques sont au fil du chemin.

Xavier Prévost

.

https://stefanorins.jimdofree.com/

.

Partager cet article

Repost0